A thorn in my soul [ Kuchiki Byakuya ]
avatar



152 posts

Squatte depuis le 09/11/2016

23 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
64/100  (64/100)
XP:
4050/10000  (4050/10000)
Spécialité: Kidô



Sam 7 Jan - 6:13

A thorn in my soul
Kuchiki Byakuya & Uranara Hana
...

 Le corps d’Hana avait été transporté sans attente en salle d’urgence. Dans un état critique, elle basculait vers la mort, puis la vie. Visiblement, sa fierté lui donnait encore un semblant d’énergie pour combattre ne serait-ce qu’un peu les effets que le venin avait sur elle, toutefois, il y avait bien des limites à ce que la volonté pouvait avoir contre le poison néfaste qui lui ravageait les entrailles et se nourrissait sournoisement de toute ses organes internes. Le quatrième siège n’avait plus pleinement conscience de la douleur qui la secouait dans tous les angles. Kimiko avait reçu quelques petits soins pour ses blessures mineures, c’était plutôt ses méninges qui travaillaient fortement sous l’anxiété que causait la condition dans laquelle son maître était revenu à la Soul Society. Rihei demeurait silencieux, jetant quelques regards emplit de reproches à la jeune cousine quand il croyait que celle-ci ne payait pas attention. Les yeux humides, elle refusait de dire quoi que ce soit, craignant le sermon que Rihei ne manquerait pas d’abattre sanas vergogne sur sa petite personne.

Plus tard, en soirée, Rihei et Kimiko, malgré la fatigue causée par les derniers évènements, se rejoignirent dans un endroit tranquille pour compléter un rapport commun qu’ils enverraient au capitaine de la sixième division expliquant plus ou moins l’état du quatrième siège. Ils discutaient brièvement tout les deux de leur version, puis joignirent les deux bouts de manière adéquate. La calligraphie de Kimiko laissant à désirer, surtout avec ces mains qui ne cessaient de trembler, Rihei fut celui qui écrivit les quelques paragraphes. Si Hana réussissait à s’en sortir, ah, à quoi pensait-il? Évidemment qu’elle se réveillerait, la quatrième division possédait d’excellent soigneurs! Quand, Hana serait à nouveau sur pieds, elle écrirait elle-même un rapport détaillé et exemplaire!

*

La jeune femme observa les alentours désolés. Son jardin était ruiné, ses arbres n’étaient plus que poussière, la nuit infernale avait noyé son territoire dans une inquiétante noirceur. Les fleurs blanches avaient disparues ainsi que la rivière scintillante. Son soleil avait été dévoré par une lune sanglante.

Elle porta une main tremblante à son cœur étrangement calme. Son expression était exténuée, sa silhouette n’était plus une ombre frissonnante telle une feuille d’automne. Elle s’avança de quelques pas, cherchant une raison à toute cette désolation. Quelque chose, ou plutôt quelqu’un s’en était pris à tout ce qu’elle adorait de ce monde. On lui avait arraché de force une partie d’elle-même et elle ne comprenait plus où elle ne était. Était-elle morte? N’était-elle pas supposée se réincarner sous un autre être si tel était le cas? Visiblement, elle était toujours consciente de son existence d’une façon où d’une autre.

Puis, c’est alors qu’elle décrocha subitement de sa transe et sentit la présence d’un indésirable dans son jardin. Hana se tourna subitement et reconnu aussitôt la haute silhouette de l’arrancar araignée. Son cœur manqua un battement, que faisait-il ici? Comment osait-il pétrir la terre de son empire suffisamment brisé? Même en rêve, il la narguait de son empoisonnante présence. Sans crier gare, elle eu la chair de poule et son corps trembla violemment sous le regard de l’envahisseur. Elle recula précipitamment, par peur, par horreur. Cependant, elle pouvait bien faire un pas vers l’arrière, il semblait en avancer de dix.

Soudainement, il fut devant elle et son anatomie fut complètement paralysée. À ce moment-là, elle découvrit ses dégoûtantes canines pour une deuxième fois et elle connu pour la première fois la terreur.

*

Hana ouvrit subitement les yeux, son visage en entier ruisselait de sueur et ses pupilles dilatées à l’extrême cherchaient nerveusement un danger potentiel. Pourtant, ils ne firent que croiser le regard surpris, puis alarmé de Rihei qui se leva prestement de son siège. Ses yeux étaient cernés, ses cheveux un peu sales, quand s’était-il reposé pour la dernière fois? Où était-elle? Que faisait-elle ici? Elle n’était morte, était-ce bon signe? Avait-elle encore tous ses morceaux? Que s’était-il passé? Pourquoi Rihei semblait épuisé de la sorte?

Quand son subordonné remarqua son désir de vouloir bouger, il l’en empêcha immédiatement, allant même jusqu’à mettre ses mains sur ses frêles épaules. La dame lui décocha un regard aussi indigné que confus.

- Restez couché, Hana-sama, nous pensions que vous vous ne réveillerez jamais! Déclara le jeune homme en secouant nerveusement la tête. Si vous ouvrez finalement les yeux, c’est que c’est bon signe! Vous étiez prise entre la vie et la mort depuis cinq jours!

Cinq jours. Cette mention fit longuement le tour dans sa tête. Incapable de dire un mot avec sa gorge douloureuse, Hana le questionna silencieusement de son regard pâle. Au même moment, une shinigami appartenant à la quatrième division entra nonchalamment dans la pièce et manqua d’échapper son fardeau en voyant les yeux bien éveillés du quatrième siège.

*

Au septième jour, Hana arrivait, non sans certaines difficultés, à se redresser elle-même sur son lit. Son principale occupation était de regarder par la fenêtre juste à côté de son lit de malade. Si la dame avait encore l’impression que son âme n’était plus qu’une nuit ténébreuse, le soleil de la Soul Society planait toujours aussi fièrement dans le ciel. Elle avait passé plusieurs tests depuis les deux derniers jours et une partie d’elle-même aurait préféré être encore inconsciente afin de ne pas avoir à subir une telle invasion de son intimité.

Hana bougea un peu et grimaça sous la douleur qui lui vrillait le cou et porta une main tremblante à la l’humiliante plaie qui laisserait définitivement une cicatrice sur sa précieuse chair. Elle fronça des sourcils, pensive. Elle n’avait pas le choix de survivre à cette honte, et puis, personne n’avait à connaître tout les menus détails de cette défaite. Une heure plus tôt, elle avait tenté de débuter un rapport qu’elle pourrait envoyer à son capitaine, mais sa main tremblait tellement qu’il s’était avéré impossible de le faire et elle refusait de dicter son rapport à quelqu’un d’autre. On n’était jamais mieux servi que par soi-même.

