Your power and my voice in one combine (Feat Mildred Gaël)
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



449 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

22 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
25/100  (25/100)
XP:
200/4500  (200/4500)
Spécialité: Bringer Light



Jeu 14 Jan - 0:26




Depuis quelques temps déjà - soit depuis la visite de cet arrancar chez elle - la douce Mitsuki avait cessé toute pratique de la musique. Certes, l'homme, du moins l'individu lui avait dit de toujours chanter en présence de hollow, mais l'étrange énergie qu'elle pouvait désormais sentir couler dans ses veines lorsqu'elle chantait l'impressionnait. Certes, cela avait toujours été le cas, mais à présent qu'elle en avait conscience, le fait était devenu bien plus incroyable. Cependant, aujourd'hui, elle avait de plus en plus de mal à retenir sa passion. Elle s'était surprise plusieurs fois en train de chantonner, variant les trois langues qu'elle avait apprise dans son enfance. C'était devenu une habitude chez elle, mais à présent que ce don était devenu plus qu'un simple talent, elle devait admettre qu'elle se sentait un peu effrayée. Son diner bien entamé, elle continuait de repenser aux recommandation de l'arrancar, toujours chanter en présence de hollow, soit. À la limite, elle aurait bien aimé tenter quelque chose à ce sujet, réellement, et pas juste sur un homme assis dans son salon. Terminant ses brochettes de poulets, elle joua quelques instant avec les tiges de bois, avant d'emporter le tout dans sa cuisine et de faire sa vaisselle rapidement.

L'horloge du salon sonna vingt-et-une heure. Une envie folle la prit soudain. Elle voulait essayer, sa musique lui manquait et l'envie de voir jusqu'où sa voix pouvait aller dans l'importation de bonheur était très forte. Alors, au lieu de se rendre dans sa chambre pour flemmarder un peu sur un livret de partition, elle prit simplement un pull dans son dressing - il commençait à faire frais - et croisa son reflet dans le miroir un instant. Elle portait une robe de soie, en fuseau, argenté constellée de flocons de neige, des bas en dentelle blanche et ses éternelles couettes hautes. Un sourire fleurit sur ses lèvres peintes alors qu'elle se souvenait de la fois où une rivale européenne l'avait critiqué à ce sujet. Celle-ci lui avait dit qu'elle devait être trop pauvre pour ne pas pouvoir se payer un coiffeur sur mesure, à cela, Mitsuki avait rétorqué - avec une douceur remarquable - qu'en chine, la longue chevelure d'une femme était le symbole de son appartenance à la famille impériale et la noblesse. Plus un mot n'avait été dit alors, et la jeune idole était repartie victorieuse.

Son sac à main sur l'épaule, la jeune femme quitta son appartement, rangeant les clefs de celui-ci dans la poche à l'avant du sac. Le pas vif malgré ses talons hauts, elle se laissait de nouveau aller. Presque dansante dans les rues de Karakura, elle ne vit pas le temps passé, ni les quartiers s'enchainer les uns après les autres sur son sillage. Elle se sentait de nouveau en vie, pleinement en vie. Elle traversa sans y faire vraiment attention, le parc pour enfant de Komatsu, et finit par arriver dans un coin inconnu, mais toujours aucun hollow en vue. Mitsuki fit la moue, s'ils ne faisaient aucun effort, comment pouvait-elle s'entrainer avec sa voix? Elle fit la moue, avançant encore un peu et s'approchant d'un quartier plus sombre que les précédents. Mais toujours aucun hollow dans les parages. Elle roula des yeux, vexée de ne pas avoir trouvé ce qu'elle cherchait. La brunette à la si longue chevelure allait rebrousser chemin lorsqu'une voix rauque la fit frissonner sur place.

"Alors fillette, on se promène toute seule?"

Si la voix était désagréable, la personne à qui elle appartenait l'était encore plus à regarder. C'était un blond, - teinture oblige - avec la partie du crâne rasé, et sa dentition semblait de travers. Pour avoir longtemps vécu à Tokyo, Mitsuki savait pertinemment quand il ne fallait pas rester sur place, et s'en aller le plus rapidement possible. À cet instant précis, c'était justement ce qu'il fallait faire, fuir avant qu'il n'y en ai d'autres. La jeune idole du classique ignora donc la phrase de l'homme au visage hideux, et fit demi-tour pour s'en aller. Elle percuta le torse d'un autre. Et avant même d'avoir pu crier, on l'avait plaqué contre un mur. Le coeur battant la chamade et la terreur se lisant sur son visage de poupée de chine, elle planta son regard azuréen dans celui de son agresseur, froidement et pleine de haine. Mais son masque ne tiendrait pas longtemps. Elle n'avait plus de garde du corps ici.

"Lâchez-moi immédiatement..." Prononça-t-elle d'une voix glaciale, mais les tremblements étaient perceptibles malgré sa volonté de paraitre forte.

"Oh non... Au contraire, je pense qu'on va jouer un peu d'abord, pas vrai les gars?" Prononça celui qui la maintenait contre le mur, et son haleine alcoolisée fit froncer le nez de la demoiselle avec force.

Les autres se mirent à ricaner, avant de commencer à chercher les nombreux 'jeux' qu'ils allaient pouvoir tester sur elle. Le cœur battant à tout rompre, Mitsuki se demanda comment elle allait se sortir de cette horreur. Finalement, les shinigamis, les arrancars et les hollows n'étaient pas si dangereux que ça, les humains l'étaient aussi. La nature humaine l'était toujours plus. Terrorisée alors qu'une main immonde se glissait sur sa cuisse, elle se mit à murmurer lentement les paroles d'une chanson avec le plus de ferveur possible, mais son souffle était trop court, trop saccadé, et son cœur fragile bien trop douloureux. Mais elle continuait encore et toujours à psalmodier les paroles du Phantom de l’opéra, priant pour que sa bague s'illumine comme la dernière fois et retire toutes émotions sales à l'homme qui osait la toucher ainsi.

"Bah alors, qu'est-ce que tu racontes ma belle, tu me supplies c'est ça?" Il ricana. "Attends que je m'occupe de toi pour supplier..." Et il continua de faire grimper sa main le long de sa cuisse, défaisant les rubans de son bas avec un rire suffisant.

Que Bouddha lui vienne en aide...




┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


The Banshee


Good or bad?

Voir le profil de l'utilisateur
Fullbringer Français
Fullbringer Français
avatar



184 posts

Squatte depuis le 10/04/2015

25 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
58/100  (58/100)
XP:
4850/7800  (4850/7800)
Spécialité: Bringer Light



Jeu 14 Jan - 15:53



My power and her voice





Un face à face, les yeux dans les yeux. Un duel de regard. Le noir et rouge se confrontait, et Gaël comptait bien gagner. Pourquoi perdrait t’il face à un gamin de collège qui, parce qu’il traîne dans les rues à 21 heure, pense que c’est un dur, hein ? Assis sur un banc du parc, un manuel de japonais rapide à la main, le français faisait passer le temps, attendant impatiemment l’heure où les honnêtes gens dorment. Il aurait presque l’air studieux à étudier des mots de base, sa sempiternelle tenu chemise-rouge, jean-noir, veste rouge sombre et grosse bottines à lacet n’arrangeant rien à sa discrétion. Au fil des pages un groupe de jeunes s’était réuni sur le terrain à côté de lui pour une partie de foot improvisée, ce qui devenait bruyant mais la cohabitation se passait bien entre eux.

Jusqu’à ce qu’un ballon manque de lui atterrir dans la tête. Du moins ça aurait pu si l’albinos n’avait pas de bons réflexes et choppa le ballon d’une main, relevant son regard du livre. A la limite il leur aurait rendu directement si le petit chef de bande ne s’était pas approché en demandant d’un air autoritaire :

- Ne anata, wa watashi ni boru o ataemasu !  (hey toi, rends-moi le ballon !)

