Aller à la page : Précédent  1, 2
 Un carnet à problèmes [Byakuya]
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



882 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Ven 22 Aoû - 14:48



Alors que le noble observait toujours gravement Ichigo, il n'avait absolument pas bouger en voyant se poing se dresser contre sa personne. Seul son regard semblait s'être accrut, comme se préparant à parer une telle attaque pour le moins injustifié. Un acte qui serait bien mal venue en sa demeure pour le reste. Mais cette menace ne fut qu’éphémère, s'abaissant lentement.. progressivement.. jusqu'à totalement disparaître. Voila une bonne chose, car alors.. Byakuya ne l'aurait certainement point apprécier, ni même relâcher comme il le faisait présentement.. avant d'aller chercher l'une de ses propres serviette..Ce qui était le plus cocasse, c'était bien de percevoir des gouttes d'eau se rependre sous chacun de ses pas. Cependant, le Roku Ban Tai Taicho n'avait point le cœur à trouver les choses amusantes, alors qu'au final son hôte s'emparait enfin de la serviette qu'il lui tendait. Byakuya n'était pas ici pour tendre des pièges, encore moins en sa propre demeure.. ils avaient bien assez d'un trouble fête comme Atsuhito pour cela. Quoi qu'il en soit, son visage restait assez grave sous le casque de sa chevelure qui semblait toujours retenu par un élastique sombre.  La tension s'était radoucie depuis quelques secondes déjà et il crut lire sur les traits du garnement devenu un poil plus grand que lui même, une certaine... honte.  Le noble se devait de concéder qu'Ichigo n'avait point perdu de cette impulsivité.. quoi que.. un peu plus contenue, car par le passé, Byakuya n'était point si sûr de ne pas devoir éviter ce coup de poing si soigneusement préparé à son égard.

Le silence ne fut cependant que de courte durée, laissant le shinigami remplaçant  le remercier. Chose à laquelle notre maître des lieux ne répondit que par un hochement de tête, avant de finalement se détourner progressivement. Mine de rien il avait froid à rester ainsi   trempé, alors qu'il retenait un peu sa serviette de sa dextre. Bien qu'il ne grelottait point, sa peau était parsemée de chaire de poule. Seule signe de son état actuel. Bien que Byakuya n'y prenait point garde, il laissait simplement Ichigo aller se changer non sans lui soumettre qu'il l'attendrait dans le Onsen. Il n'y avait pas lieu de rester sur cette histoire. Le noble n'était pas homme à rester dix ans sur un problème.. soit il l'expédiait rapidement, soit il ….. l'exterminait. Rejoignant la source d'eau, le chef de clan observa un instant de son regard d'ardoise, la petite statue d'Ambassadeur qui  laissait s'écouler encore un peu d'eau. Enfin.. un moment de paix. Après son entraînement intensif, c'est bien la seule chose qu'il réclamait. Entrant dans cette surface liquide, Byakuya se détendait enfin... ne ressentant plus la fraîcheur extérieur. Il se cala contre un rocher et  voilà à demi son regard, laissant simplement ses oreilles se perdre dans les sons qui l'entouraient..

C'est ainsi qu'il reconnu le pas décider de notre jeune hôte à la chevelure flamboyante, signe qu'il avait enfin opté pour une tenue plus réglementaire.  Le noble se tenait juste en dessous de la statue qui venait de cesser  de se déverser dans le bassin, tandis que son regard ombrageux se portait sur Ichigo. Ce dernier était en effet proche, et pénétra à son tour dans le onsen, juste à son opposé.  Voila deux ans qu'ils ne s'étaient vu et on ne peut pas dire que tout deux avaient pour habitude de communiqué ou de partager le saké... d’ailleurs, notre capitaine était loin d'être un grand buveur, contrairement à Kyoraku Taicho. Pourtant, Byakuya  trouvait la situation assez..exceptionnelle. Mais regrettait-il ce genre d'invitation ?.. peut être pas, alors qu'il se montrait un peu curieux quand  ce que pouvait bien faire ici Ichigo. Certes, ce dernier  avait prétexter ce carnet à  dessin..mais il aurait aussi bien put lui rendre d'une toute autre manière.  Ses sourcils se froncèrent légèrement sous cette réflexion, dénotant toujours cette pseudo gêne de la part de son hôte. Sans doute était ce son rôle que de le détendre à ce propos. Un exercice sans doute surprenant venant de sa part, pourtant le noble était rôdé en ce qui concerne la diplomatie. Calant un peu mieux son dos, Byakuya entrouvrit alors ses lèvres pour laisser filtrer dans les airs, une voix des plus atone :


Tu n'es point venu en ce monde, simplement pour le carnet de ma sœur n'est ce pas ?  

Il était tant que le mutisme s'achève entre nos deux protagonistes, évitant ainsi une certaine lourdeur, tandis que le noble jouait légèrement avec la surface de l'eau, à l'aide d'une main  souple. Ses muscles se détendirent lentement, appréciant la chaleur salvatrice de cet onsen. Par cette question, le Roku Ban Tai Taicho faisait une belle ouverture pour son hôte, l'amenant à parler sans contrainte.. du moins.... sans trop de contrainte. Byakuya restait un noble et il n'était guère habitué à trop d'étrangeté.  Le calme semblait être revenu dans le domaine... On retirait déjà le bidet du bassin et Atsuhito s'en était aller pour sa quatrième sieste de la journée. Les émotions cela fatiguait mine de rien, et il n'était plus de première jeunesse.. Avait il seulement été jeune un jour.. Même Byakuya n'avait point souvenir de l'avoir vu avec moins de ride que cela. Enfin cela était une toute autre histoire en définitive.. et certainement peu intéressante à divulguer. Un fin soupire mourut aux portes de ses lèvres désormais closes, relevant toute son attention sur le plus jeune qui portait à présent la tenue.. réglementaire dirons nous, alors que la serviette de Rukia gisait au sol.

Byakuya l'avait quelque peu oublié, mais il ne laisserait point les affaires de sa cadette ainsi exposé. Il  était fortement respectueux envers son confort et faisait parti de ceux qui appréciaient son art.. Après tout.. entre le Wakame Taichi et le Chappy.. il n'y avait qu'un pas.  Un fait qui laissait entendre qu'ils étaient en effet frère et sœur... presque de sang avec de telles idées artistiques.



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1596 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

25 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18250/19000  (18250/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Lun 25 Aoû - 19:47




I’m carrying about you, that’s

all



La tension était maintenant définitivement descendue. Malgré la montée de colère fulgurante d'Ichigo face à l'enchaînement de faits désagréables, ce dernier était devenu bien calme et silencieux à présent suite aux paroles de Byakuya, le tout dans un laps de temps très court. C'était une belle preuve d'impulsivité, mais ce retour au calme démontrait également la conservation d'une aptitude à l'écoute et à la réflexion malgré tout. Le roux avait quand même bien grandi et mûri de ce côté là, car il n'était pas sûr que si cette situation s'était produite plusieurs mois auparavant, il aurait réussi à se maîtriser. C'était une chance qu'il y était parvenu dans le cas présent, sinon la situation aurait rapidement dégénéré avec le visage du Taichô marqué d'un hématome. Mais, le jeune homme s'en serait surtout bien voulu s'il avait laissé son geste agressif aboutir à cause de cette saute d'humeur. Il se sentait déjà bien coupable de s'être comporté ainsi à l'égard du Kuchiki.

Honteux et épris de culpabilité, il avait donc rejoint silencieusement de nouveau son hôte en étant enfin vêtu de la serviette tant convoitée. Il s'était placé dans l'eau face à lui et la grande statue qui le gênait. Toutefois, il ne prêtait plus tellement attention au monument avec ce qu'il venait de se passer. Son regard demeurait fuyard et il ne se manifestait plus. Il ne serait pas là qu'on ne verrait même pas la différence. Il était reconnaissant envers Byakuya pour l'attention que lui portait ce dernier, mais jusque là, on ne pouvait pas dire qu'il l'avait montré. Il se demandait même comment rattraper le coup, ou même ce que pouvait penser le deuxième protagoniste. Sans doute regrettait-il son invitation qui se voulait courtoise et amicale, résultant d'un effort de sa part après tout ce temps ? C'était tout à fait possible car dans le genre attitude ingrate et outrageuse, Ichigo avait battu malgré lui un petit record. Il avait été jusqu'à soupçonner le Kuchiki d'être à l'origine de ces « blagues », c'était assez insultant pour l'être à la chevelure d'ébène au vue de son rang et de ce qu'il laissait sans cesse voir de lui. Toujours droit et stricte, vouloir agir ainsi était donc bien contradictoire. Il n'y avait que maintenant que le hérisson roux y songeait plus sérieusement. Non pas qu'il n'y avait pas du tout pensé, mais il s'était laissé le bénéfice du doute alors que ça n'aurait pas du tout dû être le cas.

Le silence dura quelque peu avant que la voix dépourvue d'intonation du noble ne se manifeste. Le jeunot dirigea ainsi ses perles noisette vers lui, sans que sa tête un peu détournée ne se redresse pour faire face. L'interlocuteur se faisait interrogatif quant à la venue du rouquin à la Soul Society, venue qui laissait transparaître que ce n'était que pour rendre le carnet à sa propriétaire. Mais, il semblait soupçonner une autre raison à cela. Le Kurosaki regarda une nouvelle fois ailleurs en voilant son regard un temps soit peu tandis que le seul son audible était les remouds que faisait le gradé avec sa main à la surface du liquide transparent. Il fallait dire que les venues de l'adolescent dans l'au-delà étaient rares, voir devenues nulles pendant la période qui avait suivi la bataille contre Aizen, par faute de moyen avec la perte totale de pouvoirs. Il était vrai aussi que le but premier du rouquin avait été de restituer le bien à Rukia, mais il avait du coup voulu faire en même temps un tour dans le monde des âmes pour voir si tout allait bien. De toute façon, à chaque fois qu'il venait c'était quasiment toujours pour une chose précise. Là, il avait eu en tête l'idée de s'imposer nulle part, de juste faire un tour en livrant l'objet et d’ensuite repartir. Il n'avait pas pensé un instant pouvoir tomber sur le chef des Kuchiki et surtout, il ne s'était pas du tout attendu à se faire inviter ensuite par lui. Néanmoins, cette surprise n’avait pas été désagréable, il s'en était réjouis. C'était plutôt un heureux hasard de l’avoir croisé.

En bref, le plus âgé avait décidé d’engager la conversation et semblait mettre complètement de côté ce qu’il venait de se passer, montrant indirectement qu’il ne souhaitait pas s’attarder dessus. Le rouquin comprit le message implicite et partageait également cette volonté. Ainsi, l’atmosphère s’accordant définitivement au calme voire même à la sérénité, il décida de sortir à son tour de son mutisme, commençant donc à reprendre son attitude ordinaire. C’était comme s’il avait attendu en quelque sorte un verdict du cerisier. Après tout, il n’allait pas faire comme si de rien n’était alors que son hôte pouvait prendre ombrage de ses récents actes et paroles. Il n’allait pas non plus rester tout fuyard et silencieux alors que Byakuya se faisait avenant avec lui, auquel cas ce serait se montrer bien idiot, bien qu’il se sentait coupable. Néanmoins, en y pensant, il n’y avait pas non plus eu mort d’homme. C’est pourquoi il fit entièrement face au Taichô, son regard ambre venant rencontrer le regard anthracite, comme pour appuyer ses dires en faisant preuve de franchise comme à son habitude.



Ha... Je suis venu avant tout pour ça, mais je voulais aussi prendre des nouvelles par la même occasion.


Puis, il se mit à sourire légèrement de manière ironique pour continuer sa réplique.


Si je viens pas, je serai jamais au courant de rien sauf en cas de gros pépin, n’est-ce pas ? Je sais que vous pouvez pas aller dans le monde réel comme vous voulez de toute façon. Mais bon, je comptais pas stagner ou quoi que ce soit d'autre à la base avant que tu m’invites. J’aime pas imposer ma présence inutilement.


