Un premier pas dans le monde du surnaturel (PV Nemero Vego)
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



331 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

21 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
24/100  (24/100)
XP:
2950/4400  (2950/4400)
Spécialité: Bringer Light



Mer 28 Oct - 15:53






First meet


Kouyama Mitsuki & Nemero Vego




Mitsuki s'ennuyait. Ses concerts privés de la veille lui avaient rapporté un petit pactole assez intéressant, et évidemment, l'envie de le dépenser était encore plus intéressante. Mais en quoi? Elle était déjà à la pointe de la mode, surtout depuis qu'elle était à Karakura, elle sortait énormément du lot, et aucun bijou ne valait l'alliance de sa mère. En instruments? Non, son violon était impeccable, et elle avait tout récemment changé le crin de l'archet de son Erhu. Le synthétiseur de sa mère, lui, allait tout aussi bien, surtout depuis qu'il était utilisé de nouveau. En fait, elle n'avait actuellement aucune idée de comment elle pourrait dépenser son argent... À part en restaurant, mais là, la solitude était vraiment trop pesante, surtout qu'elle se sentait vraiment mal-à-l'aise de manger seule dans un restaurant chic...

Mais l'idée de manger était assez alléchante, sans mauvais jeu de mot. Des gâteaux! L'idée de manger du chocolat lui fit monter l'eau à la bouche, et elle allait se précipiter vers la porte de son appartement, lorsque le froid du carrelage - celui du hall - la fit frissonner. C'est donc ainsi qu'elle se rendit compte qu'elle était encore en pyjama. Oui, elle avait trainé au lit une bonne partie de la journée, trop occupée à rêver et à chanter ses dernières trouvailles. Le fait de vivre dans l'ancien appartement des Starlights, puisque c'était ici que le groupe s'était formé - le garage - elle découvrait chaque jour les quelques partitions disséminer un peu partout, ainsi que l’étrangeté de jouer sur un synthétiseur au lieu d'un piano à queue.

Quoi qu'il en soit, la jeune femme avait décidé de sortir afin de faire trois courses, son but étant de faire une bonne dizaine de pâtisseries qu'elle pourrait consommer tout au long de sa semaine. Mais même pour faire les courses, il fallait qu'elle trouve la tenue adéquate, paraître toujours aussi merveilleuse malgré sa modeste activité. Après s'être battue une bonne demi heure dans sa garde-robe, elle trouva la perle qui la mettrait en valeur. Un mince short noir, un débardeur du même coloris recouvert d'une petite camisole blanche, et son blouson de cuir à fourrure. Pour compléter le tout, elle laissa ses cheveux lâchés, faisant une mince tresse avec sa frange pour garder la vision claire malgré tout, et enfila une paire d'escarpins à talons noirs.

Se faisant, elle quitta son appartement, un sac à main sur l'épaule, et se dirigea vers l'épicerie de son quartier. Toute guillerette, le visage haut, le regard pétillant, elle partit donc, remplissant des sacs d'ingrédients en tout genre une fois dans le magasin. Les gens l'observaient avec surprise, elle, fine jeune femme sur très hauts talons, remplissant des sacs bien plus gros qu'elle. Farine, lait, œufs, sucre, pépites de chocolats, beurre, cacao amer, gousse de vanille. Elle était parée. Sans compter qu'elle avait repéré un très joli moule en forme d'étoile, rapidement mis dans le sac. Elle paya ses achats avec l'une de ses cartes bleues, et quitta le magasin avec bien plus de difficulté que lorsqu'elle était rentrée. Elle déambula, ou plutôt tituba, le long du trottoir, mais si ses jolies jambes avaient été mise en valeur par sa paire de chaussure démesurée, c'était maintenant une autre paire de manche! Toute tremblante et essoufflée par l’effort, elle ne vit pas la petite marche d'un escaliers sur sa droite, et ce fut la débandade.

Elle trébucha, les sacs déversèrent leurs contenus avec force tout autour d'elle, et surtout, sur quelqu'un d'autre. Et le grognement indigné qui jaillit lui fit comprendre que cette personne était un homme. ou du moins, ce qui restait d'un homme, une fois le sac de farine éventré se répendant sur sa figure. Le pauvre était tout blanc, et Mitsuki se sentit brusquement toute petite, et toute fragile. Mais quand bien même la situation était désastreuse, le fait de voir se pauvre homme cracher de la farine, la fit éclater de rire.

"Je suis vraiment... Ha ha ha... Mais... Ha ha ha... Mon dieu... Excusez-moi..."




© Codage By FreeSpirit & modification by Angie


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Mer 28 Oct - 22:22

Bon sang, il n'y avait vraiment rien à faire au Hueco Mundo. C'était la principale raison pour laquelle Nemero avait décidé d'aller faire un tour dans la jolie ville de Karakura sur Terre. Il y était déjà venu et cette dernière lui plaisait. Il fallait bien avouer qu'on trouvait pas mal de mets aux goûts tout à fait variés, tous meilleurs les uns que les autres. Le temps était parfait : ni trop chaud, ni trop froid, c'est ce que l'Espada appréciait particulièrement. Enfin, il fallait bien avouer que son habit blanc l'éblouissait un peu lorsque le soleil brillait. Mais ce n'était qu'un détail ! Nemero adorait traîner devant les pâtisseries pour voir tous les gâteaux qui étaient à sa disposition. Ce genre de visites avait le don de lui mettre l'eau à la bouche ! De toute façon, Nemero n'avait rien à faire, inutile de se presser ! Autant faire le tour de toutes les pâtisseries de la ville pour choisir dans laquelle il irait.