- Uranara Hana-san, dit une petite voix derrière la porte close avant que celle-ci ne s’ouvre sur une shinigami à l’allure amicale. Le quatrième siège reconnu aussitôt la shinigami qui venait lui apporter les résultats de ses nombreux tests et ses repas qu’elle touchait que très peu.

La dame la laissa rentrer sans broncher. Il serait bête d’envoyer balader une personne qui avait participé à la maintenir en vie au cours de la dernière semaine. Hana posa son regard fatigué sur la shinigami et força un sourire avant que celle-ci ne se mette à déblatérer les détails de son dossier. Tout allait bien jusqu’à ce que l’infirmière devienne subitement mal à l’aise avant de débuter une nouvelle phrase. La chef de clan remarqua sa nervosité et lui demanda gentiment de poursuivre, que cela ne fonctionnerait pas en sa faveur si on lui cachait de quelconques symptômes, etc.

- Le poison dont vous avez été atteinte a endommagé grandement plusieurs organes internes et ralentit fortement votre rétablissement, même si vous avez atteint une certaine stabilité, toutefois, il arrive que le corps soit plus atteint à certains endroits qu’à d’autre, hmm, elle hésita encore, ce qui énerva Hana plus qu’autre chose.

- Je ne suis pas sotte, j’ai pleinement conscience que ma présente vitalité laisse à désirer, rétorqua un peu froidement la jeune femme. Et donc?

Un silence s’installa brièvement entre les deux femmes avant que celle-ci ne poursuivre.

- Il sera difficile pour vous dans le futur, ou plutôt impossible, d’enfanter.

Nouveau silence. Si une étrange lueur sembla animer le regard lilas d’Hana, celle-ci s’effaça bien rapidement. Le quatrième siège demeura coite pendant un moment, une telle possibilité ne s’était jamais infiltré dans son esprit jusqu’à aujourd’hui. Elle n’avait jamais réellement songé à fonder une famille, elle n’adorait pas particulièrement les enfants ou plutôt c’est ce qu’elle pensait.

Au final, un sourire ourla le coin de ses lèvres sèches.

- Tout va bien, je ne comptais pas réellement fonder une famille de toute façon, déclara finalement la jeune femme, l’air étrangement sincère. Toutefois, j’apprécierais si vous effaciez ces inutiles détails de mon dossier, je vous pris.

La jeune fille parut particulièrement mal à l’aise.

- Pardon? Répondit la shinigami, incrédule et incertaine. Je ne crois pas que cela sera possible, Uranara-san, ce n’est pas…

L’expression d’Hana se refroidit rapidement.

- Vous savez, j’ai cru comprendre que le commerce de votre famille possédait quelques difficultés financières, il serait dommage si ceux-ci devraient être complètement écrasé par un commerce plus fortuné, songea vaguement à voix haute le quatrième siège. Le commentaire fit immédiatement effet sur l’infirmière. Ou alors, des individus fortunés pourraient investir dans le commerce de votre famille afin de lui donner une seconde chance en affaire, n’est-ce pas?

Puis, elle tourna son regard pâle en direction de la shinigami, inexpressif, mais effrayant à sa façon. Son air malade ajoutait bien à la discrète menace. Si les membres mal attentionnés de son clan devaient apprendre qu’elle était possible incapable de produire un héritier pour son clan, alors cela lui tomberait dessus et apportait d’inutiles complications à sa légitimité.

- Je comprends, répliqua simplement l’infirmière avant d’hocher nerveusement la tête et sortir aussitôt.

Quand la porte se referma derrière elle, Hana se laissa tomber mollement sur ses oreillers, pensive avant d’être assaillit par une quinte de toux. Une fois la crise passée, elle attrapa un mouchoir à proximité pour essuyer ses doigts dégoulinants d’un sang poisseux. Elle examina le fluide rouge pendant un moment avant de déposer une main hésitante sur son ventre qui demeurerait irrémédiablement plat pour le restant de ses jours.

*

Quelques heures s’étaient écoulées depuis la visite de l’infirmière et Hana faisait de son mieux pour se nourrir d’une simple soupe miso que son oncle avait envoyé de la demeure familiale. Pendant ce laps de temps, Rihei avait rapporté au capitaine de la sixième division que le quatrième siège était suffisamment consciente et stable pour demeurer éveillée quelques heures et maintenir intelligemment une conversation.

La jeune femme admirait les morceaux d’oignon vert qui flottaient tranquillement  dans sa soupe ainsi que les petits cubes à moitié submergé de délicieux tofu mou. Au bout de quelques minutes à seulement jouer dans le liquide avec sa cuillère en coupe, Hana soupira et déposa le bol toujours plein sur sa table de chevet en secouant la tête, découragée.

Elle dirigea son attention sur le ciel à la lumière déclinante. Le ciel n’était plus qu’un mélange de rose orangé et d’un violet tirant sur le bleu nuit. Quand arriverait-elle à sortir d'ici pour reprendre ses activités normales et la routine de tout les jours?



Spoiler:
 



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉

Uranara Hana


Rose + 4
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



880 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Mer 11 Jan - 20:01




Voici sept jours que l'on avait rapporté à la Sixième Division une bien étrange rencontre, entre l'un de ses officiers et un arrancar. Depuis la fin de la guerre, tout avait été bien trop calme. Mais le Roku Ban Tai Taicho avait toujours été sur ses gardes... pour preuve, il n'avait de cesse de s’entraîner chaque jour, alors que par le passé, il ne semblait pas aussi régulier. Le noble allait même parfois un peu trop loin en ses entraînements, mais cela restait assez rare..Ce jour là, il relisait pour la seconde fois le rapport, ainsi que celui qui concernait sa subordonnée. Il avait bien faillit la perdre dans cette histoire, un chose qu'il n'appréciait guère. Auparavant, on pouvait lui reprocher de ne pas prendre d'intérêt pour ses hommes, mais plus maintenant. Il avait appris la leçon  avec Renji, alors que ce dernier disait vouloir aller libérer Rukia. Ce jour là, il avait senti ses crocs en sa chaire.. lui faisant comprendre que par son arrogance, il n'avait pas su voir les choses concrètement envers sa propre Division. En ce jour, Byakuya s'évertuait à être là pour chacun de ses hommes, notant leur avancé, sans pour autant être trop sociale... là, il y avait encore pas mal de travail.. notre Roku Ban Tai Taicho restait un être discret.  Mais qui pourrait lui en vouloir quand on était aussi reconnu en tant que haut noble... préserver son intimité devenait un luxe, mais aussi une grande nécessité.