L’adolescent se faisait à présent plus détendu et comme qui dirait plus normal. Comme signes témoins, son corps se faisait plus relâché tout comme ses traits faciaux, bien que ses sourcils demeuraient éternellement froncés. C’était là son signe distinctif bien à lui qu’il n’allait jamais corriger. Maintenant, il profitait réellement des bienfaits du onsen.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



882 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Mar 2 Sep - 0:12




Se  laissant aller un peu plus dans l'eau, le noble semblait peu à peu se détendre, tandis que la tension s'envolait petit à petit des lieux. On n'entendait plus même les anciennes pestiférer sur Atsuhito qui  se repentait sûrement quelque part dans les locaux privés. Un calme qui ne durerait que quelques heures, Byakuya en avait l'habitude..ces derniers temps tout était bien trop  calme. Pourtant nul ici ne voulait ressentir la pression de la guerre. Pas même notre Roku Ban Tai Taicho. Ce dernier cependant s’entraînait durement conscient de ses erreurs passé, sans compter les progrès de son bras droit, j’ai nommé Abarai Renji. Le noble ne se devait plus de dormir sur ses lauriers. Mais alors que ses yeux anthracite ce voilèrent sous le joug de ses paupières, Ichigo vint à rompre ce léger moment de silence.. mais après tout, n'avait il point poser une question au jeune homme ?  Ce dernier vint tout bonnement lui soumettre qu'il n'était ici que pour ce carnet.. au moins  Ichigo ne changeait guère en matière de droiture, et c'est sans doute ce qui faisait que Byakuya l'appréciait à sa juste valeur.. même si.. d'autres points l'agaçaient toujours autant. Rien que de l'appeler par son prénom par exemple , et ce même alors qu'il n'en disait plus rien. Il faut croire que le noble avait fait un e croix dessus.  Son souffle se fit plus lent encore, soulevant à peine sa poitrine pâle, émergeant à peine de la surface, le sein gauche souligné par une fine cicatrice.

Son regard s'attarda un court instant sur les traits de notre shinigami remplaçant, comme cherchant une certaine véracité en ses dires.. Avoir quelques nouvelles...ainsi donc il voulait aussi connaître  des chose sur lui même ?... Le chef de clan haussa un sourcil en définitive. Voila bien qui le surprenait, alors qu'il ne pensait point avoir été digne de ce genre d'intérêt. Car quand bien même  ils partageaient tout deux le onsen actuellement, par le passé.. un combat les avait opposé... et Byakuya avait bien faillit occire Ichigo lors de leur première rencontre. D'ailleurs en y repensant, le noble fronça un peu des sourcils.. se rappelant parfaitement sa réflexion envers sa cadette.. «  Il lui ressemble »... Oui.. hormis qu'il avait les cheveux de feu.. et non sombre. Il y avait d'ailleurs cette même manière un peu désinvolte, mais cela devait être aussi sur le compte de l'adolescence. Car notre Roku Ban Tai Taicho avait conscience qu'un humain  évoluait moins. Rapidement.. sur le sujet.  Enfin.. quoi que. Il était difficile de définir ce que pouvait être ce garçon, mais le noble se refusait d'aller aussi loin en sa réflexion. D'un humble geste  de la main, Byakuya rompit la quiétude de l'eau tout en venant à entrouvrir les lèvres. Sa voix était des plus atone et des plus lente, comme s'il pesait chaque mots


Il est vrai qu'il m'ait rarement donné l'opportunité de me rendre dans Gensei. Ce monde ne m'est pas tellement connu. De toute façon ce n'est point mon rôle de m'y rendre. Cependant..

Il se redressa un peu mieux contre le rebord du bassin et tendit la main vers du thé que venait de servir une servante aussi habile que silencieuse...Elle n'était même plus là, alors que la tasse d'Ichigo  trônait sagement sur le plateau...D'un geste tout aussi tranquille que calculé, notre capitaine vint à receuilir l'arôme de ce liquide bienfaisant, de ses narine.  Puis, il reprit sans même changer de ce ton aussi monocorde que grave.

 Je suis flatté que posséder de mes nouvelles aient ton attention.  Je ne suis pourtant pas la première personne de ta liste..

Le noble n'avait guère de rancune envers cet homme qui l'avait vaincu jadis. Car il lui avait offert alors le vrai sens d'être un frère pour Rukia, et aussi une vision plus clair de sa propre vie. Lui qui se sentait enchaîné par ses obligations et ces promesses. C'est sans doute pour tout cela qu'il  avait été si dur lors que notre adolescent avait eu ses difficultés dans le Gensei. Byakuya s'était même démontré intransigeant sur la question...La Soul Society devait beaucoup à ce garçon, et le noble se devrait de montrer un certain exemple.. mais il y avait aussi une part de lui même en cela.. pas uniquement un devoir. Cependant, lui faire avouer une telle chose était une tout autre histoire. Notre Taicho avait ses secret et il était bien difficile d'en percer tout les mystères.  Savourant encore un peu la chaleur de ce thé entre ses doigts fins, le noble  vint à lever enfin le contenant vers ses lèvres et goûta au nectar si bienfaisant pour ses muscles endoloris. Il ne s'était guère épargné en ce jour, et quelques fines coupures marchaient encore son poignet droit et son dos.. comme s'il avait jouer avec la limite de son alter ego...Ceci ne paraitra plus d'ici quelques jours, et il l'entendait bien ainsi car un noble marqué de la sorte  faisait preuve de négligeance.   



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1596 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

25 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18250/19000  (18250/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Jeu 4 Sep - 16:38




This... Ridiculous thing...


Quand on y pense, on ne pouvait pas dire que le Kurosaki était mal loti. Tout le monde n’avait pas le privilège d’être invité à aller squatter un onsen privé seul avec le propriétaire lui-même, n’est-ce pas ? Surtout quand ce dernier était à priori l’inaccessible ou difficilement abordable chef du clan Kuchiki. De plus que l’onsen en question n’était pas la marre à canard du coin, c’était une installation des plus soignées dans le respect du Japon traditionnel. En fait, tout en faisant trempette, on pouvait profiter de l’atmosphère que l’endroit créait juste avec le décor. À ça, on ajoutait donc la flotte à bonne température ainsi que l’intimité et on pouvait sentir comme un air de repos, voire de vacances. Non, sans rire, pour quelqu’un comme l’adolescent, c’était une première et peut-être une dernière alors il profitait un maximum. Il ne le montrait pas, mais pouvoir bénéficier de ce petit coin lui faisait bien plaisir et son regard noisette curieux le trahissait. Pendant qu’il sortait sa dernière réplique, il avait bien sûr les yeux posés sur son interlocuteur car il est bien normal et surtout plus poli de regarder la personne en face quand on lui parle avec franchise, mais dès qu’il eut fini sa tirade, il n’avait pas manqué de furtivement mieux observer ce qui l’entourait. Après tout, la vue et l’impression laissées par l’endroit n’étaient pas les même une fois dans l’eau, elles étaient même mieux. Si seulement il n’y avait pas cette foutue grosse statue de Wakame Taishi en guise d’arrivée d’eau qui venait tout gâcher... C’était le seul point négatif notable selon le jeunot. Il faisait l’effort d’oublier cette structure pour regarder que le reste, comme s’il avait des œillères, mais bon sang ce que c’était dommage qu’il y avait ce machin ridicule. Au moins, on était sûr que le lieu était la propriété du Roku Ban Tai Taichô, vu que c’était bien l’un des seuls à adorer ça. Mais, enfin, d’où lui venait cette manie avec ce bonhomme à tronche d’algue ? Il y avait aucune classe dans ce truc là ! Ça avait plutôt l’air d’une icône que des gosses pourraient aimer, et encore ! Comment un type adulte cherchant à toujours montrer une noble image de lui pouvait s’enticher de ça ? Il y avait une raison là-dessous... Une raison bien plus profonde... C’était certain. Mais, bon, dans l’immédiat, Ichigo n’était pas prêt de poser ce genre de question au maître des lieux. Peut-être plus tard...

Pour le moment, il attendait la réponse du Taichô en ayant appuyé ses coudes sur le bord rocheux, laissant ses mains retomber dans l’eau. Quand il prenait ses aises, ce n’était pas à moitié. Mais, en y resongeant, il avait l’air de rien soulevé un point important. S’il ne venait pas s’incruster de temps en temps à la Soul Society pour une raison X ou Y, il n’aurait pas de nouvelles des résidents qui ne pouvaient pas forcément rejoindre le monde réel comme ils le voulaient. Pour appuyer ces dires, il n’y avait qu’à voir le cinéma pendant la période des dix-sept mois sans pouvoirs du hérisson roux. Quelqu’un comme l’héritier des Kuchiki avait des obligations et ne pouvait se rendre sur Terre que lorsqu’il en recevait expressément l’ordre, ou bien lors de ses jours de congés quand il n’avait pas son clan à gérer, peut-être ? En plus, qui dit venue rare dit manque d’habitude et sans doute manque de savoir sur le sujet. Déjà, quand Rukia était venue au Gensei au début en obéissant à son ordre d’affectation, on avait directement pu voir qu’elle était juste paumée. Elle ne connaissait rien, comme si elle avait vécu dans un autre temps et c’était en quelque sorte ça. Alors, pour Byakuya, ça devrait être pareil, non ? Imaginez juste un peu cet homme galérer à trouver comment on se sert d’une paille avec la brique de jus de fruit... Plutôt comique, hein ? D’ailleurs, l’être à la chevelure d’ébène vint affirmer les paroles prononcées par Ichigo au sujet des occasions rares pour les Shinigami de venir dans le monde des Humains. Il vint en même temps confirmer l’hypothèse sur le manque de connaissance de celui-ci. L’idée du noble scrutant la paille et la brique de jus de fruit se faisait plus réalisable d’un coup, gnéhé ! Enfin... Dire que ce n’était pas son rôle d’aller sur Terre était un peu juste... C’était le rôle du Shinigami Daikô d’aller dans le monde des âmes au moins ?

Quoiqu’il en soit, il y avait un « cependant »... Qu’allait-il dire ensuite ? La tête en feu se fit intriguée et son attention était pleinement portée sur le cerisier, alors que ce dernier se redressa pour tendre le bras et saisir une tasse postée sur le bord... Depuis quand elle était là, cette tasse ? Il y en avait même une deuxième sur le plateau. La fraise se mit à regarder vite fait autour d’eux sans voir personne. Les tasses n’étaient pas apparues là par enchantement quand même et il n’avait senti aucune présence... Woh, les domestiques de Byakuya devaient avoir reçu une formation en infiltration et discrétion à ce train là. Trop balèze... Néanmoins, le plus jeune dû se rapprocher pour saisir le contenant qui lui était destiné, alors qu’il attendait toujours la suite de la réplique mise en suspend, limite comme lorsqu’un film se fait couper par des publicités. Le truc qui fait bien rager mais qui file l’occasion d’aller pisser ou se resservir en cochonneries à bouffer devant l’écran. Là, il en profitait pour regarder vite fait le contenu du récipient en sentant l’arôme qui s’en dégageait, avant d’y goûter. L’odeur comme le goût étaient forts appréciables et le jeune garçon se remis bien dans l’eau avec sa tasse en main tout en attendant toujours la fin des pubs, ou plutôt du reniflement de tasse de thé du Taichô.

La reprise du feuilleton se fit, ou plutôt la reprise de la parole. Le Kuchiki était ravi que l’adolescent porte de l’intérêt à ses nouvelles, avouant de lui-même qu’il n’était pourtant pas le premier type qui survenait dans les pensées du jeune homme quand celui-ci se pointait au Seireitei. C’était vrai, il n’était pas le premier... Mais pas non plus le dernier. Non, il faisait parti des premiers pour être exact. Ichigo était du genre à penser à toutes ses connaissances du coin quand il songeait de lui-même à faire un tour chez les Shinigami... Même s’il accordait une attention plus particulière pour certaines, comme la Chappy girl, ou préférait en esquiver d’autres, comme Kenpachi. En tout cas, à cet aveu, le rouquin esquissa un coin de sourire malin et enchaîna en le voyant boire, signe qu’il mettait fin à son tour de parlotte.



