Pardonner après tant d'années (Sarugaki Hiyori & Hirako Shinji)
avatar



252 posts

Squatte depuis le 27/06/2015

20 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
71/100  (71/100)
XP:
6700/14000  (6700/14000)
Spécialité: Hakuda



Mer 8 Juil - 15:16



   
   Sarugaki Hiyori &
Hirako Shinji

   Pardonner après tant d'années

L
e soleil passait doucement à travers les rideaux de sa chambre, éclairant le visage endormi de la petite Vizard. Elle avait dormi une bonne partie de la journée, toujours épuisée de la bataille qui avait eu lieu à la fausse Karakura plusieurs jours avant. Elle avait survécu, mais était passée très proche de la mort. Le capitaine Unohana l'avait sauvée en la soignant, mais la blessure, bien que complètement fermée, lui faisait encore terriblement mal. Elle avait de la difficulté à bouger de son lit et devait se reposer le plus possible.

Elle se réveilla difficilement, n'arrivant presque pas à se déplacer pour s'asseoir. Elle abandonna la tentative quand elle sentit une brulure dans son bassin. Elle détestait être aussi misérable, mais elle était la seule fautive. Si elle avait su se calmer, si elle avait su se retenir face à Aizen, elle n'aurait pas été blessée ainsi. Elle se souvenait encore du visage de Shinji énormément inquiet quand il l'avait rattrapée et de ceux pleins de larmes de ses amies quand elle s'était enfin réveillée, deux jours plus tôt. Elle regrettait amèrement d'avoir perdu le contrôle de ses émotions. Elle avait blessé ses amis, sa famille, lorsqu'elle s'était elle-même fait couper en deux. La douleur de savoir qu'ils avaient soufferts avec elle était beaucoup plus pénible que celle de la blessure en elle-même.

Elle soupira. Il devait être le milieu de l'après-midi. Elle ferma les yeux et se focalisa sur la présence de ceux qui lui étaient chers. Sentir qu'ils étaient tous vivants la rassurait. Elle avait eu tellement peur de les perdre et, au final, elle était celle qui y était presque restée. Le pire avait été d'apprendre qu'Aizen n'était même pas mort et qu'il avait seulement été enfermé, car même Ichigo n'avait pas réussi à le tuer. Elle avait voulu crier, frapper, pleurer même... Mais elle s'était seulement plongée dans un silence et avait acquiescé. Elle n'était sans doute pas la seule détruite par cette nouvelle. Aucun besoin de faire une scène pour quelque chose qu'ils comprenaient tous déjà.

Les heures passaient très lentement depuis son réveil. Elle n'était pas habituée à rester couchée et cela l'énervait énormément. Elle n'avait vraiment pas la patience pour cela. Mais elle n'avait pas le choix ; même si elle essayait sans cesse de se lever, elle était rappelée à l'ordre par la douleur que cela provoquait. Elle n'avait même pas la force de lancer des objets à la tête des gens qui essayaient de s'occuper d'elle. Hiyori détestait encore plus qu'on prenne soin d'elle. Elle était assez grande pour le faire d'elle-même, merci bien. Pourtant, elle n'avait pas vraiment le choix. Elle ne pouvait pour l'instant rien faire sans aide. Elle espérait qu'elle recouvrirait assez vite, mais l'attaque qu'elle s'était prise avait été très grave, même mortelle. Elle ne pouvait pas s'attendre à retrouver son état normal en une petite journée.

Elle était donc obligée de rester enfermée dans sa chambre, clouée au lit et plongée dans ses pensées sombres. Elle n'avait rien d'autre à faire que de repasser les événements en mémoire. Rien d'autre à faire que de se punir elle-même mentalement pour son erreur presque fatale. Elle avait l'impression d'avoir reculé des années en arrière, dans les débuts de leur fuite suite à leur hollowfication. La culpabilité d'avoir blessé les siens revenait sans cesse et ne la quittait plus. La dernière fois, elle s'en était voulue d'avoir physiquement attaqué Shinji et maintenant, elle regrettait de les avoir tous faits souffrir psychologiquement par l'inquiétude.

