Lorsqu'un Ishida tombe sur une gamine effrayée et un Clown Mafieux [PV Ishida]
avatar



22 posts

Squatte depuis le 09/03/2017

20 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
28/100  (28/100)
XP:
200/4800  (200/4800)
Spécialité: Hakuda



Lun 17 Juil - 13:50

Le Parrain VS le Baron ~


Il y a des jours où un homme prend le large pour découvrir le monde et affronter ses ennemis ! Alors c'est vêtu de son costume de mafieux, chapeau sur la tête et cigare au coins des lèvres, que notre protagoniste solitaire sortit de chez lui sous le couvert de la nuit. Il marchait dans les rues désertes, son ombre le devançant et faisant fuir le peu de créatures s'aventurant encore dehors. Il savait qu'IL n'allait pas tarder. Pas après pas, notre héro s’enfonçait sur le territoire de son ennemi juré. Il allait remettre ça, ils devaient savoir lequel d'entre eux méritait de dominer sur tout Karakura. Cela faisait trop longtemps que leur bataille durait. Il fallait y mettre un terme et quoi de mieux qu'une nuit de pleine lune pour cela ? Le mafieux se retrouva face à l'un des subordonnée de son adversaire. Celui-ci le regardait, apeuré, et le mafieux retira son cigare d'entre ses lèvres, baissa un peu la tête et planta son regard dans celui de son adversaire. Un regard sombre, voilé par les bords du chapeau. Il esquissa un sourire alors qu'un lueur folle traversa son regard. Du menu fretin, pour lui ? Non. Il valait mieux que ça. Il fit un pas en avant et celui lui faisant face détalla comme un lapin, accompagné du rire sadique de son assaillant.

Il reprit sa route. Il savait où se trouvait le quartier général du lâche que s'était autoproclamé roi de la ville. Il était à Kita-Kawase, et l'ombre du mafieux s'étendait de plus en plus devant lui, la lune dans son dos lui donnant un air encore plus menaçant, tel un démon… Un cri retentit autour de lui et il s'arrêta, souriant comme un fou. Enfin ! Le voilà ! Le cri semblait venir de partout et de nul part, comme s'il tentait de se cacher et de vouloir l'attaquer en traître. Mais personne ne l'aurait ainsi. Le Baron le savait, et il finit par faire son apparition dans le dos. Le Parrain le sentit et se retourna lentement, mains dans les poches. Une rafale de vent les frappa avec force, faisant onduler le costume du Parrain et voleter le manteau long du Baron. Tout deux s'affrontaient du regard, chacun savait que le premier à bouger serait celui qui gagnerait ce combat. Sans doute à cause de cela, les deux ennemis se jetèrent l'un sur l'autre en même temps. Avec pour seul témoin la lune, un combat épique s'engagea sur les toit de la demeure Ishida. Comment le Parrain le savait ? Il avait lu le nom sur la porte. No plus, ni moins. Sachant qu'ils risquaient de devenir des dommages collatéraux, il voulait leur noms pour aller prier pour leurs âmes quand ceci mourraient à cause de combat hargneux…

-C'est tout ce dont tu es Capable Baron ?! Tu me déçois !
-Nyaaaauuu Miaouuuuu Tschhhhhhhh ! *Tu es bien plus faible que dans mon souvenir, Parrain ! Je t'aurais cette fois !*

A quelques rues de cela, au même moment… Elle courait dans les rues, essoufflée et paniquée. Où était-il encore parti ?! Elle commençait à en avoir marre de devoir lui courir après au milieu de la nuit ! Si son père savait cela, il la disputerait très fort ! On ne sort pas seule au milieu de la nuit quand on est une jeune femme ! Bon, techniquement, la nuit était tombée il y a une heure, donc elle n'était pas au milieu de la nuit et donc pas en tord… Hein ?… Elle renifla un peu et s'essuya les yeux pour ne pas pleurer. Tant que cela ne coule pas, elle ne pleure pas ! Li Mei réajusta son kigurumi – elle venait de le finir, un Kigurumi Végéta ! - et remonta ses lunettes sur son nez. Elle se remit à courir mais ne cria aucun nom. Elle ne voulait pas prendre le risque de tomber sur un pervers ou un pédophile. Du haut de ses bientôt vingt ans, elle n'en paraissait pas plus de douze, ainsi évitait-elle d'alerter les possibles détraqués mentaux de sa présence ici. Sans lui, elle ne pourrait même pas se défendre. Mais est-ce vraiment discret un kigurumi… ? Telle est la question. Qu'elle ne se posa pas le moins du monde. En passant devant un distributeur de bonbon et de boisson, elle s'arrêta et son ventre gronda. Elle avait faim… Elle sortit son porte monnaie Inuyasha et se prit des cookies avec une bouteille de jus de litchi avec des morceaux d'aloé vera . Elle en ronronnerait presque de manger ce trésor. Et pendant ses quelques minutes de grignotage, elle en oublia son compagnon porté disparut.

La femme enfant fini par soupirer et rangea son goûter dans son vêtement-pyjama puis reprit sa route. Au détour d'une ruelle, elle se prit de plein fouet quelque chose de dure qui la fit tomber sur l'asphalte. Elle couina, les larmes aux yeux et se frotta le bas du dos en reniflant. Elle constata qu'elle voyait flou et tâta le sol à la recherche de ses lunettes. Elle pouvait voir une forme humaine en face d'elle mais cela ne l'inquiéta pas tout de suite…  Une voix – qu'elle ne connaissait que trop bien – retentit. Une injure à faire rougir un Yakuza. Elle soupira intérieurement. Comment pouvait-il être aussi peu délicat ?! Mais avant tout, elle devait retrouver ses yeux, puisqu'elle n'avait pas ses lentilles. Et avec sa papuche – à lire capuche ! - elle n'y voyait rien du tout. Ainsi la retira-t-elle, laissant sa longue chevelure blanche immaculée retomber autour d'elle alors que ses yeux bleu glace reprirent la recherche de ce qui lui permettrait d'y voir à nouveau… Puis elle tilta une chose : elle venait de percuter quelqu'un !!!! Notre jeune femme, apeurée par les humains, se mit à trembler un peu, les larmes aux yeux. Elle savait qu'elle devait lui parler et tout mais c'était dur quand on avait peur… Elle finit par lever son adorable visage enfantin vers la victime de sa maladresse, prenant tout le courage dont elle disposait – soit très peu – pour ouvrir la bouche.

-Je… Je suis désolée… Pardon… Je… Vous présente mes excuses…?

Chacun pouvait la voir de différentes façons en cet instant : adorable, lamentable, idiote, apeurée ou encore perdue… Elle ne savait pas comment la personne – un homme semblait-il, puiqu'il n'y avait pas de forme sur sa poitrine, ou alors cette femme était encore plus plate qu'elle ! - réagirait face à elle. Et cela lui faisait de plus en plus peur...



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» tombe du commandant PARQUIN à Doullens (SOMME)
» Cimetière de Kiri
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» une plume qui tombe du ciel