Le visage impassible, sous cette chevelure d'ébène parfaitement organisée, le noble laissait son  regard anthracite parcourir les dernières lignes du dossier. Sa main  toujours ganté de son tekku retenait le document sans aucune pression démontrant une quelconque colère ou inquiétude. Mais alors que son esprit cartésien songeait à devoir attendre le retour de sa subordonnée, voilà qu'un papillon de l'enfer lui fut  transmit de la part d'Unohana taicho.  Balayant lentement les airs pour chasser le messager. On dirait que finalement, il allait devoir se déplacer de lui même jusque la-bas.  Ceci ne le gênait pas réellement non plus, sachant qu'il avait rattraper les dossiers de son propre Fukutaicho... bien que celui ci n'en savait rien.  Se relevant donc, pour quitter son siège, le noble  se contenta de terminer sa tasse qui  était un peu froid,  puis se dirigea vers la porte de sortie, rejoignant l'étage plus bas.. menant au pavées de la coure principale.  Son pas était dynamique, mais pas non plus des plus pressé,  Byakuya se contenta de se diriger vers la Quatrième en prenant quelques raccourcis, avant de s'annoncer dans la dite Division. Ce n'est que là, qu'on l'informa de la chambre où se trouvait Uranara.  Suivant l'infirmière, le noble capitaine, pénétra dans une  chambre, qui .. n'était pas pour lui rappeler son état, alors qu'il se remettait de sa confrontation avec Gin et Aizen.. face à sa propre sœur.  

Byakuya en portait encore la cicatrice, juste en dessous de son cœur. Autant dire qu'il avait eut une chance de pendu ce jour là.  Sans un regard pour le personnel de la Quatrième qui se retira,  le noble contemplait simplement sa subordonnée. Elle avait bonne mine malgré tout. Et son repas était encore devant elle.. ça..... cela n'avait pas manqué non plus à Byakuya. La cuisine de la quatrième n'était pas mauvaise mais... ça ne valait les plats de Yarienhamate. Mais pour en revenir à la chose importante, il était clair que cette femme ici présente avait eut de la chance de s'en sortir... et possédait sans nul doute une sacré volonté pour s'en remettre ainsi. Ce qui dans un sens, rendait plutôt fier notre Roku Ban Tai taicho. Avoir des hommes solides était en soit une très bonne chose.  Quoi qu'il en soit, Byakuya n'était pas là par courtoisie, mais bel et bien pour avoir son avis directe sur ce qu'il s'était déroulé.  


Je présume que vous savez le pourquoi de ma venue. Cependant je suis content de voir que vous vous remettez de cet affrontement.

Il n'aimerait pas perdre ses officiers aussi facilement..et encore moins, alors que la guerre était derrière eux à présent.. ignorant encore la tournure proche des événements. Le noble ne portait pas son zanpakuto à son flanc, comme le ferait n'importe quel  taicho actuel en cette période de paix... aucune alerte n'était signalée. 


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



152 posts

Squatte depuis le 09/11/2016

23 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
64/100  (64/100)
XP:
4050/10000  (4050/10000)
Spécialité: Kidô



Ven 13 Jan - 18:54

A thorn in my soul
Kuchiki Byakuya & Uranara Hana

 La jeune dame , un peu rêveuse, contempla le tableau qu’était l’extérieur. Heureusement qu’elle une fenêtre, ou sinon sa convalescence aurait été des plus ennuyeuses et elle en connaissait suffisamment sur son état et la médecine en général pour savoir qu’elle serait coincée ici pendant encore quelques jours. Son oncle avait eu la gentillesse de lui faire envoyer quelques livres par l’intermédiaire de Rihei qui lui rendait visite à chaque jour. Quant à Kimiko, elle se faisait plus discrète. Peut-être que sa jeune cousine avait toujours honte ou peut-être avait-elle compris qu’il valait mieux prendre un moment pour mettre de la distance entre sa maîtresse et elle-même.

Hana soupira en repensant à sa flagrante défaite. Ce n’était pas tant la défaite qui la dérangeait, elle avait immédiatement su en voyant l’arrancar qu’il avait une longueur d’avance sur elle et que la fuite était l’unique solution pour survivre. Oui, elle avait fuit, mais elle avait songé pouvoir s’en sortir en meilleur état qu’elle ne l’était présentement. Une erreur de calcul, visiblement. La bonne nouvelle était que Rihei et Kimiko s’en étaient sortis indemnes.

Des pas se firent entendre dans le corridor, derrière la porte et la dame tourna la tête en direction de l’entrée. La porte s’ouvrit alors soudainement sur son capitaine dont elle ne s’attendait pas du tout à la présence. Elle effaça rapidement la surprise dans ses yeux pâles et pensa à sa terrible allure, à son visage faiblement poudré, mais sans autre maquillage. Son regard fatigué croisa celui plus éveillé de celui du capitaine de la sixième division l’espace d’un instant, puis elle baissa humblement les yeux. Si elle n’avait pas énormément de blessures externes visibles, elle n’en n’était pas moins en douleur et se contenta de s’incliner poliment pour le saluer aussi formellement que possible.

Le quatrième siège serra le châle autour de ses épaules et maintint son dos le plus droit possible. Elle était alitée certes, mais cela ne l’empêcherait pas de garder un semblant de dignité. Son capitaine avait toujours fier allure, il se présentait toujours bien, malgré les circonstances. L’honneur sembla émaner de cet homme, un exemple à suivre pour la noblesse.

- Bonsoir, capitaine, le salua-t-elle doucement. Ce simple officier est embarrassé de voir que son capitaine s’est déplacé de lui-même pour lui rendre visite. Votre temps est précieux, je vous présente mes humbles excuses.