Avant de se remettre une nouvelle fois à se blâmer pour tout ce qui s'était passé, on cogna à la porte. Elle reconnaissait vaguement l'énergie spirituelle du shinigami de la quatrième division envoyé par Unohana pour vérifier que sa guérison avançait bien. Il venait une fois par jour, de ce qu'on lui avait dit et de ce qu'elle avait pu voir. Elle lui indiqua qu'il pouvait entrer, ce qu'il fit. L'homme s'approcha du lit et commença à faire l'inspection quotidienne. Il prenait ses signes vitaux, lui lançait un sortilège de Kido pour apaiser la douleur, vérifiait que ses plaies ne s'étaient pas ouvertes... Il passa de longues minutes à examiner son corps sous tous les angles, à promener ses mains sur la peau de son ventre et à user de sa magie démoniaque pour l'aider. Elle n'aimait vraiment pas la sensation de voir un homme la regarder ainsi, de sentir un homme la tâter sans aucune gêne. Elle n'était pas prude avec ceux qu'elle connaissait bien, mais sa méfiance envers les shinigamis la poussait à détester tout contact avec eux.

L'homme ne semblait même pas se sentir ne serait-ce qu'un peu mal à l'aise pour elle. Il avait l'habitude, évidemment, mais tout de même, elle détestait ce genre d'attitude. Il ne la connaissait même pas, mais ça ne changeait rien pour lui. Il faisait son travail professionnellement et il n'y avait aucune mauvaise intention derrière ses gestes, mais la petite blonde avait tout de même envie de le frapper chaque fois qu'il déposait ses mains quelque part. Il ne semblait même pas le remarquer et elle se disait toujours qu'il avait énormément de chance qu'elle n'arrive pas à bouger, car il se serait retrouvé depuis longtemps encastré dans un mur. Elle avait déjà hâte de retrouver sa mobilité et de pouvoir lui coller sa sandale en pleine figure pour oser s'approcher d'elle ainsi, mais pour l'instant, elle devait se soumettre en silence.

-Je ne vois aucun problème. Tout semble en ordre. Vous vous remettrez sans doute assez vite, mais il faut tout de même vous reposer encore un peu et éviter les gestes brusques. Je reviendrai demain, dit-il avant de se lever et de se diriger vers la porte.

Tout le long de son discours, elle lui avait lancé un regard qui signifiait clairement son mécontentement. Sérieusement, il pensait qu'elle irait où, avec la douleur qui l'assaillait au moindre mouvement ? Quel imbécile... Elle se détourna de lui et fixa son regard sur le plafond, laissant l'homme quitter la pièce sans aucun remerciement ni au revoir. Elle n'était pas d'humeur pour les politesses et, de toutes façons, ce n'était vraiment pas son genre.
WILDBIRD
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Sam 11 Juil - 12:08

Ça faisais combien de temps que je poireauterais devant cette maudite porte? Une demi-heure, une heure? Peut être plus? En tout cas suffisamment pour avoir vu débarquer le Shinigami de la Quatrième division et assister également à son départ. Alors pourquoi je ne me décidais pas à enfin entrer dans cette fichu chambre?!! Ce n'était pas dans mes habitudes de redouter Hiyori, cette gamine n'a jamais vraiment réussit à m'impressionner, si ce n'est peut être que ses coups de sandales avaient effectivement le mérite de faire mal, mais elle n'était rien de plus qu'une sale gosse qui passait son temps à gueuler après les choses qui lui déplaisaient. Est-ce que ça voulais dire qu'elle ne pouvait pas m'encadrer? Surement pas car la petit blonde avait aussi la fâcheuse manie de crier après les gens qu'elle appréciait. J'avais l'habitude, c'est à peine si je calculais ses excès de colère, souvent, il suffisait de l'ignorer et elle finissait d'elle même par se calmer. Alors qu'est-ce qui m'empêcher d'aller lui parler, là maintenant?