L'air pur emplissait ses poumons alors que l'Arrancar continuait sa ballade tranquillement, les mains dans les poches, sa longue veste cachant son Zanpakutô. Plusieurs fois Nemero fit volte-face pour admirer de jolies humaines. Au Hueco Mundo, voire de pareilles beautés, et bien...Ca n'existait tout simplement pas ! Et c'était un plaisir qu'il ne manquait pas lors de ses ballades à Karakura ! Il se dirigea donc vers d'autres pâtisseries et descendit donc un grand escalier. Tout en continuant son chemin, Nemero entendit au loin une musique qui lui plaisait bien et décida d'aller dans cette direction. Il entra donc quelques minutes plus tard dans une petit boutique de CD's afin d'écouter la mélodie que notre Arrancar avait apprécié. Après quelques minutes de recherches, il trouva la chanson qui l'intéressait. En même temps, Nemero regardait les gens passer. Les demoiselles aux cheveux bruns étaient vraiment les plus charmantes...

Enfin bref ! Il sortit enfin dans la petite boutique et voulut emprunter quelques marches d'un petit escalier sur sa gauche et évidemment, comme à son habitude, il était dans la lune, les mains dans les poches, il sentit un choc contre lui et il manqua de s'étaler au sol. Nemero ne sortit pas indemne de cette bousculade puisque, même s'il n'était pas tombé, il avait manqué de s'étouffer avec une poudre blanche sans aucun goût, et des œufs ainsi que du sucre s'étaient étalés sur sa tenue. Grognant légèrement et crachant la farine comme il le pouvait, le Tercera s'essuya le visage. Lorsqu'il put enfin voir, une femme se tenait devant lui, vraiment très jolie, à la fois amusée et confuse.

"Et ben...Pas grave, ça arrive à tout le monde, mademoiselle. Vous ne vous êtes pas fait mal ? On dirait que je n'étais pas le seul à ne pas regarder devant moi..."

Nemero aida l'humaine à se relever puis attendit patiemment une réponse.
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



331 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

21 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
24/100  (24/100)
XP:
2950/4400  (2950/4400)
Spécialité: Bringer Light



Mer 28 Oct - 23:05






First talk


Kouyama Mitsuki & Nemero Vego




Le rire était quelque chose de salvateur, du moins Mitsuki le pensait. Et en ce moment de pure gène, elle ne pouvait s’empêcher de rire. Secouée par ceux-ci, chaque fois qu'elle tentait de reprendre son souffle pour se relever, l'image du jeune homme recouvert de farine et de sucre et - Mon dieu est-ce qu'un œuf à explosé sur sa tête? - s'imposait à elle, et c'était repartit pour un tour. Mais finalement, ce fut ledit jeune homme qui reprit son sérieux en premier. Il s'essuya le visage, retirant un peu de la couche blanche qui recouvrait désormais l'entièreté de son corps, oubliant inconsciemment l’œuf sur sa tête. Mais au lieu de la fustiger comme elle le pensait, il lui offrit quelques paroles d'une voix très douce.

"Et ben...Pas grave, ça arrive à tout le monde, mademoiselle. Vous ne vous êtes pas fait mal ? On dirait que je n'étais pas le seul à ne pas regarder devant moi..." Et sur ses mots, il l'aida à se relever, comme si elle ne pesait rien de plus que l'équivalent de quelques plumes.

Mitsuki rosit, déjà, ses rares contacts avec la gente masculine se résumaient à des concours de musique, qu'elle remportait haut la main, faisant ainsi de cette gente masculine des êtres jaloux et rancunier. Et ensuite, il était encore plus rare qu'elle se retrouve face à un jeune homme de cet acabit - assez musclé et avec une chevelure encore plus étrange que celles des habitants de Tokyo - et qu'il l'aide avec autant de douceur, surtout après une attaque d'ingrédients spécial gâteaux. Mitsuki en profita pour s'épousseter un peu, histoire de reprendre ses esprits, zut alors, elle avait gâchée son masque dés le début, manquait plus qu'elle se mette à chanter et danser. Mitsuki prit alors une grande respiration, récupérant un minimum de son sérieux, et répondit alors :

"Non tout va bien, je vous remercie, et dire que pour une fois je n'étais pas dans les nuages, il a fallut que je sois maladroite... Je suis vraiment désolé pour votre tenue... Je... Je peux faire quelque chose pour réparer mes tords?"

La jeune femme allait poursuivre, lorsque brusquement, elle se demanda quoi faire. Depuis deux ans, maintenant qu'elle était libre de toutes contraintes - excepté la maladie - elle n'avait jamais eut ce genre de problème. Elle ne se mêlait que peu aux gens, ne faisait que passer, quand bien même son but était de refaire sa vie. Elle commençait à avoir peur. Que faire? Aider ce jeune homme? Elle ne pouvait décemment pas le laisser ainsi, couvert d'ingrédients pour pâtisseries, au milieu de la rue, surtout que les passants commençaient à la regarder bizarrement, et ce n'était pas bon pour sa réputation. Mais que faire? Le trainer dans un endroit avec de l'eau? Histoire de nettoyer un petit peu ses vêtements, oui mais il y avait toujours ce minuscule risque de s'attacher légèrement, devenir ami... C'était quelque chose de franchement effrayant.

Mitsuki ne savait pas quoi faire, elle était perdue, devait-elle inviter ce jeune homme inconnu quelque part prendre un café, afin de réparer son erreur? Devait-elle faire quelque chose? Lui donner de l'argent pour le pressing? Elle ne savait vraiment pas. Non décidément, trainer ainsi n'était pas non plus une bonne idée, mais l'inviter chez elle? Ce serait bien la toute première fois qu'elle inviterait quelqu'un chez elle, et c'était même pas un ami, c'était un parfait inconnu qu'elle venait de recouvrir avec ses futurs gâteaux. Décidément, sa maladresse la tuerait avant la cardiomyopathie. Inspirant avec force, Mitsuki prit une décision qui, sans le savoir, changerait surement sa vie, bien qu'elle n'en sache strictement rien.