T’es pas le dernier non plus. Mais, pour être franc, je pensais pas pouvoir tomber sur toi en venant et je voulais pas m’attarder. On a juste eu du pot de se croiser.


À cet instant, le Wakame Taishi géant de pierre cracha de nouveau de l’eau dans le bassin. Ce fait impromptu aussi bruyant que visible obligea inconsciemment l’orangé à regarder la scène... Le faisant malgré lui contempler de nouveau cette abomination artistique non sans se faire un tantinet blasé. Mais du coup, tant qu’il y repensait, qu’il fallait trouver un autre sujet de discussion pour éviter le blanc ou la redondance et que l’horreur venait de se manifester, était-ce le bon moment pour placer la question au sujet de l’origine de l’adoration de cette... Chose ? Aller, c’était maintenant ou jamais, il se lança en reposant ses yeux chocolat sur son hôte.


… Dis-moi, Byakuya… D’où te viens cette lubie pour…


Il sortit sa deuxième main reposée dans l’eau pour désigner de l’index la statue, sans quitter des yeux son interlocuteur. Moins il regardait ce machin et mieux il se portait.


… Ça… Le Wakame Taishi ?


Il espérait quand même avoir une réponse assez franche et précise et pas une réponse vague ou qui ramène au point de départ... À voir si le noble allait bien vouloir parler de ça avec lui. On pouvait toujours espérer vu leur entente, non ? En comprenant mieux le pourquoi d’une fixation sur le bordel vert, peut-être que le jeune adulte allait un peu changer sa vision de la chose et encore mieux comprendre Byakuya lui-même...


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



882 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Sam 20 Sep - 16:08




C'est bien tranquillement que notre Roku Ban Tai Taicho savourait le contenant de sa tasse.  Le liquide était chaud, mais reposant pour ses muscles qui criaient déjà un peu moins, sous les soins prodigué par l'eau du Onsen.  Le regard anthracite du noble s'attarda sur le jeune  adolescent, un peu plus adultes en ces traits à présents. Il lui apparaissait même bien plus grave.. Pourtant.. ses manières n'avaient guère changé et quelque part, Byakuya trouvait cela assez rassurant. A moins que le jeune shinigami remplaçant ne lui fasse regretter cette pensée. Sa respiration se faisait lente, comme si les événements passés concernant l'explosion n'avaient point eu lieux et  le clapotis de l'eau apportait un semblant de plénitude.. Ses pupilles qui dévisageaient sûrement un peu trop notre invité,  dérivèrent sur sa propre main un peu écorché par les fines lames de Senbonzakura. Ce dernier épargnait guère son maître lorsque celui ci le poussait de trop. Cependant, Byakuya ne parla point de cela, laissant simplement Ichigo  lui répondre qu'il  n'était pas non plus la dernière personne qu'il voulait voir ici. Tient ?.. ceci, le noble ne s'y attendait pas, et  abaissant sa main meurtrie avec le contenant de son thé jusqu'à la limite de l'eau, son regard se releva, comme plus attentif alors.  Cette rencontre était malgré tout un hasard..... voilà l'explication.

Une coïncidence des plus simples, mais qui ne lui déplaisait aucunement. Secrètement, le chef de clan était ravis de revoir un Ichigo au maximum de sa forme et ayant pu faire son choix. Bien qu'il n'en avait rien dit, il n'avait pas tellement douté de l'action du garçon, face à son adversaire. Un très léger sourire en coin naquit sur le bord de ses lèvres, avant de disparaître sous la tasse, qu'il avait à nouveau élevé pour en boire quelques gorgées.  C'était assez ironique de voir ces deux  hommes, face à face, dans un lieu de détente particulièrement privé. Quand on savait qu'ils y avait deux ans de cela, ils s'étaient affrontés sans se ménager.  En y songeant, Byakuya ne pu s'empêcher de lisser un pouce fugace sur la surface lisse de cette fine cicatrice, non loin du cœur.. A chaque fois qu'il agissait ainsi, il était comme épris d'un doute concernant Gin... Visait il en définitive réellement sa cadette.. ou bien... Aizen ?.. avait il .. changer l'Histoire en s'interposant ? Pourtant, jamais Byakuya ne regretta ce geste. Il devait le faire.. tout l'y avait poussé,jusqu'au bout de sa propre personne.. Cependant toutes ses pensées s'envolèrent quand Ichigo vint rompre le silence ambiant, l'amenant même à relever brièvement la tête pour apercevoir le Wakame Taishi.  Visiblement, notre shinigami remplaçant  en paraissait troublé. Pourquoi donc d'ailleurs ?  

Il s'agissait là d'un vestige de son passé, le héros de ses nuits. Reposant donc tranquillement la tasse de son thé sur le rebord, Byakuya se remit un peu plus droit, quitte à trouver cela un peu désagréable à cause des fines coupures en son dos qui pourtant ne saignaient plus depuis qu'il était rentré. Sa voix répondit enfin avec cette même intonation monocorde :


- Ce n'est là qu'un simple souvenir de mon enfance.  Je l'ai moi même conçut dans un atelier d'artisan.

Et l'on peut dire qu'il offrait là une fleure à Ichigo, car parler de cela n'était pas tellement un fait ordinaire de sa part. Bon certes il n'avait pas plus préciser que cela. Mais en vérité, ce héros venait des histoires que son propre père lui contait, visant à l'endormir le soir, ou  simplement pour passer un peu de temps avec lui.. sous les cerisiers. Il était rare que le noble n'entrevoit son père à cette époque et en ce jour.......éh bien, qui pourrait bien lui conter les aventure du Wakame Taishi ?... personne...Alors , non personne ne touchera à cette statue...

- Il est le héros parfait des contes pour enfants.

Souligna notre Roku Ban Tai Taicho  avec un ton toujours aussi atone mais légèrement fier. De toute façon on ne lui ôtera jamais de l'idée que cette étrange créature était parfaite... Il en faisait même en biscuit, lorsqu'il avait accès à la cuisine, tard durant la nuit, à l'insu de tous.. Peut être bien que ce petit personnage mourra avec lui un jour, sans qu'il ne puisse le transmettre à quiconque.. c'est sans doute pour cela aussi qu'il l'avait immortalisé en ce lieu. Un souvenir de ce qui fut l'un des meilleur moment de son existence... un instant simple, mais important pour les yeux d'un enfant devenu adulte bien trop tôt. Byakuya se racla un peu la gorge  et reprit un peu de thé avant d'allonger un peu ses jambes dans le fond de l'eau.  Son regard d'ardoise revint alors sur son invité et il lui démontra alors sa propre curiosité.

- N'a tu donc point de héros d'enfance ?

Après tout si le Grand Kuchiki du domaine avait un tel personnage enfantin.. pourquoi pas Ichigo ?... Même Rukia avait pour ainsi dire sa mascotte.. à moins que cela ne soit une caractéristique de famille, allez savoir.



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1596 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

25 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18250/19000  (18250/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Mar 23 Sep - 18:42




Bad memory... Sad memory...


Cette grande statue faisant office d’arrivée d’eau demeurait l’occupation du moment dans l’esprit de l’adolescent. Les onsen étaient réputés pour être des lieux reposants et apaisants... Mais avec ce machin surplombant le bassin concerné, ça devenait le musée des horreurs. Enfin, c’était le point de vue de notre jeunot à l’œil critique. C’est pour cela que ça devenait limite une nécessité de savoir d’où venait cette adoration pour ce bonhomme à tronche d’algue. Ichigo respectait Byakuya, mais voir que ce dernier appréciait cette icône verte était pour lui étrange, surtout en connaissant le tempérament du noble. Le chef des Kuchiki paraissait toujours irréprochable au possible et surveillait chaque chose qu’il laissait voir de lui, alors... De là à aimer un truc pareil et de ne pas se gêner de le montrer, c’était fort. Pour Rukia encore, il pouvait comprendre qu’elle adorait les Chappy et en dessinait partout. C’était une fille et elle se faisait quand même beaucoup moins stricte et plus accessible que son frère aîné, sans parler du fait qu’elle était plus émotive. Et puis, un lapin, même mal foutu, était toujours plus beau à voir qu’une espèce d’algue mal foutue avec des bras et des jambes, non..? ... Nan, s’il y avait à choisir, le rouquin passerait son tour. À ce niveau là, le frère comme la sœur, il n’y en avait pas un pour relever l’autre... En fait, quelqu’un qui n’était pas au courant que la brunette n’était que la sœur adoptive du Taichô n’y verrait que du feu. Ces deux là avaient comme un petit air de ressemblance quelque part et ils partageaient ce goût douteux en matière de dessin. Mouarf, ce dernier point craignait à mort. La tête en feu n’était pas contre le fait qu’ils aimaient ce genre de chose, ils faisaient ce qu’ils voulaient. Mais, s’ils pouvaient lui en épargner la vue, ça lui ferait grandement plaisir.

Quoiqu’il en soit, le Kurosaki fixait son hôte qui n’allait sûrement pas tarder à répondre à l’interrogation, oubliant presque la tasse de thé qu’il détenait encore dans sa main. Il replongea quand même son autre main dénonciatrice dans l’eau tandis que l’interlocuteur vint du coup regarder vite fait l’œuvre de pierre qui trônait fièrement sur le rebord de l’eau. Le roux s’abstint d’en faire de même par contre, se contentant d’observer le noble reposer sa tasse sur le côté et se redresser un tantinet. L’illustre Kuchiki allait peut-être donner la réponse à la question phare du moment, accrochez-vous... Ouvrez les oreilles... Ne baissez surtout pas votre attention... Quel suspens..! Et maintenant, une page publicitaire ! Non, sans déconner et sans transition, voici la réponse à la question limite existentielle, donnée par une voix gardée monocorde pour ne pas trahir les habitudes de celui qui prononçait les paroles. Le Wakame Taishi était en fait un souvenir d’enfance... Un « simple » souvenir d’enfance... L’objet d’une partie de son passé, une chose ayant accompagné Byakuya dans ses premières années d’existence... Rien que ça. Bon, ça devenait un peu plus clair, mais c’était tout..? Il n’y avait pas plus que ça ? Ou bien, il n’avait pas tout dit et s’abstenait justement d’en dévoiler davantage ? Ça devait être sûrement ça, parce que ça se sentait que le sujet touchait le domaine du privé. Déjà que le noble n’était pas tellement enclin à parler de lui à l’accoutumé, c’était évident qu’il allait laisser des parts d’ombre... Il en avait déjà pas mal dit avec cette simple phrase et le hérisson roux devait s’en sentir privilégié. Mais, la chose non dite devait être quelque chose de fort, parce que de là à vouer un tel attachement pour le bonhomme vert encore aujourd’hui... Le plus âgé vint même à dire que la statue servant de fontaine à eau avait été conçue dans un atelier d’artisan à sa demande... Ichigo n’était pas stupide, il devinait que cette réponse un peu vague et cette adoration cachaient bien des choses importantes... Mais, si son partenaire de discussion ne voulait pas en dire plus, c’est qu’il souhaitait conserver son petit jardin privé, chose que l’adolescent respectait et n’allait pas piétiner impunément.

En tout cas, quoiqu’on en dise, le bonhomme d’algue restait quand même ridicule aux yeux du rouquin. Si bien que lorsque le Kuchiki vint à dire fièrement que ce personnage était le héros parfait des contes pour enfants, le plus jeune en fut sur le cul. Les gamins de la Soul Society étaient à plaindre alors si un bordel pareil était dans les meilleurs personnages d’histoire pour gosse. Nan, ce n’était pas possible, le Roku Ban Tai Taichô ne devait pas parler avec objectivité, il devait y avoir mieux dans le monde des âmes ! ... S’il y avait d’autres figures, du moins... À part Chappy... Ou l’autre canard, là... Enfin, on précise l’endroit parce que dans le Gensei, il y avait des tas de héros faisant l’objet de rêve pour les enfants, aussi bien pour les filles que pour les garçons. Des icônes faisant bien marcher l’économie, l’air de rien... Mais pour le Shinigami Daikô, ils étaient franchement mieux que le Wakame Taishi, c’était certain. Enfin bon, les goûts et les couleurs ne se discutent pas, n’est-ce pas ? De ce fait, l’orangé préféra ne rien dire sur ce qu’il pensait de ça pour ne pas blesser Byakuya, vu que le sujet en question touchait sûrement quelque chose à laquelle le noble tenait fortement. Il soupira alors doucement et voila son regard en venant passer une main dans sa chevelure enflammée, se souvenant dans le même instant que sa main droite détenait toujours la tasse de thé. Du coup, il vint de nouveau vider un peu plus le contenant tranquillement.