Ca faisait plusieurs jours qu'Hiyori était cloué au lit à cause de la blessure qu'elle avait reçu lors de notre affrontement, et je crois que ce qui me gêne le plus c'est bien de constater se silence à l'intérieur de la pièce lorsqu'elle se fait soigner, chaque jour je m'attendais à voir passer le pauvre Shinigami a travers la porte ou le mur dans un formidable fracas et pourtant, c'était tous les jours pareils. Le silence, le calme, rien du tout... et je crois bien que je ne suis pas habitué à un tel silence. C'est perturbant... Bien sur j'étais soulagé de constater qu'elle était en vie et que ses jours n'étaient plus en danger, mais son manque de vivacité me mettait mal à l'aise. Elle me faisait de la peine. Je m'efforçais de ne plus repenser à cet instant ou la lame de Gin l'avait atteinte, couvrant son corps de sang tandis que je la serrais contre moi et que je sentais son souffle s'amenuiser de seconde en seconde...

Un frisson parcouru tout mon dos et je serrais les poings, tête basse devant la porte fermée, Hiyori recouvrait doucement ses forces et moi je me sentais de plus en plus lâche chaque fois que je me retrouvais devant cette porte et que je finissais toujours par repartir comme j'étais venu sans avoir réussir à entrer pour annoncer la nouvelle à ma jeune camarade Vizard. Cette nouvelle... En essayant de me répéter les mots que j'avais préparé dans ma tête, je sentais une angoisse terrible venir nouer mes tripes, elle allait être en colère... terriblement en colère! Mais ça ne serait probablement qu'un mauvais moment à passer hein? Elle se jetterai probablement sur moi pour me gratifier de toutes les insultes qu'elle connait et puis elle se calmerait et finirait enfin par accepter la situation... Ou bien... ou bien elle pourrait ne jamais me pardonner et m'en vouloir jusqu'à la fin de sa vie.

Mais après tout pourquoi je m'en faisais hein? De toute façon notre décision à été prise! Je ne pouvais plus revenir en arrière maintenant! Alors qu'elle l'accepte ou non, le résultat serait de toute façon le même. Il faudra bien qu'elle le sache un jour et si je continue de repousser l'échéance encore et encore, le résultat sera probablement pire.

Je me résous donc enfin à attraper la poignet de la porte d'une main tremblante et l'autre, je viens cogner mon indexe avant de lancer sur un ton presque enjoué.

- Hiyori?! C'est Shinji, je rentre!

Je ne lui demande pas son autorisation, je sais déjà que si elle à l'occasion de m'envoyer bouler elle le fera alors je prend l'initiative d'entrer en poussant doucement la porte, passant tout d'abord simplement ma tête à l'intérieur de la chambre. Je jette un coup d'oeil à droite, puis à gauche, puis je fixe la blondinette allongée sur son lit. Je lui lance un sourire chaleureux et je pénètre complètement dans la chambre, refermant la porte derrière moi en m'adossant dessus, mes mains dans mon dos sont toujours posées sur la poignée et je reste un petit instant silencieux, appuyé contre la porte.

- Toujours alitée à c'que je vois! Fait gaffe, à force tu risques d'oublier comment marcher!

Je ricane avec un petit rictus moqueur, j'imagine qu'elle ne doit pas être d'humeur à plaisanter, mais je préfère encore me cacher derrière mon humour que d'afficher une mine déconfite en lui faisant part de mon inquiétude pour la blondine. Elle doit me trouver franchement gonflé de débarquer comme une fleur alors que ça fait quelques jours que je ne suis pas revenu lui rendre visite. Depuis son réveil en fait... mais je m'efforce de rester naturel en lui souriant avant de me décoller un peu de l'entrée de la chambre pour m'approcher doucement.

- Alors... comment tu te sens aujourd'hui?