Cela ne voulait pas dire grand-chose pour le français mais la situation et l’intonation employée aidait quand même à savoir de quoi il retournait. D’où ce gosse lui parlait sur ce ton ? Pour la peine, Gaël garda le ballon et le fixa, ce qui donna lieu au duel de regard où les camarades du petit chef retenaient leur souffle. Au bout d’un moment, devant l’individu atypique, l’ado grommela un « gomen » à contre cœur. Bah, cela amusait Gaël plus qu’autre chose, il n’était pas sérieux, il faut dire que c’est plus distrayant que de lire un manuel. Il finit par lui relancer le ballon, se relevant :

- You should go home, kids. (vous devriez rentrer à la maison, gamins.)

Ce n’était pas forcément un conseil en l’air, plus l’heure avançait et plus les mauvaises rencontres étaient fréquentes, et il ne parlait même pas des hollows qui étaient encore un autre problème - enfin pas pour lui évidemment. Il mit le fin manuel de base dans sa poche de manteau et continua sa route. Sa mission du jour n’était pas très intéressante ni difficile mais il avait besoin d’argent et même si la cible du jour n’était guère cher payée, ce serait toujours mieux que rien. S’enfonçant de plus en plus profondément dans les ruelles sombres, Gaël ne craignait rien. Certes y’avait des gens suspects qui trainaient de temps à autre, mais la rumeur qu’un albinos et une jeune femme halée avaient détruit un bar avec moult fracas s’était surement répandu dans le milieu. Du coup les-dits gens s’écartaient prudemment, ce qui faisait sourire avec prétention le français.

Bon alors, où était sa mission du jour…. Oh, du mouvement dans la ruelle. Son sourire arrogant ce remis en place, ah le moche blond artificiel était là, et bien il n’aura pas à chercher ! Avec sa troupe en plus. Et tous à moitié éméchés. Purée, déjà que les humains c’est pas vraiment un challenge, mais bourrés qui plus est, ça allait être vraiment naz. Trop facile. Il pensa à envoyer aller chier le commanditaire : si il voulait leur donner une leçon, qu’il y aille lui-même, mais… Que faisait le moche ? Il s’attaquait à une gamine sans défense ? Quel lâche. Gaël s’avança en cherchant à bien se faire remarquer :

- Hey 6414 yens, let this girl go and come play with me ! I take you all ! (Hey, 6414 yens (environ 50 euros), laisses cette fille partir et viens jouer avec moi ! Je vous prends tous !)

Des ricanements. Ah ouais ils étaient assez bourrés pour pas le reconnaître, lui, The Albinos. Les crétins. D’un bringerlight qui le propulsa en avant Gaël fini devant le pervers qui martyrisait la gamine. Avant que celui-ci n’ai le temps de dire « nanni » il lui avait déjà foutu un pain dans la tronche pour l’envoyer valser. Crâneur, il lança à la demoiselle, un rictus narquois aux lèvres :

- Wait a second.

Puis il partit à la chasse des autres avec cette même méthode totalement déloyale qui le rendait impossible à suivre du regard pour des gens normaux. Après cette distribution de châtaignes gratuites qui dura à peine dix secondes, il enjamba les inconscients pour retourner voir le chef de la bande, le tenant par le col et le ramenant à la jeune femme, encore plus moche avec du sang sur sa figure de blond décoloré pour lancer :

- You want to kick him too ? You should train yourself ! (Tu veux le taper aussi ? Tu devrais t’entraîner !)

Après tout, il ne serait pas toujours là pour la sauver, et autant que le laid sert à quelque chose.



codage par Jyne sur apple-spring

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Voir le profil de l'utilisateur
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



449 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

22 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
25/100  (25/100)
XP:
200/4500  (200/4500)
Spécialité: Bringer Light



Jeu 14 Jan - 16:43




Le cœur bien trop fragile de la pauvre Mitsuki battait de plus en plus fort, et la pression sur ses poignets la faisait grimacer avec autant de force que le contact écœurant sur sa cuisse. Si seulement elle avait assez de maitrise d'elle-même pour se calmer et... juste crier au moins... Elle continuait de psalmodier avec volonté les paroles du phantom de l'opera, tremblante et toujours aussi terrifiée. À l'instant même où la main dégueulasse de l'enfoiré remonta plus encore sous sa robe pour effleurer le tissus de son sou-vêtement et où l'envie subite d'arracher la gorge de cet individu avec ses propres dents se fit sentir chez la jeune Diva, la voix forte d'un jeune homme se fit entendre. C'était un baryton, et le plus étrange, était le fait qu'il parlait anglais. Tous se retournèrent dans sa direction, et les hommes ricanèrent. Mais Mitsuki était surprise, d'abord, il avait appelé cet homme par un prix, un chasseur de tête? Et ensuite, son physique - pas son style vestimentaire - était surprenant, bien plus qu'un homme avec une chevelure rouge et une lame dans le dos. Il était... très pâle, et les lampadaires renvoyait l'éclat blafard de ses cheveux blancs sur eux, mais le plus impressionnant, c'était ses yeux, pourpre, sanglant. Un albinos.

Pendant ce court laps de temps, où le jeune homme avait annoncé que le groupe devait la relâcher et qu'il les prendrait tous, Mitsuki avait cessé de baragouiner, et la bague cessait de nouveau de briller doucement, non sans éclairer très légèrement l'albinos, comme elle l'avait fait avec l'arrancar. Et au même instant, il n'était plus à une dizaine de mètre, il était en face d'eux, et la jeune femme cligna des yeux, avant de sentir la pression sur son corps disparaitre tout aussi rapidement. L'albinos venait de frapper le visage du blond avec une force démesurée, ce qui avait projeté son agresseur plus loin, il lui demanda de patienter une seconde en anglais avant de disparaitre de nouveau, pour apparaitre devant les autres, qu'il frappa avec autant de force. Il y eut un déluge de corps, tous ses agresseurs étaient à terre, inconscients, et seul le blond qui avait attenté à sa chasteté était encore debout... Enfin debout, c'était vite dit, il était vautré dans un coin, crachant du sang. En pleine observation, la jeune femme ne s'était pas rendue compte que les battements frénétiques de son cœur s'était calmé, que son souffle avait reprit une mesure normale, et qu'à part se frotter les poignets, tout allait pour le mieux. - Pendant un instant, elle jura de brûler de l'encens pour Bouddha qui lui avait envoyé quelqu'un - avant de voir que l'albinos anglais revenait vers elle, tenant le blond par le col, et le plaçant devant elle avec force.

" You want to kick him too ? You should train yourself !" De nouveau cet anglais. C'était étrange d'entendre d'autres langues que le japonais dans cette petite ville de Karakura, mais c'était tout aussi agréable finalement.

"With pleasure, but I wouldn't kick him..." Par automatisme, elle avait répondue en anglais à son tour.

Il était impressionnant de se dire que le jeune homme avait un don, comme elle, pas tant qu'il possède un don, mais plutôt qu'il soit dans la même ville qu'elle finalement. Le monde était petit. Et il était évident qu'il possedait un don vu sa vitesse, donc logiquement, il n'y avait pas de probleme si elle utilisait le sien pour punir le blond définitivement? C'était des émotions lourdes qui l'avait amené à vouloir lui faire subir ces horreurs, si elle les retirait, il allait crouler sous le poids de sa culpabilité, et ce serait une bonne chose. Il était très rare que la jeune femme se permette des contacts physiques avec d'autres individus, et après cette soirée, elle était sure d'en avoir assez pour au moins un mois, mais elle ne pouvait être écoutée par son sauveur. Elle ne voulait pas que son don le touche alors qu'il avait manifestement besoin de sa hargne pour se battre, et s'il était bien chasseur de tête, ça pouvait arriver n'importe quand. Alors, se grandissant comme elle le put malgré la présence de ses hauts talons- il était grand le bougre! - elle appliqua avec douceur ses mains sur les oreilles de l'albinos, gardant sa main ornée de l'anneau de sa mère en direction du monstre blond qui l'avait agressé, et se tourna vers lui avec un regard glacial. La dernière phrase, du dernier refrain du phantom de l'opera franchit ses lèvres avec aisance, d'une voix lyrique pure, entrant en résonance avec la pierre de la bague. Le faible halo doré se propagea immédiatement sur le blond, dont le visage tuméfié par le coup qu'il avait reçu devint blême, alors que d'énormes larmes s'écoulaient de ses yeux.