Elle remarqua que son capitaine ne portait pas son zanpakuto à sa taille. En ce temps de paix durement mérité, celui-ci semblait être plus détendu que certains. Évidemment, même si une attaque quelconque leur tombait dessus, la dame connaissait les capacités de son capitaine et ses collègues au haori blanc pour savoir qu’ils pouvaient très bien se débrouiller sans l’aide d’un zanpakuto. Le quatrième siège prenait exemple sur cette équipe de guerriers d’élites, elle voulait pouvoir combattre sans avoir à toujours compter sur Sentaiyou pour lui rendre les choses faciles.

- Je tiens aussi à présenter mes excuses pour le terrible état dans lequel je suis présentement, je reprendrai mon travail aussitôt que mon corps serait remis de cette rencontre, ajouta-t-elle ensuite en baissant honteusement les yeux. J’ai essuyé une défaite, une insulte pour notre honorable division, mais je compte faire en sorte que cela ne se reproduise plus.

Hana possédait trop de volonté pour sombrer à la suite d’un tel affrontement et c’était surtout de cela qu’avait dépend sa survie. Elle avait sûrement hérité de cette volonté de sa grand-mère ou même de son père.

- Je ne perdrai pas davantage de votre temps, Capitaine, je comptais écrire un rapport le plus rapidement possible, mais puisque vous êtes ici, il serait mieux pour moi de vous rapportez les faits pendant qu'ils sont toujours frais dans ma mémoire.

Elle ferma brièvement les yeux, se demandant par où commencer. La dame ne voulait pas mêler des détails impertinents aux faits concrets. Une partie d’elle-même ne désirait pas songer à l’homme qui l’avait laissé dans un si piètre état. Hélas, cela faisait partie du boulot et elle ne pouvait se permettre un élan de faiblesse, surtout pas face à son capitaine.

- J’ai visité le monde des humains accompagné de Mori Rihei, à la recherche de ma cousine, Uranara Kimiko, celle-ci était prise en chasse par un hollow que j’ai éliminé sans difficulté, raconta la dame pour commencer. Peu de temps après cela, un arrancar est apparut. Il s’est présenté sous le nom de Sanguinario Sitharion, je n’ai jamais lu à son sujet dans nos archives. Son regard était perdu vers le mur en face d’elle sans vraiment le voir. La plaie à son cou lui fit mal, mais elle ne montra rien. Je ne suis pas sotte, je savais pertinemment que quelque chose clochait avec cette créature et qu’il ne valait pas la peine de songer à l’affronter, toutefois celui-ci à mentionner quelque chose qui a retenu mon attention. Elle n’omettrait aucun détail digne d’attention, Hana était observatrice et perspicace. Celui-ci a parlé de mystérieuses attaques ou des disparitions et si nous en avions été touchés. Il était… définitivement curieux à ce sujet, un peu trop même.

Lentement, elle se ressassa sa rencontre avec l’arrancar, essayant de capturer chaque détail que sa mémoire n’avait pas oublié.

- Ce Sanguinario Sitharion a affirmé ne pas désirer débuter une nouvelle guerre contre nous, toutefois, quelque chose dans son regard semblait dire le contraire, mais ce n’est pas tant cela le plus important, c’est son obsession à savoir si nous étions les coupables concernant ces attaques ou ces disparitions ou si nous les avions subies. Elle reporta son attention vers le capitaine, songeuse. J’en ai déduis que le Hueco Mundo avait aussi été touché par certaines escarmouches. Qu’en pensez-vous, Kuchiki-taicho?



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉

Uranara Hana


Rose + 4
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



880 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Lun 23 Jan - 0:19




Lentement, Byakuya se rapprocha  de la jeune femme qui venait de reconnaître sa présence. Remettant son châle sur ses épaules, elle s’efforçait de paraître  bien sur son séant, comme lui même faisait en pareil cas...Cependant, le noble Roku Ban Tai Taicho n'aurait fait aucune remarque si elle  s'épargnait un tel maintient. Bien au contraire, il comprendrait et préférait qu'elle récupère au plus vite, plutôt que de ce contraindre à un tel effet de fierté vis à vis de lui. Mais il ne fit aucune remarque et se contenta de s’arrêter à une distance respectable de sa personne. Notre capitaine se contenta de lui rendre ses salutations d'un signe du visage, tout en gardant cet air insondable, délaissant ses mèches sombres retomber sur ses traits, lui offrant un aspect un peu plus grave encore. Le silence s'était installer entre eux, et pendant ce court moment, Byakuya dénota une certaine curiosité de la part de sa subordonnée.. Elle était depuis peu à son service, et  cependant.. en suivant son regard.. il compris qu'elle contemplait son obi.. Peut être avait il mal fait le nœud ? Chose pour le fait.. improbable selon lui. Jamais Yarienhamate ne se trompait sur sa manière de le vêtir. Cette dernière n'était autre que sa gouvernante.. et la doyenne des lieux si l'on peu dire..elle avait connu deux génération de Kuchiki, pendant son parcourt professionnel. Mais fermons la parenthèse.. par déduction, le chef de clan en arriva à son zanpakuto. Ce dernier n'était autre que dans son bureau. Pour le moment, rien ne l'autorisait à le porter, si ce n'était que s'il partait en mission.. voir poursuivre l'enquête qu'il avait mener avec son Troisième siège et sa Huitième siège. Son rapport avait été assez clair sur le sujet... et l'intrigue cependant restait entière.

Son esprit cartésien n'avait encore rien à se mettre sous la dent pour poursuivre l'enquête, à moins que pendant sa venue jusqu'ici, la Douzième n'est déjà  renvoyer un rapport.. Le fait est que pour le moment, Byakuya semblait assez sûr que cette mésaventure qui concernait  Uranara, n'avait aucun lien. Tout ceci apparaissait comme bien moins subtile. Sans parler que son officier ici  présent vint à le confirmer en lui racontant le pourquoi du comment.... Les arrancars devenaient bine arrogants depuis la fin de la guerre. Pourtant, ils avaient de quoi s'occuper depuis la capture d'Aizen, tout comme les shinigamis d'ailleurs.. mais une fois de plus la situation donnait raison au capitaine.. dans le fait de s’entraîner durement..Le visage était certes impassible, mais un léger froncement de sourcils venait à marquer ses traits pâles et nobles, comme affichant un certain mécontentement.. mais ce n'était en rien dirigé vers sa subordonné. Sanguinario Sitharion... un nom qu'il gardera dans un coin de sa mémoire. S'il y avait bien une chose que c'était promit  Byakuya, c'était  de se préoccuper de ses hommes et ne plus commettre cette bêtise que lui avait alors révéler Renji en l'affrontant.  Bien qu'il n'en disait mot à quiconque... si l'on observait ses façon de faire.. indirecte ou non, cela pouvait se voir... Du moins si on était dans la Division depuis assez longtemps.  