Cependant, il manqua d’avaler de travers la boisson lorsque le brun, après s’être raclé la gorge et placé à son aise, se fit tout aussi curieux au sujet de son invité. Est-ce qu’Ichigo avait un héros d’enfance ? ... Non, pas aux dernières nouvelles. Dans l’immédiat, il n’avait aucune idée qui ressortait du lot, parce que bien sûr, comme pas mal de gosses, il avait regardé plein de dessins animés, cafouillé à plein de jouets, lu plein de livres... Mais, rien ne lui avait assez marqué l’esprit pour qu'il puisse dire qu’il avait un héros à proprement parlé. D’ailleurs, même encore aujourd’hui, il lisait des œuvres, dont des mangas, qu’il avait connu étant gamin et il aimait sans pour autant vouer une adoration. Ouais, il n’avait pas de personnage à adorer qui était marqué de souvenirs comme c'était le cas pour le chef de clan.

Néanmoins, curieusement, en ressassant ses souvenirs d’enfance pour pouvoir répondre à la question posée, un visage lui revenait... Il vint à en plisser les yeux en baissant ces derniers. Il n’avait pas tellement de héros d’enfance, certes... Mais, ça ne concernait que le domaine du fictif. Dans la réalité, il avait bien eu un héros, ou plutôt une héroïne... Sa propre mère. Il adorait toujours autant celle-ci... Jamais elle ne s’était mise en colère, elle s’était toujours montrée douce et souriante, elle avait été capable de voir au travers de tous les mensonges et elle les avait toujours pardonnés dans l’élan... Elle était le nerf central de sa famille, tout le monde l’aimait, tout le monde était attiré... Si elle devait être un personnage de fiction, alors elle serait un ange... Ou bien une étoile... Elle avait été sa force, sa motivation de toujours aller plus loin... Car elle était la première personne qu’il avait décidé de protéger après avoir appris le sens de son prénom par son père. C’était pour cela que la perdre avait été un événement très difficile à surmonter. D’ailleurs, il ne put s’empêcher de repenser à ce fait, ce moment fatidique où le contact habituellement si chaleureux de sa mère lui avait paru si froid sur lui... Un contact ne donnant pas lieu à un câlin comme il aimait tant venant d’elle, mais juste un poids mort contre son corps... Un poids humide, mais pas seulement à cause de l’eau de la pluie battante... Mais aussi à cause du liquide vital qui s’échappait avec abondance de la plaie dans le dos... Et même en la voyant immobile et rougie par l’hémoglobine, il s’était évertué à l’appeler et à essayer désespérément de la réveiller en la remuant... Mais, en vain...

Il sentait lui-même qu’il se perdait trop dans ses songes ou plutôt dans son cauchemar à ce tarif là. Il ne devrait pas se faire du mal en se remémorant de cet instant tragique, il devrait plutôt se rappeler que des moments de bonheur. Il se fit donc violence pour se ressaisir et revenir au moment présent parce que le Taichô attendait toujours sa réponse en l’observant... Ce moment de silence et cet air grave n’avaient pas dû passer inaperçu devant son regard insondable mais toujours attentif et averti. Cependant, ça se voyait qu’Ichigo n’était pas décidé à répondre au pourquoi du comment de ce moment pesant, venant donc à répliquer avec un air des plus sombres malgré lui.



Iie, pas que je sache...


Il avait menti parce qu’il avait bien un héros d’enfance ou plutôt une héroïne, encore une fois... Mais, pas dans le genre escompté et il ne tenait pas à en parler. Si Byakuya se préservait de parler de choses personnelles et privées, le jeunot en faisait toujours de même. Il ferma les yeux, venant à vider d’un trait sa tasse pour la poser sur le côté. Puis, sans attendre, il se leva de l’eau... Et non, il ne perdit pas sa serviette en cours de route. Il n’était plus aussi détendu et il ne prêtait plus aucune attention à la grande statue qui l’obnubilait pourtant auparavant. Il affichait de nouveau cet air dur et sérieux qu’il avait limite en permanence par défaut... Quoique plus grave encore. Il inclina son visage envers Byakuya comme pour le remercier, mais aussi parce qu’il s’apprêtait à prendre congé.


Il se fait tard, je vais rentrer chez moi. Merci encore pour ton accueil et ton invitation, Byakuya.


En effet, la nuit était tombée depuis un bon moment maintenant. Même s’il avait prévenu sa famille qu’il allait rentrer sans doute tard, rester plus longtemps n’était pas tellement une bonne idée... L’adolescent avait encore cours le lendemain et surtout, il n’avait plus la tête à quoique ce soit. Il s’était un peu miné le moral tout seul, en fait... Dans tous les cas, il demeurait reconnaissant envers le noble pour l'attention que ce dernier avait porté à son égard.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



882 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Sam 27 Sep - 19:25




Seulement par cette question quelque peu anodine et se démontrant avenant, le noble Kuchiki était bien loin d'imaginer qu'Ichigo se noierait dans les méandre d'un passé douloureux. Un fait antérieur qu'il ignorait et qu'il ne pouvait guère deviner sous ce visage un peu  trop grave, même si deux années semblaient s'être écoulées. Byakuya  reposa sa tasse vide sur le rebord et  inclina un peu son menton, laissant tout simplement son invité prendre son temps concernant la réponse. La nuit était peu à peu  là, offrant une atmosphère de tranquillité. Un moment de détente que notre Roku Ban Tai Taicho appréciait toujours autant.. La lune avait toujours été sa plus proche confidente... non en fait ça seule confidente. Elle l'accompagnait toujours pendant ses sortie nocturne, tandis que son esprit vagabondait parfois dans le passé, ou bien sur divers soucis.  D'ailleurs en parlant de l'astre de la nuit, ce dernier se mirait sur la surface de l'eau, masquant un peu la silhouette de nos deux protagonistes.  Le silence persistait encore un peu, sans ce montrer des plus oppressant. Jusqu’à ce qu'au final, le garçon n'avoue qu'il ne voyait guère un héros en son enfance. Son regard d'ardoise vint alors juger ces pupilles d'ambre, non point pour chercher une vérité, mais il s'attendait à une toute autre réponse... Les humains avaient pourtant bons nombres de personnages fétiches, du moins c'est ce qu'il avait apprit lui même de la bouche de Rukia. Cette dernière aimait toujours lui rapporter les choses qu'elle trouvait intéressante dans le monde des humains.  Cela étant dit, il ferait bien mauvais hôte en prétextant que le shinigami remplaçant mentait.. Pourquoi le ferait-il sur un sujet aussi triviale. Pour le reste, cet air était bien trop grave pour une telle réponse et cela l'intrigua légèrement. Mais avant même que Byakuya ait pu dire quoi que ce soit à ce sujet, voilà qu'Ichigo se redressait de toute sa taille en lui soumettant son  bonsoir tout en le remerciant. Ainsi donc, cette conversation se devait de finir avec ce genre de regard ?...

Notre chef de clan n'était pas forcement l'être le plus expressif qui soit, bien qu'il ait fait quelque progrès., mais ce n'était pas pour autant qu'il ne savait pas reconnaître ce genre de lueur terne dans les pupilles... des yeux qu'il avait lui même connu par deux fois en son existence.  Ces traits durs comme lorsqu'ils s'étaient combattu, comment les oublier alors que tout les opposaient. Pourtant, lui soutiré ce qui n'allait pas serait un pas vers une intimité que le noble ne désirait pas franchir. Sans doute parce que lui même aimait à garder ses propres secrets.. un peu trop même.. enfin .. il tâchait de se corriger, notamment envers sa cadette. Le noble ne saurait l'expliquer, mais cela lui déplaisait de voir Ichigo partir ainsi. Pourtant le retenir ne serait guère polie et après tout, son invité pouvait faire ce qu'il voulait..alors qu'il n'avait pas même manqué la moindre politesse.  Doucement, sa poitrine imberbe se souleva d'une inspiration profonde, comme se motivant à  prendre une décision.  Puis, Byakuya finit par se redresser à son tour. Il fallait reconnaître que rester plus longtemps dans le onsen serait preuve de oisiveté. Sa voix interrompit enfin le départ imminent du garçon, offrant cette intonation qui n'était plus à décrire ni démontré..


- En cela permet moi au moins de te raccompagner jusqu'à la grande porte du domaine.

Son choix était fait, il ne lui poserait pas la question, respectant simplement son silence. Cependant, Byakuya offrait à Ichigo l'idée de ne pas partir aussi seul dans ses pensées. Ce n'était pas une bonne chose. Lui même l'avait reconnu, alors qu'il vivait un peu trop dans le passé, tout en se faisant la proie des promesses qui avaient bien faillit réduire sa vie  à néant.. et surtout celle de Rukia. Quittant enfin l'eau chaud, sa peau se couvrit pendant un court instant de chaire de poule, conscient alors de la différence de température. Puis il passa devant le garçon pour entrer dans les vestiaire sans même un regard et  se contenta de retirer l'élastique en sa chevelure avant de se sécher quelques peut et revêtit un yukata au couleur bleu ciel. Simple certes mais d'un tissu hors pair et fort agréable au touché. Un peu plus loin, tout semblait avoir été arrangé. On entendait plus l'eau coulé et les réparations avaient été quasiment terminé et ce au détriment du porte feuille d'un certain ancien qui roupillait déjà au fond de son lit, serrant dans ses bras un pétard en guise de doudou, sans même ce soucié de tout cela. Atsuhito était un ancien des plus irrécupérables mais que le noble ne se permettait jamais trop de punir. Car à son sens, cet homme était bien le seul à savoir profité des choses sans plus ce soucier des rangs.. chose que lui même ne pourra jamais faire.  Ce n'est qu'en terminant de fixer son obi que notre capitaine  proféra à l'encontre d'Ichigo, tout en lui glissant un regard en biais et un peu interrogateur :

-  Je puis faire quelque chose pour toi ?

Parce que ce genre d'expression le poussait à proposer son aide sans pour autant se montrer insistant. Seulement, il démontrait par là qu'il n'était point aveugle. Cependant, si le garçon le repoussait, alors il n'en ferait pas plus et d'ailleurs,Byakuya ouvrait la porte pour rejoindre la passerelle qui menait presque directement à la grande porte. Mine de rien cette soirée avait été des plus reposante et il le devait à son invité ici présent. Lui qui s'était attendu à passer ce moment seul au beau milieu des serviteurs et conseillers.. cela l'avait pleinement détendu et il lui en était redevable.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1596 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

25 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18250/19000  (18250/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Mar 30 Sep - 1:40




Wet clothes... Shit.


Le cerveau humain est un mécanisme bien étrange... Non, le cerveau en général plutôt, car tout être vivant était sûrement capable de penser. Il suffit d’une idée, d’un mot, d’une image ou d’une situation, pour qu’on se mette à songer malgré nous à une chose ayant plus ou moins un rapport avec la moindre information qu’on vient d’intégrer. La mémoire est en fait comme une banque de données avec comme qui dirait un moteur de recherche livré avec. Les souvenirs sont stockés et à la réception d’une information, tout ce qui pouvait s’y rapporter s’affichait classé selon l’ordre d’importance en fonction de l’individu concerné. De ce fait, un sujet abordé pouvait naturellement sans cesse amener à un autre fait et ainsi de suite... C’est la base de toutes discussions. Ce fut ainsi que la simple et innocente question de Byakuya demandant si Ichigo avait un héros d’enfance avait amené celui-ci à repenser à sa mère et surtout à la perte de cette dernière. Ce n’était pas de la faute du Taichô, il ne pouvait pas savoir ce que le jeunot avait enduré huit années auparavant.

