Aller à la page : Précédent  1, 2
 Chacun gagne sa croute [pv Ixora Kaola]
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Jeu 17 Sep - 21:44

- Pourquoi pas. On se tiendra au courant alors. Attends, j’vais l’faire.

Kaola lui cède alors le bandage et fixe l'albinos avec son grand sourire dentelé, elle est satisfaite, il a accepté, que vouloir de plus ? Elle le regarde alors se soigner, intriguée... Ce n'était pas vraiment mieux qu'elle, son bandage était mieux mais sans savoir pourquoi, sa saignait plus qu'avec lui ! Serte, elle n'est pas doué pour ce genre de chose mais dans un sens ce n'est pas vraiment sa faute. Depuis qu'elle est ici elle doit se soignée toute seule pour ne pas éveiller des soupçons dans sa famille, il ne manquerait plus que ça, que sa famille soit au courant des risques qu'elle prend.

- Et ton bras, ça va ?

Elle cligne des yeux sous ses paroles et regarde pas tâche rouge béante régnant sur son bras. La douleur était désagréable, mais elle avait connu pire avec ses entrainement. De plus, elle refuse catégoriquement qu'on voit ses bras, alors elle n'allait pas se soigner en sa présence, parce qu'elle doit retirer son sweat pour ça !

- Oui ne t'en fais pas, j'ai connu pire !

Suite à ça, elle continue de le fixer, surtout des yeux rouges qui ressemblaient presqu'aux siens si elle n'avait pas un couleur légèrement plus rosée. Elle se sent moins seule avec son pouvoir étrange qui attire parfois des monstres. Mais lorsqu'elle commence à le dévisager de la tête aux pieds, elle remarque son bandage au cou... Que pouvait t'il se cacher en dessous ? Curieuse, elle s'approche -un peu trop peu être- de l'albinos pour regarder de plus prêt le bandage, se retrouvant presque une nouvelle fois collée avec son futur partenaire !

En examinant cette zone, une facheuse envie de toucher avec ses doigts lui prend, mais pour ça aussi, il faudrait retirer le sweat et ça c'est hors de question ! Elle lève alors la tête vers l'abinos, son visage toujours caché par sa capuche en ayant une expression d'extrême curiosité dans son regard...

- Tu es blessé, là aussi ? Ce n'est pas de moi ça, je n'attaque jamais sérieusement les humains par le cou.
Fullbringer Français
Fullbringer Français
avatar



172 posts

Squatte depuis le 10/04/2015

25 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
58/100  (58/100)
XP:
4850/7800  (4850/7800)
Spécialité: Bringer Light



Mer 23 Sep - 12:26



Chacun gagne sa croute





Gaël faisait consciencieusement son bandage, non pas que ce soit un soigneur hors pair mais il avait grandement besoin de ses bras pour manier son arme alors si il pouvait s’éviter une infection ou un truc du genre ça serait pas plus mal. Fallait qu’il se rétablisse vite sinon ça en deviendrait problématique. Du coup au début il n’avait pas trop remarqué que la jeune femme s’était approchée… approchée et approchée encore comme si il était particulièrement intéressant. Bon, quand il sentit quasiment sa respiration sur son cou, il dû bien se rendre compte que l’autre était pas mal collée. Cela le remit mal à l’aise. Très mal à l’aise, le pauvre ne savait plus où regarder ! Parce qu’il fallait bien avouer que sa futur-coéquipière avait un sacré… buste.

Durant un instant Gaël cru même que la jeune femme allait lui sauter dessus, là, en pleine ruelle sombre, comme dans les films où les deux protagonistes viennent à peine de se rencontrer et finissent la soirée ensemble. L’encapuchonnée se mit à le regarder. Il réprima un rougissement sans grand succès vu sa teinte de peau et son cœur battit plus vite. Peut-être accepterait-il ? Mais… Non, ce n’était pas du tout la question, mais alors il était totalement à côté de la plaque ! N’ayant pas prévu cette demande, il détourna le regard à la recherche d’une réponse en étant plus gêné que jamais. Qu’est ce qu’il lui avait pris de penser à des choses pareils ? Evidemment que non on était pas dans un film ! Il toussota légèrement,  afin de se donner du temps de réflexion et une contenance avant de lâcher :

- Ca ? Ca fait des années que j’l’ai, c’est un monstre qui a bien failli m’avoir.