Cependant un fait retint son attention, c'est de savoir que le Hueco Mundo n'était pas aussi tranquille qu'il n'y paraissait. Le regard anthracite du noble, vint alors se posé sur ce visage qui se voulait noble  et attentif.. n'offrant que peu de place à la fatigue.  Inspirant lentement, ses lèvres finirent par s'entrouvrir, offrant alors la place à une voix monocorde et  grave...


Je ne saurais dire. Nous ne sommes pas concerné  envers ce qu'il se passe au Hueco Mundo. Du moins plus depuis la guerre, car l'équilibre est stable.  Cependant, si les arrancars en viennent à rompre cela, il nous faudra être vigilants. Mais visiblement, il vous a épargné car vous n'êtes pas sa réelle cible.

Il fit une courte pause avant de reprendre d'une voix tout aussi atone, bien que son froncement de sourcil ait disparu de ses traits. Ce qui lui donnait un air encore plus enigmatique.

Je ne veux pas que vous quittiez  votre chambre avant votre  rétablissement complet.  

C'était un ordre directe, qui cachait dans un sens, le désire de voir ses hommes en pleine forme. Nous étions en paix certes, mais ce n'était pas une raison pour se négliger.. l'invitant alors à se détendre, et non à rester aussi droite, au point de se fatiguer très certainement. Ses paupières se voilèrent à ce moment là.. comme confirmant une certaine fermeté à ce sujet.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



152 posts

Squatte depuis le 09/11/2016

23 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
64/100  (64/100)
XP:
4050/10000  (4050/10000)
Spécialité: Kidô



Dim 29 Jan - 1:46

A thorn in my soul
Kuchiki Byakuya & Uranara Hana

 Les affaires du Hueco Mundo devraient pourtant les concerner plus que cela. Les choses pouvaient peut-être paraître tranquilles pour certaines personnes, mais les apparences pouvaient être si trompeuses. Cette attaque gratuite sur sa personne était la preuve que certains individus n’étaient pas encore prêts à lâcher prise. Elle baissa doucement les yeux, est-ce qu’un équilibre était réellement possible entre des ennemis naturels? Ils étaient telle l’eau et l’huile, impossible de se mêler les uns aux autres, une simple étincelle suffisait à mettre le feu à cette fausse balance.

- Si cette shinigami n’était pas sa réelle cible, alors je crains pour le futur, Taicho, remarqua la dame, redoutant les véritables motifs qui avaient pu animer cet arrancar de malheur. Toutefois, je ne l’ai pas laissé sans une égratignure, il se souviendra de moi.

Elle lorgna son capitaine et observa son expression indéchiffrable, il était le plus souvent impossible de devenir se qui se déroulait derrière ses beaux sourcils. Un homme intelligent et fidèle à ses principes. Ne pas pouvoir le lire tel un livre ouvert était une qualité, si d’une simple observation, elle pouvait devenir tout ce qui se passait dans son esprit, un ennemi en ferait qu’une bouchée.

- Dans mon état, je peux difficilement quitter cette pièce, capitaine, avoua la jeune femme en évitant à nouveau le regard de son supérieur. Certaines choses prendront du temps à guérir adéquatement et d’autre ne guériront jamais, elle ne commenta pas davantage sur la fin de sa phrase, toutefois, puisque vous êtes ici, je vous ferai part de mes dernières observations sur ce curieux ennemi avant que ma mémoire ne fasse défaut.

Hana désira bouger un peu, ne serait-ce que pour se mettre plus confortable, mais oublia immédiatement cette idée. Ses muscles étaient trop douloureux pour faire quoique ce soit et la plaie dans son cou l’élançait plus que tout le reste. À savoir si c’était son corps ou son âme qui souffrait le plus…

- Cet arrancar possédait une force physique impressionnante qui n’équivalait que sa vitesse tout aussi surprenante. D’allure masculine, il possède un teint grisâtre et les cheveux aussi pâles, il se démarque de son espèce en était vêtu de teinte sombres et non le contraire, décrivit la noble en fronçant des sourcils. Il est plus grand que moi, elle se souvint de sa dégoûtante présence dans son ombre et de son torse contre son dos, elle eut un frisson d’horreur, possiblement d’une tête et demi. Il manie fort bien sa lame, mais son cero est exécrable. Je crois, elle hésita un moment, qu’il pourrait bien être un espada, cependant, il ne m’a pas informé d’un chiffre ou de quoi que ce soit d’autre, mon but premier n’était point de l’affronter au commencement, mais il a rendu les choses… plutôt difficiles.

Et elle finissait dans un lit d’hôpital après cela.

- Je me soignerai, capitaine et je rependrai le travail, plus forte qu’avant.



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉

Uranara Hana


Rose + 4
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



880 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Mar 31 Jan - 21:46




C'est silencieux que Byakuya se tenait là, devant sa subordonnée aussi fière que dolente. Ses pupilles anthracite parcouraient avec attention les moindres blessures décelables, les bandages... et cette faiblesse physique parfaitement explicable. Cette vision remplissait bien des rapport à elle seule et il apparaissait à notre Roku Ban Tai Taicho qu'il en avait fallu pour un tel résultat.  Lentement, ses paupières s'abaissèrent sur ses pupilles aussi insondable que grises, offrant alors une expression impassible, mais pensive... alors que les mèches sombres venaient à retomber sur son visage pâle.  Son mutisme, laissait simplement toute liberté de parole à Uranara, qui paraissait indisposée. Par sa présence peut être ?.. non.. cela semblait être plus d'ordre musculaire. Le chef de clan pouvait le deviner sous ce mouvement retenu. Lui même avait connu ce genre de désagrément, alors qu'il s'était retrouvé alité en ce même lieu... dans une chambre presque similaire, avec Renji pour seul garde du corps. Byakuya n'aurait pas imaginer  recouvrer une telle réminiscence . S'en était même ironique quelque part, car la situation ne paraissait pas aussi similaire. Pourtant, c'est d'un geste appliqué, qu 'il vint l'aider à lui remettre son oreiller un peu mieux, facilitant sûrement son confort. Par le passé, jamais notre noble capitaine ne se serait montré aussi prévenant. Mais ce n'est pas pour autant que ce genre d'attention était..... novatrice. Cela avait toujours été en lui.. profondément caché, comme quelque chose que l'on ne devait jamais soupçonner chez lui.  Se redressant, il ne fit que noté l'apparence de cet agresseur. Un ennemi redoutable, mais peut être pas autant que cela paraissait.. Notre chef de clan n'en fera certainement pas une vendetta, mais le fait est que la Sixième Division venait d'être sali.  Son devoir serait donc de redresser les tords.