"Hmm... Est-ce que... Vous...je... Vous paraitrais-je trop cavalière si je vous invitais chez moi? Vous pourriez ainsi vous débarbouiller de mes bêtises, et je pourrais vous dédommager plus facilement... Je... Je n'habite pas très loin et... Je n'aimerais pas vous laisser dans cet état au beau milieu de la rue..." Mitsuki rosit malgré elle, sa timidité ne prenait jamais le dessus, mais aujourd'hui, c'était une première, et inviter quelqu'un chez elle, qui plus est un mâle... C'était quelque chose de très éprouvant.

Mais qu'allait-il répondre?




© Codage By FreeSpirit & modification by Anjuu


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Jeu 29 Oct - 1:39

Tout d'abord, Vego hallucina un peu...La jeune femme en face de lui semblait confuse et proposait même de "réparer ses tords". Après tout, présenter ses excuses et en plus proposer un dédommagement, ce n'était pas monnaie courante chez les Arrancars. Alors que Vego pensait aux mauvaise manières des siens, il fut tiré hors de ses pensées par l'humaine qui avait de nouveau repris la parole. Cette dernière, à l'aide d'un vocabulaire très soutenue, l'avait invité chez elle afin qu'il puisse tranquillement nettoyé ses habits. Après tout, pourquoi pas, l'Espada n'avait pas grand chose à faire. Cependant, il prit tout de même ses précautions et se concentra un court instant pour sentir la force spirituelle de l'humaine. Bien qu'un être humain ne pouvait en général rien face à un Arrancar de son rang, il valait mieux être prudent. Il leva légèrement le sourcil droit lorsqu'il remarqua une force spirituelle supérieure à celle des autres humains. Cette personne intéressait Vego. Elle semblait différente...Voyant que le manche de son Zanpakutô dépassait très légèrement, il fit mine de mettre la main dans sa poche et recouvrit ce dernier. Même si son interlocutrice avait vu quelque chose, elle ne pourrait deviner qu'il s'agissait d'une arme. Il en allait de même pour son masque de Hollow, qui était caché par ses cheveux, à l'arrière de sa tête.

Il reporta donc son attention sur l'humaine face à lui. Ce qui était plutôt drôle, c'est qu'elle n'avait même pas pris la peine de se présenter, tellement elle était déboussolée, mais ce fait amusa Vego. L'Espada remarqua alors que les joues de la charmante demoiselle avait légèrement rosie. D'autre part, elle avait de la chance d'être tombée sur lui...Si elle était tombée sur ce taré de Sitharion, il aurait encore voulu mener une expérience bizarre dont lui seul détenait le secret...Enfin bref, comme d'habitue, le Tercera pensait à quinze choses en même temps et il avait presque oublié qu'il devait répondre.

"J'accepte votre proposition, c'est vraiment aimable de votre part. Je n'ai pas vraiment l'habitude de rencontrer des gens qui prennent le temps ne serait-ce que de présenter leurs excuses...Disons que ce n'est pas courant là d'ou je viens, ce n'est pas réellement dans notre culture. Au fait, je vous sens un peu déboussolée...vous savez, ce ne sont que des tâches, pas de panique...vous n'avez même pas pris la peine de vous présenter, haha...Mon nom est Nemero Vego ! Pourrai-je savoir le vôtre ?"

Vego attendit alors la réponse de la demoiselle, en espérant qu'il ne l'avait pas déboussolée davantage...
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



331 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

21 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
24/100  (24/100)
XP:
2950/4400  (2950/4400)
Spécialité: Bringer Light



Ven 30 Oct - 10:34






First Step


Kouyama Mitsuki & Nemero Vego




Mitsuki attendait une réponse, elle était légèrement inquiète, quelque en soit la réponse à sa question, cela ne lui importait que peu finalement, aider les gens était normal, mais le regard des passants sur elle était assez désagréable. Elle se sentait bizarre. Être épiée de tous était une chose dont elle avait l'habitude, mais uniquement lorsqu'elle jouait, et là, ce n'était pas le cas. Le rouge lui monta de nouveau aux joues, et elle se cacha derrière les deux longues mèches de sa frange retenue, baissant la tête. Cette sensation était vraiment désagréable. Hey, c'était pas comme si elle parlait dans le vide non plus! Mais le jeune homme homme finit par répondre, la faisant sursauter tant elle ne s'y attendait plus.

Il expliqua d'abord qu'il n'avait pas l'habitude des excuses, et que c'était très rare dans sa culture, mais dans tous les cas, il acceptait. Ensuite, le jeune homme tenta de la rassurer sur sa bêtise, juste des taches, pas de panique... Bah bien sur, il avait jamais croisé son tailleur lui, cet homme vous filait les jetons rien que d'y penser, et si la moindre petite tache, froissure ou autre apparaissait sur le vêtement qu'on lui apportait à refaire, c'était une catastrophe. Elle en frissonna, avant de vouloir se cogner la tête contre un poteau. Le jeune homme, contrairement à elle, avait conservé ses bonnes manières! Frappé au coin du bon sens, il se présenta donc comme Nemero Vego, et Mitsuki fut assez surprise d'entendre un nom à consonance hispanique. Elle était bien plus habituée aux langues asiatiques, ou à l'italien dans la musique.

" Vraiment navrée, non seulement je vous agresse avec ma farine, mais en plus, j'en oublie les politesses...Enchantée Nemero, moi c'est Kouyama Mitsuki... Hmmm... et bien... attendez...ne bougez-pas..."