Il enleva son bandage sans complexe dévoilant une cicatrice boursoufflée causée par des griffes symétriques.

- Mais du coup si je mettais pas un bandage ça attirerait vraiment l’attention. C’est tout con.

Puis il le replaça et la dévisagea à son tour de ses yeux rouges primaires. Puisqu’il avait répondu à sa curiosité, il se dit que lui aussi pouvait bien demander quelque chose.

- Et sinon, à quoi tu ressembles sans ta capuche ?



codage par Jyne sur apple-spring

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Mer 23 Sep - 20:39

Sa gêne ne pouvait pas l'empêcher de sourire avec amusement, il est vrai qu'elle manquait complètement d'éducation pour le coup mais principalement de pudeur ! Rouge comme il est, elle le trouve aussi mignon qu'un petit chaton intimidé par l'extérieur qui lui ait totalement inconnu, et pour le chaton qu'il est, ce qu'il ne connaît pas, c'est les femmes bien roulées, du moins c'est ce qu'elle croit.

- Ça ? Ça fait des années que j’l’ai, c’est un monstre qui a bien failli m’avoir.

Lorsqu'il enlève les bandages, elle penche la tête sur le côté et approche encore plus sa tête vers la cicatrice béante, en effet, le monstre ne l'avait pas loupé ! Même elle, jamais elle ne s'était faite autant esquintée par ces machins là. Elle faisait toujours en sorte de s'en sortir vivant et de les exterminer avant que ça ne soit le contraire, de plus après ses années d'entraînement, il ne fallait pas la prendre à la légère, ni même la sous-estimer, sinon c'est la défaite, sans aucun doute.

- Mais du coup si je mettais pas un bandage ça attirerait vraiment l’attention. C’est tout con.

Pas faux et ça, elle le comprend. Tout comme lui, elle cache les blessures béantes qui pourraient êtres suspectes et ses bras en font partis. Serte, le fait qu'elle ne supporte pas leur laideur à cause des dommages de son propre pouvoir exercé sur ceux-là, ça lui fait une raison de plus de les camoufler sous ses longues manches et même si elle ne porte pas son sweat, elle fait en sorte de porter des mitaines avec la longue chemise de l'uniforme de son lycée.

Lorsqu'il rebande sa blessure et qu'il la fixe à son tour, Kaola se perd dans son regard, elle ne sait pas si elle y cherche un réponse à l'existence d'autres êtres comme elle, ou si ses yeux ont un pouvoir hypnotique sur elle -car elle va pas se mentir, elle les trouve particulièrement beau comme lui peut apprécier sa poitrine-, quoi qu'il en soit, un silence se fait lors de cet échange, mais la voix de l'albinos vient briser cette tranquillité et sa demande ne fera que refroidir la bonne humeur et la fausse joie de vivre de Kaola.

- Et sinon, à quoi tu ressembles sans ta capuche ?

Cette question lui fit perdre brusquement son sourire dentelé, fixant dorénavant le sol elle vient rabattre encore plus encore sa capuche sur son visage et recule, devenant bien froide et plus attristé en une simple phrase qu'elle aurait préféré ne jamais entendre.

- A rien... Je ne montre pas mon visage, je le hais et je ne suis pas la seule. Si je le cache, ce n'est pas pour rien.

