Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Un carnet à problèmes [Byakuya]
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1710 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

26 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18650/19000  (18650/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Ven 25 Juil - 0:34




A notebook..?


À en juger par l'angle du soleil dans le ciel dégagé du monde des âmes, c'était l'après-midi. Pour être plus précis, c'était la fin de l'après-midi. Alors qu'un vent assez doux se faisait sentir au Seireitei, un Senkaimon s'ouvrit dans les airs et une grande silhouette en sortit, laissant le portail se refermer ensuite derrière elle. Se réceptionnant convenablement sur ses pieds après la petite chute, notre rouquin se redressa et commença à déposer son regard noisette un peu partout en pivotant légèrement sur lui-même, comme s'il essayait de se repérer. Arborant son apparence de Shinigami Daikô, il venait d'atterrir dans les quartiers des Shinigami en tenant tout particulièrement dans une main une sorte d'assez grand carnet. Qu'il vienne dans l'au-delà en se baladant avec un tel objet était on ne peut plus inhabituel. De plus, en général, l'adolescent ne se déplaçait jamais jusque la Soul Society pour aucune raison. Que faisait-il donc ici ? Que voulait-il faire ? Vue la période de la journée, cette dernière étant située en pleine semaine, le lycéen venait de finir les cours. Il pouvait se permettre de venir librement à ce moment là maintenant qu'il avait fini d'entraîner chaque soir sa camarade de classe Fullbringer. Il était donc venu au Seireitei après une escale chez lui, où il avait dû laisser son enveloppe charnelle dans sa chambre après avoir déposé son sac, puis ensuite une autre escale chez le marchand de bonbon à en juger de l'endroit d'ouverture du Senkaimon.

Il laissa définitivement ses yeux rivés dans une direction donnée, débutant ensuite une marche ni trop lente, ni trop pressée, dans cette même direction. Il avait donc bel et bien un but précis pour être venu, mais lequel ? Il trimbalait toujours le fameux carnet avec soin dans sa main, de manière à ne pas l'abîmer. Qu'est-ce que cela pouvait contenir pour qu'il puisse y porter autant d'attention ?

Il saluait rapidement ceux qu'il rencontrait en chemin, un geste de la main ou de la tête accompagnant ses paroles, sans pour autant s'arrêter. L'air de rien, il était quand même un peu pressé, comme s'il voulait accomplir ce qu'il voulait faire avant la tombée de la nuit. En tout cas, beaucoup de curieux se demandaient ce qu'il pouvait bien faire avec cet objet qu'il transportait. Connaissant Ichigo, ce n'était pas dans son style de le voir avec ça, surtout ici. Quand on le questionnait à ce sujet, il ralentissait légèrement sa marche pour répondre brièvement qu'il devait le rendre, reprenant ensuite sa vitesse de croisière sans se retourner. Donc, ce carnet ne lui appartenait pas, sûrement une des raisons qui le poussaient à y faire attention. Où allait-il comme ça au juste ? A qui devait-il rendre le carnet ?

Les doutes commençaient peu à peu à prendre fin en allant qu'il avançait. Le voilà maintenant tout proche d'un lieu assez réputé et important. Non, ce n'était pas les quartiers d'une division, c'était en réalité l'imposant domaine de la fameuse grande famille noble Kuchiki. Ceci était apparemment son lieu de destination car il s'y dirigeait sans détour, sans que son regard accentué par des sourcils perpétuellement froncés n'aille se balader ailleurs. Carnet, manoir des Kuchiki... On pouvait peut-être commencer à faire le rapprochement... Encore fallait-il que l'on sache ce que cette liasse de papier contenait comme gribouillis.

Le jeune homme arriva donc au domicile du puissant clan Kuchiki. Il n'était qu'à l'entrée, mais il pouvait déjà voir que c'était un grand lieu très beau et très bien entretenu, inspirant une attitude pompeuse et triée sur le volet. La tête en feu n'y avait jamais tellement mis les pieds. Il était venu quelques rares fois par le passé, sans pour autant en avoir fait le tour. Il connaissait donc à peine les lieux et pourrait très bien s'y perdre facilement vu le nombre de pièce et la taille de l'endroit. Ça devait aussi être pas mal peuplé... Il espérait tomber sur quelqu'un, en particulier sur la personne qu'il cherchait. Il ne voulait pas non plus aller se balader impunément partout à l'intérieur comme un touriste allant faire le tour d'un musée. Il avait quand même un minimum de savoir-vivre, aussi chercha-t'il à s'annoncer pour plus de facilité.

Un ancien le vit et vint à lui, demandant ce qu'il désirait. Le roux ne tarda pas à faire savoir ses motivations.



Je cherche Kuchiki Rukia, elle a oublié ce carnet chez moi il y a une plombe et j'aimerais lui rendre...


Toujours à dialoguer avec son franc-parler qui pourrait faire sourciller le vieux, il montra le carnet qu'il détenait pour appuyer ses dires. Le mystère s'éclaircit et nous pouvons donc aisément se faire une idée du contenu du grand carnet maintenant que nous savons qui en était le propriétaire, ou plutôt, la propriétaire...


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



1017 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
12650/18000  (12650/18000)
Spécialité: Kidô



Ven 25 Juil - 10:06



En cette fin de journée, on ne pouvait pas dire qu’il se passait grand-chose au sein même du domaine Kuchiki. A dire vrai, Byakuya n’était pas encore là. Depuis quelques temps, il s’attardait bien souvent hors des lieux pour aller s’entrainer dans un endroit connu de lui seul. Pourtant c’était son jour de repos, et au grand désarroi des anciens, le noble s’était obstiné à ne point rester, ne serait que pour s’occuper des affaires du clan. Hors donc…Ce ne fut donc point notre Roku ban tai Taisho qui vint à la rencontre de notre échevelé au teint orangé,  mais un ancien aussi droit que ne l’était le chef de clan en sa posture et des cheveux aussi sombre que l’ébène. Nori jaugea tranquillement Ichigo et allait ouvrir la bouche pour le rembarrer, car un shinigami n’avait pas même à venir ici sans un petit motif écrit.

C’est alors qu’un  vieillard paraissant avoir atteint  les mille ans au compteur, vint à s’interposer comme une fleur entre nos deux protagonistes du moment, avec une vitesse de croisière avoisinant celle d’une tortue de mer qui profite des courants.  Ses cheveux blanc étaient cependant parfaitement coiffé en arrière et ses traits offraient tout de même une certaine fierté  qui ne trompait pas sur l’appartenance de ce personnage,  ce malgré que ses jambes ne le portaient plus guère sans cette odieuse canne et ce dos partiellement courbé en avant.  Atsuhito, puis que tel était son nom, glissa un regard intelligent envers le nouveau venu et s’appuya un peu sur son second appuie.


on’our eune ille…

fit il d’une voix qui semblait avoir traversé les âges, bien qu’on ne comprenne rien sur le moment à ce qu’il disait. Son comparse parut plutôt agacer et  lui donna une petite tape sur le bas de la mâchoire. On entendit comme un léger craquement à vous faire grincer des dents, puis un furtif soupire de soulagement.

Je vous remercie Nori. Je disais donc, Bonjour jeune fille, que pouvons nous faire pour vous?

Cette fois ci le dit Nori  finit par soupirer  froidement et  voila son regard.


vous avez encore sans aucun doute oublié vos lunettes Vénérable ancien, il s’agit là d’un homme.

Une ride de plus vint se former sur le visage d’Atsuhito, affichant par là comme un doute, laissant alors comme une mouche voler entre eux. Puis il se tourna pleinement vers son collègue, venant planter outrageusement sa canne sur le pied de ce dernier qui ne manqua pas de blêmir sous la douleur et de sautiller sur place, sous les plates excuses du vieillard. Bien qu’étrangement son regard sous entendait une certaine intelligence et de amusement. Atsuhito lui rapportait qu’il n’était pas si vénérable que cela sous ses Neuf cent cinquante huit ans, et qu’il n’en paraissait que huit cent tout rond et encore…  Sur ce Nori crut avoir déjà la migraine ne plus d’un orteil qui semblait avoir doublé de volume, et tourna les talons, laissant là un vieil homme qui se mit à rire en coin en compagnie d’Ichigo.

Bien qu’Atsuhito possédait une allure de vieux gâteux, il était loin de l’être véritablement.. il s’en amusait plus qu’autre chose, et puis en même temps, que pouvait-il faire d’autre ?   Il rajusta un peu sa mâchoire en se tournant pleinement vers le garçon et le jaugea de la tête aux pieds. Il était grand le gaillard là... plus grand qu'il ne l'était dans ses plus jeunes années... Enfin il n'avait pas ce genre de touffe hirsute sur le crâne..mais ça lui rappelait curieusement un Shiba..où bien délirait-il?.. ooh Sa mémoire n'était plus tellement sans faille non plus, malgré lui hélas.  



Ma foi.. oui tu es bien un jeune homme.
Quel est votre nom et  que voulez vous avec ce petit carnet dans les mains ? Seriez-vous le dessinateur venu faire quelque croquis de notre Chef de clan ? Cela dit vous tombez mal il s’est fait la belle depuis ce matin.  Enfin il ne tardera pas, à moins qu’il est rencontré une belle jeune femme….

A dire vrai, il était un des rares à connaître un peu ce qu’il y avait encore en dessous de cette carapace d’impassibilité.. et il eut un léger sourire laissant simplement l’importun enfin s’exprimer. Après tout, c’était même à ce demander quelles images se formaient déjà  en l’esprit de notre shinigami, qui venait ici avec un bon sentiment. Parce que visiblement cela donnait un peu l’idée d’un asile de fous. Quoi qu’il en soit, Byakuya n’allait nullement tarder. Ce dernier venait tout juste de finir son entraînement.. et éternua curieusement quand l’ancien parla de sa personne.  Ses bras étaient encore tremblants de ces exercices intensifs, alors qu’il ramassait son arme pour la ranger en son fourreau, puis se détourna de cette petite prairie redevenue calme et tranquille, alors qu'il restait néanmoins quelques traces de combat. Le noble rejoignait la civilisation, ignorant encore qu’Ichigo était sur les lieux aux prises avec le vénérable.


 

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1710 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

26 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18650/19000  (18650/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Ven 25 Juil - 15:56




« Papy fait de la résistance »


Le rouquin conservait un visage qui lui était habituel, marqué par des sourcils orangés perpétuellement froncés par défaut. Il observait son interlocuteur, tandis qu'il attendait une réponse de ce dernier. Le lycéen lui avait adressé la parole sans aucune agressivité ou mauvaise humeur, il était donc normal pour lui de recevoir une réponse toute aussi dénuée de méchanceté. Toutefois, la personne qu'il avait en face de lui ne semblait pas commode. Se tenant droit, l'air fier et imbu de lui-même, arborant une crinière d'ébène, l'individu paraissait fustiger du regard ce qu'il pourrait considérer comme un vulgaire roturier. Devant cette expression faciale, Ichigo en vint à froncer davantage les sourcils inconsciemment, pressentant comme une mauvaise entente entre lui et cet ancien. Il ne pouvait pas supporter qu'on le regarde de cette manière et qu'on le prenne de haut. Ce noble n'avait même pas encore prononcé un mot que l'adolescent se faisait déjà une idée sur la personne.

Cette dernière allait répliquer, ses lèvres se desserrant, alors qu'un vieux semblant avoir déjà bien vécu comme il fallait vint à se pointer et se logea entre les deux hommes comme un pétale porté par le vent et retouchant enfin le sol, peu importait l'endroit. Enfin, avec une telle vitesse d'arrivée, c'était plutôt un gros sac plastique qui peinait à avancer avec une légère brise hasardeuse. Haussant les sourcils d'étonnement devant cette venue imprévisible et peu ordinaire, le Shinigami Daikô posa son regard sur ce doyen qui lui parut bizarrement beaucoup plus abordable rien qu'à voir sa tête. Le vieillard à la chevelure immaculée mais dignement coiffée en arrière se tenait courbé et s'aidait d'une canne pour demeurer décemment debout, la force de l'âge lui ayant dérobé une bonne partie de ses performances physiques. Ce nouveau protagoniste vint alors à lever les yeux vers le jeunot en s'appuyant un peu plus sur son troisième appui, laissant voir en même temps à loisir ses traits faciaux qui lui donnaient comme une certaine fierté. Par contre, les premiers mots qu'il prononça d'une voix qui ne trahissait aucunement son apparence firent sourciller le roux qui ne comprit rien du tout.



Eh..? Je vous demande pardon..?


Comme voulant mettre fin à cette incompréhensibilité, son collègue, qui ne se gênait pas pour démontrer qu'il était agacé de la situation, vint à lui remettre la mâchoire en place avec un léger coup porté à cette dernière. Le craquement osseux créé fit brièvement grimacer la fraise. Après coup, le vénérable reprit la parole. Il informa indirectement le rouquin du nom de celui qui recevait le remerciement, mais, il fit ensuite carrément grossir les yeux du jeune homme. Ce dernier avait-il bien entendu ? Le vieux venait vraiment de le prendre pour une fille ? D'un coup, son amour-propre venait d'en prendre un sacré coup. Nori rétorqua alors avec son éternelle amabilité pour corriger le vieux qui se plantait fortement à cause de son petit oubli de verres de correction. Du coup, au lieu d'être offensé, le bretteur afficha un profond air blasé devant le doyen qui le fixait avec attention comme s'il avait un doute, tandis qu'un silence bien pesant s'installa à en entendre les mouches péter.

Le rouquin demeura silencieux en conservant son expression faciale qu'il avait l'habitude d'afficher dans ce genre de cas, jusqu'à temps que le brun vint à exprimer sa douleur par son visage et sa gestuelle à cause d'une canne qui était venue se poser sur son pied avec amour. Bizarrement, le roux se sentit comme soulagé et satisfait, comme si une petite justice avait frappé sur ce pète-sec sans qu'il eut besoin de bouger le petit doigt. Le vieux faisait maintenant dos au jeune garçon et s'excusait tout en précisant au grand coq qu'il ne paraissait pas si vieux que ça avec ses neuf cent cinquante huit ans. Alors là, Ichigo ne manqua pas de montrer qu'il n'était pas indifférent à ces propos, il était sur le cul d'entendre le vieux affirmer en plus qu'il en paraissait que huit cent. Quand même, c'était un bon débris bien conservé, comme le vieux Yamamoto. Le Shinigami ne remarqua pas tout de suite que le vieillard s'amusait, il s'en rendit seulement compte en l'entendant rire doucement alors que Nori repartait avec le pied amoché. Il regarda alors la vieille branche qui se tourna face à lui pour le fixer un long moment du regard de bas en haut après s'être cafouillé la mâchoire. Ce coup-ci, le hérisson sentit qu'il allait peut-être bien s'entendre avec lui. Qui sait ? Il avait l'air fort bien sympathique et quand même facile à vivre. On pourrait l'apparenter à un baba-cool.