Et Mitsuki, toujours aussi écœurée par l'oeuf éclaté sur la tête du jeune homme, se plaça sur la pointe des pieds pour retirer la coquille de celui-ci, qu'elle jeta ensuite dans une poubelle non loin de là. Évidemment, elle avait rosit, mais qu'y pouvait-elle? Cette situation ne faisait décemment pas partie de son quotidien! La jeune femme lui offrit ensuite un sourire gêné, elle n'était vraiment pas habituée à se sentir épiée de la sorte, que ce soit par les passants ou par Nemero Vego. Elle se secoua les mains, avant de se pencher en avant, ramassant les courses encore en état, et les replaçant dans ses sacs, avant de faire volte face, de nouveau vers le jeune homme à la chevelure colorée flamboyante. Mitsuki rosit une fois encore, avant de prendre la parole.

"Et bien... Peut-être devrions-nous y aller maintenant? J'habite le quartier d'à coté, nous pourrons y être assez rapidement et éviter que vous ne deveniez un gâteau ambulant?"



© Codage By FreeSpirit & modification by Angie


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Lun 2 Nov - 1:41

Kouyama Mistuki...Ainsi, c'était le prénom de son interlocutrice. Aussitôt, l'esprit de Vego trouva un jeu de mots, cependant quelque peu déplacé. Un très léger sourire en coin se dessina sur son visage. Ce dernier s'effaça aussitôt lorsqu'elle s'approcha de lui afin de lui enlever un œuf cassé sur sa tête. Ha, c'était donc ça cette sensation désagréable ! Sa tignasse rouge était épaisse et ne laissait pas beaucoup de choses atteindre son crâne...Vego ne se mt pas sur la défensive. Cette humaine, vu sa force spirituelle, n'était pas capable de le blesser même si elle y mettait tout la meilleure volonté du monde...L'Espada apprécia le fait que Mistuki dégage l’œuf de sa tête. Il remarqua ensuite que ses joues avaient légèrement rosie. Encore une fois...Etait-elle encore mal à l'aise ? Etait-ce à cause de sa maladresse ? Ou parce que Vego l'impressionnait ?

En tout cas, l'Arrancar était plutôt heureux d'avoir pu croiser quelqu'un. C'est vrai qu'il appréciait faire le tour des pâtisseries et s'intéresser aux habitudes des humains, mais bon, tout seul ce n'était pas vraiment drôle...Au moins cette humaine pourrait lui en apprendre plus ! Vego ne comptait pas tout de suite tout raconter sur ses origines de toute façon...Mais son ignorance sur certains mœurs humains finirait par le trahir, tôt ou tard. Et puis, peut être ne reverrait-il jamais cette jolie demoiselle...Bref, une fois de plus dans ses pensées, Vego dut se re-concentrer car la petite humaine avait repris la parole, lui faisant savoir qu'elle habitait le quartier à côté. Tant mieux ! Il n'y avait pas besoin de beaucoup marcher ! Non pas que l'Arrancar n'aimait pas ça, mais il préférait faire les choses rapidement. Après tout, user d'un Sonido aurait été bien plus rapide, mais l'humaine ne l'aurait pas suivi...Enfin bref ! Ce fut avec plaisir que Vego accompagna Mitsuki après qu'elle eut ramassé les quelques courses encore en état.

Ils passèrent donc devant une boutique de livres. Il y jeta un rapide coup d’œil et il parvint à distinguer la couverture d'un ouvrage. L'homme dessiné dessus portait une arme qui lui était totalement inconnue. Elle semblait futuriste même...C'était le genre de choses que lisait les humains ? Boh...pourquoi après tout...Se distraire en lisant était une activité comme une autre ! Vego les enviait presque lui qui ne faisait que lire ces foutus rapport du Hueco Mundo...Certes, il avait un rang élevé, mais le revers de la médaille était de s'occuper de certaines affaires importante. Dont surveiller ce taré de Sitharion...Il n'avait pas réellement eu affaire à lui mais il faisait froid dans le dos..
Pendant qu'il marchait à côté de l'humaine, il décida de prendre la parole afin de rompre le silence, et surtout afin d'essayer de rompre le silence. Mistuki semblait toujours tendue. Sentait-elle la force spirituelle de Vego ? Pourtant, le Tercera faisait tout pour la cacher...

"Dites-moi, Mitsuki c'est bien ça ? Qu'est-ce qui vous à amener dans cette ville ? Vous semblez différente de toutes les personnes que j'ai pu croisé jusque maintenant ici..."

Attendant patiemment une réponse, Vego n’accéléra pas et resta à hauteur de l'humaine.
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



331 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

21 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
24/100  (24/100)
XP:
2950/4400  (2950/4400)
Spécialité: Bringer Light



Lun 2 Nov - 17:43






First Talk


Kouyama Mitsuki & Nemero Vego



Le cerveau de Mitsuki subissait en ce moment-même un assaut d'émotions qu'elle ne comprenait pas vraiment. L'audace dont elle avait fait preuve en invitant le jeune homme à se rafraichir était encore présente, comme un poison parcourant ses veines, mais la timidité naturelle dont elle était affublée semblait combattre cette audace avec force. Ajoutez à cela la gêne d'avoir causé pareils dégâts sans aide, et la crainte d'être observée, elle-même provenant des regards condescendants des passants dans la rue. Résultat, Mitsuki se sentait passablement mal-à-l'aise, elle marchait assez lentement, faisant attention où elle mettait les pieds avec ses talons, et ne levait jamais la tête pour observer sa pauvre victime couverte de farine. Lui en revanche, semblait s’intéresser à toutes les boutiques à coté desquelles ils passaient.