Lorsqu'elle prononce ces mots, son regard se fait légèrement colérique, Kaola ne peut plus supporter la vue de son visage qui ressemble tant à celui de sa mère, la douleur qu'elle a par sa faute, en le voyant, en se remémorant sa tendre mère ou en voyant les effets de folie déprimante sur ses cadets, elle ne peut qu'haïr son apparence du plus profond de son coeur. Car il fait aussi du mal à toute sa famille et même son père ne la regarde plus sans sa capuche...
Fullbringer Français
Fullbringer Français
avatar



172 posts

Squatte depuis le 10/04/2015

25 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
58/100  (58/100)
XP:
4850/7800  (4850/7800)
Spécialité: Bringer Light



Jeu 24 Sep - 13:46



Chacun gagne sa croute





- Pourtant je suis sur qu-

Gaël coupa sa phrase en plein élan. Il allait sortir un truc du genre qu’elle serait surement mignonne sans mais peut être que cela n’arrangerait pas les choses. Mince mince, lui qui voulait essayer de faire des compliments et s’intéresser à la vie d’autrui il venait juste de plomber l’ambiance ! M’enfin sans surprise puisqu’il n’avait jamais forcément jamais essayé de se faire bien voir. Car c’était bien de ça dont il s’agissait non ? Essayer de se rendre... abordable ? La douleur diffuse dans ses bras lui rappela vaguement que la jeune femme était redoutable, qu’elle l’avait fait sortir de ses gonds, et voilà qu’il ne trouvait rien de mieux à faire que vouloir être sympa. Mais peut-être était-ce à cause de ça justement. Elle était plus forte que lui. Elle saurait se protéger. Elle ne se ferait pas abattre par un simple directeur de prison en cavale. Et on ne pouvait pas dire qu’elle se ferait marcher dessus.

- Enfin t’inquiètes pas, si c’est à cause de tes yeux ou tes dents, ça va pas me choquer.

Peut-être lui avait-on fait des remarques désobligeantes à ce sujet ? L’albinos serait bien mal placé pour faire ce genre de chose même si son physique restait humain. Maladroitement il essaya de faire revenir sa bonne humeur, à moins qu’en réalité ce soit le « vrai » caractère de la jeune femme ? Triste et en colère ? Pour se faire il tenta de lui tapoter un peu l’épaule en essayant d’être réconfortant :

- Bon aller, on oublie ce que j’ai dit. On pourrait commencer par les bases ? J’m’appel Gaël Mildred.

Il enleva ensuite sa main et de l’autre lui rendit le nécessaire de soin. Même si l’albinos n’allait pas l’avouer, la fatigue commençait de pointer le bout de son nez, après tout il avait peu dormit puis à la fois fait ses combats puis enchaîné avec l’altercation explosive et perdu du sang. Bien sûr il pouvait encore tenir, les scientifiques l’avaient plusieurs fois menés à bout pour voir le moment où il s’effondrerait, alors ça c’était rien. Fatigué mais sans plus.

Pour se rendre plus avenant, il tâcha de sourire à la jeune femme mais arrêta presque aussitôt parce qu’il se rappela que « le sourire chaleureux » il ne maîtrisait pas du tout, et que cela s’apparentait plutôt à un « sourire provoquant », ce qui n’était même pas le but de suite. Gaël se sentait totalement ridicule. Il était bien plus doué à énerver les gens qu’à augmenter leur humeur. Depuis quand réfléchissait il au regard d’autrui, sérieux ? Depuis quand ne savait-il pas quoi dire ? Bordel, il devait avoir l’air coincé au possible.

- T’as un endroit où dormir ? Si tu veux tu peux dormir av-

Non, lapsus, gros lapsus, énooorme bêtise en cours.

- Enfin j’ai un appartement j’veux dire, dans l’même appartement hein. Ouais bon en fait vaut mieux que j’aille me coucher j’dis n’importe quoi.

Oui valait mieux, parce que là il disait vraiment de ces trucs… Il commença à reculer un peu se sentant mal à l’aise. Tout cela ne lui ressemblait pas, du coup ça lui faisait un peu peur. Après tout il portait la poisse, son ancien partenaire était mort alors peut-être que les gens devraient rester à l’écart de lui.



codage par Jyne sur apple-spring

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Sam 26 Sep - 0:24

- Pourtant je suis sûr qu-

Lorsqu'il se stoppe, Kaola se demande bien que pouvait être la fin de sa phrase, il était sûr de quoi, qu'elle est monstrueuse ? Mignonne ? Terrifiante ? Cet arrêt la perturbe plus qu'autre chose mais elle décide de ne pas s'éterniser trop longtemps sur le sujet, déjà ça ne l'avancerait pas mais en prime ça ne l'aiderait pas à oublier ce souvenir douloureux qu’éprouve son visage chez les siens. Secouant brièvement la tête pour se ôter cette pensée de la tête, elle regarde de nouveau l'albinos qui à l'air plutôt déstabilisé.