Après un petit instant d'observation, il s'adressa de nouveau au benjamin. Ah, il lui avait fallu reluquer avec concentration le grand dadais pour mettre fin à ses doutes sur le fait de s'il était un homme ou une femme. On progressait, Ichigo ne put s'empêcher de montrer un léger air blasé accompagné d'un soupire tout aussi furtif, mais qui était profond intérieurement. En tout cas, cet ancien était l'un des seuls à ne pas savoir encore l'identité du lycéen, ce qui étonna un temps soit peu ce dernier. Quant à la question sur le motif de sa présence avec le carnet, il se doutait bien qu'il allait devoir le répéter. Mais, la supposition du vieux le fit fortement sourciller. Byakuya se faisait faire des croquis de lui-même ? Il aura tout vu et tout entendu, décidément. Enfin bon, il put apprendre que le Roku Ban Tai Taichô était absent et cela ne causa aucune peine au Daikô. Il n'était pas venu pour le voir en même temps, il cherchait sa sœur adoptive. Autre petite information, il apprit que le Taichô pouvait s'attarder avec une compagnie féminine particulière. Tiens donc..? Cela étonna la fraise parce qu'il croyait fortement que le cerisier était du genre à demeurer fidèle même s'il était maintenant veuf. A moins que le croulant venait de lui sortir une bonne boutade, mais il ne semblait pas aussi gâteux qu'il en avait l'air. Peut-être savait-il des choses sur Byakuya que beaucoup ignoraient ? Mais, bref, ce n'était pas ses oignons. A la limite, il s'en foutait, le noble faisait ce qu'il voulait après tout.

Affichant un léger sourire, l'ancêtre sembla laisser la parole au jeune homme arborant une chevelure orangée éclatante en bataille, parole que celui-ci prit donc pour lui répondre.



Vous faites fausse route. Je me nomme Kurosaki Ichigo, Shinigami Daikô. Je suis simplement venu rendre ce carnet de dessins à Kuchiki Rukia. Elle l'avait oublié dans ma chambre il y a longtemps et je l'avais retrouvé il y a quelques mois alors que j'étais dans l'impossibilité de le lui restituer...


Il marqua une légère pause, les souvenirs lui étaient revenus en allant qu'il parlait. Il se souvint du moment lors duquel il rangeait sa chambre et ordonnait ses affaires à l'occasion de la nouvelle année scolaire. Il avait trouvé le fameux carnet parmi ses livres, un petit Chappy tout discret visible sur un coin de la couverture. Il en avait aussitôt deviné la propriétaire dans une expression d'étonnement et avait ressenti ensuite un profond sentiment de nostalgie, mais aussi de peine. Pourquoi ? Parce qu'à ce moment, il était dénué de ses pouvoirs et de sa capacité à distinguer les êtres spirituels. Il avait fixé la couverture de l'objet avant de le saisir dans sa main. Qu'est-ce que ce carnet faisait dans ses bouquins, d'ailleurs ? C'était lui qui avait tout foutu dans un coin sans faire gaffe ? Ou bien, c'était Rukia qui avait mis son carnet sur son tas de livres sans réfléchir plus, ni sachant où le poser autre part, et il avait rangé le tout sans y prêter attention ? Dans tous les cas, cet objet impromptu s'était bel et bien retrouvé là, peu en importait la raison. Il s'était alors risqué à regarder à l'intérieur pour voir que des Chappy dessinés à toutes les sauces. Il ne put s'empêcher de quand même afficher un léger air blasé en voyant ces illustrations qu'il pensait toujours autant être de mauvais goût... Mais, malgré ça, il était exceptionnellement demeuré intéressé, feuilletant donc le contenu. Un Chappy déguisé en Père-Noël, un Chappy faisant du yoga, un Chappy habillé en lolita, un Chappy faisant du football... Visiblement, elle avait dessiné en Chappy tout ce qu'elle avait pu découvrir dans le monde réel, pendant qu'elle avait squatté chez l'adolescent. Il continua de faire défiler les pages avant de s'arrêter. Un dessin lui avait attiré plus particulièrement son attention. C'était une caricature de lui en Chappy. Tournant les pages suivantes, il en avait trouvé d'autres, dont un en compagnie de Rukia en Chappy aussi. Il avait alors voilé son regard, avant de refermer le carnet et de le ranger précieusement dans un tiroir. Il s'était fait du mal, il n'aurait même pas dû y jeter un œil car ce n'était pas à lui, mais il avait ressenti le besoin de se remémorer de ces moments passés avec elle, celle qui avait changé son monde. Cependant, il n'avait pas non plus voulu rester coincé dans ce sentiment et avait décidé de passer le cap, la vie continuait.

Toutefois, le temps avait passé depuis. Il avait retrouvé sa force spirituelle, ses pouvoirs et une nouvelle apparence. Il pouvait de nouveau être en contact avec le monde des âmes et ses habitants. Quelques temps après ce nouveau changement, il était retombé sur ce fameux carnet au fond de son tiroir. Il avait esquissé un sourire et l'avait pris en main, le mettant ensuite sur son bureau comme pour s'assurer de ne pas l'oublier. Mais bon, pour omettre cela, il en fallait. Cette scène datait de la veille au soir, quand il était rentré chez lui suite au dernier entraînement avec Ratie. Il était donc venu rendre ce recueil de dessins aussitôt que possible, comme jugeant que l'attente avait assez duré.

Dans tous les cas, face au vénérable, il afficha un léger sourire en continuant sa réplique.



... Enfin, je suis retombé à nouveau dessus hier en rangeant quelques affaires et j'ai pas voulu attendre plus longtemps pour le lui redonner. Elle est là, au moins ?


Par contre, il n'avait pas bien mesuré le sens de ses paroles. Avoir dit ainsi que le carnet avait été oublié dans sa chambre pouvait laisser penser certaines choses pour ceux qui n'étaient pas bien au courant de la relation qu'il entretenait avec la Shinigami. Relation qui s'avérait bien ambiguë...


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



1017 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
12650/18000  (12650/18000)
Spécialité: Kidô



Ven 25 Juil - 19:25


Atsuhito  ajusta ses mauvaises lunettes pour mieux le contempler et constata sa taille. Décidément ça grandissait trop haut ces jeunes… Il se rappelait encore quand leur chef de clan galopait furieusement contre Dame Yoruichi et qu’il ne dépassait pas le mètre trente.. Quelques sushis plus tard, il se devait maintenant de tirer le cou vers le haut pour le contempler.  Quoi qu’il en soit il écouta de ses vieilles oreilles Ichigo et sembla froncer tout de même un peu plus de ses sourcils comme s’il avait saisi ce qu’il disait. Sa main osseuse se raffermit un peu sur le pommeau de sa canne, tandis que sa voix tout aussi ancienne que son apparence reprit alors du service. C’était quand  même assez rare qu’il puisse converser avec un inconnu et on n’allait pas lui gâcher son petit plaisir de la journée.

Comment ça je fais fausse rute? Sachez mon petit homme que j’étais un véritable tombeur dans mon jeune temps. hmmmm

C’était dit avec une telle fierté que sans était sans aucun doute comique. Cependant Atsuhito ne semblait pas vraiment en prendre ombrage, non au contraire il s’en  divertissait. Après tout il n’avait plus que cela à faire depuis qu’il était à la retraite. Il fit un peu craquer les os de son dos et mima une mine peu ravit. Aussi il invita Ichigo à marcher à ses côtés d’un pas… d’empereur fatigué.  Ainsi donc il venait pour Rukia. Cette petite, il l’aimait bien lui aussi, contrairement à beaucoup d’anciens qui estimaient sans relâche qu’ils ne devaient la supporter parce que Byakuya le faisait. Atsuhito voyait en elle un  rayon de lumière dans ce domaine.. une luminosité qui avait disparu depuis quelques temps déjà. La dernière fois qu’il l’avait constaté, c’était lorsque le jeune maître vint au monde…Une lumière vive, indomptable et puissante, qui pourtant fut ébranlé par l’absence d’un père alors que Byakuya était bien trop jeune pour reprendre la tête du clan. Cependant, elle persistait, bravant les blessures qu’offraient le temps, mais le décède de Dame Hisana fut cependant de trop, et l’obscurité s’était emparé des lieux.. Jusqu’à ce que cette petite brune n’apparaisse, timide il est vrai, mais en son regard, Atsuhito  avait su entrevoir cette force caché. Bien qu’il ne lui avait quasiment adressé la parole, il n’avait pas lâché son attention sur elle, et trouvait fort dommage que Byakuya ne se replie sur lui-même au lieu de s’approcher de celle luminosité qu’elle offrait dans cette demeure.

Tout changea dès lors que ce garnement entra dans leur monde et ne secoue le noble comme bons nombre d’occupants au sein même de la Soul Society. Un bien fait, car  la lumière était pleinement là à présent, et l’ancien trouvait le ciel bien plus beau ainsi.


Notre petite Rukia s’en est allé à sa Division.  C’est une brave jeune fille, encore un peu timide  mais.. Mignonne hein ? Je vais vous montrer sa chambre pour que vous  l’y déposiez, cela lui fera plaisir de revoir son carnet. Elle dessine aussi bien que son frère. D’ailleurs je ne comprends pas le reste de la famille qui considère qu’elle n’est pas ça véritable sœur.. leurs dessins sont si similaire qu’on pourrait parfaitement soutenir le contraire.

Fit-il avec une voix amusé mais aussi très douce pour le coup. Ce qui ne trompait pas le fait qu’il l’appréciait  De plus il se montra un peu taquin envers Ichigo, juste pour la forme et l’envie de profité un peu de cette entrevue plus fortuite qu’autre chose. Il faut dire qu’il ne se passait pas grand-chose en ce moment, alors qu’ils déambulaient sur la passerelle. En fait, Atsuhiro a beau jouer par moment les sénile, il oubliait parfois son âge et que cela lui jouait des tours.. comme présentement, car voila déjà deux fois qu’ils passaient par la même route.. Jusqu’à ce qu’il se stoppa net dans son élan, et se frotta un peu le front aussi noble qu’il soit.


Voyons voir.. la chambre de Rukia est la première à droite… a moins que ce soit la septième …uhmmm la cinquième c’est le salon….hmmmmmihihih la mémoire…

Il parlait plus pour lui qu’autre chose alors qu’ils longeaient le jardin à une vitesse de croisière d’un nœud.. et le noble vieillard poussa la porte d’une chambre. C’est alors qu’une voix des plus atones survint de derrière nos deux protagonistes. 

Atsuhito sama…Kurosaki Ichigo, je puis savoir votre présence au devant de ma chambre ?

En effet… alors que le shoji était poussé, on pouvait voir une immense chambre, avec un futon à environs deux mètres des pieds de l’ancien. Une peluche ambassadeur des algues reposait sur le côté de l’oreiller.  Bref, Byakuya se tenait  là, un habit d’entraînement noir sur le dos et le front encore partiellement en sueur, alors que son zanpakuto  était à son flanc. Il possédait toute les caractéristiques d’un entraînement assidu. Son visage  semblait insondable au même titre que son regard anthracite. Sa chevelure était maintenant détacher derrière son dos, et un peu plus court que par le passé, alors que son élastique ornait son poignet droit, dénudé de gantelet. Vu ainsi, le noble paraissait plus jeune et un brin plus relâché. Quoi qu’il en soit il attendait sa réponse…


 

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1710 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

26 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18650/19000  (18650/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Sam 26 Juil - 1:50




When the memory's troubles

cause an accidentally mistake



L'adolescent venait de répéter une fois de plus le motif de sa venue avec sa demande, mais avec plus de détails. Donc, pour la deuxième fois, il cherchait à obtenir une réponse satisfaisante qui se faisait attendre depuis un petit moment... Depuis son arrivée au domaine Kuchiki, plus précisément. Il se fit donc silencieux en observant le vieillard qui, dans la normalité, devrait cracher le morceau. Seulement, après l'avoir vu froncer des sourcils comme s'il avait compris et réfléchissait, le rouquin l'entendit lui sortir une réplique complètement à l'ouest et hors sujet. Qu'est-ce que le fait que le vieux était un dragueur invétéré dans sa jeunesse venait à faire dans la conversation ?! Ça pouvait sembler comique pour quiconque viendrait scruter la scène, mais, pour le rouquin, c'était une bonne perte de patience qui se pointait en compagnie d'un léger maux de tête. Il crut qu'il allait péter un câble dans son infinie impatience avec le sentiment bien net de perdre son temps. Pourquoi s'ennuyait-il à causer avec une vieille branche complètement sénile ? Ou alors, si l'ancien n'était pas gâteux, il se foutait bien de la poire du jeunot. Il valait mieux que ce ne soit pas ce dernier cas car l'impatience pouvait bien laisser place à la colère... Si le croûton s'amusait, le roux ne partageait pas cette joie. Ce dernier affichait clairement son état d'esprit, l'air blasé mixé avec un rictus d'énervement. Il décida de ne pas insister davantage, ça allait servir à rien...

Néanmoins, après s'être un peu arrangé le dos avec un visage montrant que ça ne faisait pas du bien, l'ancêtre l'invita à le suivre au rythme d'un escargot de course. Ichigo marqua un petit instant de silence en le regardant, poussant ensuite un profond soupire comme pour se calmer et laisser tomber l'affaire car même s'énerver serait inutile face à l'ancien. Il reprit alors son air habituel, un air sérieux marqué par des sourcils naturellement froncés, avant de le suivre.

La vitesse de croisière s'avérait fort lente, mais le parcours était nullement silencieux. L'homme presqu'âgé d'un millénaire répondit finalement à l'attente du visiteur. Alors, ce vieux débris s'était vraiment bien fichu de lui en fin de compte, juste pour le fun. Bon, malgré ça, le grand échalas décida d'enterrer la hache de guerre et de l'écouter, même s'il n'en pensait pas moins. Ainsi donc, la Shinigami de glace était absente du domaine, elle était partie dans sa division, la treizième. Ichigo aurait dû s'en douter. S'il avait su, il ne serait pas venu au domicile du clan Kuchiki. Mais, dans le doute, il était d'abord venu en ce lieu respirant l'aisance car c'était sur la route, c'était la destination la plus proche de son point d'arrivée où il était possible de rencontrer la petite brunette. Il fallait voir le bon côté des choses, notre garçon à la crinière orangée avait eu l'occasion de rencontrer du peuple dans ce manoir, une tête de con et un vieillard foireux... Nan, ce n'était pas terrible comme constat, il fallait plutôt se complaire avec la visite du domicile. Il fallait avouer que notre presqu'adulte n'avait pas souvent l'opportunité d'évoluer dans cette enceinte.

En continuant de prêter de l'attention à l'ancien, l'invité eut un aperçu de ce qu'il pensait de la nouvelle Fukutaichô. Mais, sur la fin de la phrase, il voulait faire dire quoi au rouquin ? Bien sûr qu'elle n'était pas déplaisante à regarder. Sur l'instant, le jeune homme vit dans son esprit ce visage de porcelaine marqué par deux grands yeux améthystes se mariant à la courte chevelure d'ébène. Mais, ce n'était pas le genre de chose que le grand dadais allait avouer, bien qu'à voir sa tête, on sentait qu'il y avait quand même un petit quelque chose qui restait ambigu. En entendant le vieux dire qu'il allait lui montrer la chambre de la jeune Shinigami pour qu'il puisse y déposer le carnet à dessins, il en haussa les sourcils. Ichigo n'avait jamais vu le nid de Rukia, même si cette dernière avait plus que vu le sien. A quoi pouvait bien ressemblait sa chambre ? En faisant un peu travailler son imagination avec ce qu'il savait d'elle, il put déjà se dire qu'il y avait des Chappy, ça, c'était certain. Mais après...