Pourtant, le silence légèrement pesant qui s'était installé entre eux au fil de leur marche fut soudain brisé par une intervention du jeune homme à la chevelure étrange. Qui posa LA question qu'il ne fallait pas à Mitsuki. Celle-ci, choquée de se voir demander ce qu'elle faisait dans cette ville, puisque cela faisait déjà deux ans qu'elle y vivait, fut soudain prise de panique. Et s'il avait découvert son identité? Et s'il était là sur ordre de l'un de ses concurrents? Ou bien un paparazzi persuadé que les artistes classiques sont des fous? Non, il ne fallait pas stresser, si elle s'emballait, elle allait vraiment paniquer, et si cela arrivait, son cœur allait peut-être lâcher. Non, mauvaise idée, rester calme, très calme, inspirer expirer... fiou... Son visage avait dut prendre plusieurs couleur avant de retrouver sa pâleur initiale, et Mitsuki prit une grande respiration avant de répondre de la manière la plus neutre possible.  

"Et bien... Je suis venue ici principalement pour me ressourcer aux cotés de ma famille..." dit-elle d'une voix douce. Ainsi présenté, elle ressemblait à une étudiante venue en vacance chez sa famille entre deux partiels, la vérité était évidemment tout autre, mais c'était un moyen de dire la vérité sans justement trop en dire, tout en conservant, évidemment, un maximum de charme! "Oh mais et vous? Depuis quand êtes vous à Karakura? En deux ans ici je ne vous avais jamais croisé, vous venez voir de la famille aussi? "

Elle se sentie gênée de tant de curiosité de sa part, peut-être n'était-ce pas le bienvenue?



© Codage By FreeSpirit & modification by Angie


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Mar 3 Nov - 1:45

Se ressourcer auprès de sa famille ? Quelle étrange raison...De plus, Vego avait remarqué que, lorsqu'il avait posé sa question, la jeune femme avait rougit une fois de plus. Etait-elle en train de mentir ? Ou alors se sentait-elle mal à l'aise à cause de l'Espada ? Cependant, Mitsuki avait parlé d'une voix si douce, que l'Arrancar ne put s'empêcher de lui reconnaître un charme certain. Alors que Vego la fixait, l'humaine lui retourna la question. Hehe...Il fallait s'y attendre. Vego n'avait pas vraiment grand chose à répondre à part la vérité. Après un léger temps de réflexion, la vérité était totalement plausible. Il s'embêtait à Las Noches et était venu se détendre. Inutile de faire mention du Hueco Mundo et c'était joué. Vego avait pu apprendre une chose supplémentaire au sujet de son interlocutrice : elle était à Karakura depuis deux ans. Or, il ne venait pas dans cette ville depuis deux ans puisqu'il ne l'avait découverte que récemment. Mettant ses mains dans les poches et prenant son air détendu habituel, Vego prit la parole :

"Pour être exact, je ne vis pas à Karakura. Disons que là d'où je viens, je n'ai pas vraiment grand chose à faire. J'ai découvert cette jolie ville il y a peu et je viens m'y détendre parfois. Notamment en écoutant quelques musiques et en faisant le tour des pâtisseries. Il y en a un sacré nombre ici ! Une juste devant nous par exemple ! Mais enfin bref, continuons d'avancer ! C'est surement un peu bateau comme question, mais quelles sont vos passions ?"

Alors qu'il lui souriait, Vego sentait que quelque chose n'était pas normal. C'est comme s'ils étaient observés...Il lui avait semblé voir le reflet d'un œil dans la vitrine devant lui. Etait-ce le fruit de son imagination ? Un humain qui avait regardé par là sans savoir que l'Espada était présent ? Ou s'agissait-il de quelque chose de plus grave ? Un Shinigami, un Hollow, un Arrancar chargé de l'épier ? Dans tous les cas, il n'était que très légèrement inquiété du fait de son rang de Tercera. Néanmoins, il ne souhait pas la jolie Mitsuki soit blessée inutilement car on lui en voulait. Il était rare de rencontrer une personne comme elle dans Karakura. Même si Vego était de nature méfiante à cause de son passé, il sentait que cette jeune femme avait quelque chose de spécial. Il ne lui restait plus qu'à trouver de quoi il s'agissait. Bien entendu, il n'avait montré aucune trace d'inquiétude. Cacher ses émotions était une chose pour laquelle il était extrêmement doué...Tout en restant sur ses gardes, il attendait la réponse de Mitsuki.
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



331 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

21 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
24/100  (24/100)
XP:
2950/4400  (2950/4400)
Spécialité: Bringer Light



Sam 7 Nov - 18:30






First wish


Kouyama Mitsuki & Nemero Vego



Mitsuki n'eut pas à attendre trop longtemps pour recevoir une réponse de sa victime rencontre du jour. Il lui expliqua qu'il venait d'un endroit où il n'y avait que peu d'activité, et que la découverte de la jolie ville de Karakura lui avait permit de nombreuses flâneries. Il parla de musique, et de pâtisseries, ce qui donna l'impression à la jeune fille d'avoir réalisé ses deux demandes en l'espace de quelques secondes. Oui, il avait été recouvert d'ingrédients à tapisseries, par une musicienne, un véritable comble! Il demanda ensuite, après avoir commenté sa future question de bateau, ses passions à elle.

Et là, les pensées de Mitsuki furent envahies de réponses plus insensées les unes que les autres. Elle adorait la musique, la créer, la jouer, l'améliorer, mais elle aimait aussi la danser. Donc la danse classique venait elle aussi... Et puis Mitsuki aimait pouvoir communiquer avec tout le monde, alors elle avait apprit plusieurs langues, et ensuite, elle aimait les contes traditionnels, elle adorait même, ils étaient tous si beaux... Mais Mitsuki aimait également énormément les friandises au chocolat, les crêpes, les gaufres, les cookies... Et en fait, Mitsuki aimait la nourriture en général. Et puis, Mitsuki adorait les fêtes foraines, et les concerts, et les ballons, avec les peluches aussi... En fait, Il y avait beaucoup trop de chose à aimer dans ce monde, même la nature, la forêt, les fleurs, les arbres, les animaux, et bien sur, tous les gens qu'elle croisait. C'était compliqué de faire un choix la-dedans...