Les dernières vocalises cessèrent, mais sa voix puissante était encore légèrement amplifiée, et semblait faire écho sur les murs de la ruelles. La cible de l'albinos pleurait sans interruption, et demandait pardon à qui veut l'entendre. Mais Mitsuki se sentait encore sale, et son pardon était encore plus compliqué à obtenir qu'un seul de ses véritables sourires. Elle ignora donc le blond, et se tourna vers l'albinos, retirant ses mains fines de son visage avant de lui offrir l'esquisse d'un sourire véritable - il ne fallait pas trop en demander non plus.

"Thank you..."


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


The Banshee


Good or bad?

Voir le profil de l'utilisateur
Fullbringer Français
Fullbringer Français
avatar



184 posts

Squatte depuis le 10/04/2015

25 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
58/100  (58/100)
XP:
4850/7800  (4850/7800)
Spécialité: Bringer Light



Ven 15 Jan - 2:10



My power and her voice*





Ne pas le taper ? Déjà, le fait que la jeune femme accepte de faire quelque chose pour se venger était assez surprenant en soi. On aurait pas dit qu’la gamine frêle était du genre à tenter d’être vengeresse, mais soit. Bah… qu’est-ce qu’elle faisait ? Pourquoi elle mettait sa main sur ses oreilles ? Y’avait surement une explication à cela qu’il découvrirait si il ne reculait pas comme un sauvage. Il n’était certes pas farouche, mais ce n’était pas quelqu’un de tactile de base. Quand il touchait quelqu’un, généralement, c’était la rencontre de son poing avec la figure de l’adversaire. Pas de grand câlin donc. Il attendit avec scepticisme.

Quand elle se mit à chanter, c’était le pompon, l’albinos commençait sérieusement à douter que la gamine ait toute sa tête. Il failli lui dire que chanter des berceuses à des fripouilles était complètement débile mais… le pire était que ça marchait ! Le blond avait changé de comportement ! Sans plus attendre, son esprit catégorisa la jeune femme dans « humaine avec des pouvoirs », car il doutait que ce soit seulement à cause de la petite chanson que le gars se mettait à pleurer comme un bébé. Il devait y avoir un truc. Et franchement, il était ravi de ne pas subir ça, la honte sinon !

Une fois cela terminé et après un remerciement il hocha la tête :

- You’r welcome. (de rien)

Et ne trouva rien de mieux à faire que de sortir son portable pour prendre la petite bande d’inconscients et le pleurnichard - sans que la femme soit dessus évidement - en photo afin d’envoyer ça au commanditaire pour preuve qu’il les avait bien démonté. On ne perd pas de vu l’objectif après tout ! Sinon il aurait des problèmes de paiement de loyer. Même si Gaël survivrait sans doute dans la rue, c’était pas vraiment une situation qu’il aimerait avoir. Ensuite il remit son portable dans sa poche et demanda, quasiment sur de ce qu’il avançait :

- You have some… power ?

Et puis comme l’autre gars commençait sérieusement à l’agacer avec ses baragouinages en japonais, il s’approcha et râla en français :

- Mais ta gueule !

Et lui donna un coup de pied dans le menton sans préavis, ce qui l’assomma. Ah c’était mieux ! Comme il n’avait plus rien à faire de la nuit - qui était en quelque sorte sa "journée", le jeune homme s’adossa contre le mur, tripota d’une main machinalement son pendentif représentant les deux pistolets croisés pour s’assurer par réflexe qu’il n’était pas tombé puis déclara avec un sourire suffisant, regardant la frêle femme :

- What is a little girl like you doing around here ? As you see, it’s a bit dangerous. (qu’est ce qu’une gamine comme toi fait dans le coin ? Comme tu peux le voir, c’est un peu dangereux. )



codage par Jyne sur apple-spring

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Voir le profil de l'utilisateur
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



449 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

22 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
25/100  (25/100)
XP:
200/4500  (200/4500)
Spécialité: Bringer Light



Ven 15 Jan - 4:23




" You’r welcome. " Lui dit-il.

Le jeune homme hocha la tête avant de sortir son téléphone portable, pour ensuite prendre en photo le groupe inconscient et leur chef encore sanglotant, évitant que Mitsuki soit sur celle-ci. La jeune femme, d'ailleurs, cligna des yeux de surprise, pourquoi le faisait-il? Était-ce pour envoyer la preuve de son travail? Surement. Sentant l'épuisement revenir due à la descente de l'adrénaline causée par sa peur, la brune à la longue chevelure s'appuya contre le mur, prenant de grandes bouffées d'air. Ce n'était définitivement pas une bonne soirée. Quoique, elle avait enfin trouvé quelqu'un dan sa situation, un être humain avec des pouvoirs, il n'avait du moins pas la tête d'un shinigami ni celle d'un arrancar. La jeune Diva se permit de détailler son sauveur à son insu. Certes, c'était un albinos, un cas à part naturellement, mais étrangement, là où il aurait certainement pu faire peur à la plupart des jeunes filles, il ne fit que l'intriguer. Le regard en soit, si la couleur sanglante de celui-ci était d'abord apparut dangereuse lors de son arrivée, elle était maintenant bien plus clair, plus douce. Si la jeune femme ne lui avait pas couvert les oreilles, elle était prête à parier qu'un peu de ses émotions étaient apparues au grand jour via son regard. Perdue dans sa contemplation, elle secoua la tête en entendant de nouveau cette voix de baryton, plus calme à présence, plus grave aussi...

" You have some… power ?"

Mitsuki eut envie de rétorquer "obviously, like you" Mais ce soir, elle était loin d'être la grande Diva du Classique, elle n'était qu'une jeune fille qui avait vu sa chasteté sauvée par cet albinos anglais. Avant qu'elle ne puisse répondre, il s'était approché du geignard - de toute évidence, le rendre lucide après ses actes n'avait pas été agréable pour sa culpabilité - et avait grondé quelque chose dans une autre langue. Du français. Mitsuki avait immédiatement reconnu cette langue, pour avoir souvent joué Carmen et ses paroles française résonnaient encore dans sa tête. Pour autant, gronder avec force n'avait rien changé, il continuait de demander pardon à tout va pour chacun de ses actes passés, mais apparemment, un coup dans le menton s'avéra très efficace pour le faire taire. Mitsuki cligna plusieurs fois des yeux, la violence pouvait lui apparaitre quelque chose d'immonde lorsque sans raison valable, mais ici, elle n'était même pas sure que ce coup soit équivalent à toutes les horreurs que le blond avouait avoir commis sous les effets de l'alcool. Retournant son attention vers le peroxydé naturel, elle constata qu'il jouait avec un bijou, un collier avec pour pendentif deux pistolets en croix. Était-ce cela l'origine de son pouvoir? Tout comme elle sa bague? Finalement, il se tourna vers elle, et avec un sourire qui déplut fortement à la jeune femme -parce que faux - lui demanda en anglais :

" What is a little girl like you doing around here ? As you see, it’s a bit dangerous." (qu’est ce qu’une gamine comme toi fait dans le coin ? Comme tu peux le voir, c’est un peu dangereux.)Le coté Diva ressortit avec violence, et elle lui envoya un regard hautain emprunt de fierté.

"First, I'm not a little girl" Elle croisa les bras sous sa poitrine, la faisant remonter avec force, avant de planter son regard azuréen dans celui flamboyant de l'albinos "Then, I was thinking to fear hollows only. But obviously, men are the real society's problem!" (D'abord, je ne suis pas une petite fille. Et ensuite, je pensais que je ne craignais que les hollows. Mais de toute évidence, les hommes sont le véritable problème de la société!)