Il cessa de se faire une idée aux paroles suivantes de l'ancêtre. Le chef de clan avait le même don en dessin que sa sœur adoptive..? Pour le lycéen, il fallait rectifier le « dessine aussi bien » par « dessine aussi mal » ou à la rigueur « dessine comme ». Il n'arrivait pas à apprécier ce style artistique qu'il trouvait ridicule... Par contre, il était d'accord avec le vieillard. Effectivement, les deux Kuchiki avaient tellement de points communs que l'on pourrait vraiment les prendre pour de vrais frangins. Que le reste de la famille Kuchiki pensait que Rukia n'était pas véritablement la sœur du Taichô prouvait juste que c'était des abrutis, voilà ce que pensait le hérisson roux. En tout cas, à voir l'attitude de la vieille branche, il semblait bien apprécier la Shinigami, même s'il semblait aussi chambrer l'adolescent. Celui-ci était si facile à taquiner...

Les voilà sur une passerelle et la fraise releva le nez de nouveau pour continuer d'observer ce qui l'entourait. Ce fut là qu'il tiqua. Même si la propriété était grande avec de nombreuses pièces et qu'il devait être si simple de s'y perdre si on n'était pas un habitué des lieux, ce n'était pas au point d'y voir deux endroits se ressemblant comme deux gouttes d'eau... Le doute l'envahit et il en sourcilla, alors que la tortue de mer cessa d'avancer tout en se frottant l'amas de rides formant son front. Avec ce qu'il baragouina ensuite pour lui-même, le Shinigami Daikô se mit à soupirer d'agacement et à se frotter les yeux avec le pouce et l'index de sa main droite, sa main gauche demeurant occupée par le carnet. Bon sang de bonsoir, ils avaient tourné en rond et le vieux ne savait même plus se retrouver dans le domaine. Ils n'étaient pas dans la mouise, alors que l'ancien se remit en mouvement comme un vieux panda estropié. Notre visiteur resta un moment sur place en gardant sa position.



Bordel...


Une fois ce mot orphelin sortit de sa bouche, il se décida à le suivre quand même, mais cette fois, c'était plus pour pas laisser le vieillard déambuler seul jusqu'à Tataouine. Il le suivit jusqu'à ce que l'ancêtre ouvrit une porte. Le regard curieux mais méfiant parce que ça pouvait très bien donner sur un vulgaire placard à balais, Ichigo tenta de jeter un œil dans la salle ainsi ouverte lorsqu'une voix familière se fit entendre dans le dos des deux errants. Se faisant surprendre avec le regard qui s'écarquilla en conséquence, le rouquin  se retourna vivement après avoir entendu un nom qu'il ne connaissait pas, ainsi que le sien. Il put ainsi voir le chef des lieux, Kuchiki Byakuya.


Ah, Byakuya..!


Il n'y avait personne d'autre. Il comprit alors que l'autre nom était celui du vieux hiboux, parce qu'il ne fallait pas oublier qu'il n'avait même pas demandé son identité avant. Mais, le mieux, c'était qu'aux dires du noble aux yeux anthracites, ils étaient devant sa chambre. Le hérisson roux regarda alors sans tarder dans la pièce et à part voir une grande chambre avec un futon, il put en effet distinguer à côté de l'oreiller le genre d'objet personnel qui ne pouvait appartenir qu'au Roku Ban Tai Taichô : une peluche ambassadeur des algues. Sur le coup, le jeune Kurosaki afficha un air blasé. Il n'y avait pas de doute, c'était bien la piaule de Byakuya. Il refit alors face au leader du clan Kuchiki et eut l'occasion de mieux observer son apparence. Tout portait à croire que ce dernier ne revenait pas d'une journée de parfait laxiste. En effet, il avait le visage encore à moitié en sueur, les cheveux détachés, portait un vêtement différent de d'habitude et arborait son Zanpakutô à son flanc gauche. Qu'avait-il fait avec une dégaine comme celle-là ? Un entraînement ? Quoiqu'il en soit, il attendait une réponse de pied ferme de son air impassible et il fallait bien lui répondre.


Eh...


Le bretteur roux cherchait ses mots. Que pouvait-il lui dire ? Comment réagirait le chef des Kuchiki si l'adolescent venait à lui avouer toute la vérité sans omettre les détails ? En plus que Byakuya était du genre intransigeant et à être très susceptible concernant sa sœur adoptive... Aussi préféra-t’il jouer la carte de la sûreté au cas où.


Je cherchais Rukia pour lui donner son carnet à dessins et Atsuhito-san m'a dit qu'elle était pas là. Alors, du coup, il m'a proposé de me conduire à la chambre de ta soeur pour y déposer le carnet et il cherche à m'y mener depuis. Sauf que... Il est aussi paumé que moi. Tu peux nous dire où c'est ? A moins que tu veuilles te charger de ça ?


Il ne mentait pas du tout, tout en lui montrant l'objet concerné. Ils n'étaient pas venus jusque devant la chambre de l'être impassible et droit par simple envie ou curiosité, ce n'était qu'une vulgaire erreur d'Atsuhito. De plus, il se contentait d'éviter de dire des trucs qui pourraient être mal pris ou mal interprétés comme le fait que le carnet à dessins avait été oublié dans sa chambre, ce qui avait le potentiel de laisser sous-entendre pas mal de choses non voulues. Il venait tout juste de songer à ce fait alors qu'il avait déjà tout balancé de but en blanc au vieillard. Pourvu que ce dernier puisse encore avoir des défaillances de la mémoire ou bien qu'il n'y fasse pas gaffe... En bref, il valait mieux ne pas mettre le chef de la maison en colère inutilement. Dans l'élan, autant demander au maître des lieux où se trouvait la chambre de la Shinigami ou bien s'il voulait se charger d'y mettre le recueil d'illustrations lui-même.

Il changea vite de sujet suite à ça tout en s'éloignant de la chambre pour s'engager davantage dans le couloir et demeurer face au Taichô. Il n'avait même pas dépassé le seuil de la salle de toute façon et il n'avait aucunement envie de le faire.



Sinon, c'est rare de te voir traîner avec ce genre d'apparence. T'as l'air bien crevé, en plus. T'as fait quoi pour être dans cet état ?


Ce n'était pas tout à fait pour juste détourner le sujet. Notre rouquin était quelqu'un d'assez curieux et qui n'hésitait pas à chercher des réponses quand il s'agissait de choses qui n'avaient pas l'air d'être privées. De plus, comme il avait dit, il était rare de voir le noble se présenter avec une telle tenue...


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



1017 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
12650/18000  (12650/18000)
Spécialité: Kidô



Sam 26 Juil - 11:51



Au son de cette voix, l’ancien fit un demi tour assez rouiller sur lui-même, venant à constater la présence de ce cher Byakuya..  C’était assez rare de le voir sans aucune coiffe. Atsuhito le regarda de ses yeux tout aussi gris que les siens, quoi que plus sage.. ou plus.. Gâteux… c’est un peu au choix. Quoi qu’il en soit, l’ancien avança juste un peu sa canne, non loin du pied du chef de clan et afficha un léger déclin du menton pour le saluer. Cependant Ichigo venait de prendre les devants.. parfait, cela lui évitait d’user de son dentier douteux qui marchait une fois l’an.. Quand il avait la bonne prothèse entendons nous bien.  Visiblement, Byakuya revenait de son entraînement, et quand bien même une serviette ornait son cou, la sueur perlait encore à son front, bien que calfeutré par cette chevelure sans ornement.  Le vénérable pouvait paraître myope, il était un type parfaitement capable de discerner ce qu’il pouvait bien se tramer derrière cette façade toujours aussi placide, malgré une certaine souplesse qui s’était installé depuis quelque temps déjà. Une sorte d'aisance serait plus exacte, ce qui rendait la demeure un peu plus harmonieuse et quelque chose lui disait qu'Ichigo n'y était pas pour rien quelque part. Glissant un regard des plus ancien et un peu plus lucide entre nos deux autres protagonistes, Atsuhito semblait alors caché une certaine malice.

Il lui apparut comme évidant que le noble était à la fois surprit et peu content de les voir limite avec un pied dans sa chambre. Il est vrai que pour ce dernier, c’était l’endroit le plus privé qu’il possède et où nul n’allait, mise à part sa personne. Une pièce où Byakuya pouvait totalement se libérer sans craindre le moindre regard.  Atsuhito pouvait le comprendre, étant toujours surveiller par son épouse.. enfin.. plus à ce jour, mais.... C’est une autre histoire. Le noble quand à lui fixait Ichigo  avec intérêt, parce qu’il était plus que rare de le voir ici, dans sa propre demeure. Non pas qu’il n’y avait pas droit, mais Byakuya n’appréciait pas véritablement les surprises.. et son regard anthracite s’attarda sur le petit carnet qu’il possédait dans ses doigts. Le livret de Rukia. Elle l’avait donc oublié depuis tout ce temps là-bas ? Byakuya ne l’avait jamais dit à sa cadette, mais il appréciait beaucoup son style. C’était si proche de l’art de l'Ambassadeur des algues.Quelque part il était même assez amusant de se dire qu'ils étaient tout deux que frères et sœur d'adoption. D'un geste aussi naturel qu'élégant,  le noble retira la serviette d’autour de son cou et se rapprocha du shoji, dépassant les deux autres protagonistes. Puis il jeta ce qu’il avait en main sur une chaise et referma la porte, ne concédant pas qu’on puisse voir quoi que ce soit de cette pièce. S’en était finit de contempler son ambassadeur des algues sur son lit, surtout au regard de l’ancien. D’ailleurs ce dernier esquissait un tout petit sourire, vraiment peu distinct sur ses traits marqués par un temps conséquent.


Vous n’avez pas changé Byakuya sama, un vrai petit garnement.

A cela le noble Roku Ban Tai Taicho fronça imperceptiblement des sourcils comme pour lui rappeler de se taire et  préféra l’ignorer pour la peine en reportant son attention sur le jeune shinigami remplaçant. Ce dernier n'avait pas à savoir quelques faits indiscrets de sa personne. Après tout nul n'ignorait les efforts permanent du chef de clan pour préserver son intimité, au grand dam de l'association des femmes shinigamis. Ses lèvres s'animèrent alors afin de laisser sa voix des plus monocorde se faire entendre :

Vous avez tout bonnement dépasser sa chambre de seulement deux pièces. Il faut croire que votre mémoire vous fait fâcheusement défaut…

Petite pique envers Atsuhito, bien que ce dernier n’en prendrait pas ombrage.  Mais, il ne fit aucun reproche à Ichigo. Pourtant ce dernier avait une fois de plus user de son prénom. Cependant à quoi servait-il de le lui reprocher exactement ? ce gamin n’avait sans nul doute aucune chance de corriger cela…tout comme Yoruichi ou encore..Yachiru. Ce shinigami aux cheveux de feu était donc la troisième exception  dans son existence….la belle affaire, alors qu'un soupire naissait silencieusement en son être. Cela en était plus que décourageant.  Le noble  invita donc en silence le jeune homme à le suivre un peu plus en arrière sur la passerelle, et poussa de sa main droite l'ouverture qui donnait pile sur la chambre de sa cadette. D’ailleurs on pouvait voir quelques dessins de chappy sur la petite table de travail. Byakuya y jeta un rapide coup d’œil et fit signe à Ichigo d’entrer, préférant ne pas s'attarder.


Dépose le sur sa table, je pense qu’elle serait ravit de  le retrouver, et je lui dirais que tu le lui a rapporté. Elle est encore fortement occupée avec ses nouvelles fonctions.

Et Byakuya ne permettrait pas qu’on la dérange pour quelques futilités, même s’il devait admettre que ce carnet était quelque chose de précieux pour elle.  Ceci étant dit, notre Kuchiki ne répondit pas de suite  à la dernière question du jeune homme, venant plutôt à reporter son attention sur l’ancien qui les avait suivi. Se tenant sur son appuie Atsuhito avait encore ce léger sourire, offrant par là, un air des plus gâteux...mais est ce que tout ceci n'était point un jeu ? Byakuya n'en avait jamais été certain en fait...

Je vous remercie pour cette aide  Atsuhito sama, mais vous devriez aller vous reposer, vous savez qu’il n’ai guère bon pour vous de marcher aussi longtemps.

Byakuya bien qu’il n’en disait mot appréciait aussi  le vieil homme, il avait été un temps son professeur, notamment de calligraphie. C’était un des rares anciens à ne jamais voir que l’intérêt des autres à la place du sien. L’ancêtre sembla cependant un peu déçu de devoir déjà quitter les divertissements, mai si se mit en marche…euh..Lascivement, tout en marmonnant comme si on ne l’entendait pas. Comme quoi son accoutrement allait faire chavirer bien des cœurs,  tout en le prenant pour son père… c’était vraiment à se demander si parfois il ne perdait pas la notion du temps… Byakuya ne sembla pas le contredire comme habitué et se contenta simplement  de le laisser aller.. Son père…il ne l’avait pas si bien connu, mais c’est vrai qu’il était son portrait craché, bien que .. sa gentillesse à lui, était calfeutré sous son masque


Je m’efforce de m’entrainer chaque jour, afin d’améliorer mes capacités. Kurosaki Ichigo.

Venant enfin prêter tout son attention envers le shinigami remplaçant, qui devenait pour ainsi dire son hôte du moment.  Byakuya s’évertuait à se rappeler sans cesse la leçon de cette guerre contre Aizen. Il était certes fort..mais peut être pas suffisamment et il se devait de montrer l’exemple à Renji, comme à Rukia en la matière. La petite différence du moment, c’est qu’il venait tout de même d’avouer à son ancien ennemie, le fait qu’il ne se sentait pas si invincible que par le passé.

 

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1710 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

26 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18650/19000  (18650/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Sam 26 Juil - 20:39




I know what you feel


Pris en flagrant délit devant la chambre ouverte du chef de clan, les deux paumés faisaient maintenant face à ce dernier. Sans attendre et tout en évitant toutes complications de la situation, le rouquin venait de rapidement se justifier en faisant preuve de spontanéité et honnêteté avec subtilité. Cela semblait passer comme une lettre à la poste et le vieux ne contredisait pas. C'était parfait, l'adolescent était soulagé intérieurement, sans rien montrer à travers son visage affichant un air des plus sérieux.

Il observait avec attention le Taichô, qui avait vraiment tout l'air d'avoir fait un effort physique assez intense récemment, mais aussi de ne pas être très content de les voir devant sa pièce privée pour dormir. C'était compréhensible, Ichigo n'aimerait pas non plus ça à sa place, même si sa propre chambre avait déjà été squattée à plusieurs reprises par pas mal de monde faisant partie de la Soul Society. Dans tous les cas, il affrontait le regard anthracite du chef de la demeure comme il l'avait toujours fait, peut-être avec insolence, mais surtout sans aucun signe de soumission, comme tenant à son estime et sa fierté, mais aussi en considérant plus Byakuya comme son égal que son supérieur. Il était rare de le voir fouler le sol de la grande maison Kuchiki, certes, mais, même si le Shinigami Daikô ne le paraissait pas, il était tout de même décemment bien éduqué pour ne pas s'infiltrer impunément chez les gens sans au moins une bonne raison et sans être un minimum accompagné par une personne des lieux quand c'était possible. De toute façon, il n'avait rien à se reprocher, c'était à cause de la vieille branche que lui aussi s'était retrouvé là.