Restant debout Byakuya finit par inspirer lentement, chassant cette frustration envers ce genre d'attaque. Le Hueco Mundo et le Seireitei était en trêve.. ce genre d'acte, allait être relayer.. Et pourrait bien signifier des actes plus graves pour l'avenir. Le noble avait depuis deux ans.. tenu à s’entraîner sans relâche.. pour cette unique raison... mais il ne s'attendait pas à ce que cela se manifeste en si peu de temps... A moins que quelque chose ne contredise cette pensée pourtant affreusement... logique. Les barrières de ses paupières se relevèrent, pour une fois de plus se porter sur ce visage harmonieux, avant que ses lèvres ne s'entrouvrent enfin.  Sa voix bien que monocorde, ne paraissait pas ennuyeuse en sa gravité... lors qu'elle se manifesta dans le silence de la pièce.  



Je ne doute pas de votre rétablissement. Vous avez fait votre devoir. Cependant votre rapport sera remit au Sotaicho, car ce genre de conflit apporte un mal conséquent en ce qui concerne notre paix actuelle avec le Hueco Mundo.


Il fit alors une pause, avant de s'éloigner vers la porte.. il sembla alors réclamer quelque chose.. avant de revenir auprès de la jeune femme.   Son clan.. était reconnu parmi la Soul Society et Byakuya reconnaissait son rang de chef de clan... Il était assez renseigné sur ce point, tout comme il savait sa position en tant que quatrième officier au sein de sa propre Division... toute récente. Un début  assez brusque, mais  le noble y voyait là .. son potentiel.


A l'avenir, faites en sorte de prévenir ce genre de départ à la hâte. Vous auriez pu y rester et la Division à besoin d'officiers prometteurs.


Une forme de  sermon... cachant aussi une certaine reconnaissance..étant noble elle même..il ne lui sera guère difficile de lire entre les lignes. Quoi qu'il en soit, Byakuya s'éloigna à nouveau.. venant à prendre un thé sur un plateau, que l'on venait d'apporter... Il vint alors le tendre vers Uranara. Un geste toujours aussi juste que noble, alors que son visage restait des plus impassible.. Cependant, il n'y avait là aucune froideur... simplement une sensation de ne rien laisser trop transparaître. Ses doigts grands et fins, retenaient le récipient, dans lequel un arôme agréable s'en réchappait.  

Une attention qui ne souffrait pas le refus, alors que ses pupilles insondables faisaient face à ceux de la dame. Ceci se confirma par un ordre verbale. On pourrait se demandé pourquoi boire un tel thé...  par convenance?.. allez savoir.. 

Buvez



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



152 posts

Squatte depuis le 09/11/2016

23 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
64/100  (64/100)
XP:
4050/10000  (4050/10000)
Spécialité: Kidô



Lun 6 Fév - 17:49

A thorn in my soul
Kuchiki Byakuya & Uranara Hana

 Ce mot utopique, encore une fois. Tout cela n’était qu’une vulgaire mascarade, mais Hana parvint à conserver tout commentaire désobligeant pour elle. Qui était-elle pour juger de la situation? Elle regarda son capitaine se lever avec toute la dignité dont il pouvait faire preuve et l’observa rejoindre la porte. Il y eu quelques mouvements à l’entrée, son capitaine sembla prendre quelque chose en sa possession.

- Cette femme a été bien naïve de croire que récolter un membre de sa famille dans le monde mortel serait une tâche facile et sans difficulté, un pli se forma entre ses deux sourcils en songeant à Kimiko. Une curieuse lueur passa dans ses yeux violets lorsque l’important monsieur lui tendit une tasse de thé fumante.

Incrédule, elle osa hésiter un moment avant de tendre elle-même les mains. La noble sentit rapidement la chaleur se répandre dans les paumes de ses mains, puis se laissa tenter par les délicieux arômes s’échappant de la chaude vapeur.

-Ha-Hai, souffla la jeune femme avant d’approcher ses lèvres du récipient et prendre une petite gorgée.  Par pudeur, elle dissimula discrètement sa bouche entrouverte avant de reprendre contenance. Un voile un peu attristé passa ensuite dans son regard. Autre que quelques hauts placés de son clan, personne ne l’avait réellement visité et voilà que maintenant son capitaine avait une telle gentillesse à son égard. Capitaine est un homme plus attentionné qu’il ne le paraît, dit-elle finalement par la suite, même si son commentaire pouvait paraître déplacé, un exemple à suivre, j’aimerais pouvoir être ne mesure de prendre soin des miens comme vous semblez le faire avec les vôtres.

La jeune femme, pensive, baissa les yeux vers la tasse de thé reposant dans le creux de ses mains. Les dernières années n’avaient pas été faciles pour elle, autant pour se faire une place au sein de sa division ou pour ne serait-ce que se faire tolérer au sein de son propre clan. Elle ne comprenait pas comment ou pourquoi de nombreux membres de son propre sang se retournaient contre elle sans même lui laisser une chance. Cet incident ferait jaser longtemps auprès des siens.

- Taicho, permission de parler en tant que noble à un autre? S’enquit doucement la dame, l’air soucieuse. Dans son état et avec l’aide de cette petite rencontre plus ou moins privée, c’était le moment ou jamais de poser quelques questions qu’elle considérait sensibles. Depuis le décès de sa grand-mère, elle avait très peu de personne à qui se confier ou pour la guider dans les affaires de la noblesse. Il y avait bien son oncle, mais même celui-ci lui avait indiqué de ne faire confiance à personne. Taicho est un homme accompli, privilégié sur plusieurs points, mais surtout respecté par tous. Évidemment, vous possédez un nom important, toutefois, cela n’est pas votre unique attribut. Quant à moi, ma position est sans cesse contestée au sein de ma propre famille.