Mais Mitsuki ne pouvait pas garder son rôle de Diva très longtemps, déjà, parce que cela faisait deux ans qu'elle ne jouait plus constamment celui-ci, et qu'ensuite, même si l'homme en face d'elle venait juste de se moquer de son incapacité à reconnaitre les lieux dangereux, il l'avait tout de même défendue avec hargne. Cela l'avait peut-être arrangé, mais ce n'était pas une raison pour ne pas se montrer aimable. Un soupir franchit ses lèvres peintes, et elle s'appuya un peu plus contre le mur. Malgré le petit pull de cachemire qu'elle portait, le froid était de plus en plus fort, et commençait à se faire sentir. Ses mains fines vinrent entourer ses épaules et les frictionner. Elle soupira de nouveau, il lui avait posé une question avant cela, sur son pouvoir, oui, sauf que c'était quelque chose de bien compliqué. Que savait-elle sur son pouvoir? Qu'il rendait heureux et calme. Bien. Comment? Bonne question, elle chante, et ça marche... quand ça veut. Elle fit la moue, avant de se tourner vers le jeune homme à nouveau. Mais aucun mot ne franchit ses lèvres, à part un nouveau soupir, elle le contempla un instant. Évidemment, son esprit ne put s’empêcher de le comparer au conte du sorcier et du serpent blanc. Il avait le physique du serpent blanc lorsqu'il devenait humain, du moins dans une version masculine. Mais qui jouerait le sorcier? Elle? Elle rosit à cette pensée, et baissa la tête pour se cacher. Son regard s'attarda sur sa main gauche, ornée de l'alliance de sa mère, la pierre de lune semblait toujours aussi opaque, pourtant, quelques instants plus tôt, elle était devenu aussi scintillante que la lune elle même.

"It's my ring... It give me the power to... amplificate my voice and... I... take people's bad feelings out of them. After that they... They're calm and lucid so..." Elle se mordit la lèvre, elle avait du mal à expliquer tout ça, déjà, elle le ressentait, c'était déjà pas mal! "And you? ... Is it your neckless? ..." (C'est ma bague. Elle me donne le pouvoir d'amplifier ma voix et je prends les émotions lourdes des gens. Après cela, ils sont calmes et lucides. Et toi, c'est ton collier?)


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


The Banshee


Good or bad?

Voir le profil de l'utilisateur
Fullbringer Français
Fullbringer Français
avatar



184 posts

Squatte depuis le 10/04/2015

25 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
58/100  (58/100)
XP:
4850/7800  (4850/7800)
Spécialité: Bringer Light



Ven 15 Jan - 18:49



My power and her voice*





Pas une petite fille ? Voyons, ce petit brin de femme devait avoir quoi… pas plus de dix-huit ans non ? Même si elle avait mise une robe et des talons totalement inappropriés pour des virées nocturnes dans les ruelles sombres de Karakura : il aurait mieux valu qu’elle mette un pantalon si elle pensait se balader dans le coin, plus pratique pour frapper les gens et courir. Il fronça légèrement ses sourcils à la fin de la phrase. Et en plus elle comptait chercher du hollow, dans cette tenue ?! C’était n’importe quoi ! Encore la jeune femme se serait rendue à un bal, à la limite ok, mais à la chasse au monstre ? Gaël ricana. Ce n’était pas très gentil de sa part, mais l’albinos se confrontait à eux depuis l’âge de treize ans et avait reçu une éducation dénuée d’affection, froide et militaire forgée dans le mépris de la faiblesse. Il fallait être le plus fort, toujours plus fort et écraser les ennemis.

Mais il n’en rajouta pas plus, fixant la jeune femme qui semblait défaillir. En réalité il ne savait pas quoi faire. Qu’est ce qu’on faisait pour rassurer quelqu’un après une agression ? Qu’est ce qu’on faisait pour pas avoir l’air de se ficher de l’autre ? Pourquoi elle détournait le regard un peu… rose ? Oui il n’avait pas du tout conscience qu’il pouvait avoir un certain charme. Tien la bague ne brillait plus d’ailleurs. Heureusement qu’elle parlait à nouveau, sinon l’albinos n’aurait pas su quoi dire. La gamine pas si gamine semblait avoir froid, c’était de sa faute, lui avait prévu le coup avec sa veste, et comme les relations sociales étaient laborieuses avec lui, le jeune homme n’avait même pas l’idée de lui prêter comme dans les films. Alors c’était la bague qui faisait cela… Enlever les mauvaises émotions. Quel pouvoir étrange. Quel pouvoir inutile surtout ! Ah il était bien content de pas être tombé sur un truc pareil ! Gaël approuva, à la mention de son collier :

- Yes, I’ll show you. (oui je vais te montrer.)

Le bringerlight n’était qu’une partit de son pouvoir, il ignorait même que les autre fullbringer accomplis pouvaient eux aussi le posséder voir mieux le maîtriser que lui. Sa vraie arme, qu’il n’avait pas sorti sous peine de faire de gros dégâts, était celle-ci. L’albinos lâcha :

- Yell, Twin Dogs.

En une lueur verte rapide, le pendentif cessa d’en être un et devint deux pistolets étranges d’un modèle inconnu, relier par une chaîne, que le français rattrapa aisément, l’ayant fait une centaine de fois. Un sourire satisfait au coin des lèvres il déclara :

- Monsters doesn’t have a chance against me. (les monstres n'ont aucunes chances contre moi.)

Quand il s’agissait de parler baston, Gaël était bien plus à l’aise, plutôt que d’essayer les relations sociales de base. Avec Kaola c’était plus facile cette jeune femme était forte, p’tête même plus que lui, et ne risquait guère de se faire harceler par de faibles humains pervers ni tuée par le premier hollow qui passe. Il n’avait pas besoin d’être un protecteur, une tâche qu’il ne se sentait pas capable d’assumer depuis la mort de son seul et meilleur ami à peine un mois avant. Détruire était plus facile que protéger, surtout avec une arme comme la sienne qui n’avait que pour but de rayer les ennemis du chemin. Malgré ça est-ce qu’il pouvait laisser une jeune femme visiblement pas très dégourdie niveau combat rentrer chez elle à cette heure sans accompagnement ? Voyons, il avait des défauts mais c’était pas forcément son genre. Gaël fit reprendre à son collier sa forme initiale et mis les mains dans ses poches, la toisant :

- Go home, I come with you.


Cela sonnait plutôt comme un ordre. Ce n’était guère par méchanceté mais surtout par maladresse, le français avait du mal avec les intonations empruntes de douceur.



codage par Jyne sur apple-spring

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Voir le profil de l'utilisateur
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



449 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

22 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
25/100  (25/100)
XP:
200/4500  (200/4500)
Spécialité: Bringer Light



Ven 15 Jan - 21:13




Comme l'albinos acceptait de lui montrer son propre don, Mitsuki se rapprocha de lui pour mieux voir. Il prononça quelques mots, ce qui la surprit, puisqu'elle n'avait besoin d'aucune parole pour appelait ce pouvoir... façon de parler, évidemment, la bague était déjà là et il suffisait pour elle de chanter, mais elle n'avait pas besoin d'appeler la bague à elle. Et cette phrase, hurlez, chiens jumeaux... c'était... hmmm... étrange... En soit, pas plus que le chœur lyrique de Giselle, puisqu'elle ne faisait que répéter inlassablement le nom de son amant disparu. Une lueur verte illumina le pendentif un instant, avant de laissé place à deux pistolets pour le moins inconnus à la jeune femme - et pourtant, elle en avait vu à Tokyo - reliés par une chaine métallique. Le jeune homme s'en saisit avec aisance. Avec un sourire suffisant, il fit une remarque sur le fait que les monstres n'avaient aucune chance contre lui. Un mince sourire se dessina alors sur les lèvres de la jeune femme, pour l'instant, pas un seul hollow ne l'avait attaqué, ils la fixaient tous comme si elle était la 7e merveille du monde, et n'osaient plus bouger en sa présence - les effets du chants - à moins que ce soit l'histoire avec Bubulle? Le pauvre hollow avait été vengé de toutes façons!