Étrangement, le timbre de ma voix est plus posé, plus sérieux, j'ai instinctivement baissé les yeux comme si je craignais quelque part sa réponse. Dans un sens, je me sens un peu responsable de son état, je me répète souvent que j'aurais sans doute pu l'empêcher d'agir si j'avais été plus rapide... Réalisant que mon sourire à disparu de mon visage, je m'empresse de le redessiner pour toiser calmement Hiyori , je préfère ne pas lui parler de ce que j'ai à lui dire tout de suite... d'abord la mettre à l'aise!
avatar



252 posts

Squatte depuis le 27/06/2015

20 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
71/100  (71/100)
XP:
6700/14000  (6700/14000)
Spécialité: Hakuda



Sam 11 Juil - 17:16



   
   Sarugaki Hiyori &
Hirako Shinji

   Pardonner après tant d'années

I
l entra sans même attendre sa permission. Elle hésitait vraiment entre l'envie de le frapper et de l'engueuler pour avoir pénétrer son sanctuaire sans aucune gêne ou être heureuse d'enfin revoir son visage après sa longue absence. Elle ne le dirait jamais à voix haute, mais la présence de Shinji était l'une des constantes dans sa vie sans laquelle elle ne savait pas vraiment comment agir. Il était toujours là pour les aider et son soutient lui avait permis de passer à travers bien des épreuves. Elle se contenta de lui envoyer un regard noir, lui faisant clairement comprendre que l'intrusion était assez déplacé et qu'il aurait dû attendre avant d'entrée. Elle ne pouvait pas bouger, de toutes façons, alors elle devait se contenter de cela. Il resta sur le pas de la porte, les mains toujours sur la poignée et il afficha un gros sourire. Elle se retint de ne pas craquer. Il disparaissait pendant on ne sait trop combien de temps et il revenait comme s'il n'y avait rien ? Aucune excuse ? Juste son stupide sourire habituelle ?

- Toujours alitée à c'que je vois! Fait gaffe, à force tu risques d'oublier comment marcher!

Elle le regarda pendant quelques secondes, surprise. Sérieusement, il voulait qu'elle fasse quoi, qu'elle aille courir un marathon ? Elle ouvrit la bouche pour parler, mais aucun son en sortie et elle se contenta d'hausser les sourcils. Il s'avança tranquillement vers elle, puis lui demanda comment elle allait. Il baissa les yeux et elle remarqua enfin l'inquiétude et la culpabilité qu'il essayait de lui cacher. Sa mauvaise humeur retomba un peu, avant de remonter en flèche en comprenant qu'il se sentait responsable pour son état. Elle s'en voulait déjà assez de leur avoir fait peur, aucun besoin de savoir qu'il se sentait coupable en plus.

-Oi, espèce de chauve, enlève se regard sérieux de ton visage. Je suis vivante, non ? C'est pas suffisant pour te réjouir ?

D'accord, elle se contredisait elle-même. Un instant, elle lui en voulait d'être trop souriant et celui d'après, elle voulait qu'il retrouve sa bonne humeur. Il n'y avait rien là d'étonnant, c'était Hiyori, tout de même et elle avait donc l'habitude de s'offusquer pour tout. Seulement, même si en apparence, elle semblait ne se préoccuper que d'elle-même, elle était aussi inquiète de son état que lui l'était pour elle. Elle avait comprit depuis longtemps que la détresse psychologique pouvait faire autant de dégâts, sinon plus, qu'une blessure physique. Et maintenant, bien qu'elle soit celle clouée au lit, elle se doutait qu'il ne se sentait pas vraiment mieux qu'elle.

-Sérieusement, ta tronche est encore plus pathétique que d'habitude ! C'est pas parce que je suis coincée dans un lit que tu dois compenser pour moi en restant éveillé 24 heure sur 24.

Elle lui faisait clairement une remarque, mais c'était sa façon à elle de lui montrer son inquiétude. Les reproches et l’agressivité étaient les seules façons qu'elle connaissait de s'exprimer. Elle n'était pas vraiment calinourse et bisoutage. Quand elle frappait et criait, il ne fallait pas toujours voir cela comme une preuve qu'elle n'appréciait pas sa victime. C'était souvent le contraire, d'ailleurs. Elle montrait son affection ainsi. Shinji faisait partie de ses personnes qu'elle connaissait depuis si longtemps qu'elle ne se souvenait presque plus de leur rencontre. Il était un élément important de sa vie et elle tenait à lui, comme elle tenait à chaque membre de leur famille. Pour elle, les Vizards étaient bien plus que d'anciens collègues unis contre un même ennemi. Ils étaient un groupe qui, au fil des ans, était devenu si proche qu'elle ne pourrait simplement pas supporter de les perdre.