Le noble avait bien écouté les dires du jeunot, venant donc à observer ce que celui-ci détenait entre ses mains. Le fameux carnet à dessin, la cause de ces rencontres actuelles. Sans rien dire, il se libéra de la serviette qui occupait sa nuque pour aller la délester sur une chaise dans sa chambre en passant devant les deux autres personnes. Suite à ça, il boucla la porte de la pièce, s'assurant ainsi qu'on ne puisse plus voir quoique ce soit de privé, comme l'ambassadeur des algues que le jeune garçon n'avait d'autre choix que d'y faire gaffe vu que c'était bien en vue et assez voyant. Il n'allait pas en faire mention et allait en parler à personne, c'était sûr. Ce n'était pas son genre, après tout, et aussi parce qu'il s'en foutait. Il le laissa faire sans dire un mot, croisant même les bras en attendant que le cerisier puisse lui répondre. Mais, à la place, ce fut le vieillard qui ouvrit la bouche pour faire une remarque, ce qui sembla déplaire au chef de clan à en croire son expression faciale. Ichigo se contenta d'arquer un sourcil, se doutant bien que le croûton avait évidemment dû connaître le chef Kuchiki dans l'âge de l'adolescence, voire même encore plus jeune. Le Roku Ban Tai Taichô n'avait pas changé ? Première nouvelle... Ça voudrait dire qu'il cachait bien son jeu ?

Cependant, l'intéressé ne répondit pas à l'ancien, se tournant plutôt vers le benjamin du trio. Il lui fit savoir que le duo avait loupé leur objectif d'à peine deux salles. Ils étaient passés devant bêtement... Le jeune homme put sentir ensuite que le maître des lieux se vengeait un petit coup de la remarque du presque millénaire en lui balançant un petit pique au sujet de sa mémoire défectueuse. Ce n'était pas le lycéen qui allait contredire ces paroles, il n'en pensait pas moins. Fort heureusement, ce dernier ne prit aucun reproche, car si ça avait été le contraire, la situation aurait vite déraillé vu le caractère du hérisson de feu. Après tout, pour lui, il agissait normalement et comme d'habitude, il n'y avait pas de raison.

Le Kuchiki quitta notre tête de konpeito des yeux pour aller un peu plus en arrière sur la passerelle, invitant en silence le grand dadais à le suivre, chose que ce dernier fit sans discuter en ayant une idée de ses intentions. Au lieu de s'attarder à répondre à l'arrivant, le guide agissait directement. Il ouvrit alors une nouvelle pièce et regarda rapidement à l'intérieur avant de faire signe au visiteur d'entrer en lui adressant de nouveau la parole. Le rouquin continuait de s'approcher sans hâte et s'arrêta face à lui pour finir de l'écouter avant d'entrer, mais regarda tout de même vite fait à l'intérieur depuis le seuil du shoji. Il put distinguer une chambre tout à fait coquette et sans prétention, celle de Rukia. Le noble venait de lui demander de déposer l'objet sur la table, prévenant qu'il informerait sa sœur adoptive que c'était bien le jeune roux qui l'avait ramené. Il fit savoir qu'il pensait bien qu'elle allait être réjouie de revoir son calepin, mais qu'elle était très occupée par son travail. Quelque part, le jeune Shinigami comprit qu'il ne fallait donc pas la déranger avec ce genre de chose pendant son travail, ce qui était normal. Le recueil de dessins avait beau avoir l'air important pour elle, elle pouvait toujours l'avoir en rentrant tranquillement chez elle. Notre intérimaire inclina légèrement le menton en fixant Byakuya pour montrer que ses paroles n'étaient pas tombées dans les oreilles d'un sourd ou d'un foutiste. Il lui répondit ensuite en entrant dans la pièce tout en allant vers le meuble sans détour et sans vouloir faire le voyeur.



Ok, arigatô Byakuya...


En posant le carnet sur la petite table, il eut l'occasion de voir des dessins de Chappy laissés en vrac dessus. Mais, surtout, il aperçut carrément une gravure du même personnage sur le bois entre deux feuilles. Le jeune bretteur esquissa un sourire bien discret et fugace, avant de se retourner et de rejoindre le Taichô sans tarder davantage. Celui-ci parlait avec l'ancêtre et le rouquin put grossièrement entendre que le chef de famille congédiait poliment le farceur. En s'arrêtant de nouveau auprès de l'être à la chevelure d'encre, l'adolescent put apercevoir la déception visible sur le visage de l'ancien avant qu'il ne tourne les talons lentement en marmonnant de manière bien audible. Aux mots qu'il baragouinait, le Kurosaki en vint à afficher un léger air blasé. Il n'y était plus le grand-père... Notre invité n'y prêta pas plus attention, parce que le père de Byakuya, il ignorait qui c'était et c'était pas ses oignons, ni le sujet. Il attendait toujours de savoir pourquoi l'hôte était dans cet état et il espérait bien que celui-ci le dise. Eh bien, justement, sans plus attendre, le noble cerisier concéda la raison de son apparence actuelle. Il venait tout bonnement de s'entraîner et pas qu'un peu. Le rouquin haussa quand même les sourcils d'étonnement un instant, avant de pouvoir quand même comprendre les motivations du Taichô, ce qui lui rendit son air sérieux avec les sourcils perpétuellement froncés. Même si cela faisait plusieurs mois que la bataille contre Aizen et les Arrancar avait eu lieu, ou même plus récemment, la bataille contre les Fullbringer, de tels événements rappelaient que nous n'étions jamais assez prêts pour un problème futur. Mais, ce qui étonnait quand même le jeunot, c'était que Byakuya ressentait maintenant lui aussi le besoin de s'améliorer, tout comme lui. Suite à ça, il esquissa un léger sourire sans adoucir son regard, un sourire malin et presque complice.


So ka... Wakata. C'est ce qu'il faut faire, même si on sent qu'on n'en a pas besoin, ça entretient nos aptitudes. Mais, surtout... Faut se dire qu'on est jamais suffisamment prêts face à ce qui peut nous tomber dessus dans l'avenir.


Par là, le lycéen sous-entendait clairement qu'il reconnaissait la force du gradé. Il était plutôt facile de lire entre les lignes. Il lui faisait aussi savoir qu'il le comprenait et l'encourageait, car il avait aussi cet esprit de toujours s'améliorer afin de toujours respecter son but premier, celui de protéger les siens. Il le regarda encore un instant avant de soupirer doucement, pas par agacement, mais plus sur le ton du « enfin bref ».


Te connaissant, je pense pas que t’aies envie de rester avec cette dégaine. C'est pas super présentable, hein ? Et quand bien même, une douche te ferait du bien après l'effort. Je vais donc pas te déranger plus longtemps.


Sans aucunes pensées noires ou mauvaise foi, il avait prononcé ces mots amicalement en montrant bien l'estime qu'il avait maintenant pour le Roku Ban Tai Taichô. Il n'allait pas non plus partir comme un voleur. Il attendait quand même une réponse de son interlocuteur pour ne pas le quitter brutalement en le plantant sur place, surtout que ce dernier avait l'amabilité de l'accepter et de l'accueillir décemment chez lui malgré que la visite du Shinigami intérimaire était impromptue.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



1017 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
12650/18000  (12650/18000)
Spécialité: Kidô



Dim 27 Juil - 12:18



Sagement, le noble Roku Ban Tai Taicho restait en dehors de la pièce, laissant ainsi Ichigo le soin de remettre le carnet à sa place. Byakuya n’avait pas à vérifier ce qu’il faisait après tout. Profitant de sa courte absence,  il essuya une fine couche de sueur qui perlait encore à son front. Ses muscles  étaient encore chauds, mais s’il ne prenait pas un bon bain ou quelque chose de ce genre, il allait le sentir passé le lendemain. Lorsque le garçon revint, le noble se corrigea mentalement. Bien que son visage fût juvénile, la gravité de ses traits se faisait un peu moins enfantine que par le passé. Deux ans s’étaient écoulés  il est vrai depuis leur dernière rencontre. Tient d’ailleurs une chose le titilla mais… Byakuya se rapprocha un peu d’Ichigo et constata la chose la plus… navrante qu’il soit. D’ordinaire...enfin d’ordinaire.. Auparavant, il baissait un peu son regard pour le contempler mais là. Ce garnement faisait un bon centimètre de plus que lui-même, et vu son âge cela n’allait pas s’arranger.  Il voila son regard,  se reculant d’un pas, estiment qu’Ichigo pouvait voir cette approche et cette observation un peu curieuse.  Quoi qu’il en soit,  le noble ne put qu’approuver les termes de ce dernier. Ce n’était pas parce qu’Aizen était sous les verrous qu’il fallait se reposer sur les lauriers de la victoire. Chose que la Soul Society devait à ce garçon part ailleurs. Byakuya mettait un point d’honneur à se rendre le plus efficace possible et plus abordable envers ses hommes comme envers sa propre sœur. Leur relation était devenue bien plus fraternelle et complice. C’était même quelque chose qu’il chérissait de plus en plus, car la solitude ce faisait bien moindre en son cœur comme en sa vie. Aussi, Byakuya se contenta d’affirmé par un simple hochement de tête, parce que ça en revanche cela n’avait point changé en son comportement. Toujours aussi peu bavard. On ne pouvait pas tout changer non plus.

Pour le reste, le noble Taicho était tout de même content de le revoir, en bonne forme et confiant. Après ces moments de doutes persistants. C’était une très excellente chose.  Sur le moment,  Byakuya ne sut que dire et c’est Ichigo qui trancha le silence quand à lui rapporter qu’il désirait certainement se changer. Il est vrai que question présentable, le chef de clan ne l’était pas tellement. Mais il trouvait un peu dommage de voir déjà le garçon partir, alors qu’il venait de rendre service à Rukia. Cette dernière serait sûrement ravi de revoir ses croquis.. Quel talent elle avait d’ailleurs, il en était secrètement fière, car cela ressemblait tant à son cher Wakame Taishi.  Comment cela cet art était douteux ? Point du tout. Mais bon.. le temps de prendre une douche… Ichigo aurait mieux à faire que de rester ici. Aussi, le noble allait se résigné quand on entendit un bruit d’intonation à l’intérieur même de ses locaux.. et une gerbe d’eau s’élever par le toit….des râles d’indignations.. et un rire emplit de gâtisme s’éloigner.  Point besoin de savoir qui c’était, ni  d’aller prendre une douche en ce cas. Cela tombait à l’eau, sans l’ombre d’un doute.


Soka…  

Murmura le noble Roku Ban Tai Taicho. Vraiment ce vieillard, il n’arrivait pas toujours à l’empêcher de faire des siennes, mais dans un sens, cela faisait un certain bien quand bien même après, il se devait de gérer des anciens en pétard. Byakuya se raclât donc un peu la gorge et changea son fusil d’épaule pour l’occasion, alors que l’agitation se faisait autour d’eux pour aller réparer les dégâts, laissant même observer  quelques membres du conseil  tout trempés s’échapper des locaux tout en hâte.. Voila un conseil qui allait s'annoncer mouvementé d'ici ce soir. Byakuya s'en passerait aisément, mais visiblement le calme avait un peu trop duré en cet endroit. Atsuhito avait tranché. Légèrement placide et  se contentant de regarder Ichigo, le propriétaire des lieux  se contenta de faire entendre sa voix monocorde, offrant là... une action assez surprenante de sa part.  

Kurosaki Ichigo, me ferais tu l’honneur de partager le Onsen avec moi ?  A moins que tu n’es point le temps pour cela.

Oui c’était bel et bien une invitation à le suivre et de manière un peu aidé par une action des plus juvéniles de la part d’Atsuhito. Alors est ce que ce dernier avait fait cela dans ce but ? C’était la grande question, parce que cet homme en était bien capable. Bien qu’il se fasse passer pour un vieux gâteux, Byakuya le soupçonnait toujours de bien cacher son jeu. Plusieurs fois déjà il pouvait témoigner de ses étranges manières au sein du conseil. Oh pas en mal, bien au contraire, d’ailleurs le noble Kuchiki l’appréciait beaucoup, malgré les farces les plus douteuses par moment. Enfin, cela expliquait aussi pourquoi il ne rageait pas tellement sur Yachiru… il avait de l’entraînement. Cependant, le noble espérait que jamais, oh non jamais, ces deux là ne se réunissent pour faire quoi que ce soit, sinon Byakuya pouvait tirer un trait sur sa tranquillité. Une chose qu’il chérissait plus que tout en vérité. Enfin  bref, le chef des lieux attendit simplement la moindre réponse de son jeune interlocuteur, qui devait sans doute se demander si cela se passait tout les jours ainsi par ici. Heureusement non, mais comme quoi c’était le bon jour pour y voir autre chose que de la rigueur et de l’ordre. Son visage n’exprimait pas même la moindre contrariété envers ce qu’il se tramait et  seul ses cheveux collant un peu à sa peau, lui donnait alors un air des plus solennel et débraillé dans un même temps, sous le joug de sa noblesse naturelle. Un bien curieux mélange mais qui ne déplairait pas, suivant certain avis féminin. Mais ça…on s’en fiche non?



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1710 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

26 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18650/19000  (18650/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Lun 28 Juil - 20:00




Things have changed...


En entendant les propos du papy qui repartait en râlant, le jeunot avait essayé de visualiser Byakuya en plus jeune, plus petit, plus impulsif... C'était une vision difficile à se faire, mais il avait tenté, parce que ça devait être quelque chose... Une minute, ça voulait dire que le Taichô avait eu autrefois un caractère fort proche de celui du jeune homme ? Pas possible... Il y avait des possibilités à ce qu'en vieillissant, le rouquin devienne aussi fermé et impassible ? Impossible, l'adolescent se refusait de devenir comme lui. Il était bien comme il était, avec son tempérament de feu bien franc et surtout libre. Il s'assumait tel quel et c'était tout ce qui comptait, il ne voulait en aucun cas changer de cette manière là. Mais, il ne fallait pas oublier que si le noble était devenu comme ça, ce n'était pas que de son propre chef. En effet, il avait des obligations en tant que chef de clan. L'étiquette des nobles, les procédures administratives, l'image de son clan ou même pour faire attention à d'éventuels ennemis qui attenteraient à sa vie pour sa situation haut placée dans la hiérarchie, tout ça faisaient qu'il se devait d'être irréprochable, insondable et distingué en toutes circonstances.

Pour passer d'un caractère impulsif à un caractère beaucoup plus stable et maîtrisé, il n'avait pas dû s'écouler qu'un ou deux jours. Un tel travail sur soi-même devait prendre du temps, sûrement des années. Du côté du Shinigami Daikô, le temps et les événements, comme la perte de sa mère, sa rencontre avec Rukia ou sa prise de conscience de sa place et de son devoir qu'il s'était fixé, l'avaient rendu plus dur, plus réservé sur ses sentiments, plus sérieux, plus réfléchi et surtout plus mâture, sans pour autant que sa manière de penser sur certaines choses changeait. Il n'y avait pas à dire, mentalement,  il était déjà bien adulte. Avec le temps, des choses changeaient quand même... Et pas qu'au niveau du mental, d'ailleurs. Le physique subissait lui aussi des évolutions. Bien qu'il n'était pas encore majeur, Ichigo paraissait être le contraire au premier coup d’œil. Il avait une taille plus que convenable pour un homme adulte et il n'avait pas encore fini sa croissance vu son âge. Il arborait une musculature décente malgré sa maigreur et son visage portait des traits ayant quitté l'enfance. D'ailleurs, en parlant de ça, le grand dadais avait pu s'apercevoir en détournant son attention sur le Taichô que ce dernier l'avait longuement reluqué de près, de haut en bas, puis au niveau du haut de la tête. Il avait regardé quoi ? Le hérisson roux était crasseux ou un truc dans le genre ? Celui-ci l'avait enfin vu se reculer de lui en dissimulant ses iris anthracites derrière ses paupières. Dubitatif, le rouquin avait donc sourcillé, se demandant ce qui lui était passé par la tête... Alors qu'il s'était en même temps rendu compte qu'il n'avait plus besoin de lever les yeux pour regarder ceux du Kuchiki. Il était maintenant à peu près à sa hauteur, quoiqu'un tout petit chouïa plus grand. Après tout, environ deux années s'étaient écoulées depuis la dernière fois où ils avaient pu se tenir en face à face, car il fallait dire qu'ils en avaient pas tellement eu l'occasion devant feu Xcution.