Et c'est ainsi qu'elle remarque qu'il en faut peu pour le mettre en mauvaise posture dans une rencontre, dans un sens il y'a encore quelques minutes ils venaient de se taper sauvagement sur la gueule pour une broutille. Donc dans un sens, normal d'être mal aise, mais ça Kaola ne le comprend pas, vu son degré de sociabilité qui en est devenu chiant pour son entourage être gêné pour ça, ça lui passe au-dessus de la tête, mais complètement.

- Enfin t’inquiètes pas, si c’est à cause de tes yeux ou tes dents, ça va pas me choquer. Il pose alors sa main sur l'épaule de la jeune fille. Bon aller, on oublie ce que j’ai dit. On pourrait commencer par les bases ? J’m’appel Gaël Mildred.

Encore un peu sonné par le fait que ses deux ou encore ses yeux ne le choquent pas, elle sursaute presque au contact que lui offre le blanchet, mouvement plutôt amical qu'elle ne connaissait pas jusque là ! Fixant cette main qu'il retire par la suite, elle récupère son kit de soin qu'elle refout dans ses manches toujours en passant par sa noble poitrine.

Puis, il se met à lui sourire, chose qui remonte un peu le moral de notre combattante, mais elle cligne des yeux quand ce sourire disparaît aussi vite qu'il était venu. Il n'ose pas sourire ? Ne comprenant pas un tel changement d'humeur elle penche la tête légèrement sur le côté. Puis, elle décide sans trop savoir pourquoi de poser sa manche sur l'épaule ou résidait la main de son partenaire précédemment ayant apprécié ce contact simple, mais nouveau pour elle !

- Moi c'est Kaola Ixora.
- T’as un endroit où dormir ? Si tu veux tu peux dormir av- Enfin j’ai un appartement j’veux dire, dans l’même appartement hein. Ouais bon en fait vaut mieux que j’aille me coucher j’dis n’importe quoi.

Face à cette maladresse, un petit rire lui prend, dans tout les cas, elle aurait dit oui car dormir avec quelqu'un ne la dérange pas, au contraire ! Elle passe son temps à dormir avec ses cadets si elle n'est pas blessée ! Quoi qu'il en soit, elle réfléchit, s’apprêtant à lui dire qu'elle avait un toit où loger, elle se rappelle que blesser à ce degrés là, elle ne pouvait pas rentrer maintenant car demain sa famille verrait bien la tâche de sang ou la blessure sur son bras, une solution se présente alors... Accepter l'invitation de l'albinos.

- Si ça ne te dérange pas, je veux bien. Je ne peux pas rentrer chez moi blessé, ça... Me causerait quelques ennuis !

Dans un sens, retourner chez elle lui donne envie, mais c'est impossible pour le moment, il faut au minimum laver sa tenue et soigner cette méchante blessure. Bien sûr, ce n'est pas la première fois qu'elle ne rentre pas chez elle, il est arrivé plusieurs fois que cette situation la force à dormir dehors, par terre ou dans des cartons pour éviter d'éveiller les soupçons de sa tendre famille.

Inspirant un grand coup, elle récupère son sourire et se met à trottiner autour de son partenaire, étant excitée à la fois de découvrir un autre logis que chez elle, se demandant à quoi ça pourra ressembler, si c'est un grand, ou petit appartement, dans sa tête c'est déjà forcément mieux que sa maison qui menace de s'écrouler à cause du plancher de l'étage moisi ou encore des poutres rongées par les salles bestioles... Même si elle se donne beaucoup de mal dans les réparations, ça ne s'arrange pas tant que ça et si elle veut régler ça une bonne fois pour toute, il faudrait un pro ou une nouvelle maison, sauf que ces deux solutions... C'est beaucoup d'argent, argent qu'elle n'a pas encore.