"Well, they look fun..."

Frottant de nouveau ses bras, la jeune femme constata que le bas de sa jambe gauche se défaisait totalement. La frustration de s'être faite agressée revint au galop, et elle releva juste assez sa robe pour refaire le nœuds, s'acharnant sur le ruban avec ses doigts tremblant de froid. Elle jura un instant en chinois, avant d'enfin renouer l'ensemble, et se releva, le regard de nouveau parfaitement neutre. La colère amenait toujours son caractère de Diva, et il était assez impressionnant de voir les deux personnes qu'elle pouvait être. La Mitsuki en elle était douce, fragile et rêvait de se faire pleins d'amis - autre que ses peluches - tandis que la Diva était fière, autoritaire, colérique et hautaine. Les lèvres légèrement plissées, elle se tourna de nouveau vers l'albinos alors qu'il parlait. Mais le fait d'avoir jurer en chinois lui avait embrouillé l'esprit, elle dut donc prendre quelques secondes pour réfléchir et se souvenir de la langue utilisée, pas le japonais, mais l'anglais. En fait, il lui disait simplement de rentrer, et qu'il l'accompagnerait. Est-ce que tous les hommes avaient cette manie de vouloir la raccompagner chez elle pour un rien? A une période où les paparazzi se battent encore pour savoir où elle était partie se réfugier pour  créer son nouveau livret, toute la populace masculine de Karakura allait savoir où elle habitait! Pourtant, bien que l'intonation utilisée soit dure et sonnait comme un ordre, le léger tremblement sur la dernière syllabe était une preuve de son hésitation. Non pas dans on geste mais sur la manière à suivre. De toute évidence, l'albinos ne savait pas mieux gérer les relations sociales qu'elle.

"Okay... let's go!"

La jeune femme roula des yeux, avant de laissé un sourire amusé se dessiner sur ses lèvres peintes. Elle se pencha pour récupérer son sac à main, tombé pendant l'agression, et le rajusta sur son épaule avant de se mettre à marcher. Ses talons hauts claquaient le sol dans un tintement régulier, un rythme encore une fois trop entrainant pour être normal... Est-ce que chacun de ses gestes finissaient toujours par l'entrainer dans la musique? Plusieurs fois, Mitsuki jetait des coups d’œil en direction de l'albinos, baissant la tête immédiatement lorsqu'elle croisait son regard - pas par timidité mais parce qu'elle était prise en flagrant délit d'observation. Mais le plus horrible depuis qu'elle s'était remise à marcher, outre la tentation d'observer l'albinos qui était plutôt bien fait de sa personne malgré son allure un peu revêche, c'était le rythme de leur pas. Le Phantom de l’Opéra était encore plus présent dans sa tête que lorsqu'elle en cherchait les paroles pour se libérer du blond alcoolisés. Est-ce que le jeune homme allait lui en vouloir si elle chantonnait? Le morceau ne voulait pas sortir de sa tête, et ça n'allait pas en s'arrangeant... Par principe, elle retira sa bague et la glissa dans son sac, comme ça, si elle se mettait à fredonner, il n'y aurait aucun risque pour l'albinos. Du moins elle l’espérait. Par acquis de conscience - et parce qu'elle était persuadée que sa mère la tuerait de là où elle était pour ne pas l'avoir fait dés le début, elle finit par se présenter.

"Hmmm... By the way... I'm Mitsuki, and you?" En attenant une réponse, la jeune femme se permit de nouveau de le détailler, et tandis que les paroles du phantom continuaient de défiler dans sa tête, l'idée de l'inviter à boire un thé ou un café chez elle se liait à l'ensemble...


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


The Banshee


Good or bad?

Voir le profil de l'utilisateur
Fullbringer Français
Fullbringer Français
avatar



184 posts

Squatte depuis le 10/04/2015

25 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
58/100  (58/100)
XP:
4850/7800  (4850/7800)
Spécialité: Bringer Light



Mer 20 Jan - 21:21



My power and her voice*





Après observation des armes, la gamine – non, pas si gamine c’est vrai – avait dit que celles-ci étaient marrantes. Bien sûr ! Pour mettre hors d’état de nuire un monstre, rien ne valait une bonne explosion bien sentit ! Ensuite la jeune femme avait l'air de s'énerver contre son coin contre le nœud de son bas, et ce n’était pas Gaël qui allait l’aider, ce n’était pas un pervers profiteurs de jeunes demoiselles et il n’y connaissait rien en bas ! Etait – ce des insultes qui sortait de sa bouche ? Possible, il reconnut du chinois mais ne pigeait rien en mots, il préféra attendre que ça se passe, regardant ailleurs. Aux alentours rien n’en vu qui pourrait perturber leur conversation, pour le moment. Alors comme ça elle était une violente cachée, hein ?

Sans prendre ombrage de sa phrase un peu rude, elle fut au contraire assez partante pour être accompagné, donc au moins, cela éviterait toute autre mauvaise rencontre. Hey, que voulez-vous quand on commence à s’faire connaître auprès des racailles, ça va toute suite mieux ! Enfin, ce n’était pas du respect, mais surtout de la crainte inavoué évidemment. Les talons de Mitsuki raisonnaient de manière presque agaçante et prirent un rythme au fur et à mesure, ça allait lui donner envie d’arriver plus vite à destination si ça continuait. De la déposer avec la super vitesse et ne plus l’entendre. Sérieusement : combattre des hollows en talon ? Non mais hey.

"Hmmm... By the way... I'm Mitsuki, and you?"

Ah oui, c’était pas bête tout ça, les présentations. C’est sûr qu’on n’y pensait pas toujours, mais c’était toujours utile.

- Gaël. « Gaeru » in japanese.


Les pauvres galéraient avec son nom et son prénom, et même son second et troisième prénoms étaient difficilement imprononçables pour eux à cause de ce « L » qui se trimballait. Gaël Alvyn Elias Mildred. Au moins pas de doublon possible ! Comme si ça risquait avec le physique qu’il se tapait, pff.

Des pas précipités. Soudain une voix de femme :

- Primaaaa Donaaaa !


De quoi ? Un flash illumina la nuit, l’aveuglant un instant – ses yeux p’tain ! – et quand il recouvra l’usage de la vue une autre jeune femme était là, tout sourire aux lèvres, et seul ses couettes était la ressemblance avec Mitsuki, car sinon, elle avait teint ses cheveux en blanc d’un côté, noir de l’autre et avait eu le bon sens de s’habiller en prévision du temps, c’est-à-dire pantalon bottine, veste chaude. Sans plus attendre elle se mit à parler :

- Tell me everythings, is that your boyfried ? He’s a bit strange but…
(dites-moi tout ! C’est votre petit ami ? Il est un peu bizarre mais…)

De quoi parlait elle ?

- The readers will like it ! The Prima Dona and a Albinos…(les lecteurs vont aimer !)

Cette femme était complètement givrée. Laissons là dans son délire… Du moins c’était ce que Gaël comptait faire, sans exactement comprendre ce qui se passait – le milieu médiatique c’était un peu loin de ses préoccupations. Lui il commençait de partir tranquillement, sans se soucier de quoique ce soit… Allait-il être suivi ?



La journaliste:
 

codage par Jyne sur apple-spring

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Voir le profil de l'utilisateur
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



449 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

22 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
25/100  (25/100)
XP:
200/4500  (200/4500)
Spécialité: Bringer Light



Jeu 21 Jan - 0:16




Lorsque Mitsuki eut enfin la réponse à sa question, soit l'identité de son sauveur aux yeux pourpres, elle se demanda si elle parviendrait à le prononcer correctement. C'était plus que probable en soit, puisqu'elle n'avait quasiment aucun accent dans les opéras européens, mais il lui faudrait essayer avant, histoire de ne pas le froisser. Ce devait-être assez dur pour lui de ne pas entendre son prénom être prononcé correctement. Mais la jeune femme n'eut pas vraiment le temps de se poser plus de question à ce sujet, parce que la première chose qu'elle haïssait plus que tout au monde - la deuxieme c'était les hôpitaux - venait dans leur direction. Si Mitsuki ne l'avait pas vu tout de suite arriver, le cri strident de cette dernière et le flash qui l'avait aveuglé un instant lui informa que sa cachette - Karakura - venait d'être découverte, et par nulle autre que la pire des créatures qui soit.