Mitsuki plongea alors dans ses pensées. Sa véritable passion devait se trouver au milieu de tout cet amas d'activités et choses merveilleuses. Mais laquelle? Alors qu'elle réfléchissait, le sentiment d'être observé s'insinua de nouveau dans sa tête, et un frisson parcourut son échine avec force. Mince alors, est-ce qu'ils étaient vraiment observés? Un photographe qui l'aurait reconnu et qui cherchait le parfait cliché? Elle commença à paniquer, si quelqu'un avait découvert son lieu de séjour, elle pouvait dire adieu à sa véritable tranquillité, et ses anciens adversaires viendraient défier son titre de grande musicienne classique. Elle deviendrait alors la risée des conservatoires de musique, on la destituerait, et on se moquerait d'elle. Cette peur s'insinua peu à peu en son esprit, et la brunette se rapprocha inconsciemment du jeune homme, avant d'emprunter la rue de son appartement.

"Et bien... Je ne sais pas... J'en ai trop je pense pour choisir... Mais si vous voulez tout savoir, le but de ma journée était de faire des pâtisseries..." en disant cela, la jeune femme avait observé les alentours, pour vérifier s'ils n'avaient pas été suivit. Elle craignait l'instant où le déclic d'un appareil photo retentirait. "Et vous?" osa-t-elle demander, réajustant sa prise sur les sacs de courses tout en récupérant ses clefs*



© Codage By FreeSpirit & modification by Angie


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Dim 8 Nov - 20:51

La réponse de Mitsuki étonna l'Espada...D'habitude, les gens avaient bien une passion qui primait sur les autres. Où alors souhaitai-elle ne pas en parler ? Vego remarqua alors que la jeune femme aussi discrète fut-elle, était en train d'observer les alentours. Avait-elle aussi senti qu'ils étaient observés ? Enfin bref...L'humaine lui avait retourné sa question bateau. La seule véritable passion qu'avait l'Arrancar était en fait de rechercher la stabilité. Mais sortir un truc pareil le ferait passer pour un fou. Alors qu'il réfléchissait à la réponse qu'il allait bien pouvoir donner, il sentit un Reiatsu différent. Ce n'était pas celui de son interlocutrice. Quelque chose ou quelqu'un allait passer à l'action d'ici peu. Alors qu'il s'apprêtait finalement à répondre à la question, Vego fut coupé et un assaut arriva droit sur lui. Un éclair bleu jaillissant allait l'atteindre et il se jeta en alors avant, embarquant avec lui la jeune humaine dans l'immeuble. Ainsi, un ennemi était bien présent...

"Veuillez m'excuser deux minutes ma chère..."

Sur ces mots, Vego dégaina son Zanpakutô et plaça la lame dans son dos afin de contrer celle de son assaillant. Ha, un Shinigami ! Cela faisait longtemps que Vego n'avait pas eu affaire à l'un d'eux. Soupirant, l'Espada baissa son arme le long de sa jambe droite. Son ennemi ne semblait ni vieux ni jeune et avait de longs cheveux attachés par un élastique. Son regard laissait deviner qu'il était clairement décidé à se battre. Cependant, tout ce qu'il réussirait à faire, ce serait de trouver la mort s'il insistait trop. Après tout, les Espadas étaient reconnus pour avoir comme égal les capitaines. Vego décida de prendre la parole :

"Je n'ai aucune envie de me battre Shinigami. Et je n'ai pas l'intention de faire du mal à cette humaine. Si je voulais vraiment la tuer ce serait déjà fait. Tu n'es pas de taille, crois-moi. Rengaine ton arme, je te laisse une chance, ne fait pas l'imbécile..."

Pour toute réponse, l'assaillant se jeta en hurlant sur Vego. Ce dernier leva les yeux au ciel et se mit à esquiver chaque coup que le Shinigami essayait de lui asséner. Après une dizaine de frappes manquées, Vego para un coup à l'aide de son sabre et envoya valser l'ennemi d'un coup de pied. Il s'adressa alors à l'humaine, restée sans doute pétrifiée près des escaliers de l'immeuble.

"Vous ne devriez pas rester ici...Vous risquez de voir des choses qui ne vont pas vous plaire...Et je n'ai pas la moindre envie de vous choquer..."

Le temps de parler, le Shinigami s'était relevé et haletait en regardant successivement Vego et Mistuki. Comment allait réagir l'humaine ? La pauvre ne devait pas comprendre la cause de tout ce remue ménage...
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



331 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

21 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
24/100  (24/100)
XP:
2950/4400  (2950/4400)
Spécialité: Bringer Light



Dim 8 Nov - 21:29






First Fight


Kouyama Mitsuki & Nemero Vego





"Veuillez m'excuser deux minutes ma chère..."

Mitsuki fut dés plus surprise en entendant cette phrase, peut-être même plus que lorsqu'il l'avait embarqué dans le couloir de l'immeuble et poussée, évitant un étrange éclair bleu. Il sortit une lame assez grande de son dos, surprenant la brune qui ne l'avais absolument pas remarqué, et croisa le fer avec une autre lame. Le regard azuréen de Mitsuki loucha sur les deux sabres, et fit le chemin jusqu'à celui qui les avait attaqué. C'était un homme typiquement asiatique, de long cheveux noirs en catogan, vétu de cet uniforme de dojo noir et classique. Plus précisément, il n'était autre que l'abrutit congénital qui s'était amusé à pourfendre le futur animal de compagnie de Mitsuki, trois semaines auparavant. Et elle regrettait encore de ne pas avoir sauvé Bubulle. Une colère sourde s'empara de Mitsuki, et elle rougit brusquement. Cet homme l'avait suivit, c'était forcément un paparazzi, c'était obligé, et non seulement il essayait de ruiner sa réputation, mais en plus il osait s'attaquer aux rares personnes qu'elle rencontrait! - Bubulle, le hollow dont elle ignorait l'espèce et qui ressemblait à un gros poisson, compte comme une personne.