L’esprit bien noirci par ces douloureux souvenirs qu’il essayait maintenant de chasser de sa conscience, il observait le noble avec un air assez grave tout en attendant une réponse de celui-ci. Il était déjà pour ainsi dire comme prêt à partir. Il s’était levé avant de faire savoir qu’il allait prendre congé et il avait l’idée de quitter son hôte une fois la réponse reçue, ce qui était la moindre des politesses après un tel accueil. La nuit maintenant là, la maîtresse du ciel qui n’était autre que la Lune se reflétait sur la surface de l’eau tout juste remuée par la levée du rouquin. Le vent du soir était plutôt frais et venait toucher la peau juvénile humide de ce dernier d’un baiser bien froid, mais le jeune homme faisait fi de tout ça. Il frissonnait, c’était un fait, mais il n’en montrait rien et ne changeait pas d’attitude. Rien ne pouvait être plus sombre et froid que le moment qui lui était revenu en tête.

Les regards des deux hommes s’affrontaient durant un bref instant, avant que le brun ne vienne à inspirer profondément, venant ensuite à se lever à son tour de l’eau. Il comptait sortir aussi, du coup ? Bon, c’est vrai que patauger dans la flotte peut être un plaisir relaxant, mais au bout d’un moment, ça devient rasoir, surtout en étant seul... Et en plus, ça fait paraître feignasse. Bref, l’être à la chevelure d’ébène accompagna son action par quelques paroles encore pleines de bonnes intentions. Il n’était évidemment pas contre le départ de son invité, mais il souhaitait au moins l’accompagner jusque la sortie de la propriété. Décidément, en termes de réception de personne, il savait tout bien faire du début à la fin. En même temps, c’était la moindre des choses quand on était chef d’une des quatre grandes familles noble, non ? Ou alors... Il avait bien perçu le malaise chez l’adolescent et ne voulait pas le laisser aller seul à ses pensées comme ça ? Les deux raisons paraissaient être bonnes. Quelque part, Ichigo put les percevoir sans le moindre mal, conscient de la condition du noble et que sa soudaine attitude grave devait provoquer bien des interrogations chez ce dernier. Mais, il fut soulagé de ne subir aucune question de sa part. Le respect de l’intimité était bel et bien mutuel. Il vint donc simplement voiler son regard et incliner son menton en silence en guise de réponse, avant de quitter l’eau après lui pour aller au vestiaire. D’ailleurs, ce fut en précédant le cerisier qu’il put distinguer des estafilades aussi présentes dans son dos. Celui là ne s’était décidément pas loupé lors de son entraînement.

Ainsi, ils regagnèrent le vestiaire pour homme et ils allèrent chacun de leur côté en vue de se sécher tranquillement et de se revêtir à leur aise. Seulement, un hic se pointa du même coup chez notre Kurosaki. En effet, après avoir fait disparaître les vilaines gouttes d’eau froides de son épiderme et commencé ensuite à se fringuer comme il était à son arrivée, il s’aperçut au moment venu que le kosode avec le shitagi étaient noyés. Il se mit alors à afficher un air des plus blasés, une moue pas possible... Certains pourraient se demander comment ça se faisait que ces vêtements étaient mouillés. Eh bien, il fallait faire remonter les souvenirs récents, car ce fait datait de peu... Plus précisément quand le Quinze n’avait pas trouvé de serviette et qu’il s’était pointé énervé au onsen uniquement vêtu de ces deux vestes en guise de bas, que le Kuchiki s’était du coup absenté pour chercher un de ces linges blancs pour lui et que le vieux débris d’Atsuhito avait fait l’obus dans l’eau sous le nez du hérisson roux juste après... Forcément, le lycéen s’était bien retrouvé à l’état d’éponge avec les dégâts collatéraux causés par l’impact de la chute du vioc dans le bassin. Depuis, les frusques n’avaient pas encore tellement eu le temps de sécher. De ce fait, il vint à soupirer profondément de ras le bol en gardant les deux tissus pendus à ses mains devant lui. Décidément, tout ça devenait bien chiant et pesant à la longue...

Comment allait-il faire ? Devait-il enfiler ces habits quand même comme un brave en se disant que ce n’était que de l’eau, au risque de chopper la crève avec le vent froid de la nuit et d’être mal à l’aise avec les frusques trempés sur le dos ? Devait-il les garder sous le bras et repartir torse nu, laissant pleinement voir les vestiges de son Fullbring sur sa poitrine et son dos ? Ou bien... Rester là à les contempler à bout de bras comme ça ? Que de choix attirants, n’est-ce pas ? Ce fut à ce moment que la voix de Byakuya anéantit le silence, venant à demander s’il pouvait faire quelque chose pour le jeunot. Il tombait à pic, tiens... Pour le coup, ce type devrait s’appeler « providence ». Bon, il devait sûrement dire ça en rapport avec la tête que faisait précédemment Ichigo et c’était gentil de sa part de se préoccuper de lui, mais là, il allait peut-être pouvoir lui sauver la mise. Le plus jeune restait encore de dos, les yeux rivés sur ses biens mouillés, alors qu’il entendit le shoji s’ouvrir sans rien de plus, laissant sentir que le Taichô l’attendait pour partir... Mais, le départ allait encore un peu attendre. Effectivement, il y avait un besoin de dépannage en vue... Ainsi, la tête en feu se tourna vers le deuxième protagoniste du moment pour lui soumettre sa petite demande.



Eh, ha... T’aurais pas un haut à me filer vite fait, onegai ? Les miens sont encore trempés pour le moment...


Il vit au même moment que le chef des lieux avait adopté un yukata bleu ciel comme nouvel accoutrement. En même temps, l’autre était crade, bien amoché et plein de sueur après l’entraînement de forcené qu’il avait dû suivre. Franchement, le cerisier allait sans problème pouvoir l’aider et lui prêter quelque chose, non ? En tout cas, le Tigrou paraissait quand même un peu ennuyé et gêné de demander un tel service. Mais, il se sentait surtout con. D’ailleurs, il songea après coup qu’il allait sûrement se faire passer pour une chochotte. Demander des autres habits juste parce que les siens étaient mouillés... Quel idiot... Du coup, il se reprit vivement en secouant la tête avant toutes répliques de la part du noble.


Iya, oublie ce que je viens de dire. Ça va vite sécher sur le trajet.


Ainsi, il entreprit de terminer de se vêtir avec le reste de son shihakushô noyé, prenant ensuite son Zanpakutô avec la lanière rouge pour rejoindre le Roku Ban Tai Taichô et s’arrêter à ses côtés, voulant bien sûr partir en sa compagnie comme convenu. Il n’empêche que c’était vraiment très désagréable pour lui de porter des vêtements humides. Ça lui collait à la peau, ça paraissait plus lourd, c’était froid, c’était... Bref, ce n’était pas terrible. Mais, pour ne pas se faire passer pour un chieur ou une mauviette, il faisait mine que ça ne l’ennuyait pas. Au moins, l’avantage à tirer de tout ça était qu’il ne pensait plus du tout à ses souvenirs douloureux d’enfance. On pouvait notamment s’en apercevoir en se basant sur son attitude et son air qui étaient redevenus comme à l’ordinaire... Quoique, le rouquin était bien contrarié. M'enfin, cette affaire de frusques mouillées demeurait quand même un mal pour un bien. L’air de rien, la vieille branche d’ancien avait fait une bonne action dans sa connerie... Le tout de manière accidentelle, mais des plus préventives.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



882 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Sam 4 Oct - 0:37




Bien que la peau encore légèrement humide, le noble ne semblait pas éprouver le changement de température entre le onsen et l'extérieur. Tout comme il ignorait que ses marques laissé avec amour par Senbonzakura avaient été aperçut par Ichigo.. cela étant dit, il devrait tout de même faire quelque chose contre cela. Il n'en avait touché mot à personne. Déjà parce qu'un noble ne devait pas avoir la peau marquée et visible, ensuite parce qu'il estimait que le clan n'avait pas à savoir pour ses entraînements un peu trop intensif. Parce qu'il connaissait parfaitement les anciens à se propos... et s'il les écoutait il ne prendrait jamais de risque. On lui reprochait déjà assez de rester dans le veuvage, tout en respectant cela, car ce genre de vœux était une valeur des plus noble... donc incontestable.. un bouclier.. mais aussi une prison douce....et emplie de nostalgie. Pourtant plus aucune larme ne venait à s'exprimer ce sur visage pâle et attentif à toute chose.  Des traits devenu légèrement plus lisible aux yeux du monde et  un aspect plus approchable de sa personne.  Byakuya se bonifiait avec le temps dirons nous. Son regard  d'ardoise se perdait un peu, par de là la passerelle, lorgnant ce ciel devenu sombre et étoilé. Debout face à la sortie, le noble attendait simplement un Ichigo qui finalement.. se montrait hésitant. Tout le contraire de l'ordinaire en sommes et pour finir, notre Roku Ban Tai Taicho tourna son visage de profil, de manière à l'apercevoir... Il lui tournait encore le dos, face à ses habit encore déposé... et mouillé.. tient oui c'est vrai. Avec tout cela le chef de clan en avait oublier cette anecdote.  Cependant, il y avait de la gêne dans le regarde du shinigami remplaçant, mais Byakuya ne fit rien pour l'obliger à s'exprimer. I lui avait tendu l'invitation à parler, il n'en ferait guère plus.  Le geste ne fut point vain fort heureusement et Ichigo se permit de lui demander s'il ne pouvait pas le dépanner, avant de finalement se raviser en enfilant cette …. guenille...vraiment ce garçon était des plus surprenants.

Ichigo pouvait se permettre sans une once d'arrière penser vous parler avec familiarité, alors que vous pouvez  représenter à vous seul la haute société.... vous rosser jusqu'à vous faire comprendre votre erreur concernant votre sœur face à la loi. Mais... se sentir de trop en réclamant simplement un habit plus séant ? Alors que cela serait d'une pur impolitesse que de laisser son invité dans un tel désarroi... vraiment.. oui, ce garçon l’étonnait et au final.. Byakuya en eut un sourire ne coin. Fort discret cela dit, mais néanmoins présent, à demi cacher dans l'ombre de la nuit, éclairé par les lanternes ambiantes. On ne pouvait pas dire que la demeure Kuchiki respirait la modernité, mais cela avait un charme que le noble ne vendrait pour rien au monde. Lentement, son corps se détourna de l'ouverture pour  lever une main en direction du shinigami remplaçant. «  Reste ici veux tu. » et il s'éloigna pour finir sur la passerelle, laissant son ombre s'agrandir vers le jardin, tandis qu'il rejoignait simplement sa propre chambre. Là il se contenta de lorgné d'un œil respectueux ses kenseikaan qu'il ne mettait plus depuis quelques temps... Apparemment ils étaient brisés et restaient sagement là.. à son chevet..tels des reliques. Mais c'était un peu le cas en vérité. Car une partie de cette coiffe appartenait à feu son père, Kuchiki shojun. Passant donc à côté de sa couche, Byakuya  alla directement face à sa grande armoire aux boiseries finement travaillées et sculptées. Là, il l'ouvrit dans un souffle un peu grincheux, pou rlaisser entrevoir  quelques haori de rechanges et bon nombre de yukata et d’uniforme.. Certes le garnement mesurait un petit centimètre de plus que sa personne, mais il avait pour ainsi dire le même gabarit. Il retira donc une tenue et referma le tout derrière lui, avant de rejoindre à nouveau la surface boisé de la passerelle.