Quoiqu'il en soit, cela n'avait pas empêché les deux individus de parler d'autre chose, notamment du sujet qu'avait abordé auparavant le visiteur, à savoir : pourquoi le chef des lieux avait une telle apparence ? A la réponse donnée par le concerné, le plus jeune avait donné son avis et l'interlocuteur avait semblé acquiescer, hochant ainsi la tête en silence. Question conversation, le Roku Ban Tai Taichô n'était pas un champion. Il n'usait pas souvent sa salive. On ajoutait ça au fait qu'il montrait rarement et ou difficilement ce qu'il ressentait via son faciès et c'était bon, on faisait face à un bon mur. Heureusement, ce n'était pas ce qui arrêtait le Shinigami Daikô qui s'efforçait sans cesse de briser la glace à sa façon avec un naturel déconcertant.

En bref, même si revoir et reparler un peu avec le chef des Kuchiki avait été sympa, Ichigo n'allait pas dormir là. Il n'avait plus rien à faire dans ces lieux et ainsi donc, il n'avait pas voulu déranger plus longtemps. Il avait donc pris les devants en supposant que son hôte n'allait pas apprécier rester davantage dans cet état transpirant et débraillé et qu'il allait lui falloir une bonne douche pour arranger ça et relaxer les muscles récemment incités à l'effort. Donc, cela signifiait un départ imminent pour l'invité qui ne voulait pas continuer le squattage en solo pendant la toilette du Taichô. De ce fait, la tête en feu attendait à présent la réponse du plus âgé...

Pourtant, il n'en fut point ainsi. En effet, un son d'explosion retentit dans l'enceinte du domaine, surprenant le jeune Kurosaki.



Nani ?!


Il se mit à chercher la provenance de ce bruit, quittant ensuite la passerelle. A peine quelques mètres plus loin, les pieds dans la pelouse, il put ainsi constater un geyser de flotte s'échapper du toit un peu plus loin de la position des deux protagonistes. Avec cette vue, s'ajouta le son, car on pouvait entendre des râles et un rire de foireux qui semblait prendre de la distance. Le jeune garçon tira un air bien blasé en devinant l'auteur de ce bordel rien qu'au timbre du rire et à la connerie réalisée.


Masaka...


Mais, la canalisation avait donc été touchée... Le noble ne pouvait plus prendre une douche, non ? Ça allait être la merde pour lui, la tête de konpeito voyait mal le cerisier rester avec une dégaine pareille encore longtemps. D'une, ce n'était pas du tout agréable, de deux, ce n'était pas du tout présentable pour son rang. Il allait faire comment, donc ? Peut-être jarter tout le monde et aller sous la gerbe d'eau à poils avec le gel douche à la wanagain ? Ou bien aller se baigner dans le bassin à carpes Koi situé non loin des pieds de notre visiteur surprise ? Nan, fallait pas déconner. En tout cas, la blague avait déclenché une bonne agitation autour d'eux, créée par soit des serviteurs en vue de réparer les dégâts qui allaient transformer la demeure en pataugeoire, soit par des anciens trempés jusqu'aux os qui cherchaient à se reculer du désastre. C'était quand même un spectacle marrant à voir, ça mettait de l'ambiance dans cet endroit trop stricte et sérieux. Était-ce là l'intention du vieux Atsuhito ? Est-ce que ça arrivait souvent un tel boucan à cause de lui ?

Observant le chahut, Ichigo entendit alors la voix distincte et toujours aussi maîtrisée du noble Taichô, le faisant diriger ses yeux noisette sur lui. Sérieusement, même avec un coup pareil, le gradé ne se démontait pas, il était vraiment ahurissant comme type. A moins qu'il y avait quelque chose qui faisait qu'un tel fait n'était pas préoccupant ? Quoi, alors ? Ce fut là que notre rouquin le découvrit en écarquillant son regard chocolaté. Il avait bien entendu ? Le chef des Kuchiki l'invitait à aller occuper le Onsen avec lui ?! Vite, il fallait un truc, n'importe quoi, pour pouvoir s'accrocher et éviter de tomber sur le cul. C'était vraiment une première, le jeunot n'y croyait pas. Il fixait Byakuya comme un abruti. En plus que le noble avait bien mentionné l'expression « faire l'honneur de ». Genre, ça allait être un honneur d'aller faire trempette avec le « paysan ». Une telle demande voulait aussi dire quelque part que la tête des Kuchiki voulait passer plus de temps avec le garçon roux. Ce dernier avait de quoi se sentir honoré et abasourdi, effectivement. Bref, il fallait bien répondre, il n'allait pas jouer le gars qui avait un bug de cerveau.



Eh... Si, si, j'ai le temps... Pourquoi pas ? Je veux bien.


Il n'en revenait toujours pas, mais il acceptait. En tout cas, oui, il avait le temps. Rien ne le pressait à retourner chez lui, il avait prévenu sa famille qu'il allait sans doute rentrer tard vu qu'il ne savait pas s'il allait trouver rapidement la petite brunette ou non pour lui rendre son carnet. Un imprévu était si vite arrivé, n'est-ce pas ? Surtout avec le rouquin qui était un vrai aimant à problèmes. De ce fait, il n'avait vu aucun inconvénient à acquiescer à l'invitation, surtout que voir le noble lui proposer ça était à la fois surprenant et réjouissant. Ça voulait dire qu'au final, le petit froid qui semblait régner entre eux s'estompait plus que ce qu'on pouvait l'imaginer. Le Kuchiki se montrait plus ouvert et sociable avec le jeune Kurosaki. Ce dernier en était ravi et cracher sur un tel effort serait vraiment ignoble de sa part. Il finit donc par se reprendre et esquissa un sourire très fin en retournant vers lui, sur la passerelle. Vraiment, les choses avaient réellement changé...


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



1017 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
12650/18000  (12650/18000)
Spécialité: Kidô



Mar 29 Juil - 12:14



Cela s’activait énormément  au sein de la demeure… la gerbe d’eau sembla se tarir enfin, tandis que  le noble attendait patiemment la moindre réaction de son hôte à la coiffe  toujours aussi flamboyante.  Ce dernier paraissait  très surprit des évènements qui se tramaient ici, mais pour le noble c’était une petite habitude. Certes par moment pas tellement agréable ou mal venue comme présentement alors qu’il désirait ardemment prendre un bain, mais soit. Quand bien même on s’appelait Kuchiki Byakuya  Vingt huitième chef de clan, on n’avait pas toujours ce que l’on désirait.  Alors oui il ne laissait transparaitre que cette impression de plein contrôle de soi même et se contenta d’entamer un pas en  la direction du Onsen.  Ce dernier se trouvait quelque peu à l’écart de la demeure principale.  Quoi qu’il en soit, Ichigo  parut encore un peu hésitant avant de finalement approuver avec toute fois une parole un peu  troublée. Il y avait de quoi après tout, son domaine était réputé des plus calmes et  notre humain  n’était pas un habitué des lieux.  Aussi,  Byakuya  se contenta de hoché un peu du menton

Ce n’est là qu’un simple tour d’Atsuhito sama, n’y vois rien d’inquiétant en cela.  Suis-moi.  

On va dire qu’il ne pouvait pas tellement reprocher les revendications de l’ancien. Ce dernier  ne cessait de répéter que cet endroit respirait le trop calme. Certes, mais le noble n’avait pas l’envie que l’on remette sur le tapis cette histoire d’héritier, quand bien même il percevait certains regards se porter sur Rukia. Jamais  le noble  ne laisserait  un quelconque mariage se faire à l’encontre de sa cadette, et si cela ne suffisait pas, alors il mettrait fin à son veuvage et se plierait à la règle. Mais il espérait ne jamais venir à cette extrémité.  La paix était  présente dans toute la Soul Society, mais pour combien de temps ? Au vu des événements passé, Byakuya se montrait plus vigilent que par le passé, voila pourquoi il s’entraînait durement, et ne faisait plus autant de suffisance quand à connaître sa puissance véritable.  Tout en avançant  sur la passerelle,  Byakuya et son hôte s’éloignaient tranquillement du lieu  du grabuge, longeant le grand jardin  orné de divers arbres fruitiers et de buissons.  Tournant sur la gauche,  le noble poussa un shoji, qui donnait sur une pièce ma foie.. vide…. et se dirigea vers le fond pour  pousser une seconde ouverture qui donnait directement sur un jardin bien plus intimiste, digne des petites rencontre discrète ou mêlé de romance. On peut dire que ce coin là, aussi bucolique soit il, Byakuya n’en usait pas tellement. D’ailleurs il jeta à peine un regard sur l’endroit, alors qu’il  se dirigeait déjà sur la porte d’en face pour faire découvrir un couloir. En vérité, le noble usait simplement d’un raccourci pour rejoindre enfin un autre espace vert orné de petites dalles qui donnait sur un vestiaire.

Byakuya n’avait pas échangé la moindre parole, préférant simplement laisser le jeune homme à s’exprimer de lui-même. C’était une politesse qu’il lui offrait, car de base,  c’était à Ichigo d’attendre que le noble parle. Une fois à l’intérieur du vestiaire cependant, notre  Roku ban tai Taicho  se contenta de lui indiquer où il pouvait laisser sans crainte ses effets et trouver les serviettes, l’invitant à le rejoindre  derrière le grand shoji, qui donnait sur le Onsen.  Puis il se retira lui-même dans un coin opposé et se changea à son aise, dé faisant son habit trempé  et  attrapa un linge blanc pour le fixer à sa taille. Puis il   fixa  sa chevelure en un chignon, évitant qu’elle ne se mouille dans l’eau.  C’est à la suite de cela qu’il estima enfin être prêt pour rejoindre Ichigo à l’extérieur.  D’ailleurs lorsqu’il arriva devant l’étendu d’eau, il constat son absence.  Il était donc le premier… Ses paupières s’abaissèrent alors qu’il mettait enfin un pied dans ce liquide si bienfaisant, offrant un air  insondable qu’on lui connaissait fort bien, avant qu’il ne se décide de rejoindre un petit rocher un peu plus loin, pour  y reposer son dos  en s’asseyant.

L’endroit était un peu à son image, calme et reposante.  L’eau ne semblait être troublée que par sa présence, alors qu’un jardin soigneusement tailler  et orné de bonzaïs, s’offrait au regard de la moindre personne qui venait à se relaxer ici.  Le ciel était  si éthéré qu’on pouvait aisément s’y perdre… tandis qu’en face de la porte du vestiaire, une étrange sculpture trônait, déversant l’eau dans le Onsen.  Il s’agissait d’un Wakame Taishi de pierre, sculpté avec soin par un ouvrier de la demeure. On se demande bien qui a eut cette idée  quelque peu intrigante, mais le fait est que Byakuya en était pleinement satisfait. Sans parler que personne n’osait faire la moindre remarque à ce sujet, sans doute pour une  quelconque idée de survie, allez savoir.

S’enfonçant un peu plus dans l’eau, le noble sentait déjà ses muscles se détendre après un tel entrainement acharné. Cependant cela ne lui apparaissait point suffisant, il y avait encore des choses qu’il voulait améliorer, comme cette histoire  d’angle mort… Tôt ou tard cela risquait d’être perçu par plus fort que lui.  Son regard ombrageux se dévoila à nouveau,  car son oreille avait clairement entendu des pas familier venir à lui. Ce n’était pas encore le garçon, car l’allure était bien trop légère, mais bien sa servante qui apportait du thé.  Il la remercia simplement du chef, et entrevit déjà la porte s’ouvrir sur Ichigo sans doute.  Un fin soupire silencieux s’extirpa de ses lèvres fines, alors  qu’il se remettait un peu plus droit contre la paroi. C’était une  habitude à peine perçut par sa conscience, en tant que noble.  Ne jamais être vu autrement que pleinement apte de ses moyens et  droit. Bien que Byakuya avait conscience qu’Ichigo n’en avait que faire, ça, il n’avait pas besoin qu’on le lui rappel.  Se faisant seule  sa poitrine se retrouva à découvert, laissant juste entrevoir cette cicatrice devenue presque invisible offert par Gin. Cela  datait de deux ans maintenant, mais  le noble la ressentait encore, fraîchement en ses souvenirs. Une chose qu’il ne voulait pas oublier, car c’est ainsi qu’il  s’efforçait de devenir un bien meilleur frère qu’il ne l’avait été jusque là.

Il avait fait du chemin quoi qu’on en dise, jusqu'à même enfin laisser Rukia devenir  Fukutaicho. Ce jour là, il  en avait même été étourdit par son propre choix. Mais elle le méritait et il ne regrettait nullement cette action. Sans parler qu’il avait été infiniment touché de voir que son cadeau concernant cette promotion lui  avait plus que plut. Les premiers pas de  sa part  avaient été difficiles et maladroit, mais au final…..sans doute qu’il se rapprochait de ce qu’il voulait être pour elle. Autre chose qu’un protecteur qui se tenait dans l’ombre, mais bel et bien un frère. Celui sur qui elle pouvait compter mais aussi se confier, quand bien même, il avait encore bien du mal à faire une telle chose.  Plongé dans ses pensée, il en avait presque oublié qu’il attendait Ichigo et c’est sans doute fort songeur que ce dernier allait le trouvé, en train de se frotter le bas du menton d’une phalange distraite.  Pourtant, ce n’était pas pour rien qu’il l’avait invité à venir lui tenir compagnie. Dans un sens, Byakuya  voulait avoir quelque nouvelle qui le changerait un peu de celles qu’il connaissait de la Soul Society. Avoir une personne ne face de lui qui faisait fit de son rang et qu’il considérait comme son égal, à défaut de ne pas forcement bien s’entendre avec lui.  On ne peut pas dire que ces deux là  se soient souvent entretenu voir même tenu la main. Pourtant, Byakuya avait de l’estime pour ce garçon d’un centimètre plus haut que lui dorénavant.  Le noble avait d’ailleurs vu qu’Ichigo avait saisit son petit manège tout à l’heure, mais quelque chose lui disait qu’il ne voulait pas savoir la pensé du garnement…




┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1710 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

26 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18650/19000  (18650/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Mer 30 Juil - 22:27




Where are... The towels?!


Le spectacle semblait prendre doucement fin. Le geyser de flotte s'estompait et le personnel se pressait déjà moins. Ils avaient dû couper l'arrivée d'eau en urgence. Il restait encore à tout nettoyer car les locaux étaient devenues une pataugeoire, sans parler des anciens qui râlaient de devoir se changer vu que leurs frusques étaient noyées et que prendre une douche allait être difficile pour un petit moment. Il devait y avoir pas mal de dégâts causés par l'eau et l'explosion de ce qui s'apparentait à un gros pétard... Une minute, d'où le papy sortait ses pétards ? Il se fournissait de ça exprès ? Pour exploser une canalisation, ça devait pas être du petit calibre. Plutôt effrayant le vieux, bientôt pire qu'un résistant saboteur de voie ferrée...