"Je n'ai aucune envie de me battre Shinigami. Et je n'ai pas l'intention de faire du mal à cette humaine. Si je voulais vraiment la tuer ce serait déjà fait. Tu n'es pas de taille, crois-moi. Rengaine ton arme, je te laisse une chance, ne fait pas l'imbécile..."

Mitsuki n'écouta même pas la réplique de son accompagnateur et victime de farine, elle était bien trop préoccupée à farfouiller dans ses sacs de courses pour trouver une arme. L'homme vêtu du costume de dojo se jeta alors sur Nemero Vego, et les deux commencèrent à se battre avec force, les coups s'enchainaient, Vego esquivait avec facilité d'ailleurs pour un simple touriste. Finalement, ce fut l'homme recouvert de farine qui repoussa son adversaire d'un coup de pied dans le plexus solaire, éjectant l'autre contre un mur. Vego s'adressa de nouveau à Mitsuki, lui expliquant qu'elle devrait aller se réfugier ailleurs, et qu'elle risquait de voir des choses déplaisantes. Mais la brune n'écoutait pas le moins du monde celui-ci, et, venait enfin de trouver la perle rare. Leur assaillant les fixaient tous deux, et brusquement, se releva avec force, se jetant ainsi sur Nemero...

CLANG!

Fut le bruit de sa tête rencontrant le métal cuivré d'un moule à gâteau en forme d'étoile. Mitsuki avait prit de l'élan, et l'avait simplement envoyé comme un phrisbee sur l'homme en noir. Elle avait d'ailleurs très bien visé. Ignorant la surprise générale, les mains sur les hanches en signe de mécontentement, elle s'approcha de sa seconde victime du jour, et se pencha sur elle.

"Maintenant écoutez moi bien, journaliste de mes deux, la prochaine fois que vous me suivez comme présentement, je jure d'en référer à mes avocats! C'est la deuxieme fois que vous vous attaquez à ceux qui me croisent, d'abord ce pauvre animal sans défense, et maintenant mon invité. Si votre mère voyait à quel point vos mauvaises manières sont prédominantes de votre personnalité, elle vous corrigerez avec une fessée bien placée. Maintenant fichez le camp de mon immeuble, et que je ne vous y revoit plus!"

Sa voix n'avait pas montée d'un cran, mais son regard bleuté était devenu réfrigérant, et sa voix tranchante comme les lames. On aurait presque pu voir un Oni derrière le visage charmant de Mitsuki dans ses menaces. Le shinigami, dont Mitsuki ignorait toujours l'espèce, avait blêmit durant son dialogue, peut-être ne s'attendait-il pas à ce qu'elle le voit, ou bien à prendre un coup de plat dans la tête, dans tous les cas, il se releva, bafouilla des excuses, et disparu le plus rapidement possible. Mitsuki se redressa, et son aura, qui était devenue aussi noire que l'encre chinoise des gravures anciennes, redevint normales. Elle se tourna alors vers sa première victime, un doux sourire sur les lèvres.

"Vous allez bien? Heureusement que vous possédiez aussi une arme, sinon ce fou vous aurez agresser... Je suis sincèrement navrée... J'étais persuadée qu'il avait lâché l'affaire... Ces journalistes ne savent plus quoi inventer pour essayer de me faire peur... Quelle bande de goujats! Mitsuki était sincèrement confuse, elle ne comprenait pas la réaction des journalistes de cette ville, ils n’arrêtaient pas de la suivre de loin, et parfois, certains l'ignoraient et manquait de lui rentrer dedans. Décidément!



© Codage By FreeSpirit & modification by Angie



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


The Banshee


Good or bad?

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Dim 8 Nov - 23:03

En fait, Vego n'était pas tombée sur une personne différente...Mais sur une tarée...Une véritable tarée...Elle n'avait absolument pas conscience des choses comme le Reiatsu, les Hollows, les Arrancars, les Shinigamis...Elle avait fait fuir un de ces derniers. De plus, l'Espada craignait que ce fameux animal sans défense dont elle parlait était un Hollow. Décidément elle avait tout compris à l'envers...Pire encore, elle avait dit à Vego que c'était bien pour lui qu'il possède une arme. Et encore une chose et pas des moindres : Mistuki n'était absolument pas effrayée ! C'était même plutôt Vego qui était à la limite d'être effrayé par l'attitude de l'humaine...Cette façon qu'elle avait eu d'hurler sur le pauvre Shinigami...Bah, au moins, elle lui avait évité une mort certaine ! Et puis, de quoi parlait-elle ? Journalistes, avocats ? Cette humaine, aussi jolie était-elle était complètement folle ! Vego devait absolument la mettre au courant des phénomènes qui l'entouraient. Mitsuki et son invité comme elle aimait l'appeler, sortirent de cet immeuble l'air de rien et continuèrent de marcher. C'est alors que prenant une profonde inspiration, le Tercera prit la parole.