Aucun bruit ne venait troubler la nuit si ce n'était le frottement léger de l'habit de notre  Roku Ban Tai Taicho sous son déplacement. Tout semblait paisible et reposant, une atmosphère propice à l'une de se s promenade nocturne, mais le noble devait admettre que la morsure de Senbonzakura lui tiraillait un peu le dos.  Vraiment, il avait encore quelque progrès à ce sujet, mais.. visiblement cette faiblesse ne pouvait pas être mieux parée. Cette pensée en resta là, car déjà, Byakuya venait de rejoindre notre jeune shinigami remplaçant. Poussant le shoji, le noble lui tendit l 'habit, sans même  vouloir essuyer le moindre refus de sa part, car en ce cas il ferait un bien mauvais invité. Son regard ombrageux croisa celui d'Ichigo, comme un commun accord silencieux, alors que la maisonnée semblait des plus endormie autour d'eux. Ses lèvres s'animèrent pourtant peu après cela, signifiant d'un ton des plus atone ces quelques mots  :


-  Tu n'auras qu'a laisser ici ces affaires trempées. Mes gens les laveront et sécheront jusqu'à ta prochaine visite.

Parce qu'il lui apparaissait évident que le shinigami remplaçant allait repasser par ici.Après tout, n'était il point un ami de sa cadette ? Et dans un sens... Byakuya formulait simplement qu'il était tout bonnement le bienvenue ici, tant qu'il n'en abusait point. Oui parce que mine de rien le noble n'était pas non plus dans le genre.. chambre d'hôte. Mais le plus amusant était quand même de voir un peu la manœuvre subtile de lui donner cette information. Le chef de clan ne changera donc jamais quand à ce genre d’énigme... Surtout vis à vis du garçon. Enfin, peut être que ce dernier à compris le dessous de ses paroles.. c'était tout de même là, une gymnastique toute noble qui soit. Cependant, Byakuya doutait que cette ombre dans les yeux d'Ichigo corresponde à ce souci de vêtement.. il y avait en cela quelque chose de bien plus profond aussi.. était ce un prétexte pour détourner l'attention ? Bien que l'idée soit justifiable quand on voyait l'humidité de l'habit.... aussi sans doute que ses pupilles d'acier se montrèrent un peu trop.. insistante sur son invité...



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1596 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

25 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18250/19000  (18250/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Dim 12 Oct - 15:38




Nanda ? Mondai ka ?


On pouvait dire qu’Ichigo pestait bien comme il fallait contre le vieux débris d’Atsuhito, à cause de qui son haut était pourri noyé. Rien à faire, cette épave échouée finissait toujours par pouvoir faire chier. Ce n’était plus un sale vice, c’était un don à ce niveau. Le rouquin prenait son mal en patience. De toute façon, il n’avait pas d’autre choix. Bah oui, il n’allait pas non plus se mettre à la recherche du vieux panda estropié pour se jeter dessus et l’étriper comme un fou furieux juste pour ça. En plus, il ne fallait pas oublier que ce fait n’était pas du voulu de cet ancien, mais que c’était arrivé à cause d’une autre connerie de celui-ci, à savoir espionner les femmes dans le onsen voisin. Rien que d’y repenser, ça pouvait blaser l’adolescent. Toujours étant que ce tissu pesant plus lourd, collant à la peau et filant la sensation de froid avec l’humidité était une vraie tare à supporter pour ce dernier. Enfin, bon ! C’était un homme, alors se montrer froissé pour ça était lamentable. Il avait déjà vécu pire, non ? Aussi, il allait faire avec et était bien sûr prêt pour ça. Il ne pensait plus à ses mauvais souvenirs qui lui assombrissaient l’esprit jusque là, mais à la place, il était bien contrarié avec ses fringues mouillées. C’était bien désagréable, mais il n’en montrait rien, surtout face au noble en adoptant un air pas mal foutiste vis-à-vis de ça. Toutefois, inutile d’être surdoué pour se rendre compte que ça devait être chiant à endurer...

En tout cas, avoir demandé des habits de rechange pour aussitôt se raviser et enfiler les loques humides, ça pouvait quelque part faire sourire venant de lui. Quoique... Ça dépend de quel point de vue on se place. Certes, il ne se gênait jamais pour dire ce qu’il pensait, pour engueuler ou bien pour s’imposer et là, il s’était montré comme ennuyé et hésitant pour demander un petit service. Oui, le roux ne voulait jamais faire chier pour ses envies personnelles. Mais, il faut savoir qu’il était aussi du genre à toujours vouloir se débrouiller seul quand il le pouvait et à se montrer fort. De ce fait, il voulait aussi jouer le mec dur et pas que le mec qui ne voulait pas emmerder le monde égoïstement. Néanmoins, le jeunot qui finissait de se nipper bravement n’avait aucune chance de pouvoir voir ce petit sourire en coin venant du noble qui était en plus encore un peu caché par la pénombre de la nuit. Il pensait que ça allait passer comme une lettre à la poste et basta, il allait rentrer chez lui sans traîner. Mais, ça n’allait pas se dérouler ainsi.

En effet, le noble mit la holà devant l’attitude de son invité, venant à se tourner un peu mieux vers celui-ci en vue de dresser une main comme pour dire « halte », tout en prononçant à haute voix la signification du geste. Le rouquin qui arrivait tout juste devant lui vint à cesser le pas et ses gestes d’habillage, avec un petit air d’incompréhension traduit par un sourcillement. Puis, le Taichô partit sur la passerelle, disparaissant de la vue du Shinigami Daikô. Il allait faire quoi celui-là en le plantant comme ça ? La tête en feu se fit blasée et agacée, baissant les bras, pour ensuite les croiser. Déjà, attendre n’était pas une chose qu’il aimait, impatient comme il était. Il voulait rentrer chez lui pour abréger le fait de porter des vêtements désagréables. Au lieu de ça, le départ fut encore retardé et le jeune homme se retrouva à patienter seul ainsi. Bien sûr, l’idée selon laquelle Byakuya n’était pas d’accord pour le laisser partir vêtu de ces habits transformés en torchon au sorti de la machine à laver et allait donc chercher des vêtements secs lui avait bien traversé l’esprit... Mais, bien que c’était sympa de la part du Kuchiki, ça faisait grimacer quand même un peu la tête de hérisson. Ce dernier avait dit que ça allait aller, le Shinigami ne pouvait pas tout simplement acquiescer et partir avec lui jusqu’au portail et lui souhaiter ensuite bon vent ? Décidément, il fallait que tout soit propre bien avec lui... C’est quelque part ce qui faisait son charme à ce type. Enfin, Ichigo n’était pas un ingrat, alors il n’allait pas gueuler, ni faire la mauvaise tête, ni rester silencieux face au geste. Il attendit donc, que ce soit long ou pas, dans le silence de la nuit.

Finalement, une ombre se profila de nouveau sur la passerelle, des frictions de tissus se faisant entendre comme accompagnement. Le jeunot fixait cette ombre grandir dans l’entrebâillement du shoji, jusqu’à voir se présenter une silhouette qui poussa le battant pour se montrer. L’être à la chevelure d’ébène se tenait là avec entre ses mains un habit, comme suspecté. C’était une action des plus avenantes, alors que le Kurosaki vint croiser son regard en déclarant un soupir profond mais assez silencieux. Allons bon, c’était bien salutaire pour lui tout ça. Il écouta ce que son interlocuteur lui disait, comme quoi le plus jeune pouvait laisser là ses vêtements mouillés car le personnel de la maisonnée allait se charger de leur nettoyage et séchage pour les lui reconfier à sa prochaine visite. Il vint à en hausser un sourcil, intégrant ces dires. Il avait pensé se changer et rester encore un peu le temps que ses fringues sèchent pour ensuite les remettre et enfin partir. Mais, non... Le noble avait l’idée de le laisser partir avec son habit et d’attendre qu’il revienne plus tard le rendre en reprenant ses propres frusques. Ça étonna le jeune homme qui interprétait les paroles, venant à discerner le sous-entendu à peine planqué... Byakuya souhaitait le revoir très prochainement en s’assurant d’une garantie que ça arrive grâce au linge ? En gros, il fallait comprendre qu’Ichigo était le bienvenu chez lui. Eh bé... Remarque, ça concordait avec l'attitude accueillante et avenante jusque là. Le Tigrou ne put s’empêcher d’esquisser un léger sourire malin en coin, d’un air amusé mais surtout complice.



Je vois... Bien compris. Merci Byakuya.


Ça lui faisait vraiment plaisir pour le coup. Malgré tout, le noble aimait bien passer du temps avec lui et l’air de rien, c’était réciproque depuis ces derniers temps. Il fallait dire qu’entre leur première rencontre et maintenant, c’était le jour et la nuit... C’était le cas de le dire, de l’eau avait coulé sous les ponts. Entre le fait de se friter à la moindre rencontre et à présent de parler tranquillement ensemble... Il y avait de la marge, quoi. Enfin bref, du coup, la Fraise vint presque à regretter sa décision de partir comme ça à cause des cours le lendemain et de l’influence de... Et voilà, il replongea dedans. Il se faisait moins grave que tout à l’heure quand il avait commencé à y penser, mais bon... Il y avait cette petite nuance dans le regard qui laissait sentir que ça cogitait un peu là-haut. Il vint quand même prendre l’habit des mains du Taichô qui attendait que ça en le lui tendant, croisant de nouveau son regard... Qui se faisait pas mal insistant. Il vint à faire une tête bizarre, haussant un sourcil, comme s’il y avait rien, l’air innocent.


... Nanda ?


Ok, il avait l’esprit un chouïa noirci, mais ce n’était pas non plus assez pour en faire un cas et encore moins pour se focaliser dessus. Il songeait à ça mais c’était tout, la vie continuait, il s’y était fait depuis tout à l’heure... Depuis cette fois-là... Plus ou moins. De toute façon, c’était ça ou il était bon pour faire la gueule à tout bout de champ. Bref, il finit par se détourner de lui. Il en avait vraiment marre de son kosode et de son shitagi mouillés. Il s’éloigna donc un peu pour rejoindre le coin où il était initialement pour se changer et commença à échanger les vêtements, attendant quand même la réponse du noble d’une oreille attentive... Décidément, ce type était vraiment assidu... Il avait deviné que le rouquin repensait à la même chose que tout à l’heure ? Ou au moins à quelque chose de différent par rapport à cette histoire de linge trempé ? C’était Sherlock Holmes ou quoi ? Ou alors, il y avait rien du tout et ne faisait que le regarder ? Alala, il pensait trop l’ado...


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



882 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Lun 20 Oct - 17:24




Son regard anthracie ne lâchait pas du tout le jeune homme en face de lui, quand bien même se dernier se changeait. Mais Byakuya ne voyait pas cela.. juste ce mal être qu'il avait aperçu, alors qu'Ichigo avait quitter le Onsen. Mais encore une fois, pouvait il se permettre d'être indiscret ?  Ce n'était pas dans ses habitudes et lui même n'aimait guère que l'on s'occupe de ses affaires. Cependant  le forçait il à parler présentement ? Sans doute avec ce regard insistant. D'ailleurs, cela fini par faire réagir son invité, qui vint verbalement lui demander s'il se passait quelque chose. Pour le coup, notre noble ne pouvait plus guère reculer,. A moins de sortir une fadaise du genre qu'il n'y avait absolument rien. Cependant c 'était bien trop stupide comme repli pour lui correspondre. Le shinigami remplaçant ne serait pas si dupe.  Aussi, Byakuya  se détourna lentement , tout en laissant certainement un peu plus d'aisance  au garçon quand à son habillement. Le silence s'installa une ou deux minutes avant que finalement une voix atone ne se manifeste :

Rien de particulier, j'ai cru lire en toi une certaine tristesse.


Ne voulant guère aller plus loin, préfèrent une fois de plus laisser le choix à Ichigo. Mais cette fois il démontrait clairement qu'il n'avait pas été si aveugle. Byakuya  était reconnu pour être froid en apparence, mais il n'a nullement mauvaise âme.. bien au contraire. Deplus il était certain que le garçon ait compris son invitation toute aussi déguisée qu'elle soit. Notre noble  disait rarement les choses directement. Enfin cela dépendait.. avec Zaraki par exemple. Il ne s'en privait jamais. C'était même assez libérateur. Mais ça c'était son petit secret à lui.. Attrapant les affaires sales et surtout humide à souhait, le noble poussa légèrement le shoji pour transmettre tout ceci à une servante qui était sagement rester derrière la porte. Puis d'une petite courbette, elle se retira prestement, sans doute dans l'idée de s'occuper du linge.  Un véritable maître à recevoir notre Roku ban Tai taicho.. mais il appliquait simplement ce que lui avait inculqué son ancêtre et son père..rien de plus. Enfin.. si quand même.. il y avait une sorte de reconnaissance envers ce jeune rouquin. Quelque chose que le chef de clan ne s'avisera point de dire à haute voix. Cependant ses gestes semblaient clair à ce sujet. Comme bien souvent d’ailleurs de sa part.. les mots étaient comme une perte de temps.. et l'ait de déguiser ses actions était une chose qu'il maîtrisait depuis quelques décennies. Ainsi il se protégeait bien souvent des réactions un peu trop traditionnelle et rétrograde de certains de ses conseillers.