-Une paparazzi.

Et pas n'importe laquelle non plus, Hannah Becket, travaillant pour la gazette de Tokyo comme correspondante américaine, elle faisait un étalage des célébrités les plus discrètes devenues ses cibles dans ses articles. La moindre bévue, la moindre information - vraie comme fausse - finissait par se terminer dans un scandale médiatique, forçant très souvent la célébrité touchée à quitter la scène pour un temps, voir définitivement. Son but, depuis bientôt trois ans, était de prouver que la jeune Mitsuki n'avait rien d'une grande Diva, et qu'elle était comme toutes les adolescentes, peu sérieuse et en proie aux amourettes, et qu'elle finirait par tout lâcher pour terminer comme les célébrités modernes - soit dans l'alcool et la dépravation. Mais jusque là, la jeune femme n'avait rien trouvée, et s'était vu souvent remballée par les avocats des Li's, qui protégeaient leur héritière musicale avec force. Mais aujourd'hui, Mitsuki avait commis deux erreurs, la première, oublier qu'elle pouvait être retrouvée à tout moment, et la seconde, se trouver en compagnie d'un garçon. Le pauvre n'y était pour rien en soit, et elle le remercierait probablement encore longtemps d'avoir mis ces ordures à terre, mais sa présence, allait être problématique.

- Tell me everythings, is that your boyfried ? He’s a bit strange but…The readers will like it ! The Prima Dona and a Albinos… (dites-moi tout ! C’est votre petit ami ? Il est un peu bizarre mais… Les lecteurs vont aimer!)

Il y eut un nouveau flash, pendant lequel Mitsuki pu voir l'apparence de la journaliste en furie. Elle s'était faite des couettes, comme elle, mais ses cheveux étaient décolorés d'un coté et noirs de l'autre, d'un très mauvais gout. Cruelle diablesse, pensa d'ailleurs la chanteuse lyrique. L'appareil photo était un probleme, clairement, elle pouvait très bien restée muette tout du long, mais de bonnes photos parlaient mieux que mille discours. Une douleur lancinante s'empara de la tête de Mitsuki, entre les flashs, la voix de crécelle de la journaliste, et la colère qui commençait à monter en elle comme un poison s'infiltre dans nos veines. La frustration s'ajouta à ce cortège émotif lorsque le peroxydé aux yeux magnifiques commença à s'éloigner probablement encore plus énervé qu'elle. Alors que Hannah allait reprendre ses questions, ayant probablement lancé le mode vidéo sur son appareil photo ultra-sophistiqué, Mitsuki la coupa d'un geste sec de la main, et parla à sa place.

"Do you know why everyone call me Prima Donna?" Sa voix était froide, mais la journaliste n'y fit pas attention, tenant toujours son appareil pointé vers la brune. (Savez-vous pourquoi tout le monde m'appelle Prima Donna?)

"Oh Yes, tell me, the readers will love it too!" Pendant un instant, Mitsuki regretta la stupidité flagrante de la journaliste, mais en sachant sa carrière peut-être finie à cause d'elle, toute pitié disparue instantanément.

"Because I'm also a great dancer!" (Parce que je suis aussi une grande danseuse)

Et sans plus de sommation, et malgré la présence masculine non loin de là, Mitsuki leva sa jambe droite en une pointe précise, qui vint frapper avec force la main de la journaliste tenant l'appareil photo. Toujours avec sa jambe, la Prima Donna récupéra l'appareil en plaçant son pied dans la lanière de protection de celui-ci, et avant que la journaliste ne puisse répliquer, elle avait fait un quart de tour. Sa jambe était désormais tendue dans son dos, tandis que la chanteuse lyrique se penchait en avant dans une révérence, l'une de ses mains récupérant l'appareil avec facilité. Tout en souplesse, aurait crié son professeur de danse à l'époque. Et pendant que la journaliste cherchait à comprendre ce qu'il s'était passé, Mitsuki allait rejoindre son sauveur, mais toujours avec des pointes, et ce, malgré ses talons. Elle fit un saut, qui l'amena à quelques pas à peine de l'albinos, dont elle s'empara du bras avec sa main gauche - l'autre tenant l'appareil photo - et sans sommation, lui pria :

"Can you do this magical run again? With me this time, please?" Il était clair que c'était urgent, car si par malheur la journaliste récuperait son appareil photo, ou même découvrait où elle habitait, sa carrière était finie. "I'll be eternally grateful to you, Gaël" (Peux-tu refaire cette course magique? Avec moi cette fois-ci, s'il te plais. Je te serais éternellement reconnaissante.)

Et dire qu'elle n'avait pas écorché son nom et qu'elle ne s'en été même pas rendue compte. décidément, Mitsuki haïssait plus que tout les paparazzis...



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


The Banshee


Good or bad?

Voir le profil de l'utilisateur
Fullbringer Français
Fullbringer Français
avatar



184 posts

Squatte depuis le 10/04/2015

25 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
58/100  (58/100)
XP:
4850/7800  (4850/7800)
Spécialité: Bringer Light



Sam 13 Fév - 3:13



My power and her voice*





Gaël allait simplement passée son chemin, il n’était pas à une allumée de plus ou de moins. L’albinos était tellement déconnecté du monde « non paranormal » que l’idée de croiser une starlette puis une paparazzi lui était totalement inenvisageable. Du coup il ne fit pas du tout le rapprochement entre l’appareil photo, et Mitsuki qui s’était… arrêtée. Le jeune homme n’entendait plus ses pas derrière lui au bout de quelques mètres, aussi s’arrêta t’il et se retourna, les mains dans les poches, voir ce que la jeune femme trafiquait.

Qu’est-ce que… ? Pourquoi… ? Si Mitsuki savait distribuer des coups de pieds – assez bizarrement il est vrai – pourquoi est-ce qu’elle ne l’avait pas faite sur le malfrat ? La logique féminine lui échappait. Non, c’est vrai, fallait pas chercher à comprendre une femme allant chercher du hollow en robe et talons de nuit sans avoir un pouvoir de destruction adéquat. Ça allait lui donner mal à la tête. Une dispute de filles ? Pourquoi elle piquait son appareil photo ? Pour lui ça n’avait pas de sens, son regard exprimait une profonde perplexité, complètement à côté d’la plaque. Juste… Pourquoi ? Quand à savoir cette histoire de Prima Donna, l’ancien soldat était complètement inculte en matière de musique – quoique depuis qu’il était au Japon il avait à son grand malheur découvert la J-pop qu’il détestait totalement, même si la tête des groupes de gars le faisait bien rire.

Mitsuki revint vers lui et lui… attrapa le bras. Sérieusement, il était devenu un aimant ? Elle voulait que quoi ? Il était aussi devenu un moyen de transport ? Gaël envisagea de refuser – les disputes de femmes tout ça, c’était hors-compétences – mais Mitsuki venait miraculeusement de bien prononcer son prénom. C’était un fait assez rare pour être souligné. Certes Kaola le prononçait bien aussi mais elle était française des îles. Il grommela :

- Mouais, if you want. I see more dangerous than a girl with a camera but why not.


Il était pu à ça près. Gaël se pencha légèrement, pour faciliter la manœuvre.

- Climb on my back. (Grimpes sur mon dos.)

Une fois Mitsuki bien accroché, il fit 200 mètres tout droit en « magic run », espérant être dans la bonne direction. Et peut-être aurait-il des explications ! Une fois ceci fait il s’arrêta.

- Are you ok ?