-Et t'étais passé où, hein ? T'as disparu pendant des jours...

Bon, elle ne pouvait pas dire qu'elle ne savait pas qu'il était resté plus d'une heure devant sa porte. Elle n'était peut-être plus capable de bouger pour l'instant, mais sa capacité à ressentir l’énergie spirituelle n'avait pas pour autant diminuer. Elle savait très bien qu'il était là depuis longtemps. Elle ne comprenait simplement pas pourquoi il n'était pas entré plus tôt. Ce n'était pas comme si elle lui en voudrait pour ce qui lui était arrivé. Elle se savait entièrement responsable, il n'avait pas à craindre sa réaction à sa présence. Et puis, ils étaient amis, non ? S'il avait été celui étendu sur le lit, elle aurait été la première à venir le voir et à l'engueuler pour qu'il se remettre sur pied. Alors pourquoi n'était-il pas venu plus tôt ? Ce n'était pas comme s'il ne se préoccupait pas d'elle, elle pouvait bien le voir à son attitude protecteur avec elle. Il était toujours celui qui venait la secourir. Il avait été le premier à la protéger 100 ans plus tôt et il avait été celui qui l'avait rattrapé au vol alors qu'elle tombait dangereusement du ciel après l'attaque du traitre. S'il n'était pas venu, c'est qu'il avait peur de ce qu'elle lui dirait et elle n'appréciait pas du tout cela. Elle avait énormément confiance en Shinji et elle pensait qu'il était de même pour lui, alors il n'avait pas à craindre quoi que ce soit d'elle. Elle le frappait peut-être toujours, mais ça n'avait jamais nuit à leur amitié, alors cette guerre contre Aizen n'allait certainement pas détruire ce lien qu'ils partageaient. Elle avait été blessée, certes. Mais ce n'était pas une foutu raison pour l'ignorer pendant des jours durant.

Elle lui envoya un regard qui en disait long sur ce qu'elle pensait. Il était mieux d'avoir une excellente raison pour son absence prolongé, parce qu'elle ne se générait pas pour lui envoyer sa sandale au visage, même si cela lui procurerait un mal de chien par la même occasion. Elle n'appréciait pas du tout être ignorée, ce qu'il devait bien savoir après tout ce temps passé sous le même toit qu'elle. Elle croisa les bras sur sa poitrine doucement pour ne pas réveillé la brulure qui l'assaillait chaque fois qu'elle bougeait. Son impatience pouvait se voir par le fait qu'elle tapait frénétiquement l'un de ses doigts contre sa peau démunie de son habituelle veste rouge. S'il ne lui fournissait pas une excuse valable, il était cuit.  
WILDBIRD

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Dim 19 Juil - 13:55


Hiyori ne répond pas à ma question... pas de quoi s'étonner. A la place elle préfère m'engueuler comme elle a l'habitude de le faire pour n'importes quelles raisons. Je fais les yeux ronds, clignant plusieurs fois des paupières devant le ton imposant de ma jeune amie qui n'a de toute évidence pas apprécié mon petit air déboussolé alors que je prenais simplement de ses nouvelles, mais j'avais beau chercher à lui cacher mon inquiétude et mes remords, c'était jamais très facile de mentir à Hiyori, pour la simple et bonne raison qu'elle avait toujours été très perspicace! J'affiche alors un grand sourire, les yeux clos et je me rapproche un peu plus de la blondinette pour m'adresser à elle dans un semblant d'éclat de rire.

- Mais c'est mon regard habituel!! Et évidement que je suis content voyons, ça se vois pas??