Troublé par l'invitation du noble, Ichigo venait toutefois d'accepter sans arrière pensée. L'interlocuteur hocha légèrement la tête en conséquence. Dans l'élan, celui-ci avoua que cette mascarade était un tour du vieux panda estropié et qu'il ne fallait pas y faire attention. Mais, le rouquin avait déjà deviné que c'était lui le coupable. Alors, oui, effectivement, la fraise s'était étonnée de voir une telle scène au domaine des Kuchiki. Bien qu'il posait rarement le pied dans la demeure, il en avait l'image d'un lieu inspirant le calme, le sérieux et le stricte. Alors, voir ce spectacle cassait tous les préjugés qu'il s'était fait. Cependant, ce n'était pas non plus au point d'en rester sur le cul et de s'en inquiéter. Après tout, il avait déjà pu saisir le style de personne qu'était ce vieux débris avant de tomber sur le chef de clan. Non, ce qui le troublait le plus était bel et bien l'invitation du Kuchiki à partager le onsen avec lui. Seulement, le jeunot était troublé dans le bon sens. Il fallait dire qu'il ne s'y attendait pas du tout et que cette proposition le ravissait. Il se réjouissait que sa relation avec Byakuya s'était améliorée. Enfin, il ne doutait pas que le noble avait quand même une certaine estime pour lui, ça se voyait, ça se sentait. Après tous les événements précédents, comme le sauvetage de sa sœur par exemple, c'était évident, auquel cas ce serait un ingrat ou juste un imbécile fini. Le truc était que d'habitude, cet homme se montrait impassible, ne laissant rien transparaître et voulant pas forcément se montrer sociable avec lui. C'était donc un sacré pas en avant.

Dans tous les cas, il arrivait devant le chef des lieux quand celui-ci l'invita à le suivre. Il emboîta donc calmement le pas du Taichô sur la passerelle, marchant à peine en retrait par rapport à lui, à ses côtés. Ils délaissèrent cette scène d'attentat derrière eux, s'éloignant d'un pas tranquille pour se diriger vers le fameux onsen.

Jamais l'adolescent n'avait eu l'occasion de vraiment tarder en ces lieux, ou même en faire la visite. Quand il venait, c'était dans un but précis, à un endroit précis, sans s'attarder bien longtemps. De ce fait, sa curiosité le poussa à laisser ses yeux noisettes se poser sur toutes les choses qui lui étaient accordées de voir. Pour le moment, ils progressaient sur la passerelle bordant un grand jardin investi de diverses plantes et arbres. Les jardiniers avaient réalisé un travail formidable, rendant cette nature resplendissante et apaisante à regarder. Il devait être aisé et agréable de s'y détendre et d'y prendre du bon temps. Il n'était d'ailleurs pas donné à Ichigo de voir ça tous les jours. Ce dernier demeurait silencieux dans sa contemplation et put même entrevoir un bassin avec de la vie dedans à en juger des remous laissés à la surface de l'eau. Attardant son regard sur cette étendue marine, il eut l'occasion de distinguer les écailles d'une magnifique carpe Koi qui s'aventurait en partie un instant à l'air libre. Il manqua de continuer tout droit alors que le noble venait de tourner sur sa gauche pour faire coulisser un shoji. Il se reprit à temps pour le suivre, entrant dans une pièce... Vide ? Le roux chercha un quelconque truc dans cette pièce en vue d'en discerner l'utilité, mais... Il n'y avait rien. Ça servait à quoi, alors ? Si c'était pour avoir un grand domaine avec trois tonnes de salles vides, où était l'intérêt..? Parce que ça devait sûrement ne pas être la seule.



Ça sert à quoi ce genre de salle ?


Il fallait qu'il le demande. Pour quelqu'un comme lui qui venait d'un milieu modeste, voir ce genre de chose faisait bizarre. Toutefois, le maître des lieux ne s'arrêta pas, il continua sa marche vers le fond de la pièce, jusqu'à ouvrir un autre shoji. Le suivant toujours de près sans le dépasser, le jeunot observa alors un nouveau jardin d'un tout autre genre par rapport à celui qu'il admirait juste avant. Un endroit à l'allure beaucoup plus intime et inspirant le stéréotype du lieu idéal pour les réunions amoureuses dans un cadre idylle et romantique. La présence d'un jardin comme celui-ci en la demeure de Byakuya était inattendue pour le jeune Kurosaki. Décidément, il y avait bien des choses dont il ignorait du Taichô. Seul le jeune homme marqua un bref arrêt pour contempler le coin, car son hôte n'y prêtait aucunement attention, continuant son bonhomme de chemin pour atteindre une autre porte qu'il ouvrit pour laisser voir un couloir. La fraise dût suivre le guide à travers ce couloir sans traîner parce que ce domaine était définitivement gigantesque et il semblait être très simple de s'y perdre. Il ne prit la parole que pour faire savoir sa pensée du moment.


Kirei na... Mais, purée, ce que ta propriété est grande ! On s'y paumerait !


Au bout de cet espace étroit, il y avait encore un terrain de verdure, la pelouse étant dallée de pas japonais menant à ce qui semblait être des vestiaires. Ils entrèrent dans celui pour hommes et à ce moment là, le Kuchiki expliqua brièvement à son invité que ce dernier pouvait déposer ses affaires sans soucis. Le rouquin hocha la tête en signe de compréhension et suivit du regard l'endroit qu'indiquait le Roku Ban Tai Taichô pour les serviettes. Il fut ensuite invité à le rejoindre au onsen, derrière le grand shoji. L'adolescent le remercia et le regarda aller de son côté, Byakuya devant bien sûr se changer aussi. Une fois seul, il commença donc à se préparer. Il retira de son dos son imposant Zanpakutô toujours enroulé dans son ruban blanc et le déposa soigneusement debout contre le mur, ôtant ensuite de son buste l'épaisse sangle rouge qui servait à transporter l'arme. Il finit par se délester de son kosode avec le shitagi, laissant ainsi pleinement voir les vestiges de son Fullbring présents sur son corps. Sur sa nuque et les côtés de son cou, on pouvait distinguer une sorte de cache noir et blanc, tandis que le reste des traces étaient diverses marques noires atypiques, se présentant d'abord comme étant une croix noire spécifique sur le torse, reliée à une autre marque similaire dans le haut du dos. La même chose se trouvait sur les avant-bras, alors que sur le dessus des mains, quatre traits noirs longeaient chaque os menant aux doigts, épargnant l'os lié au pouce. D'ailleurs, pendant qu'il s’affairait à retirer ce qu'il chaussait en ayant posé un genoux à terre, on pouvait s'apercevoir que les waraji étaient noires et qu'au niveau des chevilles, sur les tabi, les fameuses croix étaient aussi présentes comme sur les avant-bras. Bref... En plus de sa tignasse orange pétant coiffée en hérisson et de son épée aussi grande que lui, il avait une apparence originale et unique, le différenciant clairement de tous les autres Shinigami.

Mais, alors qu'il venait de défaire son obi et de se libérer de son hakama avec le dessous dans l'élan, il se retrouva face à un petit souci d'ordre matériel. En effet, ayant déposé convenablement ses habits, il avait entrepris de s'emparer d'une serviette et de s'entourer le bassin avec, comme prévu. Sauf que... En regardant bien là où était normalement entreposé le linge, le précieux tissu était aux abonnés absents. Il y eut un instant de silence et de temps mort... Avant que le grand dadais ne fasse savoir ce qu'il en pensait.



Masaka... C'est une blague..?! Je fais quoi ?!


La question principale était effectivement de savoir comment il allait faire. Sans serviette, ça allait être un peu compliqué... Le rouquin se mit à râler et à rager un peu tout seul. A croire que c'était une blague qu'on lui faisait, ou bien que le personnel faisait son boulot à moitié ou bien... Les serviettes étaient ailleurs ? Du coup, il reprit son kosode avec son shitagi pour se les attacher autour de la taille en attendant de trouver les dites serviettes. Il se mit à fouiller les locaux en quête de ce tissu qui semblait s'entêter à le fuir. Il chercha de fond en comble rapidement avant d'en venir à aller voir du côté de Byakuya. Le jeunot regarda cependant un instant si la voie était libre, car fouiller dans les affaires des autres, c'était pas cool, surtout quand ces affaires étaient ceux de Kuchiki Byakuya. Ce dernier n'était plus dans le coin habillage, il devait déjà être dans l'eau à patienter l'arrivée de son invité. Il allait devoir attendre encore un peu... Le rouquin s'approcha alors pour chercher ce qu'il voulait sans faire attention aux effets personnels du noble. La poisse était avec lui, il n'y avait plus de linge disponible non plus.


Rha, kuso..! Ça commence à me faire chier cette histoire !


Il s'en retourna en continuant ses recherches, avant de tomber nez à nez devant le vestiaire pour filles. Il tira un air blasé, mais surtout pas à l'aise.


Je vais quand même pas... Devoir aller regarder là-dedans..?


Il avait murmuré ces propos, car des voix féminines se faisaient entendre à l'intérieur, des voix semblant être de l'ordre du troisième âge... Ou bien quatrième, voir cinquième ? La population chez les Kuchiki était pour les trois quart des vieux... Trèèès vieux. Il resta longuement planté sur place, sa paupière inférieure de l’œil droit tiquant. Lui ? Aller fouiller chez les femmes pour dénicher un linge ? Et s'il tombait sur des culottes ou des soutien-gorges ? Ou pire, s'il tombait sur un membre de la gente féminine ? Avec des possibilités qu'elle soit dénudée ? Une vieille toute ridée en plus ? Oh, le cauchemar que le roux pouvait faire juste en pensant à ça... Il serait surtout littéralement foutu et ça avait le potentiel de faire tout un foin... D'autant plus que l'adolescent était bien prude dans ce genre de situation. En attendant comme un idiot devant la porte en se décidant de la chose la plus judicieuse à faire, il entendit difficilement un bout de conversation. Une vieille avait un peu plus élevé sa voix en baragouinant que... Un autre ancien semblait l'avoir silencieusement reluqué tout le long du conseil s'étant déroulé la veille... Elle se mit à proférer des accusations, dans le genre que c'était un pervers refoulé qui cherchait à voir à travers son kimono. Ichigo se ratatina sur lui-même, se faisant tout petit. Non, même l'idée de gentiment frapper à la porte pour demander poliment une serviette, il l'abandonna sans chercher plus loin. Il se résigna à ne pas y entrer et il décida de directement rejoindre le noble au onsen sans traîner avant de se faire voir à faire le poteau devant le vestiaire des femmes, ce qui pourrait interpréter des choses douteuses alors qu'il était en parti dévêtu...

Par contre, il était remonté avec ces conneries. Il avait mis le temps pour se changer, certes, mais ce n'était pas comme si c'était de sa faute. Impatient et impulsif comme il était, ça lui avait mis les nerfs en boule car ce n'était pas croyable de voir une absence de serviette dans un local d'onsen. Il poussa le grand shoji donnant sur le bassin d'eau chaude et retrouva finalement le noble en train de déjà faire trempette, adossé à un rocher en étant complètement tranquille et pénard dans un calme royal. Justement, cette atmosphère ne dura pas plus longtemps car la fougue de la tête en feu battit son plein.



Oi, Byakuya !! C'est normal de pas trouver de serviettes dans ton trou ?! J'ai retourné tout le vestiaire pour hommes sans en trouver une seule !


Il avait croisé les bras en étant debout devant l'étendue d'eau et accessoirement face au chef des Kuchiki, surplombant ce dernier de toute sa hauteur. Il s'était présenté avec uniquement son haut de shihakushô lui cachant amplement la partie basse de son corps. Il fixait cet homme bourré d'impassibilité avec son air énervé et intransigeant, une moue que pouvait faire Byakuya à son âge, quand celui-ci se laissait aller à son caractère...


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



1017 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
12650/18000  (12650/18000)
Spécialité: Kidô



Lun 4 Aoû - 10:06



Tout à ses pensées, le noble n'avait pas encore perçut que le temps s'écoulait et que l'absence d'Ichigo était anormalement longue. D'ailleurs il se permit même de songer à ce que le garçon lui avait soumit.. à quoi pouvait bien servir cette grande salle vite. Ce n'était pas la seul qui plus est, mais bien une parmi de nombreuse autres, servant aux réceptions ou au logement en cas de crise.  Byakuya se devait d'être un seigneur exemplaire et capable de défendre ses gens en cas de coup dur extrême. Cependant on ne peut pas dire que cela arrive souvent. Cela n'est même pour ainsi dire, jamais arrivé pendant la prise de  fonction de notre Roku ban tai Taicho. Ce domaine était bien trop grand pour un seul homme, cela paraissait évident, mais c'était parfois salutaire pour se cacher un peu du monde qui n'a de cesse de vouloir vous mettre au devant de la scène pour être un parfait exemple. C'était un fardeau parfois bien trop lourd, même pour un noble aussi solide que Byakuya. Ses paupières se firent un peu plus abaisser, alors que son regard s'attardait négligemment sur la surface de l'eau fumante. Sa main balayait doucement ce liquide bienfaisant avant de sentir un remous. La bouche de l'ambassadeur des algues ou le Wakame Taishi si vous préférez, venait tout simplement de s'ouvrir laissant l'eau s'écouler gracieusement. Le noble s’amusa à le contempler, trouvant là qu'il avait eut une belle idée de la faire concevoir... Il eut comme un léger sourire en coin à ce propos, mais qui disparut prestement  alors qu'un shoji venait de se pousser avec fermeté. Adieu paix et sérénité...ô monde cruel que tu es..

Byakuya se redressa un peu pour paraître plus droit, oubliant un instant le cri de ses muscles qui venaient de quitter un temps leur repos bien mérité.  C'est donc tout chignon sur le crâne que le chef du clan Kuchiki put admirer un Ichigo dans toute sa splendeur. Les yeux un peu écarquiller, il se mit à détailler le nouveau dévêtu...dévêtu? Ce n'était pas tout à fait le bon terme sur le coup. Ichigo se tenait pile devant lui, le surplombant de son un centimètre de plus, les bras croisée et l'oeil colérique.  Fière en sa posture malgré le ridicule de porter un Kosode en guise de cache pudeur. Si Byakuya avait  pu songer à voir cela un jour, il se serait étouffé avec son propre thé. Cependant, quand bien même son esprit  était partager entre devoir en rire ou en pleurer, son hôte se permit tout de même de lui soumettre le pourquoi de cette arrivée en trombe, sous forme de réflexion. Point de serviette? Le noble avait donc pris la dernière? Cela faisait presque office de complot. Part le passé, on ne pouvait pas dire que ces deux là s'appréciaient des masses. Ils se respectaient mais cela n'allait guère plus loin, sans parler que Byakuya se targuait par moment de le titiller un peu. Mais... on devait aussi reconnaître que le noble taicho lui avait parfois confier quelques conseils ou répartie afin de le remettre sur pied. Byakuya ne s'en cachait pas, même s'il n'en parlait guère à quiconque. Il n'avait pas de compte  rendre et aimait rester un peu secret.