Il ne savait pas trop quel effet cela pouvait avoir sur un non-initié à cette course surhumaine.


codage par Jyne sur apple-spring

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Voir le profil de l'utilisateur
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



449 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

22 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
25/100  (25/100)
XP:
200/4500  (200/4500)
Spécialité: Bringer Light



Lun 15 Fév - 23:02




La réponse de l'albinos ne tarda pas à venir, et bien que Mitsuki pu lire une sorte de désapprobation sur son visage, il accepta, commentant au passage le fait qu'il avait vu bien pire qu'une fille avec un appareil photo. De toute évidence, la situation lui avait échappé, mais la brune ne lui en voulait pas, personne ne s'attendrait à croiser une Diva du classique comme elle en plein milieu d'une rue. Cependant, il n'était plus temps de tergiverser, la paparazzi commençait à s'énerver, Gaël se pencha légèrement en avant, et MItsuki comprit qu'il lui fallait grimper sur son dos. Dans un coin de sa tête encore inexploré, la jeune femme se dit que c'était bien la première fois qu'elle serait aussi proche d'un garçon, outre spectacle. Elle avait déjà joué Violetta de la Traviatta, et le couple avec Alfredo l'avait amusé, mais ce n'était là que chanson et danse, non réel contact. La Prima Donna savait parfaitement faire la différence entre comédie et réalité, parce que dans la réalité, elle était mourante, et contrairement à la dame aux camélia, il n'y avait jamais personne à ses cotés. Elle se gifla intérieurement, et grimpa sur le dos du jeune homme à la chevelure lunaire, constatant qu'il était bien musclé, et rosit légèrement... Jusqu'à découvrir que les montagnes russes, ce n'était rien à coté de lui.

- Are you ok ?

Elle n'avait rien vu. Pourtant, en un instant, ils n'étaient plus au même endroit, et c'était comme si son cœur s'était arrêté pour de bon. L'air ne semblait pas venir jusqu'à ses poumons, du moins les deux/trois secondes qui suivirent, et inconsciemment, elle resserra ses mains sur les plis du col du manteau de Gaël. Cette sensation était à la fois électrisante et plus que terrifiante. Elle n'avait pas sentie l’accélération, uniquement son cœur cesser de battre et son souffle se geler dans sa poitrine. Une fine larme traitresse roula sur sa joue droite, et dire qu'elle s'était sentie partir pendant un instant, la voilà belle et bien en vie, sa carrière toujours intacte, et sa pureté aussi. Mitsuki se décrispa, et lentement, glissa du dos du jeune homme, avant de se reculer de quelques pas, l'appareil photo et son sac toujours sur la même épaule. Rapidement, en espérant qu'il ne la verrait pas, elle essuya la trace salée sur sa joue, avant de lui offrir un sourire chaleureux, bien qu'encore un peu secouée.

"Well, I still breathing, so... I supposed..." (Je respire encore, donc, je suppose...)

Elle baissa les yeux sur son bras, et récupéra l'appareil photo, dont elle dut rallumer la partie écran pour visionner les clicher précédents. Plus d'une trentaine de photos avaient été prise... Dans la rue, au café chic non loin du parc, près de la clinique Kurosaki, chez qui elle se fournissait en cachets. Et pire encore, l'agression, elle avait prit des photos d'elle pendant qu'elle se faisait agressée, et n'avait rien fait pour l'aider. Mitsuki trembla, lorsqu'elle s’aperçut de la dernière photo. Comment était-il possible de retranscrire des émotions qui n’existaient pas avec un simple photo? L'albinos l'avait prise en flagrant délit d'observation, et leurs deux regards s'entrecroisaient, elle les joues roses, lui neutre, cet instant semblait être bien plus qu'un simple regard partagé, et donnait une impression d’indécence qui déplaisait fortement à la brune. Gaël les avait-il vu? Oui probablement, il était plus grand qu'elle, et n'ayant pas couvert l'ensemble, il avait du voir les photos défiler lui aussi. Prise d'une honte soudaine, elle chercha le menu de l'appareil photo, et les effaça les unes après les autres. Merde c'était sa vie non? Pourquoi les gens ne voyaient-ils pas cela comme un simple boulot comme les autres et souhaitaient-ils tout savoir de sa vie privée? C'était stupide et inintéressant. Et surtout, elle avait l'impression que du jour au lendemain, ils pourraient connaitre la vérité. Pas de nouvelles compositions, pas de nouvel album, ou de nouvel opéra, juste du repos et de la tranquillité pour son cœur fragile. Elle soupira, elle ne pouvait décemment pas laisser son sauveur comme ça, il avait été prit en photo lui aussi, et devait surement se demander pourquoi... Un nouveau soupir, elle finit par prendre la parole, peu sure de son anglais pour une fois...

"I'm sorry for all of this... This girl was a journalist looking for me... I've took her camera to see what she had on me... Well, I've seen enough to say that I will hate journalist forever..." (Je suis désolé pour tout ça. Cette fille était une journaliste me recherchant. J'ai pris son appareil photo pour voir ce qu'elle avait sur moi. Bref, j'en ai vu assez pour dire que je haïrais les journalistes pour toujours.)

Mitsuki se mordit la lèvre, ne sachant pas trop quoi dire de plus, en quelques sortes, le jeune homme lui avait sauvé la vie deux fois ce soir... Ils n'étaient qu'à quelques pas de chez elle, environ vingt mètre, et ils pourraient prendre le grand escalier menant aux quartiers chics, son appartement se trouvait dans le plus proche des immeubles. La brune hésitait, elle ne savait pas comment remercier son sauveur autrement qu'en lui offrant un verre, mais elle n'était pas très douée pour les relations sociales, et une demande de ce gabarit sonnait plus comme un rendez-vous pour la plupart. Elle avait peur de lancer une sorte de gêne entre eux avec ses bêtises. Que faire? Oui? non? Ne se prononce pas... La chanteuse lyrique se mordit la lèvre inferieur, ne sachant que dire ou faire à présent. Par chance, les mots sortirent d'eux même de sa bouche...

"Will you... Will you have a drink with me? I would like to thank you better than I've done before... You save me twice tonight... My... life and my career... and... I just live here..." Dit-elle en pointant l'escalier de gré éclairé par les lampadaires menant aux appartements riches. (Voudrais-tu prendre un verre avec moi? J'aimerais te remercier mieux que je ne l'ai fait auparavant. Tu m'as sauvé deux fois ce soir, ma vie et ma carrière... et j'habite juste là.)


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


The Banshee


Good or bad?

Voir le profil de l'utilisateur
Fullbringer Français
Fullbringer Français
avatar



184 posts

Squatte depuis le 10/04/2015

25 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
58/100  (58/100)
XP:
4850/7800  (4850/7800)
Spécialité: Bringer Light



Mer 24 Fév - 19:40



My power and her voice*





Avait-il été trop vite ? Durant un instant il sembla à Gaël que la jeune femme allait défaillir. En même temps… Ca ne devait pas être confortable de subir un « magic run », appellation qu’il garda à défaut de connaître le nom « officiel » de cette technique. C’était plus intéressant de savoir le faire soi-même, néanmoins l’albinos serait incapable de l’expliquer à quelqu’un d’autre, l’ayant découvert par hasard. Par contre, il savait que l’autre jeune femme qu’il avait rencontré – dans des circonstances très mouvementés ayant détruit un bar, forgeant par ailleurs sa réputation chez les gens les moins fréquentables de la ville – le maîtrisait aussi. Donc question : est ce que Mitsuki pouvait l’apprendre ? Bref, ce n’était pas le moment et après qu’il eut détaillé la femme du regard, qui affirma ce qu’il voyait : encore en vie.

Que faisait-elle avec l’appareil photo ? Un peu curieux, et même pas fatigué de cette course, il s’approcha, s’étira un peu sans gêne, puis posa ses yeux sur le petit écran histoire d’en savoir un peu plus sur le conflit précédent. La photographe avait apparemment suivi la diva sur plusieurs jours dans divers actions du quotidien – celle-ci était-elle malade ? on la voyait à l’hôpital mais il ne releva pas -  jusqu’à l’agression. Cela ne choqua pas particulièrement Gaël qui avait vu son lot de connards depuis son plus jeune âge, des gens ne pensant qu’à leur intérêt et l’argent, lui-même n’étant guère glorieux. Par contre, ce qu’il ne comprenait pas était l’intérêt de prendre une jeune femme (presque) normale en photo toute la journée, cela lui fit froncer les sourcils, intrigué.