Je continue de ricaner en lui offrant un petit sourire narquois, passant une main derrière ma nuque. Mais mon rire se stoppe tout net lorsque la voix d'Hiyori s'adresse à nouveau à moi, et cette fois ci c'est pour me faire clairement comprendre que j'ai visiblement une sale tête. Je la toise avec un air ahuri, silencieux, les lèvres scellées l'uns à l'autre. Quand je la regarde j'ai presque l'impression de l'entendre me faire une remontrance non pas pour me clasher mais bien pour me montrer qu'elle se fait du soucis pour moi. A force j'ai appris à lire entre les lignes des insultes de la petite blonde, il y a certains mots, certaines expressions, certains regards... qui se traduisent différemment que par le simple fait de hurler pour rien. Hiyori n'a jamais su se montrer affective avec quelqu'un, que ce soit moi ou n'importe quel autre membre de notre "famille"... elle à cette façon bien à elle de vous faire comprendre ce qu'elle ressent sans entacher sa fierté personnelle. Je trouve ça à la fois complètement stupide et plutôt mignon de sa part.

Je plisse les yeux et un sourire se peint sur mes lèvres, doux et compréhensif, envisageant Hiyori avec toute la bonté d'âme dont je suis capable de faire preuve. Crétine... comment tu peux t'inquiéter pour moi alors que c'est toi qui a faillit mourir? Je baisse la tête, dissimulant mon regard sous ma frange, mon sourire est figé, j'hésite à répondre, je ne sais pas si je dois entrer dans son jeu ou bien me montrer plus agréable avec elle, après tout, je n'ai pas été très présent dans les premiers jours de sa convalescence. Peut être que je n'aurai pas du attendre si longtemps avant de venir lui parler, mais je préférais patienter afin qu'elle soit partiellement remise de ses blessure, avant de lui annoncer les décisions qui avaient été prises pendant qu'elle était encore inconscience. Rien qu'à l'idée de devoir lui parler, j'angoisse, je me dis que pour l'instant, la conversation ne se prête pas vraiment aux révélations et je préfère plonger mon regard dans ses grands yeux d'ambre pour la fixer avec un air faussement vexé avant de détourner le regard dans un coin de la pièce.

- Hé! Avant de parler de ma tronche, tu ferais bien te regarder la tienne dans un miroir!

Je me rapproche encore du lit, tout près d'elle, et je lui frotte doucement la tête.

- Parce qu'en attendant c'est bien toi qui à besoin de sommeil alors m'oblige pas à faire comme avec les gosses et à te surveiller pour vérifier que tu te repose suffisamment!

Je lui lance un nouveau sourire, c'est plus fort que moi, j'adore taquiner cette petite, mais bon... elle me le rend bien alors je n'ai pas de raison de me retenir... et puis je trouve que je reste quand même relativement tranquille, mais ça c'est parce qu'elle est blessée... je sais bien que si elle avait été en état, elle se serait déjà jeté sur moi, le pied en avant. D'ailleurs son regard en dit long sur ses pensées, elle me toise avec un air mauvais tant et si bien que je fini par reculer légèrement en sentant le coup bas qui se prépare. Finalement, elle se décide à me demander où est-ce que j'étais passé ces derniers jours. Merde... et moi qui pensais qu'elle ne s'en serait pas rendu compte ou qu'elle n'y avait tout simplement pas fait attention. J'ai presque l'impression de l'entendre me dire "Pourquoi tu n'es pas venu me voir plus tôt?" Et à en juger par son regard noir et les tics nerveux qui agitent son indexe, je n'ai pas trop de difficultés à en déduire que les prochains mots que j'emploierai ont intérêt d'être convaincants!

Je lève les yeux au plafond tout en m'efforçant de ne pas trop réfléchir, ma réponse doit être spontanée si elle ne veut pas paraître inventée de toute pièce.

- Ooooh ! Alors comme ça je t'ai manqué Hiyori?? Commençais-je avec un petit sourire railleur. C'est adoraaable! Je n'aurais jamais imaginé que mon absence pourrait autant te marquer! Je ricane, il y a une chance sur deux pour que Madmoiselle s'offusque mais je n'ai pas pu résister, et puis ça aura au moins le mérite de détendre un peu l'atmosphère. M'enfin, pour te répondre, j'avais simplement beaucoup à faire à Karakura... Je prend un ton plus sérieux. Les Shinigami on mit un temps fou à débarrasser le plancher et il y avait quelques détails à régler avant leur départ.