C'était bien la seule chose qu'il avait su préserver d'ailleurs... Son intimité. Un trésor qu'il préservait alors qu'il se devait d'être un homme publique. Quoi qu'il en soit, Byakuya fit preuve d'une grande maîtrise en affichant un air des plus tranquilles, mais pas froid. C'était une chose qu'il avait mit un peu de côté par moment. De plus, rien qu'a voir Ichigo , il s'est cru replongé dans le passé... une époque où lui même paraissait des plus impulsif et ombrageux... le coup de la serviette il conaissait; bien qu'il se  garda d'en parler. Lentement donc, Byakuya se redressa de toute sa taille , dévoilant une serviette à sa taille. Il posa un court instant sa main sur l'épaule du garçon, notant la tension qui règnait en lui et parla d'une voix des plus atones.


Ne bouges point de là, je vais aller en quémander une auprès de Dame Azuma.

Puis il s'éloigna  pour rejoindre le shoji afin de gagner le couloir... là il se contenta d'éviter le vestiaire des femmes qui semblaient encore animé.. Il es vrai qu'il était l'heure de l'aérobique du  Cinquième âge.... Le noble voila osn regard rien qu'à cette pensée loufoque.. en vérité c'était simplement la petite réunion des anciennes et certaine étaient a peine plus âgées que leur chef de clan. Byakuya leur avait autorisé cette petite chose, afin de briser un peu les habitude concernant le règne des hommes. De plus cela apportait un peu plus de sérénité dans le clan. Une bonne petite réforme qui avait fait quelques remous au sein de la noblesse. Byakuya était un homme un peu trop novateur.. mais il avait apprit à ne plus devoir le prendre à mal comme par le passé. Cela avait bien faillit lui coûter sa sœur.. et l'estime de sa femme par de là la mort. Il se rendit donc dans la buanderie et observa les divers étagères.... il n'y avait véritablement rien........Byakuya, passablement impatient et agacer voila son regard. Ce n'était pas à lui de gérer ce genre de chose tout de même. C'était d'un inconvenant...

Enfin, résigné comme jamais sur ce point là, le noble vint tout bonnement frapper avec soin à la porte des femmes, avant de soumettre sa voix, histoire de ne pas être mépris et rassurer la gente féminine qui se trouvait derrière. C'est d'ailleurs Dame Kuchiki Azuma qui ouvrit la porte  tout  sourire  et élégante comme jamais en sa serviette et bonnet sur le crâne. Venant à lui confier le problème certes mineur, elle disparue un moment avant de revenir avec une serviette toute propre... alors que dans le bassin on pouvait  voir une tige de roseau se promener de ci de là......tout doucement.. avant de heurter un pied... Celui d'Azuma justement.. malgré ses  six ans ans, qui en valait surement bien cinquante dans le monde humain... cette dernière était toujours aussi belle qu'effrayante.. et choppa l’intrus par la peau du cou... Atsuhito apparut  tout en râlant qu'il n'y avait plus de jeunesse.. alors que Byakuya lui.. n'avait rien vu de la scène, car il s'en était déjà retourner dans le couloir... ignorant les fait.

Par contre Ichigo a surement pu voir le vieux voler dans les airs, avant de faire un magnifique plongeon côté hommes... Atsuhito passa devant le gamin  en se tenant le dos..” Les femmes......”
Puis il disparut à l'intérieur, croisant  un Byakuya sceptique de le trouver ici.. il n'aimait pas le Onsen à la base, sous prétexte qu'il y faisait bien trop chaud ? Cette journée était décidément.... trop surprenante pour lui. Quoi qu'il en soit il retrouva Ichigo et lui tendit la serviette.. ignorant qu'il s'agissait de celle de Rukia.. il y avait un beau chappy sur le côté pour en témoigner. Le noble  pris juste la peine de parler de sa voix aussi monocorde que d'habitude...


Cela sera surement plus approprié il me semble..


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1710 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

26 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18650/19000  (18650/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Mer 6 Aoû - 14:38




Anger of the orange hedgehog


Les nerfs à fleur de peau, le Quinze s'était présenté face au chef de clan en étant simplement vêtu de son haut de shihakushô pour remplacer le linge blanc introuvable. Ce n'était pas glorieux comme tenue, mais ça restait à peu près présentable et c'était toujours mieux que se balader nu, n'est-ce pas ? Posté de manière autoritaire et influente, à savoir droit et les bras croisés, il avait signalé l'absence de serviette de manière bien colérique et surtout un tantinet familièrement. Qu'il soit devant un pote de lycée ou bien devant un type de haut rang, c'était pareil, le rouquin ne faisait pas de distinction et se comportait pareillement. Il était tout de même question d'un objet nécessaire et obligatoire pour un tel endroit qu'était le onsen et en cela, cela devrait être constamment disponible pour les usagers. Ce n'était pas comme si on parlait de bains publics où là on pourrait mettre cet inconvénient sur le dos de l'affluence des gens et du personnel qui devait être sur le pied de guerre pour faire en sorte à ce que le tissu soit sans cesse à portée de main. Là, on parlait quand même d'onsen privé à la famille Kuchiki, une des quatre plus grandes familles de la haute noblesse, rien que ça. C'était cette aberrance et cette impatience certaine dont le roux faisait preuve qui mettaient celui-ci dans cet état. Quand Ichigo était énervé, il respectait bien le qualificatif de hérisson roux en montrant les épines. Il fallait faire profil bas et savoir calmer le jeu face à un tel tempérament de feu, auquel cas la situation empirait rapidement.

Le jeunot fusillait du regard le noble déjà dans l'eau, installé contre un rocher avec un chignon sur le crâne pour maintenir efficacement la chevelure quelque peu longue, bien que plus courte que par le passé, hors de la flotte. Le Kuchiki se redressa décemment à l'arrivée de son invité, se faisant sûrement surprendre par la dégaine du jeune homme lui faisant face au vue de son expression faciale. Il y avait de quoi, mais bon... S'il venait à rire ou même à esquisser ne serait-ce qu'un sourire amusé, il allait sûrement ressortir des onsen avec un coquard sur la tronche. S'il venait à faire semblant de rien, il allait se recevoir une bonne engueulade musclée. Le noble allait devoir faire preuve d'une grande maîtrise de lui-même et de ses pensées en agissant de manière optimale face à la situation s'il ne voulait pas subir le courroux du Tigrou. Il le put, d'ailleurs. Tranquille comme à son habitude, sans pour autant se faire froid comme le métal, il se leva de sa confortable place, laissant voir comme unique tissu sur les hanches une serviette blanche que convoitait tant l'adolescent. La tête en feu se retrouva à réellement montrer un air mauvais et sombre, mais aussi sévèrement suspicieux. A vue de nez, ça sentait la magouille foireuse. Comme par hasard, il était resté une seule serviette dans tout le vestiaire des hommes et c'était du côté du noble, ce dernier l'ayant donc naturellement prise. Si c'était une blague, elle était vraiment de très mauvais goût. Enfin... C'était plutôt parce que le rouquin n'était pas du genre à rire de ça. Il attendait impatiemment des explications à ce cirque en demeurant bien tendu, comme prêt à céder à tout moment, mais conservant une certaine retenue. Le Taichô avait vraiment tout intérêt à répondre quelque chose de suffisamment satisfaisant pour faire descendre la pression qui tenaillait les nerfs du jeune garçon.

Ainsi, le chef de clan s'avança et sortit de l'eau pour se retrouver au côté du hérisson roux, venant à se frotter de près à ses épines en posant une main sur son épaule. Il ne semblait pas prendre ombrage de cet air menaçant que lui adressait Ichigo, comme s'il était habitué ou comprenait parfaitement avec une certaine compassion. Ce geste semblait demander au jeunot de se détendre et se calmer, mais aussi de quelque part lui faire confiance. Faire confiance... Il était vrai qu'il fallait avouer que Byakuya était un homme droit et donc digne de confiance. On pouvait en être assuré avec son obsession pour son honneur et sa fierté. Toutefois, ça ne le dispensait pas des petits gestes taquins, surtout envers son invité du jour. Et puis... Du coup, ce dernier commençait à se poser des questions quant à cette invitation à partager le onsen avec lui. C'était tellement inattendu et inédit qu'on pourrait croire que ça aurait pu être pour cette mauvaise blague. Mais, soit...

Alors que le plus jeune observait le plus âgé du coin de l’œil en tournant à peine sa tête vers lui, celui-ci vint à prendre la parole avec son ton habituellement dénué d'intonation. Il demandait au Kurosaki de rester là, tandis qu'il allait aller réclamer une serviette auprès d'une certaine Dame Azuma. Bon, cette femme était inconnue au bataillon pour le roux. Mais, si ça se trouvait, c'était la vieille râleuse qu'il avait entendu précédemment dans le vestiaire des femmes. Bon, il y avait des chances à ce que ça soit pas elle, mais quand même. Mais, au fait... Comment le noble pouvait-il savoir que cette personne était présente au onsen aussi à ce moment ? Il l'avait repéré au reiatsu ? Ou il savait qu'elle allait être là ? Bref... Si le chef de famille avait les moyens de le dépanner, autant cesser de râler et attendre qu'il revienne avec le linge.



Wakata, arigatô.


Le Roku Ban Tai Taichô retira alors sa main et s'avança sous les yeux du jeune homme pour pousser le shoji et déambuler dans le couloir. Ichigo le suivait du regard après s'être mis de profil jusqu'à temps qu'il ne puisse plus le voir, ce qui arriva vite. Il resta donc là à l'attendre et tant qu'à faire, autant observer les lieux. Après tout, son côté curieux le poussait à contempler les endroits qui lui étaient nouveaux et il n'allait pas mettre les pieds ici tous les jours. L'onsen était tout ce qu'il y avait de plus ordinaire. Il y avait évidemment le bassin d'eau chaude avec de la vapeur émanant de la surface et un décor à l'ambiance Japon ancien comme tout le reste de la maison avec notamment des rochers, rendant le coin plutôt agréable. Puis, il entendit un écoulement d'eau distinct. Il tourna ses iris noisette dans la direction du bruit pour voir un petit déversement de liquide transparent droit dans le bain. Il contempla ce qui déversait l'eau et il en grossit les yeux brusquement en reconnaissant la chose. Il s'agissait d'une grande statue de Wakame Taishi qui laissait l'eau s'écouler depuis sa bouche. Le rouquin resta un bref instant en bug dessus, le fixant tout en sourcillant gravement.


Il est sérieux, là..?


Ce petit bonhomme à corps d'algue était vraiment le signe distinctif du noble. Ce dernier adorait cette petite mascotte au combien ridicule aux yeux de l'adolescent. Après avoir vu la peluche à l’effigie de cette sorte de plante humaine trônant sur le plumard de Byakuya, il était maintenant tombé sur cette imposante statue avec la même trombine. Ça allait être quoi après ? A ce train-là, le Kurosaki pouvait s'attendre à tout. Mais, quand même, avoir fait construire ça ici... C'était tellement la honte et énorme à la fois. La Fraise commençait à se demander s'il voulait vraiment faire trempette, tiens. Aller dans la flotte en étant surplombé par ce machin, c'était horrible. La solution était éventuellement de lui faire dos et de tenter de l'oublier. Après tout, il y avait personne d'autre dans cet onsen, personne le verrait en compagnie de ça. Oui, pour le rouquin, c'était la mer à boire de se tenir près de ce genre de chose. Dans tous les cas, il ne pouvait pas songer aller dans l'eau sans cette fichue serviette aux abonnés absents. Hors de question de noyer le kosode avec le shitagi qu'il portait encore sur ses hanches. Il allait se mettre quoi sur le dos après, sinon ? Oh, le Cerisier pouvait très bien lui prêter une tenue en attendant que ça sèche, n'est-ce pas ? Nan, notre tête de konpeito allait se faire bien sage et patient en attendant le retour de son hôte. Il continuait donc de patienter avec la vue du Wakami Taishi qui lui préoccupait l'esprit de manière dérangeante.

Puis, après quelques instants de blanc, un événement inattendu survint. En effet, le Shinigami Daikô sentit une ombre passer au-dessus de lui à toute vitesse, ayant à peine le temps de relever le nez pour voir un type faisant l'effet d'un obus en plongeant dans la flotte juste devant lui. Il se fit bien éclabousser dans l'élan, le rendant fort mécontent. Bon, bah, voilà son haut de shihakushô avec un bon début de transformation en éponge... Il vit alors la tronche de l'individu qui venait de faire le saut de l'ange dans l'eau et qui, d'ailleurs, en sortit sans attendre en se tenant le dos. Le hérisson roux se fit blasé au possible. C'était la vieille branche d'Atsuhito dans toute sa splendeur, aussi ridé qu'un sharpei, les horreurs cachées sous un linge blanc... Qu'est-ce qu'il foutait au juste ce vieux fou ? Cette question eut sa réponse au murmure de râle du papy qui repartait. « Les femmes »..? Attendez, ça voulait dire qu'il espionnait l'onsen des femmes et s'était fait expulser en tir de mortier ?! Et si c'était lui le vieux pervers qui n'avait pas cessé de reluquer l'autre râleuse ?! Les morceaux se recollaient, tout s'expliquaient. Il avait aucune limite à la connerie ce vieux débris ou quoi ? Il emprunta le même chemin que Byakuya un peu plus tôt, disparaissant de la vue du jeunot. Non, il valait mieux rien ajouter de plus, c'était inutile.

Puis, notre jeune garçon fut de nouveau rejoint par le noble. Ichigo le sentit arriver et se tourna vers lui pour le voir approcher avec en main un tissu blanc. Ah ! Il avait pu mettre la main sur une serviette, ouf ! Le Kuchiki lui tendit l'objet, disant qu'avec ceci, ce sera en gros beaucoup mieux. L'adolescent acquiesça et lui prit la serviette des mains.



Arigatô na, Byaku-...


Il ne finit pas la prononciation du prénom de son interlocuteur. Il s'était tu, le regard rivé sur la serviette qu'il tenait. Il venait de voir une chose impromptue sur le linge. Après le flirt avec Wakame Taishi, le rouquin avait à présent droit au Chappy de Rukia, cousu directement sur la serviette blanche. C'était quasiment sûr que c'était bel et bien la serviette de la petite Fukutaichô. Il ne savait pas tellement comment réagir sur le coup. Péter un câble ou se faire blasé avec son air contrarié ? Ce lapin blanc était aussi visible que la baraque de Oui-oui en plein carrefour du centre-ville de Tokyo. Ce n'était pas croyable, là... Byakuya se foutait définitivement de sa gueule, il n'y avait plus de doute possible. Relevant ses yeux chocolatés vers le chef des lieux, le jeune garçon afficha un air fortement en rogne, avant de lui balancer franchement la serviette en plein visage.


Jôdan daro ?! Fuzake na, teme !!


Peut-être qu'avec l'écusson de Chappy directement collé sur son faciès, le noble allait percuter le pourquoi d'une telle réaction ? Le lycéen n'allait jamais porter cette affaire, jamais ! C'était tout vu. Non seulement c'était la serviette personnelle de la cadette Kuchiki et qu'on l'avait pris sans lui demander l'autorisation, mais en plus... Il y avait Chappy, le grand ami du ridicule du Wakame Taishi ! Trop, c'était trop. Le vase débordait et le Shinigami Daikô entreprit de repartir à pas de bourrin de cet endroit sans attendre, vraiment hors de lui. Qu'on se paie sa tête était une chose dont il avait horreur. L'accumulation de faits contrariants l'avait fait céder dans son infinie impulsivité. Ce n'était pas comme si on ne s'y attendait pas... On avait prévenu, n'est-ce pas ?