Tournant à demi son profil vers Ichigo, il pouvait constater qu'il était désormais habillé. La tenue ne lui allait pas si mal.. enfin après tout.. ils faisaient la même taille. Oui.. bon... presque la même taille nous n'allons point chipoter. D'ailleurs, Byakuya ne lui fit même pas la remarque concernant le fait que ce n'était qu'un prêt. Il s'en fichait un peu... des tenues, il pouvait en avoir à la pelle, tout comme son nouvel haori. Ce dernier, il l'avait même fait confectionné par l'un des plus grand couturier du moment, le poussant ainsi à sûrement en prendre plus soin que par le passé. Il faut dire que la réprimande du Sotaicho n'était pas passé inaperçu, ni tombé dans l'oreille d'un sourd.  Le noble se tatait même à l'idée d'offrir un haori au capitaine commandant. Mais cela serait peut être pas si bien reçut.. enfin.. ; une idée à creuser tout de même.

D'un abaissement très léger de ses paupières, Byakuya  finit par concéder.



 Cela est sans doute une mauvaise vision des choses, oublies cela...


Cette fois, c'est le noble qui faisait un pas en arrière, prenant le parti qu'il allait sûrement un peu loin en définitive. Cette soirée avait été des plus agréable, pour l'un comme pour l'autre, malgré cette histoire de bidet volant.  

[/i]

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1596 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

25 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18250/19000  (18250/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Dim 26 Oct - 0:43




Well... Keep a good evening!


Ce sentiment d’être observé demeurait bien persistant alors que le rouquin faisait dos pour se changer. Il ne disait rien mais il n’en pensait pas moins... Si le noble avait un truc à dire, qu’il le fasse sans faire attendre ou tourner autour du pot. En plus, le Quinze l’avait invité à le faire avec son interrogation brève et des plus familières, faisant en même temps comprendre qu’il s’était bien aperçu qu’il y avait quelque chose qui turlupinait le Taichô. Il fallait dire que celui-ci n’avait pas été très discret à le fixer ainsi de manière si insistante. Peut-être qu’il n’y avait rien pour justifier cette attitude mais le silence qui s’installait témoignait du contraire. Aussi, l’adolescent fut dès à présent sûr que Byakuya cachait une réflexion. Mais, pourquoi ce dernier tardait-il à répondre ? C’était si dur à dire ce qu’il pensait ? Avait-il vraiment discerné le lourd sentiment qui rongeait le plus jeune qui tentait de passer outre ? Les secondes et bientôt les minutes défilèrent sans que rien ne se fasse entendre. Ça avait bien le don d’agacer le jeunot qui commençait à tirer une bonne moue de râleur... Prêt à faire savoir ce qu’il en pensait.

Seulement, la voix teintée d’une intonation typique du Kuchiki fendit ce silence énervant. C’était comme si il avait réfléchi avant de parler, qu’il avait cherché ses mots avec attention, comme pour éviter de faire une gaffe ou pour bien peser ses paroles... Ou alors pour se jeter tout simplement à l’eau après une longue hésitation en sentant devoir poser le pied dans une zone qu’il jugeait difficilement abordable ou intime. Franchement, il avait bien fait... L’attente prit tout son sens quand la réponse parvint aux oreilles du hérisson roux qui s’arrêta en si bon chemin un bref instant. Selon le noble, rien de bien intéressant lui occupait l’esprit, mais il avait comme perçu de la tristesse chez son invité. Ce dernier s’était figé en agrandissant un peu son regard, se rendant compte qu’il avait bien deviné quand il avait pensé que Byakuya l’avait grillé. Il était difficile de tromper cet homme de droiture habitué à discerner ce genre de chose chez les personnes qu’il côtoyait via son regard d’ardoise posé mais perçant. Après tout, pouvoir repérer cela était un atout nécessaire lorsque l’on détenait son rang au sein de la noblesse où l’hypocrisie était maîtresse. Ichigo prit encore mieux conscience de cette clairvoyance, sans pour autant se décider à vider son sac. C’était un fait personnel qui le tenaillait et les personnes au courant de ça représentaient un nombre très réduit. En général, ces dernières l’avaient su pas forcément de sa bouche et quand ça avait été le cas, c’est qu’il n’avait pas eu d’autres choix. Or, il n’était pas nécessaire que le noble le sache... De plus, il était inutile de plomber la soirée avec ça alors que tout s’était bien passé malgré les interventions du vieux débris. Il se contenta donc de soupirer discrètement en inclinant un peu son visage, le regard noisette se dissimulant ensuite derrière ses paupières avec l’expression faciale rendue un peu dure quand même malgré lui.

Il reprit donc sa séance d’habillage tandis que son interlocuteur s’approchait de lui. Il entrouvrit ses yeux pour l’observer en coin, se demandant ce qu’il comptait faire, avant de le voir saisir les habits immettables délaissés sur le côté pour ensuite se retirer. Le jeune homme le suivit vite fait du regard pour le voir confier les vêtements à une silhouette se tenant derrière le shoji... Sûrement un membre de son personnel vu la courbette effectuée à l’acquisition des habits avant de partir sans attendre. Le Kuchiki se conduisait comme un hôte irréprochable, c’était certain... Mais, quand même, ce n’était pas une personne triée sur le volet issue de la noblesse ou bien un inconnu au regard critique qu’il accueillait... C’était juste Ichigo. Un type avec qui la relation était un peu compliquée, d’abord houleuse avant de s’apparenter à celle que l’on pourrait retrouver entre compagnons d’armes. Ça faisait un peu bizarre si on avait suivi les événements qu’il y avait eu entre eux deux, mais devait-on prendre en considération le fait que l’éducation de Byakuya poussait celui-ci à se comporter ainsi ? ... Sûrement, oui, mais il n’y avait pas que ça et ça se sentait. Il pouvait très bien être courtois sans pour autant se montrer si avenant. Il y avait donc une considération plus poussée derrière tout ça ? C’était à envisager. Le rouquin pouvait le questionner à ce sujet, mais il n’en fit rien... Il y avait des choses qui n’avaient pas besoin d’être dites et de toute façon, il était sûr que le Taichô l’enverrait sur les roses... Ou plutôt sur les cerisiers. Si le jeune bretteur n’aimait pas tellement parler de ce qu’il ressentait aux autres, le plus âgé partageait ce trait de personnalité. Tous les deux préféraient souvent démontrer leurs pensées par des actes. Une sorte d’accord mutuel avait donc été établi silencieusement entre ces deux là.

La tête en feu termina de nouer son obi bleu acier, pouvant maintenant se contempler dans un beau kimono bleu de cobalt. C’était un ensemble digne de notre chef de clan, il n’y avait rien à redire. Après tout, ce n’était pas comme si celui-ci s’habillait avec des chiffons. L’adolescent vint d’ailleurs à se tourner vers l’intéressé qui l’observait également mais à demi. En rencontrant ces iris anthracite, il se demandait si le Kuchiki en était encore resté à cette affaire de mauvaise pensée. Le voyant voiler son regard à demie pour ensuite faire part du fait qu’il s’était sans doute fourvoyé et qu’il ne fallait pas y faire attention, il constata que la réponse était donc « oui ». Seulement, cette réplique laissait juste deviner le fait que Byakuya avait réalisé tout seul qu’il s’aventurait sur un terrain bien épineux et surtout privé. Pour le coup, Ichigo rendit les armes et voulut mettre fin à cette situation qui faisait un peu naître une atmosphère pesante et un sentiment de maladresse que devait ressentir le Roku Ban Tai Taichô. Il soupira plutôt d’un air résolu et ironique avant de finalement laisser entendre sa voix.



Iie, t’es dans le vrai... T’as un bon flair...


Il fit une courte pause, se demandant s’il devait en dire quand même un peu plus... Juste répondre ça devait laisser le maître des lieux encore bien dans le flou, même si ça le confortait quand même sur le fait qu’il avait une bonne intuition, qu’il n’avait pas halluciné. Du coup, le Kurosaki reprit la parole, mais il resta quand même vague dans sa réponse... Il ne fallait pas non plus espérer qu’il balance tout de but en blanc.


J’ai seulement repensé à certaines choses... Mais, c’est passé maintenant.


Ainsi, la tête de konpeito jugea que c’était suffisant comme réplique. Il avait fait là un bel effort, mais c’était juste en écho à ceux faits par le gradé. Il avait un peu fait comprendre indirectement qu’il ne souhaitait pas s’attarder sur le sujet, invitant donc à laisser la discussion évoluer vers autre chose. Et puis, ça rassurait surtout le Taichô concernant l’état mental de son invité, parce qu’il affichait un air si grave avec cette histoire... De ce fait, la Fraise se montrait plutôt désinvolte maintenant, comme s’il n’y avait rien eu. Il vint même à esquisser un léger sourire en coin envers le deuxième protagoniste, un sourire confiant et teinté de sympathie, mais aussi de gratitude. Bah oui, pourquoi faire la gueule après avoir passé une bonne soirée non prévue qui cassait les habitudes et qui montrait combien les temps avaient changé en bien ? Mais, toute bonne chose a une fin comme on dit... Il ne fallait pas oublier que l’heure tournait.


Bref, il est vraiment temps que j’y aille. Depuis le temps que je le dis...


Il finit par mettre sa sangle rouge en travers de son tronc et tendit une main pour empoigner le manche de son ample Zanpakutô afin de le placer ensuite dans son dos. Puis, il dirigea ses pas vers la passerelle, glissant son regard d'ambre vers le noble qui devrait normalement venir à marcher à ses côtés si la volonté de le raccompagner jusqu’au portail était toujours là.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



882 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Lun 3 Nov - 15:33



Le noble n'était pas ici pour mettre mal à l'aise Ichigo, c'est pourquoi il n'avait pasplsu insisté et se contenta de laisser le garçon se vêtir.. D'ailleurs l'habit lui allait parfaitement. Cela ne faisait aucun doute, le noble Roku Ban Tai taicho avait su choisir.... il serait stupide de croire qu'il avait prit le premier habit qui traînait dans son placard.. iee, Byakuya était loin d'être aussi peu précis quand il s'agissait de satisfaire ses invités. Cependant, Ichigo  rompit le silence, venant à affirmé qu'il avait tout de même vu juste et qu'il n'était pas bercé d'illusions.  Évidemment, il n'en rajouta guère plus dans le détail... cela sous entendait clairement que le chef de clan avait touché une corde sensible. Une chose qu'il pouvait respecter, car lui même ne s'étalait guère sur ses blessures anciennes.  Aussi, il ne fit qu'incliné légèrement son visage, laissant sa chevelure encore un peu humide, venir se rependre par delà ses épaules. Ses traits paraissaient tout aussi grave que ceux du garçon, comme un commun accord. Cette soirée avait été riche en émotion et en compréhension.. une soirée que le noble n'était pas prêt d'oublier.  En bien entendons nous bien. Quelque chose de bénéfique qui apaisait Byakuya en lui même. oh.. il n'était pas tellement dans le souci, mais cela rompait avec sa routine.. et même de sa promenade Nocturne. D'ailleurs, il ne la fera point à cette heure.. ses muscles étaient encore endoloris de son entraînement, et de ses entailles dans le dos.

Poussant alors le shoji, sa voix résonna alors dans cet atmosphère encore un peu étouffante à cause du Onsen :


 Je te raccompagne en ce cas. Cet habit ne te va pas si mal...