Je ne me lance pas tout de suite dans l'explication des fameux "détails à régler" je préfère y aller en douceur, si ça se trouve, Hiyori se contentera de ça et se serait sans doute pas plus mal histoire que j'aborde la suite dans trop de pression.
avatar



252 posts

Squatte depuis le 27/06/2015

20 piges


Féminin



Feuille de personnage
Niveau:
71/100  (71/100)
XP:
6700/14000  (6700/14000)
Spécialité: Hakuda



Mar 21 Juil - 2:41



   
   Sarugaki Hiyori &
Hirako Shinji

   Pardonner après tant d'années

- O
oooh ! Alors comme ça je t'ai manqué Hiyori?? C'est adoraaable! Je n'aurais jamais imaginé que mon absence pourrait autant te marquer!

Cela lui pris tout ce qu'elle avait de bon sens pour ne pas le frapper. Sérieusement, quel imbécile ! Comme s'il pouvait lui manquer... Elle se retint de lui faire une grimace, ne pouvant pas bouger, mais la suite la coupa dans ses envies.

-M'enfin, pour te répondre, j'avais simplement beaucoup à faire à Karakura... Les Shinigami on mit un temps fou à débarrasser le plancher et il y avait quelques détails à régler avant leur départ.

Son ton était devenu soudainement trop sérieux à son goût. Rien d'étonnant, le sujet n'était visiblement pas une plaisanterie. Il n'oserait pas. Il avait peut-être l'habitude de faire des blagues de mauvais goûts, mais ce genre de conversation était à bannir entre eux et il le savait parfaitement, alors il n'oserait jamais mentionner leurs anciens camarades pour rigoler. Le simple fait d'entendre parler des shinigamis fit bouillir son sang. Qu'est-ce qu'ils leur voulaient encore, ceux-là ? Ne pouvaient-ils pas les laisser en paix ? La petite blonde s'était complètement crispée et son regard indiquait clairement qu'elle n'appréciait pas entendre parler d'eux.

-Qu'est-ce qu'ils nous veulent encore, ces imbéciles ?

Elle ne pouvait s'empêcher d'avoir un mauvais pressentiment. La dernière fois, ils avaient décidé que les Vizards devaient mourir. Avaient-ils changé d'idée ? Sûrement, car ils les auraient attaqués depuis longtemps, sinon. Alors que voulaient-ils ? Penser aux shinigamis la rendaient assez nerveuse, mais elle tenta de le cacher derrière la colère. Cependant, cette agitation n'aidait en rien la brûlure qui l'assaillait et son visage se tordit un peu de douleur et elle rejeta la tête en arrière, souhaitant apaiser ses ressentiments. Elle respira calmement, relaxant ses muscles endolories par le peu de mouvement qu'elle faisait ses derniers temps. Elle ne devait pas s'emporter, cela n'aiderait en rien. De toutes façons, Shinji n'avait pas l'air si mal en point, donc ça ne devait pas être si pire que cela.

La peur revint en un instant. Elle encra son regard dans celui de son ami et laissa paraitre toute l'inquiétude qui l'envahissait en cet instant. S'il l'avait ignoré pendant des jours, était-ce vraiment parce qu'il se sentait coupable de la savoir blessée ? Ou était-ce parce qu'il ne savait pas comment lui annoncer quelque chose de difficile. Elle le connaissait sans doute mieux que quiconque et la deuxième option s'imposait de plus en plus, lui laissant un frisson d'effroi.

-Qu'est-ce qu'ils nous veulent, Shinji ? Ils ne veulent pas qu'on y retourne, n'est-ce pas ? Tu sais que je ne veux plus jamais y aller. Ils n'accepteraient pas de nous laisser ici, alors qu'on pourrait être une menace. C'est ce qu'ils veulent ? Nous ramener pour mieux nous surveiller ? Je ne veux pas y retourner, Shinji. Je ne peux pas.