Est-ce que le noble Kuchiki avait déjà frôlé ne serait-ce qu’un peu des difficultés similaires?  Hana baissa honteusement les yeux. Il semblait que sa force d’âme s’était également effondrée sous le poison, voilà qu’elle envahissait son capitaine avec ses problèmes. S’il y avait bien une personne a qui elle offrait une certaine confiance, c’était Kimiko, mais la pauvre fille ne comprenait rien aux affaires du clan et cela ne la concernait pas réellement puisqu’elle était de la seconde branche. Quant à Rihei, il n’était pas du tout du clan, un simple sbire qui lui devait de nombreuses faveurs.

- Mon honorable grand-mère n’avait aucun mal à se faire entendre par qui que ce soit, même ceux plus hauts que son rang, mentionna ensuite la shinigami alitée. Malheureusement, la vieille dame n’était plus là aujourd’hui pour lui venir en aide. Comment est-ce que Taicho inspire autant de respect et d’admiration? Je ne compte pas abandonner mes droits légitimement acquis, toutefois, il m’est difficile de savoir si je devrais faire preuve de gentillesse, de tolérance ou d’avoir la main lourde sur ceux qui osent aller contre ma position.

Elle se laissa crouler sous un soudain mutisme dans lequel elle en profita pour reprendre une gorgée de thé. Son expression était neutre, malade certes, mais neutre, mais une lueur attristée, voir déçue, semblait animer ses yeux pâles.

- Cette shinigami est fiévreuse, elle raconte des bêtises, veuillez l’excuser pour empiéter sur votre précieux temps. Une teinte de rose se manifesta sur ses joues blanchâtres. Ne vous en faites pas, de tels soucis futiles ne m'empêcheront pas de travailler au sein de la division.



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉

Uranara Hana


Rose + 4
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



880 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Lun 13 Fév - 19:30





Relâchant sa prise,  le noble capitaine laissa simplement sa subordonnée prendre conscience de cette chaleur bienfaisante. Le fait est qu'il ne fit aucun commentaire quand elle vint à lui souligner qu'il était plus attentionné qu'il n'y apparaissait. Oui, Byakuya était du genre à surprendre son monde.. sans réclamer être véritablement compris. Il aimait préserver son mystère. Son regard s’attarda juste un instant sur cette tasse qu'elle détenait, avant de le voiler lentement sous ses paupières. Il ne s'était guère attendu à une sorte de... compliment, et plus encore, à une permission de parler d'un noble à un autre.  C'était chose assez rare dans le cadre d'un subalterne et son supérieur.. mais pas infaisable pour autant.  Il n'y eut qu'un simple silence entre eux avant qu'un léger mouvement du chef ne vint de sa part.  Offrant dès lors cette fameuse autorisation. Après tout, elle venait de piquer sa curiosité devant ce genre de demande.  Observant un parfait mutisme, ses pupilles remontèrent sur ce visage encore marqué de fatigue. Il devrait lui rappeler en qualité de capitaine, qu'elle se devait à son repos, mais la politesse en tant que noble de haute famille, lui imposait de laisser faire. Il vint simplement s'asseoir, tout en la laissant s'exprimer. Ce qu'il entendit avait un semblant de déjà vu.. ou plutôt de déjà vécu. D'une certaine manière, mais là encore il ne dit mot.. préférant savoir jusqu'où cela irait.

On ne peut pas dire que Byakuya avait toujours été incontesté au sein même de son propre clan.. voir même par la haute noblesse... quand  il avait épousé Hisana, il lui avait fallut beaucoup d'entêtement et de force de caractère. Assez du moins pour que le clan n'agisse jamais contre son épouse, surtout en son absence. Son air se fit un peu plus grave peut être, mais cela pouvait difficilement être repérable pour une personne peu habituée à sa personne. Il se rappelait  sa prise de pouvoir.. il n'y a pas si longtemps de cela, alors que son grand père prenait définitivement sa retraite … que ce soit en terme de chef de clan que de capitaine de la Sixième Division. Ce fut un instant compliqué et délicat ; et cependant … à présent, l'équilibre était là... surtout depuis qu'il y avait cette harmonie entre sa propre sœur et lui même.. plus aucun mensonge... de secret contenu....le seul regret étant de n'avoir plus cette moitié... envers qui il pouvait se confier.. et se montrer tel qu'il était. Mais alors qu' Uranara venait à se rétracter par réserve, toute fois parfaitement compréhensible, Byakuya se contenta de lever la main.  Avoué une faiblesse en tant que noble , forçait forcement le respect et le devoir de rester fidèle à cette confession.  Dans ce genre de milieu c'était un geste risqué.


Si vous ne vous sentez pas capable de revêtir le rôle d'héritière, alors jouez ce rôle.  Un jour, vous n'aurez plus besoin de le jouer. On ne naît pas chef de clan, quoi qu'en dise la noblesse.. nous le devenons à force de pratique. Votre grand mère, aussi honorable fut elle, est aussi passé par ce stade, comme tant d'autre. Ce qui fera la différence entre elle et vous,  sera votre façon de percevoir les bonnes et les mauvaises choses, envers votre propre clan.  

Sa voix avait bravé le mutisme qu'il dévouait jusque là. Un timbre monocorde et grave, tandis que tout son maintient paraissait à la fois digne et calme. Le noble Roku Ban Tai Taicho n'avait que ce conseil là à offrir. Une chose qu'il avait lui même dû apprendre en tant que jeune chef de clan, notamment après le décès de son père...cette position.. ne rendait pas immortel... ni intouchable.  

Ne montrez point vos doutes, ni vos faiblesses. Ceci ne doit jamais quittez votre chambre... c'est là votre lot.

Sur ses mots, il espérait avoir donner des éléments de réponses envers sa subordonnée dont il n’ignorait pas du tout la position.



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



152 posts

Squatte depuis le 09/11/2016

23 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
64/100  (64/100)
XP:
4050/10000  (4050/10000)
Spécialité: Kidô



Mer 8 Mar - 0:23

A thorn in my soul
Kuchiki Byakuya & Uranara Hana

 Hana, bien que honteuse de s’adonner à une telle faiblesse de caractère, leva partiellement les yeux vers son capitaine. Sa présence l’a rassurait un peu et bien qu’il ne fut pas tout à fait généreux de paroles, il n’en était pas moins encourageant de le savoir présent dans une période difficile pour le quatrième siège. La jeune dame avait beaucoup de respect pour cet homme, et ce, peu importe les ragots et les mauvaises langues. Sa grand-mère avait partagé beaucoup d’information à propos de la noblesse, elle considérait qu’il était très important de connaître ses pairs autant que soi-même.