Comme il l'avait souligné tout à l'heure..et le plus surprenant, c'est qu'il y trouvait quelque chose de noble dans la prestance du garçon.  Ce n'était pas même ironique.. mais une réelle surprise. Cependant, rien de cet étonnement ne marqua le visage impassible de notre Roku Ban Tai Taicho. Quand bien même , il paraissait un peu plus ouvert... il restait ce qu'il était.. Kuchiki Byakuya.. l'insondable... le difficile.. bref.. notre chef de clan ouvrit la marche sur la passerelle. Les lampions éclairaient  doucement la demeure.. offrant quelque chose d'apaisant et de tranquille dans l'air. La lune éclairait le ciel, refusant de se cachée sous un quelconque nuage. Le pas était un peu lent, laissant à Ichigo l’opportunité de marcher à ses côtés. Une sorte de rappel comme quoi il le considérait comme un égale, sans pour autant le dire. Le vent soulevait parfois sa chevelure d'ébène à peine encore humide.   Cela pouvait sembler désagréable, mais le noble ne semblait pas vraiment en tenir compte.. amenant sagement son invité jusqu'aux grandes portes du domaines.. sans le moindre encombre. Une fois devant elles, Il glissa un regard en biais vers celui qui lui avait tenue compagnie et concéda enfin de cette même voix atone qui le caractérisait.  


Ces habits tu peux les conserver. Considères cela comme un présent, après tout ce temps d'absence.. Rentre bien en ta demeure.. Kurosaki Ichigo.  

Puis sans même vouloir entendre une quelconque réponse, le noble tournait déjà les talons.. s'éloignant dans les allées du jardin, comme désirant faire un léger détour avant de rejoindre enfin sa chambre, n'ayant qu'une envie, se reposer enfin et ne penser à rien d'âutre avant que la prochaine matinée ne commence.

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1596 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

25 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18250/19000  (18250/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Ven 21 Nov - 16:58




See ya! ... And thank you.


Même si Ichigo s’était montré bien vague dans ses propos, son attitude précédente et même actuelle témoignait en effet d’un sujet fort douloureux et surtout difficilement abordable. Le Shinigami Daikô n’aimait pas parler de lui, surtout quand il s’agissait de choses privées et pesantes pour le moral... Et le truc de bien, c’est que Byakuya partageait ce trait de personnalité. De ce fait, épris de compréhension, le chef des lieux n’avait pas insisté sur le sujet et s’était contenté d’incliner doucement son menton en signe d’accord silencieux. Voilà qui était rassurant et laissait la soirée se dérouler sans plombage d’ambiance.

Après tout, il fallait avouer que les deux hommes vivaient rarement des moments communs pareils... À vrai dire, il s’agissait du premier dans le genre. Auparavant, un instant comme celui-là était pour le moins inimaginable. Maintenant, ce n’était plus du tout le cas. Ce jour était à marquer d’une pierre blanche... Ou bien d’une croix dans le calendrier. Notre bretteur appréciait cette soirée à sa juste valeur, une soirée qu’il avait été loin de penser se passer ainsi. Même si son moral avait été touché un temps par de mauvais souvenirs, il se sentait au final revigoré. La bonne humeur était au rendez-vous, tandis que sa routine pourtant déjà bien hors du commun avait subi une belle entorse. Ce qu’il retenait le plus était le fait d’avoir redécouvert son compagnon d’arme sous un autre jour... Un beau jour. Il n’avait jamais pensé que ce dernier était mauvais, mais plutôt trop froid et refermé sur lui-même, un poil hautain envers lui. Mais, ce ressenti était à présent révolu. Byakuya avait changé et en bien. Bon, il allait toujours rester fidèle à lui-même, il restait le fameux chef Kuchiki, mais il était dorénavant plus abordable et sociable, même un peu plus expressif et un peu plus ouvert. On pouvait dire ce qu’on voulait, mais les précédents événements difficiles ne comportaient pas que des conséquences négatives... Ils avaient permis le changement de bien des choses de manière positive, notamment au niveau des liens entre Ichigo et les autres, ou même au niveau de la mentalité de chacun.

Se tenant maintenant au côté du brun, l’orangé se tourna à demie vers lui et lui porta un regard en attendant ce qu’il allait faire. Le Roku Ban Tai Taichô vint alors à s’avancer et posa la main sur le shoji pour le faire coulisser et ainsi l’ouvrir, laissant dès lors rentrer un léger courant d’air frais de la nuit toutefois étouffé par les vapeurs dégagées par l’onsen pas loin. Il prit la parole pour faire savoir qu’il maintenait sa décision de raccompagner le jeune homme jusqu’au portail. Ce type n’avait qu’une parole et c’était pour lui sacré... Le Kurosaki en était ravi, mais le Cerisier vint à rajouter une phrase en supplément, qui n’avait rien à voir avec le reste. En effet, il vint à lui faire un compliment, comme quoi la tenue lui allait bien. Le rouquin rehaussa les sourcils d’étonnement sur le coup... C’était la première fois que le noble sortait de la cire pour lui faire briller les pompes, non ? Que disions-nous déjà ? Que Byakuya s’était amélioré ? C’était flagrant, là... Ok, le kimono était à lui, mais trouver et dire ouvertement que ça seyait bien à Ichigo, c’était inattendu. En plus, le hérisson roux n’avait jamais su s’y faire aux compliments... En général, ça le faisait gentiment râler, mais intérieurement, ça lui faisait plaisir. Un trop plein de modestie et d’humilité, ou bien de gêne ? Dans ce cas présent, il resta un instant interdit sous l’effet de la surprise, avant de finalement se décider à répondre quelque chose quand même.



Eto... Arigatô...


Que pouvait-il dire de plus alors qu’il arborait maintenant un léger sourire en coin ? Le lycéen n’explicitait rien au sujet de l’ensemble prêté par le Taichô, mais il n’en pensait pas moins. Il trouvait la tenue plutôt simple et classe. Les teintes de bleu étaient belles en demeurant sobres et il était inutile de tergiverser quant à la qualité du tissu et des coutures. Cependant, les vestiges noirs et un peu blancs du Fullbring complet du jeune homme parsemant à présent constamment le corps spirituel de ce dernier ici et là contrastaient avec le bleu dominant et le style de l’uniforme. Pourtant, ça n’enlaidissait pas pour autant le tout... Disons que c’était voyant et que ça restait original, surtout en duo avec la tignasse hérissée orange pétant du garçon. Au final, celui-ci se retrouvait là bien loti dans cet accoutrement qu’il jugeait lui aller bien niveau proportion. Après tout, le jeunot avait la même taille et la même corpulence que son interlocuteur, à un centimètre et quelques kilogrammes près... Mais, cette différence allait sûrement s’accroître avec le temps car à dix-sept ans, la croissance n’était pas finie... D’ailleurs, en repensant à une scène datant d’un peu plus tôt, le noble n’accorderait-il pas de l’importance à cette petite différence de mesure actuelle ? Ce comportement consistant dans l’approche et l’observation de bas en haut de près de l’intéressé ne laissait penser qu’à ça... Il fallait dire que presque deux années auparavant, le gradé pouvait lorgner le rouquin de haut et à présent, ce n’était plus possible. Ce fut sûrement en se retrouvant en face à face avec lui qu’il avait dû s’apercevoir du fait qu’il n’avait plus à baisser ses iris gris pour contempler le regard chocolaté de l’adolescent... Il allait au contraire devoir dorénavant lever les yeux pour ça. Eh oui, on ne voyait plus le temps passer, mais le gamin n’était plus très loin de l’âge adulte.

Byakuya ouvrit cependant la marche sans plus attendre pour s’engager sur la passerelle, alors qu’Ichigo le suivit pour marcher à ses côtés sans qu’il y ait le moindre souci avec ce fait... C’était quand même un fait assez symbolique et marquant, une attitude faisant implicitement comprendre que le chef de clan considérait son invité comme son égal. La Fraise n’était pas stupide, il s’apercevait bien de ça, mais il ne relevait rien. Il se contentait de progresser au même rythme que lui, à savoir un rythme lent et tranquille... Il n’y avait pas le feu quoi. Tout était calme et l’endroit était beau à voir en étant doucement éclairé par la lumière lunaire du ciel dégagé et par des lanternes casées un peu partout, laissant régner une ambiance de sérénité et d’apaisement. Comme pour animer le décor, le vent venait à faire bruisser et remuer les composantes de la nature, sans compter les effets et la chevelure encore humide de nos deux protagonistes. L’adolescent sentit cette fraîcheur accentuée par l’humidité mais ne frissonna pas et n’y porta pas trop d’attention... Il songea simplement brièvement à ce que ça aurait donné s’il avait gardé ses vêtements mouillés sur le dos.

Ils arrivaient à présent au niveau du grand portail principal du domaine, devant lequel ils firent un bref arrêt. Le réflexe du rouquin fut donc de poser ses yeux d’ambre sur le noble, alors que ce dernier en faisait autant envers lui en reprenant la parole. Le jeunot fut de nouveau scotché sur place en entendant le Taichô l’autoriser à garder la tenue bleue qu’il lui avait prêtée initialement. Il avait changé d’avis entre temps alors qu’il s’était écoulé que quelques minutes... Qu’est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête pour se décider à le lui donner ? Il suggéra dans l’élan au plus jeune de considérer ces habits comme un cadeau pour son retour après sa longue période d’absence... La fameuse période de perte de pouvoirs du Shinigami Daikô. Quoi ? Ichigo lui avait manqué ? Ou il avait été peiné pour lui ? Il s’en était rendu compte ou s’en était souvenu alors que l’adolescent était sur le point de partir de chez lui ? Aussi, avait-il donc décidé de lui faire un cadeau pour son retour ? Comme pour tout geste similaire, le Kuchiki n'était pas obligé de le faire et c'était pour ça que ça faisait grandement plaisir au Tigrou. En cela, le rouquin se devait de le remercier, pour la énième fois de la soirée. Il fallait dire que le chef des lieux avait su le recevoir.

Mais, sans laisser le temps au grand dadais de répondre alors que l’étonnement battait son plein chez celui-ci, Byakuya lui souhaita de bien rentrer chez lui sans encombre avant de se détourner et de repartir vers ses propres locaux. Eh bien, notre chef de clan n’aimerait-il pas les « au revoir » ? Ou bien était-il trop fier pour montrer qu’il tenait au jeune homme ? Ou encore, il ne voulait pas recevoir un quelconque remerciement pour son geste généreux ? Enfin, ce n’était pas comme s’il n’avait pas des dizaines d’autres vêtements dans le genre mais ça restait quand même un présent et la tenue était bien trop belle pour que ce soit une envie de s’en débarrasser. Le Quinze suivit le noble des yeux en gardant la bouche à peine entrouverte, toujours sur le cul avec cette générosité soudaine et se demandant quoi dire alors que le Taichô se barrait déjà comme ne voulant rien entendre. Finalement, il posa ses mains sur ses hanches et afficha un sourire en coin en ne laissant aucun son dépasser ses lèvres. En fin de compte, il n’y avait rien à ajouter. L’expression de son visage en disait long sur ses pensées et élever la voix à travers la nuit en dérangeant toute la maisonnée pour lancer de dernières paroles à celui qui s’éloignait était superflu. Il était reconnaissant envers le gradé et il l’avait déjà bien assez montré tout au long de la soirée. Pourtant, il vint quand même à voiler ses iris noisette en inclinant légèrement son menton, comme pour faire passer un message à lui-même : celui de revenir bientôt. Après tout, comme gage de sûreté, il avait laissé son shihakushô entre les mains du personnel du clan Kuchiki.

Le brun disparut enfin de son champ de vision et ce fut à ce moment qu’il tourna les talons pour quitter les lieux. Il dirigeait ses pas vers le Senkaimon, direction sa propre maison, les souvenirs de cette soirée bien gravés en sa mémoire.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



posts

Squatte depuis le

piges








Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Renverser le gouv haitien n'est pas une solution aux problèmes d'Haiti !
» Carnet de Chasse
» Mibu Byakuya l'assassin aux yeux d'argent
» Carnet d'un espion malade | Luigi di Paliano
» Carnet d'une ombre.