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



1017 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
12650/18000  (12650/18000)
Spécialité: Kidô



Mar 12 Aoû - 13:35



Il serait cependant stupide de penser que Byakuya serait capable d'une blague aussi grotesque. Il avait simplement  prit la serviette tendu par cette femme, sans plus se poser de question. Mais cette dernière, le noble Kuchiki se la posa lorsque d'un geste rageur, Ichigo la lui balança en pleine figure. Un acte qui pourrait être  décrit comme un crime de lèse majesté, si jamais un témoin s'était présenté. C'est Byakuya qui écarquilla son regard sous cette serviette qu'il retira prestement tandis que son chignon se faisait alors la malle. Oubliant partiellement les paroles peu mémorables pour les oreilles, le noble observa alors une étiquette sur le côté.. et reconnu  l’œuvre incontournable de sa cadette.. un Chappy. Éh bien quoi, il râlait donc pour ce détail ? Vraiment quel garçon compliqué. Ichigo devrait être honoré d'une telle chose. Un léger froncement de sourcil vint à marqué son front encore humide, offrant alors un moment de perplexité, alors que le garnement d'un centimètre plus grand que lui se carapatait  de manière furieuse. * soka... * pensa notre chef de clan, avant de délaisser l'objet de ce départ précipité, sur une pierre, et fit demi tour pour rattraper le garçon qui allait offrir un beau spectacle.. ainsi vêtu.

Quoi qu'il en soit ce n'était pas le genre de Byakuya que de se moquer qu'une personne, loin de là et alors qu'il rattrapait Ichigo, il se contenta de lui chopper le bras d'une poigne ferme mais pas trop contraignante non plus. Il ne s'agissait pas non plus de contrarier un peu plus l'adolescent et ce n'était guère le but. De plus le noble n'était pas toujours doué pour apaiser les humeurs. Cependant, il se permit tout de même de tenter le coup, il serait alors bien mauvais hôte en laissant faire.  


Je n'avais point fait attention, il n'y avait aucune malice en cela.  

Fit Byakuya d'une voix certes atones mais nullement froide. Puis il relâcha sa prise pour rajuster sa propre serviette. L'un comme l'autre n'était pour ainsi dire, guère présentable s'ils venaient à franchir le vestiaire et le couloir. De quoi faire rire un  Atsuhito déjà bien atteint par l'âge et qui s'était rhabiller pour faire comme si de rien n'était en déambulateur.. côté jardin.Il faut croire que les paroles et les actes de cette femme avaient un sens pour ce vieillard que la mort avait totalement oublié. Cela étant, le noble Kuchiki  observa un instant le plus jeune et finit par voiler son regard en soupirant doucement. Vraiment tout n'avait pas tant changer..sauf le fait de voir un Byakuya plus expressif certes...

Il serait assez stupide de se quitter sur un ton aussi élevé. Alors laisse moi réparer cela veux tu ?

Rajouta le maître des lieux avant que toute la maisonnée ne se demande ce que pouvait être ce reiatsu en furie. De quoi rendre perplexe et mécontentant certains anciens trop proche de l'étiquette. Et Byakuya avait bien autre chose à faire que de devoir apaisé les remarques qu'il pourrait alors entendre. De plus Ichigo n'avait point à savoir une telle chose. Bref, le noble n'attendit guère une réponse de sa part, lui laissant l'initiative de prendre la bonne décision, alors qu'il passa devant lui pour rejoindre le shoji. Il poussa ce dernier à demi et passa son visage pour intercepté l'une femme de son propre personnel. De sa voix calme, le chef de clan lui confia une demande et la laissa partir.. pas même deux minutes plus tard, cette dernière revint avec une serviette propre et parfaitement vierge de tout motif. Aussi, Byakuya la remercia d'un simple hochement du menton, avant de la congédier. La servante ne fit aucun commentaire et se retira aussi silencieusement qu'elle semblait être venue, laissant à nouveau nos deux protagonistes seuls.

Le noble sentit alors le chignon totalement se défaire, l'élastique rouge semblable à celui de Yoruichi  joncher le sol.  Cela fit tiquer un peu notre hôte alors qu'il tendait la serviette à Ichigo. Un geste qu'il espérait être accepté, parce que ce genre d'éclat n'était point pour lui plaire, surtout en sa propre demeure. Soit, il n'y était point pour rien, mai sil n'avait pas vu ce détail sur le tissu.. Après si le jeune homme voulait foncer bille en tête, le chef de clan ne voyait pas tellement comment revenir sur cela. Quand bien même cela serait véritablement une offense. Ici, chaque chose avait une règles et si l'invité se sentait insulté, tout ceci deviendrait presque une affaire d'Etat. Et il était prêt à parier que notre Shinigami remplaçant n'en savait absolument rien.


Celle ci est l'une de mes serviettes personnelles , je doute que tu y vois quelque chose à y redire...

Pas même un Wakame Taishi de dessiner dessus.. rien... d'une blancheur impecable, tout comme son maître.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
The Dark Moon
The Dark Moon
avatar



1710 posts

Squatte depuis le 13/07/2014

26 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
76/100  (76/100)
XP:
18650/19000  (18650/19000)
Spécialité: Zanjutsu/Armes



Jeu 14 Aoû - 23:00




~ Relax, take it easy ~


Nous nous retrouvons donc avec un adolescent à la colère aussi ardente que la braise. En pareil cas, difficile de pouvoir lui adresser la parole et ça se sentait de loin. En effet, ayant un manque de maîtrise certain sur son reiatsu qui s'avérait puissant et abondant en permanence, la tête de konpeito faisait aisément sentir son humeur à tout le monde sans s'en rendre compte, son reiatsu faisant rage. Les dents serrés et les traits énervés, notre rouquin partait en direction des vestiaires pour se rhabiller et ainsi pouvoir ensuite aller voir ailleurs s'il y était pour se calmer ou bien continuer de rager. Son haut qui lui servait de serviette provisoire était mouillé à cause du plongeon intempestif du vieux débris sous son nez. Mais, ça allait rapidement sécher, surtout en se déplaçant avec une marche aussi rapide. De toute façon, il prêtait aucune attention à ce désagrément : il était bien décidé à repartir comme il était venu et gare à la personne qui viendrait l'en empêcher ou lui casser les pieds sur le chemin.

Pourtant, malgré la situation tendue et l'humeur du hérisson roux, le noble n'hésita pas à se frotter aux épines de ce dernier pour le retenir. Alors que le jeunot partait bille en tête à grandes enjambées, le chef de clan sembla jauger la situation un petit moment, puis se délesta de la serviette en vue de rattraper vivement son invité, le saisissant finalement par le bras pour lui faire stopper sa marche de bourrin, sans pour autant se montrer contraignant. Néanmoins, sur l'instant et sur le coup de l'impulsivité qui le caractérisait tant, Ichigo eut le réflexe de se tourner à peine vers le noble, de dresser l'autre bras libre et d'en serrer le poing comme pour asséner un coup direct à celui qui l'empêchait de partir. Toutefois, il n'en fit heureusement rien. Le rouquin était hors de lui, mais pas au point d'en perdre toute lucidité. Il resta sur sa position et lui adressait un regard mauvais à cause de son état énervé, mais lui accorda une oreille attentive. Le Kuchiki se montrait toujours aussi calme et posé, faisant savoir son manque d'attention et donc l'absence de canular intentionnel avant de lâcher doucement le membre raide du jeune homme. Devant cette attitude sérieuse et à l'écoute de ces mots, l'adolescent relâcha alors un tantinet ses traits faciaux en même temps qu'il se détendait progressivement, baissant par le même coup ce bras qui s'était montré menaçant un bref instant. Si Byakuya disait vrai, le plus jeune avait toutes ses raisons de se sentir honteux et désolé de son comportement agressif. Non, il n'y avait pas de « si ». Le Taichô était un homme beaucoup trop droit pour s'enfoncer dans le mensonge, surtout pour des idioties pareilles, et le Shinigami Daikô en était bien conscient. Preuve supplémentaire de sincérité et de franchise, le chef des Kuchiki s'était montré bien expressif en voulant le retenir ainsi et le convaincre, ce qui était une chose assez rare, voire inédite, surtout à l'égard d'Ichigo. Ce dernier se retint donc droit, mais demeura de profil, grave et silencieux, en observant son hôte qui en faisait autant envers lui avant de soupirer doucement tout en dissimulant à peine ses iris anthracite derrière ses paupières.

Le plus âgé reprit ainsi la parole en faisant savoir son avis sur cette volonté de départ précipité et mouvementé basé sur un malentendu, demandant comme une chance de pouvoir réparer le préjudice. À ce moment, la tête en feu se calma définitivement en soufflant doucement et profondément. Même si l'individu à la longue chevelure d'ébène ne semblait pas vouloir attendre une quelconque réponse, partant déjà pour exécuter ses dires en passant devant le lycéen, celui-ci répondit d'une voix calme mais toujours audible, montrant qu'il n'en menait pas large.



Ha, sumane...


Son regard maintenant baissé se faisait fuyard. Le Roku Ban Tai Taichô n'avait de cesse de se montrer avenant et voilà la considération qu'il lui avait rendu sur un simple enchaînement de malentendus. Décidément, son impulsivité avait le don de lui faire du tord. Enfin, les choses s'étaient tellement bien succédé comme par hasard que notre jeune homme avait cru aux farces dur comme fer. Mais, vraisemblablement, il s'était emballé un peu trop vite. Il se tenait maintenant tranquille et à carreaux, étant pris d'un petit sentiment de culpabilité envers cet homme qui faisait de son mieux pour bien l'accueillir. Il fallait qu'il se rattrape et montre qu'il était reconnaissant, d'autant plus que le chef des lieux ne semblait pas lui tenir rigueur de cette précédente attitude très insolente. Heureusement que cela s'était passé alors qu'ils n'étaient que deux, s'il y avait eu un quelconque témoin de la scène, bonjour le foin que cette affaire aurait fait. Qu'une personne extérieure à la noblesse et même pas Shinigami à part entière agisse ainsi envers son hôte qui était chef d'une famille de la haute noblesse et de surcroît Taichô d'une division de Shinigami, ça la foutait mal. Sans oublier que le jeune Kurosaki n'y avait pas été de main morte. Il était conscient de sa position officielle vis à vis de Byakuya, il ne fallait pas le prendre pour un idiot. Même s'il était reconnu dans toute la Soul Society pour ses actes passés, il n'échappait pas à son statut. Néanmoins, même en sachant ça, il ne mesurait pas l'exactitude de l'ampleur de son acte. Il pensait que ça allait juste faire des ragots chez les anciens et basta, alors que cela pouvait allait bien plus loin quand il s'agit d'atteinte à l'étiquette de la noblesse. Ce genre de chose n'était pas tellement à la portée de notre Shinigami Daikô.

Bien que le rouquin regardait ailleurs, son attention était portée vers le Kuchiki. Ainsi, même si ce dernier adoptait un ton peu fort, le jeunot pouvait discerner ce qui se disait. Le cerisier se tenait au shoji qu'il venait à peine d'entrouvrir pour juste passer sa tête et intercepter une personne pour lui formuler la demande d'acquisition d'une serviette tant convoitée. Par déduction, il s'agissait d'une domestique. Quelques instants plus tard, quelques paroles montraient que la requête avait pu aboutir et le noble se montra sans tarder devant son invité pour lui tendre le tissu tout en lui faisant savoir qu'il s'agissait là d'une de ses propre serviette, il allait être difficile d'en reprocher quoique ce soit. Ichigo s'était pleinement tourné vers lui à ce moment là et il put discerner cette chevelure maintenant libérée de son attache, avant de poser les yeux sur le linge blanc immaculé. Il acquiesça sans détour en le prenant des mains de Byakuya.



Hai, so desu ne. Arigatô...


Il regarda quand même discrètement l'ensemble du tissu et c'était vrai : il n'y avait rien à redire. C'était une serviette digne du noble. Il leva ainsi les yeux vers son interlocuteur et enchaîna donc sur sa réplique sans tarder.


Je vais donc me changer, je fais vite.


Sur ces mots, il prit congé du Taichô pour retourner aux vestiaires sans se faire prier et sans prendre son temps non plus. Fallait pas croire, mais se montrer comme ça devant cet être au regard gris avait été une épreuve pour lui. Non, rien que le fait de se vêtir de la sorte avec le haut de son shihakushô en avait été une, lui qui était tellement réticent face aux choses à tendance ridicule, qui faisait gaffe à l'image qu'il voulait laisser de lui, il avait été servi. C'était ça aussi qui l'avait bien mis de mauvais poils. Mais bref, le sujet était clos à présent. Fort heureusement, il ne croisa personne et put ainsi regagner le vestiaire des hommes sans soucis. Il s'empressa de retirer le kosode avec le shitagi tout deux mouillés par l'exploit au plongeon du très cher Atsuhito et s'entoura ainsi le bassin avec la serviette blanche enfin obtenue après maintes péripéties. Éventuellement, il disposa ses vêtements de manière à ce que ça sèche bien le temps qu'il aille faire trempette. Il n'y avait pas à dire, c'était bien mieux comme ça.

En ressortant du vestiaire, il put entendre quelques voix féminines dans le vestiaire voisin. Ça râlait dur sur le voyeurisme du vieux panda estropié, mettant ce dernier dans le même sac que l'autre vieux qui avait reluqué l'autre vieille lors d'une certaine réunion la veille. Le roux se fit blasé et fut maintenant vraiment certain de ce qu'avait fait l'ancien avant d'atterrir dans la flotte sous son nez. Le temps n'avait pas du tout eu d'effet sur l'ardeur des hormones de ce pervers, on dirait. Cela dit, Ichigo ne s'attarda pas davantage et entreprit de rejoindre le chef des lieux.

Il revint enfin au onsen en étant dorénavant décemment présentable. Il s'avança vers l'eau et tâcha de ne pas trop faire gaffe à l'énorme statue de Wakami Taishi qui faisait office d'arrivée d'eau. Cette tête d'algue... C'était... C'était... Un truc ridicule. Ce n'était pas qualifiable autrement pour l'adolescent, en fait. Il entra toutefois doucement dans le bain sans faire plus d'histoire et se plaça en face du Kuchiki à qui il adressa une inclinaison du menton dans l'élan. Il s'installa de manière à ce que le niveau d'eau atteigne sa poitrine, le dos posté contre un rocher. Il voila ensuite son regard noisette et soupira doucement d'aise. Bon, à présent, le but était de prendre du bon temps et de se détendre en compagnie de Byakuya. Depuis le temps, ils devaient avoir des choses à se dire, n'est-ce pas ? Oh, c'était à se demander ce qu'ils allaient se raconter, ces deux-là n'avaient jamais réellement tenu de discussion posée ensemble. Peut-être était-il temps que ça change ? Maintenant que leur relation s'était améliorée, il fallait battre le fer tant qu'il était chaud. Mais, Ichigo et Byakuya n'étaient pas des hommes à raconter leur vie. Il fallait espérer que le silence pesant soit évité. Dans l'immédiat, le plus jeune n'osait pas trop en caser une avec ce qu'il venait de se passer. Il n'était pas en position pour la ramener et quand bien même, il fixait la surface de l'eau en ne sachant pas quoi dire en premier lieu...


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



posts

Squatte depuis le

piges








Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Renverser le gouv haitien n'est pas une solution aux problèmes d'Haiti !
» Carnet de Chasse
» Mibu Byakuya l'assassin aux yeux d'argent
» Carnet d'un espion malade | Luigi di Paliano
» Carnet d'une ombre.