Elle avait débité cela avec tellement d'intensité qu'elle se sentait faible tout d'un coup. Elle n'avait vraiment pas la force nécessaire à ce trop plein d'émotions. Retourner à la Soul Society l'effrayait et, même si elle n'aimait pas montrer ses faiblesses, dans un moment comme celui-ci, elle ne pouvait s'empêcher de s'emporter face à son ami. Il était le seul qui arrivait à l'apaiser dans ses moments d'inquiétude.

La douleur recommença et elle ne put s'empêcher de porter une main à son ventre, se pliant un peu. Son souffle était saccadé et elle tremblait de colère et de nervosité. Elle ne quitta cependant pas le visage de Shinji, cherchant sur ses traits une explication. Elle avait besoin d'être rassurée et il était le seul à pouvoir y arriver, alors pourquoi avait-il disparu, nom de Dieu. C'était si grave que cela ? Les larmes se formaient sur le coin de ses yeux, mais elle les garda obstinément pour elle. Elle se sentait comme une enfant, en ce moment-même, mais elle ne pouvait s'empêcher de perdre pied alors que son monde était une fois de plus menacé. Elle ne supportait pas le changement. Elle avait eu énormément de difficultés avec le monde des vivants, mais maintenant, elle l'aimait et c'était sa nouvelle maison. Elle ne souhaitait pas retourner à la Soul Society. Mais si la chambre des 46 décidait qu'ils devaient y retourner, ils devraient s'y plier, à moins de vouloir être une nouvelle fois considéré comme des traitres. Cela ne la dérangeait pas personnellement. Elle préférait vivre dans la fuite que de devoir retourner parmi ceux qui l'avaient abandonné. Mais ses amis ne pensaient pas nécessairement comme elle et elle ne pouvait pas les obliger à la suivre. Cependant, elle ne pourrait pas se plier à leur désir non plus. Et penser qu'elle puisse être séparée de sa famille l'effraya bien plus que tout ce qui lui était arrivé depuis les cent dernières années.

La tête lui tournait et sa vision devint plus flou. Elle se sentait si petite, trop grande pour le lit dans lequel elle se trouvait. Quand elle avait su qu'Aizen s'était enfin dévoilé au grand jour, elle se doutait bien qu'éventuellement, ils en arriveraient à cela, mais elle n'était vraiment pas prête. Tout c'était précipité tellement vite... Elle qui avait patienté plus d'un siècle pour enfin avoir sa revanche espérait maintenant que cela ne se soit produit que bien des années plus tard. Elle donnerait n'importe quoi pour retrouver la normalité -du moins, c'est ainsi qu'elle avait fini par voir la vie qu'ils menaient en tant qu'évadés- dans laquelle elle se sentait en sécurité. Maintenant qu'elle risquait de tout perdre, la réalité la frappa avec beaucoup plus de difficultés qu'elle ne l'aurait imaginé. Sa famille était tout ce qu'elle avait. Elle n'était plus une shinigami. Elle n'était pas un hollow non plus. Elle était les deux et ils n'étaient que neuf comme elle, en s'incluant elle-même. Elle n'avait tout simplement pas sa place à la Soul Society. Aucun d'eux n'avaient leur place là-bas maintenant. Les shinigamis ne les accepteraient jamais tel qu'ils étaient et voudraient toujours faire en sorte de réprimer leur pouvoir de hollow, alors que cela faisait entièrement parti d'eux. Elle ne pouvait pas les pardonner de la voir comme un monstre alors qu'elle n'avait rien fait pour cela. Elle ne pouvait pas les pardonner de l'avoir laissé tomber, alors qu'ils auraient pu tenter quelque chose pour leur venir en aide. Non, elle ne retournerait pas là-bas. Ils ne méritaient définitivement pas d'avoir les Vizards de leur côté. 
WILDBIRD

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



posts

Squatte depuis le

piges








Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Après tant d'années, tu n'as pas changé (pv William)
» [Val d'Arryn] Retrouvailles après tant d'années (PV : Ashara)
» 03 » Poursuite d'études après la 7ème année
» Poursuite d'études après la 7ème année
» Des retrouvailles après de longues années (Fineldor)