Heureusement, celle-ci éclaira sa lanterne : une journaliste. Il y voyait plus clair, du moins légèrement. Ce monde de flash, strass et diva n’était pas le sien. En regardant autour de lui, il réalisa que ce quartier, riche et bien entretenu, non plus, même si de nuit c’était moins visible. Instinctivement, le mercenaire ce demanda si la police faisait des rondes dans les environs, pour rassurer les riches résidents. Bizarrement, il préférerait éviter de les croiser, sait-on jamais si un malfrat leur avait soufflé quelques mots à son propos. De ce qu’il en savait, une femme (décidément, est-il le seul homme à avoir des pouvoirs ?) aux cheveux bleus faisait aussi parler d’elle. On chuchotait aussi son nom avec crainte, bientôt on ferait de même avec le sien, si ce n’était déjà pas le cas… Tout ce qu’il trouva à répondre fut :

- I see.

Il voyait pas plus que ça ce qui motivait les paparazzis, et songea qu’il serait ironique qu’il entre dans cette sphère si éloigné de lui. Déjà que Gaël ne se sentait guère humains – aucun jugement mental là-dessus, juste que techniquement il était… autre chose – alors une célébrité…

"Will you... Will you have a drink with me? I would like to thank you better than I've done before... You save me twice tonight... My... life and my career... and... I just live here..."

L’ex-soldat regarda le bâtiment ainsi désigné. Lui ? Entrer dans cette luxueuse demeure ? Vous êtes sûr qu’il n’y a pas une erreur sur la personne ? …

Après un court instant de scepticisme, repassant la phrase dans sa tête, Gaël pensa que cela partait d’un bon sentiment – ce n’était pas une invitation subtile pour passer la nuit ensemble, hein ? – vu que comme elle le disait, il avait sauvé sa vie et, apparemment sa carrière.

- Ok, a drink, why not.

Ne passons pas à côté d’une boisson gratuite même si il y avait peu de chance pour que ce soit de l’alcool. Il se demandait aussi comment cela pouvait bien être chez une fille de bonne famille, alors il se mit en route, et déclara histoire de faire la conversation :

- What are you singing ?

Peu de chance pour que Gaël connaisse mais bon, autant s’instruire en passant.


codage par Jyne sur apple-spring

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Voir le profil de l'utilisateur
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



449 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

22 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
25/100  (25/100)
XP:
200/4500  (200/4500)
Spécialité: Bringer Light



Dim 28 Fév - 0:39



Le sembla prendre un autre rythme et s'allonger longuement pendant que Mitsuki attendait sa réponse, l'esprit torturé par les possibles aspects de sa question. Était-elle réellement justifiée, les termes étaient-ils bien employés, n'avait-elle commit aucune erreur dans sa demande qui aurait pu froissé son sauveur aux yeux carmins et à la chevelure de neige? Et a force de se poser autant de question, la jeune femme se donnait mal à la tête, et vu toute l'agitation de la soirée, cela ne serait pas juste un petit maux de tête. Pourtant, au fur et à mesure que les secondes défilaient, Mitsuki se surprit à espérer une réponse positive de la part de l'albinos. L'appareil photo toujours en main, elle hésitait à le laisser sur place ou trouver un moyen de le rendre à sa propriétaire, maintenant qu'il était vide de toutes photos, elle n'avait pas besoin de le garder, c'était du vol! Cependant, elle pouvait toujours apporter l'appareil au commissariat demain matin, disant l'avoir trouvé et ainsi se décharger de ce fardeau sans prendre le risque de recroiser la journaliste. Ainsi, perdue dans ses pensée à la recherche de la manière la plus habile pour se débarrasser de l'objet sans souci, elle fut donc surprise d'entendre la voix de son sauveur retentir de nouveau.

- Ok, a drink, why not.

Mais la surprise fut encore plus grande lorsqu'elle comprit que la réponse était belle et bien positive. Pour autant, la joie ne dessina pas de grandes lignes sur son visage, et seul un mince sourire aimable se forma sur ses lèvres. La Diva qui était en elle reprenait son rôle, elle ne pouvait se permettre d'être trop familière. Certes, en l'invitant à boire un verre chez elle, elle le devenait en soit, mais il ne fallait pas trop abuser non plus. La décence était sa priorité... Se mentir à elle-même aussi. Il était évident que sa solitude forcée depuis deux ans l'avait touchée plus que prévu, être seule parce que les gens ne vous approche pas au naturel, puis par refoulement des gardes du corps, permettait quand même une certaine sociabilité. Ici, elle était totalement seule, et faire la conversation à ses peluches n'était plus suffisant. Reprenant ses esprits et s'éloignant de ses lourdes pensées, la Diva constata que son sauveur avait prit de l'avance et grimpait déjà les grands escaliers de grès qui menait à l'immeuble. Elle le rattrapa assez rapidement pour quelqu'un en talons aiguilles, l'appareil photo toujours sur son épaule, et reprit un rythme normal pour finalement arriver devant la grande porte de verre.

- What are you singing ?Entendit-elle, et sans même regarder le cadran numérisé, elle tapa le code d'entrée, ce qui leur permit de passer la porte, et d'arriver dans un grand hall. Le lustre central projetait une lumière tamisée sur les murs joliment décoré, c'était à s'y méprendre le même genre d'endroit qu'un grand hôtel.

"Well... I'm not a rock-star, like everyone wants to be, and I'm pretty sure you've never listened that kind of music but, I'm in Operas. That's why I have recognized your accent. You're french, uh? You're talking like the characters in Carmen and Notre dame de Paris..." Elle se mordilla la lèvre, le français parlé était bien différent du chanté, et elle avait l'impression d'avoir écorché les noms.

Mitsuki le guida alors à travers le hall, le claquement de ses talons étant étouffés par le lourd tapis qui menait aux escaliers - ils auraient pu prendre l’ascenseur, mais la petite mélodie qui était diffusée pendant le trajet la rendait dingue, c'est pourquoi les deux étages seraient atteint en passant par là. Le trajet se fit pourtant assez rapidement, la brune était plus qu'habile avec des talons hauts et avait l'habitude de gravir ces escaliers à présent. Ils parvint bientôt au palier du second étage, et Mitsuki bifurqua sur sa gauche, longeant le couloir lumineux et avenant. Elle dut fouiller un bon moment dans son sac pour retrouver ses clefs, celles-ci s'étant glissées tout au fond du sac puis emmêlées avec ses portes clefs peluches dans les fermetures éclairs. Elle finit -enfin- par ouvrir la porte, dévoilant un hall assez grand menant sur un long escalier de bois décoré. De chaque coté du hall se tenaient une grande porte entrouverte. En allumant, elle indiqua le salon à son hôte à la chevelure immaculée - porte de gauche - et déchargea son fardeau - sac et appareil photo - sur la rampe d'escalier. Elle le rejoignit alors, lui laissant le temps de s'habituer aux lieux. Il était clair qu'un salon blanc et une moquette dorée pouvait faire mal aux yeux, c'est pourquoi elle tamisa légèrement la lumière, de sorte que cela soit agréable et non douloureux. Inconsciemment, Mitsuki cherchait à plaire à son sauveur, non pas en tant que femme à homme, mais en tant que personne d'une même espèce. En soit, il était plus proche que ne pourrait jamais l'être sa tante ou ses collègues, il possedait un don, tout comme elle. En un sens, il était la preuve, qu'elle pouvait très bien, un jour, ne plus être totalement seule...

"So... What do you want to drink? Tea? Coffee? Juice? Perhaps I have some liqueur but I'm not sure..."

Hors rp:
 


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


The Banshee


Good or bad?

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



posts

Squatte depuis le

piges








Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» arme combine flamer
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Photoshop][Difficile]The Power Sign'