"Ecoutez Mitsuki. L'homme de tout à l'heure, ce n'était pas un journaliste. C'était ce qu'on appelle un Shinigami, mais lorsque je l'ai dit tout à l'heure vous n'avez pas écouté. Je ne devrais pas vous dire tout ça...Mais enfin bon, vous m'êtes sympathiques alors je vais le faire. Si vous êtes capable de voir les Shinigami, capable de me voir, capable de voir ces fameux animaux...Vous possédez en vous ce que l'on appelle du Reiatsu, aussi appelé force spirituelle. Même s'il elle n'est pas importante chez vous, elle vous permet de voir des choses que les humains normaux ne sont pas capables de déceler. Le type que vous avez fait dégagé est en fait quelqu'un qui cherchait à vous protéger de moi. Jusque là, vous me suivez ?"

Vego avait une chance sur deux. Ou alors elle le prendrait pour un fou et il devrait lui prouver de quoi il était capable si elle voulait survivre assez longtemps et ne pas s'approcher des Hollows. L'Espada était bien le seul de son espèce à ne pas prendre des vies à la légère...Tout autre Arrancar étant à sa place aurait tué le Shinigami et certainement l'humaine. Mais pour une fois qu'il avait trouvé quelqu'un avec qui il pouvait parler sans avoir à se méfier. Peut être même allait-il trouver en elle une amie, même si après ce qu'il avait dit, il en doutait fortement...
 ♪ La prima donna ♪
♪ La prima donna ♪
avatar



331 posts

Squatte depuis le 19/10/2015

21 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
24/100  (24/100)
XP:
2950/4400  (2950/4400)
Spécialité: Bringer Light



Lun 9 Nov - 0:03






First Explanation


Kouyama Mitsuki & Nemero Vego




Mitsuki n'avait ressentie aucune peur à l'égard de leur agresseur. Contrairement à ce que l'on pouvait penser, Karakura était une ville très calme malgré ses lourds incidents inexpliqués. Elle n'était pas en proie aux cambriolages de masses, ils était impossible de se faire enlever au coin d'une ruelle sombre, et il n'y avait jamais de gangs en pleins règlement de comptes. En fait, c'était même le paradis lorsqu'on l'opposait à Tokyo. C'est pourquoi Mitsuki ne s'était pas sentie en danger face à cet homme en noir. Mais les propos qu'allait tenir son invité par la suite risquait de fortement changer son point de vue.

Ramassant ses sacs de courses - elle avait repris son moule/arme - et récupérant ses clefs jeté au sol, elle intima d'un signe de tête à son invité de la suivre. Ainsi, ils gravirent les escaliers jusqu'au deuxieme étages. Mitsuki sentait que Nemero Vego était plus que surpris face à son attitude, était-ce parce qu'elle avait menacé leur agresseur d'appeler ses avocats? Elle l'ignorait. Arrivés au palier de son étage, la jeune femme longea le couloir de gauche, qui était lumineux et propre, assez semblable à celui d'un hotel, et s'approcha d'une porte. Alors qu'elle enfonçait la clef dans la serrure de celle-ci, sa première victime à l'étrange chevelure reprit la parole. Il lui expliqua que leur agresseur n'était pas un journaliste, que c'était un shinigami. Il tenta alors de lui dire que si elle avait vu cet homme, que si elle le voyait lui, ainsi que ces fameux animaux, c'était parce qu'elle possedait une énergie spéciale appelée Reiatsu. Mais Mitsuki avait perdu le fil rapidement. En fait, elle avait cessé d'écouter lorsque la traduction du nom Shinigami s'était imposée à elle.

Un dieu de la mort.

Un frisson d'horreur s'était immiscée en elle, et elle avait brusquement blêmit, ayant des difficultés à ouvrir la porte. Elle s'engouffra dans le hall de son appartement, tremblante, et fit entrer Vego avant de refermer brusquement la porte, comme si leur agresseur pouvait de nouveau surgir de nulle part comme il l'avait fait précédemment.

"Le type que vous avez fait dégager est en fait quelqu'un qui cherchait à vous protéger de moi. Jusque là, vous me suivez ?" La phrase fut pourtant interprétée différemment par la jeune femme, et elle répondit avec une froideur non contenue.

"Je préfère largement être avec vous qu'avec lui... Un... Shinigami... Je n'ai franchement pas besoin de ça maintenant..." Elle tremblait encore, et de fines larmes de rages s'étaient glissées aux coins de ses yeux.

Pourquoi? Pourquoi un dieu de la mort s’intéresserait-il à elle? Elle avait encore du temps, elle allait bien! Plus aucune crise depuis prés de deux ans, alors pourquoi? Ignorant presque son invité, elle se dirigea d'un pas vif vers la cuisine et commença à décharger son fardeau, rangeant avec hargne ses courses dans les placards. Une terreur sans nom s'était imposée à elle. Pas une seconde elle s'était dit que Vego pouvait mentir, elle savait que la magie existait, elle avait été bercée par les contes chinois, avait même cru apercevoir une Nagin un jour, et là, elle apprenait qu'un shinigami avait voulu... s'approcher d'elle? NON! Elle donna un violent coup sur le bar américain, et serra les dents, ravalant le sanglots qui menaçait de la surprendre. Qu'ils aillent au diable!

Rapidement, et tentant de chasser de son esprits toutes les insultes qu'elle connaissaient à l'encontre des shinigamis, Mitsuki fit chauffer la bouilloire et sortit un plateau sur lequel elle disposa deux soucoupes, deux tasses, et des biscuits. Malgré sa peur, il fallait qu'elle se montre avenante avec son hôte...

=> Suite ici!



© Codage By FreeSpirit & modification by Angie



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉


The Banshee


Good or bad?

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



posts

Squatte depuis le

piges








Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La place d'Haïti dans le monde
» Un peu d'humour dans ce monde de brute
» Les multinationales dans le monde
» Elliot Carver ◄► Y’a déjà assez de conneries dans le monde pour que j’en rajoute
» « Le premier point dans un ménage, c’est la cuisine. » Patin ♠ Amadeus & Matvei