Une lueur passa dans le regard de la chef de clan lorsque son capitaine se décida finalement à partager un peu de sa sagesse. Étrangement, son conseil lui était familier, miroitant plus ou moins ce que sa grand-mère lui avait dit autrement. « Si tu n’as point de confiance, maintient ton dos droit et fait semblant, un jour, tu n’auras plus à entretenir un masque » se ressassa le quatrième siège, l’air nostalgique.

- Le sentiment noble est bien dérisoire, souffla faiblement Hana qui observa sa faible réflexion dans la tasse de thé avant de vider le reste d’un seul trait. Elle ferma les yeux qu’un bref instant, puis passa vaguement la main devant son visage fatigué pour ensuite reprendre une expression d’une étonnante passivité. Mes paroles, bien heureusement, sont prisonnières du sceau du silence. Si je dois sombrer, ce ne sera pas par ma propre éloquence.

Elle déposa la tasse vide sur la petite table de chevet à sa gauche et sourit faiblement.

- Je crains n’avoir rien de plus à raconter sur le sujet de cet arrancar et cet incident, si des détails me reviennent, je vous les ferai transmettre le plus rapidement possible, Taicho, déclara finalement la jeune femme en feignant un sourire. Pour l’instant, il ne me reste plus qu’à guérir. Je crains que ma guérison ne prenne un moment. Elle inclina respectueusement la tête. Pardonnez-moi de ne point pouvoir vous accompagnez à la sortie.

Même si sa chair et ses os lui faisaient toujours mal, elle devait admettre son coeur, quant à lui, s'était alléger et ses épaules étaient dorénavant détendues.

- Arigatou gozaimasu, Taicho.



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉

Uranara Hana


Rose + 4
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



880 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Ven 17 Mar - 17:01




Le silence semblait vouloir retombé dans la pièce. Quoi de plus normal qu'une telle paix soit de toute façon imposé dans un endroit de ce genre. Byakuya savait qu'il allait devoir laisser sa subordonnée se reprendre et il espérait que ses paroles seront utile pour un prompt rétablissement. Nous étions en période de paix, il est vrai... mais cette enquête et ce qu'elle venait de subir, lui donnaient raison quand à se tenir toujours prêt  et s’entraîner sans se reposé sur ses lauriers.Son regard d'un  gris acier s'attarda un peu sur la fenêtre, avant de revenir sur la jeune femme qui avait terminé le thé chaud.. C'était une bonne chose. Néanmoins, l'entretient touchait à sa fin. Notre Roku Ban Tai Taicho  se devait de rejoindre à nouveau la Division pour  réfléchir à tout ceci. Il était déjà pleinement soulagé de savoir qu'il ne perdrait pas son officier.loin de là et quand bien même il ne l'aurait point permit. Cependant,  Byakuya était curieux de connaître le fin mot de l'histoire de tout ceci. Le silence toute fois fut rompu, et ce par Uranara qui vint à  confirmé que cette entrevue n'avait plus lieu d'être, et que son rapport bien qu'un peu succin et à la fois intriguant, ne sera pas plus détaillé.. du moins pour ce jour.  Son regard se voilà pour quelques secondes, comme rangeant toutes ces informations dans son esprit... il y verra peut être plus clair en cela, en voyant les autres rapports.

Lentement, son visage s’inclina vers l'avant comme pour signifié son accord quand à ce qu'elle vint à soumettre... et il finit par répondre de lui même, de sa voix atone et monocorde :


Rétablissez vous au plus vite, nous nous reverrons certainement à votre retour au sein de la Division.

Un bref mot d'encouragement, afin qu'elle redresse la tête. La Sixième Division était reconnu pour ses hommes de valeurs après tout.. et elle n'en manquait pas.. n'est ce pas ? Qu'elle soit noble ou  non.  Ce qui comptait c'était le fait de se redressé et non la chute en elle même.  Byakuya lui accorda encore un regard, puis il se détourna enfin pour regagner la sortie.. refermant derrière lui la porte, afin que le repos de sa subordonnée ne soit pas perturbé. Puis d'un pas calme et dynamique, le noble se retira dans le couloir, avant de définitivement quitter les lieux.. Se rendant alors une fois de plus à la Sixième Division. Le temps se couvrait petit à petit dehors.. annonçant une pluie imminente, alors que le Roku Ban Tai taicho n'était qu'a mi chemin... Le ciel ne fut point clément et les premières gouttes vinrent à sa rencontre au bout des cinq minutes qui suivirent...Pourtant, Byakuya n'accéléra point le pas. Lors qu'il parvint enfin à son propre bureau.. il se contenta de disparaître dans ses quartiers privé afin de prendre une douche chaude de de s'y changer. Se remémorant l'entrevue... cherchant un lien quelconque avec l'enquête en court...il revêtit son uniforme de rechange.. ainsi que son Kenseikaan. Ce n'est qu'une fois prêt qu'il quitta la pièce pour rejoindre le bureau.. et se faire un thé des plus apaisant. Il avait besoin de tranquillité et de réfléchir à cela. Au dehors, la pluie avait forci, et la luminosité était si basse, que le noble dû allumer pour ne point rester dans le noir.. même si cela de nature.. ne l'avait jamais dérangé. Mais c'était un réflexe et une nécessité s'il désirait aussi se remettre au travail, concernant ses propres dossiers.

Quand il n'y en avait plus.. d'autres lui parvenaient.. c'est sans doute cette sensation de ne jamais en finir qui avait vaincu son Fukutaicho.. en effet ce dernier.. dès qu'il le pouvait, s'échappait de là pour  ne plus les voir.. Heureusement que Byakuya voir même une certaine Shirome n'avaient rien contre le devoir de les faire.. quoi que.. Parfois le noble trouvait une astuce pour que Renji soit un peu contraint de les faire. Un fin soupire s'extirpa de ses lèvres.. puis il vint d'une main habile se saisir d'un document.. et se replongea dans son travail.




┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



posts

Squatte depuis le

piges








Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» F.R Kuchiki Byakuya
» Donne moi une bonne raison... [PV Tia Hallibel & Kuchiki Byakuya]
» Shihôin Yoruichi [Terminée]
» Quand le Cerisier rend visite à l'OGM ( PV Ichigo)
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater