Il fait trop chaud pour travailler. [PV : Shirome]
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Mer 3 Mai - 19:09


Header

.

Comme beaucoup des divisions du Gotei 13, la sixième disposait de son propre petit terrain d'entraînement. Un jardin élégamment organisé, à l'arrière du bâtiment principal, dans lequel se dressaient trois mannequins de paille, supposés servir de cibles factices et statiques au Shinigami qui souhaite travailler son habileté au combat. Le terrain était assez peu souvent utilisé ; la plupart des hommes de la division préférait progresser dans l'intimité, isolés du regard des indiscrets – comme on pouvait s'y attendre au sein d'une division qui accordait autant d'importance à la fierté. S'entraîner sur le terrain de la sixième, c'était reconnaître que ses compétences étaient insuffisantes pour servir efficacement le Seireitei sur le terrain, c'était ni plus ni moins qu'un aveu de faiblesse. Pour cette raison, il était hautement peu probable de croiser un officier doté d'un siège au sein de la troupe en ce lieu. Seuls quelques Shinigami sans grades, comme Katsuhata Rihito, pouvaient réellement s'y entraîner sans trop craindre le regard des autres. L'héritier du clan Katsuhata y passait énormément de temps, d'ailleurs ; le terrain d'entraînement de la sixième lui donnait un prétexte pour échapper à la pression froide de sa famille. Son orgueil, cependant, le poussait à attendre la fin de la journée, quand la plupart des hommes de la sixième division ne se trouvaient plus dans les quartiers de celle-ci, afin de pouvoir se donner à fond à l'abri d'éventuelles moqueries – d'autant plus que celles-ci venaient souvent de simples roturiers, qui s'amusaient de ce nobliau aux manières de petit prince qui s'épuisait à la tâche.

Ce jour-là ne faisait pas exception. Le soleil était encore haut dans le ciel, et il dardait sur le Seireitei des rayons aussi lourds et chauds que du fer chauffé à blanc. Rihito pouvait sentir la brûlure de l'astre du jour sur sa nuque, rougie par une exposition prolongée à celui-ci, tandis qu'il se déplaçait prestement dans le terrain d'entraînement, tournoyant rapidement autour du mannequin sur lequel il avait jeté son dévolu pour le frapper sous tous les angles. De la paille avait volé tout autour de lui, preuve supplémentaire que les différentes taillades qui traversaient le mannequin, de l'épaule à la hanche et de l'omoplate aux reins, venaient bien de son Asauchi, traînée blanche et tranchante sous la lumière du jour. Tout en continuant ses mouvements travaillés jusqu'à l'extrême, les yeux du jeune noble étudiaient le tas de paille désormais presque informe qu'il maltraitait depuis déjà trois bonnes heures. Satisfait par les différentes entailles infligées, il sauta en arrière, imitant ce qui aurait été, dans un combat réel, un désengagement. Il tendit l'index et le majeur vers le mannequin, son regard trahissant une concentration qui lui était presque physiquement douloureuse.



« Bakudô no yon – Hainawa ! »




De sa main tendue jaillit une corde dorée légèrement luminescente. Le kidô s'enroula autour du mannequin, de sorte à immobiliser l'adversaire imaginaire qui aurait riposté contre les attaques, et que Rihito s'imaginait affronter. Ramenant son Asauchi près de sa joue gauche, il raffermit sa poigne sur celui-ci, sa main droite contre le tsuba, sa main gauche légèrement plus basse sur le manche. S'élançant aussi vite que ses jambes le lui permettaient encore, il trancha le mannequin enchaîné en deux d'un ample mouvement, le tas de paille tombant au sol, et le piquet de bois qui le tenait en l'air le suivait dans sa chute. Il faudrait remplacer ce mannequin. D'ici là, il en restait deux.

L'héritier du clan Katsuhata se tourna vers les deux autres mannequins. La sueur de l'effort faisait luire son front, faisant désagréablement coller sa chevelure à ses tempes. Au fond de son champ de vision, la chaleur créait l'illusion d'un sol tremblant, vacillant. Des flaques de lumière heurtaient ses rétines là où le soleil frappait un point d'eau. Il avait du mal à respirer, tout bonnement épuisé, et lorsqu'il fit un pas, il n'eut d'autre choix que de constater que son sens de l'équilibre souffrait durement de sa fatigue.



« Pas de repos... Pour les braves... »




S'était-il dit à lui-même, bafouillant quelque peu à cause de son souffle perdu et de l'absence de salive dans sa bouche sèche. Brandissant son arme, il s'élança à l'encontre du mannequin suivant, le frappant à plusieurs reprises avec le fureur de l'homme épuisé qui puise dans ses dernières ressources. Et puis, bien rapidement... Il s'écroula tout bonnement, la face en avant, à plat ventre devant le mannequin. Il sentit que sa prise sur son Asauchi se desserrait, sa perception du monde se faisant de plus en plus étouffée, comme s'il s'enfonçait dans une prison de gélatine. Il lui sembla entendre des bruits de pas sur le bois des quartiers de la sixième, et puis ce fut le noir, ultime protestation de son corps contre un entraînement bien trop physique pour sa constitution.

ϟ  Éclair blanc ϟ
ϟ Éclair blanc ϟ
avatar



563 posts

Squatte depuis le 15/11/2014

23 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
60/100  (60/100)
XP:
1100/8000  (1100/8000)
Spécialité: Kidô



Ven 5 Mai - 21:22

Comme la majorité des journées, Shirome se levait tôt pour effectuer un Jinzen et être en contact Raitei, préparait quelque chose à manger, et si elle ne commençait pas trop tôt le matin, allait s'entraîner au terrain de la division. Comme ce fut le cas aujourd'hui. Par la suite elle prit simplement ses fonctions dans la division. Les jours se ressemblaient beaucoup en ce moment, même s'il y avait quelques affaires à régler la division lui paraissait plutôt calme et paisible, ce qui lui donnait encore plus le sourire.

Jusqu'en après-midi, la jeune femme avait effectué toutes ses tâches, les dossiers étaient bouclés – du moins les siens- et elle allait en récupéré par ci par là, rangeait un peu la salle de repos, y disposait des biscuits même si ce n'était pas son travail tout en préparant du bon thé. Elle n'oubliait pas de se servir une tasse et la bu devant la petite fenêtre qui offrait un grand soleil. Les oiseaux chantaient. C'était vraiment paisible.

Alors que le terrain d'entraînement n'était pas forcément plein à cette heure – actuellement il était même plutôt vide-, ayant fini son service elle s'y rendit curieuse de savoir qui pouvait bien s'y entraîner. Qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle y aperçu Rihito. Il semblait s'entraîner comme un beau diable, son zanpakutô à la main, le mannequin semblait prendre cher. Un sourire sincère s'affichait peu à peu sur les lèvres de la 8ème siège. Il était vraiment déterminé. Par contre c'était nettement trop fort et elle sentait de là sa fatigue.

Pour ne pas le déconcentrer la jeune femme avait décidé de ne rien dire et de ne pas se faire voir. Elle fit quelques pas en arrière, direction la salle de repos pour servir une tasse de thé glacé et prendre des petits gâteaux. A ce stade le noble nouvellement arrivé méritait une petite pause avec un thé glacé et tout ce qui suivait ! Elle se rendait à nouveau tranquillement vers la salle d'entrainement.

«  Rihito-kun !  »

Fut sa réaction lorsqu'elle le vit s'écrouler. Rapidement, elle déposait les gâteaux sur le bord de la fenêtre. Vu la chaleur il mourrait certainement de soif alors autant garder le thé. Elle le déposa parterre et souleva un peu le jeune homme. Elle enleva ses gants et vérifia sa température tout en le secouant légèrement.

«  Tu m'entends ? Rihito-kun ?  »


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hell.jdrforum.com
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Ven 23 Juin - 22:47


Header

.

Il aurait été un mensonge de dire que Rihito n'avait pas vu le malaise venir. Il s'était entraîné plusieurs heures sous un soleil de plomb, risquant l'insolation sans même y réfléchir à deux fois, et savait parfaitement qu'il allait au-delà de ce que ses forces lui permettaient. Le nobliau aimerait à penser, plus tard, qu'il s'était simplement entraîné à aller au-delà de ses limites, même sans adrénaline, de sorte à pouvoir se battre peu importe l'épuisement et les blessures dans les missions futures. D'ici là, avec la grosse égratignure sur sa joue droite, il avait l'air d'un enfant qui s'était cassé la figure en jouant à chat perché avec ses petits camarades hyperactifs.

La vérité, c'était qu'il ne faisait que se battre contre sa frustration, et elle était infiniment plus solide que les mannequins de paille qu'il avait cruellement martyrisé tout au long de l'après-midi. Sa frustration de ne pas posséder un shikai alors qu'il réussissait à communiquer avec son épée ; sa frustration de ne pas posséder de poste d'officier, alors que nombre de ses camarades nobles de l'Académie étaient déjà septième ou sixième siège ; la frustration enfin d'être aussi faible, d'après sa propre conception. L'idée constante que nombre de roturiers appartenant au Gotei 13 le surclassaient de si loin en terme de force l'horrifiait et le couvrait de honte. Au moins, en ayant rejoint la Sixième Division, il n'avait pas à supporter la plupart de ces rustres – notamment la Onzième Division, qu'il évitait soigneusement – ou en tout cas la plupart d'entre eux. Car certains... N'étaient ni plus ni moins que ses supérieurs directs.



« Rihito-kun ! »




L'agacement piqua son orgueil si fort qu'il en émergea de sa torpeur. Un voile noir encore présent devant les yeux, il ne comprit pas immédiatement où il était, ni pourquoi il y était. Sans ouvrir les yeux, il prit doucement le temps de se remémorer l'entraînement, l'épuisement, la chute. Une vague de honte l'envahit, rosissant ses joues, alors qu'il réalisait qu'il s'était littéralement évanoui à force de se battre contre des mannequins en paille parfaitement immobile et inoffensif. Si le capitaine apprenait cela... Eh bien il s'en moquerait probablement comme de la première domestique qu'il avait renvoyée pour avoir fait infuser son thé une minute de trop, mais Rihito était persuadé qu'il perdrait à tout jamais l'estime de cet homme.

Qui, admettons-le, ne connaissait probablement même pas son prénom.

Il ouvrit doucement les yeux. Sa vision était encore floue, mais il apercevait déjà les contours flous de son visage rond, les cheveux nacrés qui pendaient au-dessus de ses yeux. Quelqu'un s'occupait de lui, à son chevet. En effet, si son subconscient avait immédiatement identifié le témoin de sa honte, son esprit-propre devait encore décortiquer les informations qui l'assaillaient. Il lui fallut donc un moment terriblement long pour comprendre de qui il s'agissait. Un moment suffisamment long pour que ses joues, roses de honte, laissent entendre qu'elles étaient colorées par cette position, si proche d'une jeune femme. L'identité de Rensei, la huitième siège, et la réalisation qu'on pouvait croire qu'il était embarrassé par la présence d'une fille aussi près de lui – ce qui ne serait pas tout à fait faux si le soleil n'empêchait pas son cerveau de fonctionner normalement – le frappèrent en même temps.

En un clignement des yeux, il se tenait debout à plus de dix mètres d'elle.



« Je vais bien, ne me touche pas ! Je ne sais pas où tu as laissé traîner ces mains !  »



Et le nobliau de vaciller avant de s'asseoir convenablement sur la terrasse de bois qui faisait face au terrain d'entraînement sablonneux, attrapant la tasse de thé qui s'y trouvait sans formuler la moindre forme de remerciement.

ϟ  Éclair blanc ϟ
ϟ Éclair blanc ϟ
avatar



563 posts

Squatte depuis le 15/11/2014

23 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
60/100  (60/100)
XP:
1100/8000  (1100/8000)
Spécialité: Kidô



Dim 25 Juin - 17:59

Inquiète pour la jeune recrue qui s'entraînait jusqu'à ne plus en pouvoir, apportant à la base une petite boisson fraîche, Shirome s'était précipitée vers lui en le voyant tomber, l'appelant par simple réflexe, bien évidemment qu'il ne lui répondrait pas… Penchée au dessus de son corps, quelques mèches tombaient vers lui alors qu'elle tentait de le relever un peu comme elle pouvait. Avant qu'il ne réalise tout ce qu'il se passait Shirome eut le temps de toucher un peu son front. Son corps lui paraissait un peu chaud. Quoi de plus normal alors qu'il était resté si longtemps sous le soleil ?

Alors qu'il ouvrait doucement les yeux elle se tâta à joindre la 4ème division mais elle savait de toute façon qu'il ne le voudrait pas. Après, si elle l'avait décidé il n'aurait certainement pas son mot à dire. Cependant le petit noble repris bien vite ses esprits, prenant le thé glacé, se décalant rapidement d'elle tout en la sommant de ne pas la toucher, ne sachant pas ou ses mains avaient traînées. Ce à quoi elle rétorqua rapidement :

«  Au même endroit que le thé froid que tu tiens, Rihito-kun.  »

Elle eut un mouvement de sursaut lorsqu'elle le vit vasciller mais il s'assit bien rapidement et donc elle n'alla pas le soutenir physiquement. La jeune femme soupira et regardait un peu le ciel tout en mettant sa main au dessus de son front pour y voir un peu plus clair. Ca tapait en effet plutôt fort. Ah lalala. Au moins elle ne pouvait pas reprocher à Rihito sa persévérance et sa motivation. Finissant par le regarder à nouveau elle alla s'installer à un petit mètre de lui, s'asseyant sans aucune gêne sur la table.

«  Tu sais tu devrais faire attention et ne pas t'entraîner si longtemps, si quelque chose se passe tu ne serais pas vraiment opérationnel, et en plus c'est dangereux pour ta santé… Tu veux une autre tasse de thé ? J'emmène la thière si tu veux hein.  »

Bizarrement elle était persuadée qu'il allait refuser, de l'autre côté il avait besoin de se réhydraté alors ce serait stupide mais… l'on ne savait pas toujours ou l'immaturité pouvait mener.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur http://the-hell.jdrforum.com
Contenu sponsorisé



posts

Squatte depuis le

piges








Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Trop chaud pour la plage (PV Victoire)
» Il fait trop chaud pour sortir
» Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]
» Trop froid pour être dehors. [Autumn ]
» Il fait beau, mais toujours trop chaud. [Fin]