- On y va ? Je te suis !
Fullbringer Français
Fullbringer Français
avatar



172 posts

Squatte depuis le 10/04/2015

25 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
58/100  (58/100)
XP:
4850/7800  (4850/7800)
Spécialité: Bringer Light



Mar 29 Sep - 15:14



Chacun gagne sa croute





…….
…..


Quoi ? C’est oui ? C’est oui ?! Naan, il devait y avoir erreur, enfin il avait merdé et elle acceptait quand même… Bon, pas grave, au moins Gaël ne l’a pas effrayé avec ses mauvaises manières ! Il se mit en route direction le centre-ville, il logeait dans ces environs de celui-ci. Après tout, quand il avait commencé de louer le logement, le jeune homme ne pouvait pas deviner qu’il ne serait plus payé et n’aurait plus de rentrer d’argent. Tant de bouleversements en si peu de temps !

- Par ici.

C’était bien la première fois qu’il invitait quelqu’un dans son appartement à Karakura, et qui plus est une femme ! Une femme avec des pouvoirs comme lui ! Le hasard faisait bien les choses, aussi la journée se finissait – ou plutôt commençait vu l’heure – sur une note positive, même si le doute concernant sa légitimité à accepter quelqu’un dans son entourage subsistait. Gaël les conduisit enfin dans un quartier certes modeste mais pas insalubre pour autant – l’endroit idéal pour se dissimuler parmi les civils, du moins quand on n’avait pas les cheveux blancs et les yeux rouges, et commença à gravir les marches menant jusqu’à sa porte.

Il habitait aux derniers étages sans ascenseur, soit le 7eme, mais cela ne poserait surement pas de problème aux humains étranges qu’ils étaient. Comme il y avait personne, Gaël usa du bringerlight pour aller plus vite, éclairant la nuit par la teinte verte caractéristique de se déplacement. Ensuite il prit la clef dans sa poche et ouvrit la porte, l’invitant à entrer. Et réalisa que niveau intimité ça allait être juste. Il alluma la seule lumière de la salle composant son logement. Un deux pièces, une où il y avait le lit dans un coin, une commode et dans un autre coin un endroit pour faire la cuisine. La deuxième pièce était le coin douche et toilette. Le tout bénéficiait de teinte froide et grise ternes, et d’aucunes décorations, aucun poster, aucunes photos de famille, en bref, rien qui n’attestait que Gaël ait une vie privée. Une fois que Kaola fut passé, il referma.

- C’est pas l’plus pratique pour inviter des gens mais bon.

Déjà avec son lit une place, ça allait être très limité niveau matelas. Y’avait un truc dans s’monde qui s’appelait la galanterie. Genre on ne fait pas dormir les invités par terre et encore moins les femmes. Faudrait qu’il essai, même si Kaola n’avait pas l’air d’une chochotte.

- Tu peux squatter la salle d’eau le temps que j’prépare… des trucs.



codage par Jyne sur apple-spring


HRP:
 

┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Mer 30 Sep - 20:16

Le voilà qui démarre, automatiquement, Kaola se met à le suivre, et lorsqu'elle découvre le quartier où elle vit... Elle ne peut pas s'empêcher de se sentir mal à l'aise, ce quartier là, il est bien moins miteux que le sien qui tombe en ruine et où les criminels sont nombreux et dangereux pour sa famille. il avait beaucoup de chance à ses yeux, elle se sentait tellement sale dans un endroit pareil qu'elle vint se coller quasiment à l'albinos dans son dos en marchant, cherchant à se cacher alors qu'à cette heure là, personne ne peut la voir, car il n'y a personne tout simplement.

Une fois devant le bâtiment, elle le regarde de haut en bas, il avait l'air solide, ne grinçant pas et ne menaçant pas de s'écrouler au moindre séisme. Une fois à l'intérieur, pas de quoi monter à part des escaliers, et ça minute d'évasion à la vue de cette entre, l'albinos avait déjà filé à l'aide de son pouvoir. Kaola, hésitant à l'utiliser, fini tout de même pas craquer et rejoint son camarade en ayant repérer sa position en sentant son reiatsu.

Bref, le toit du blanchet était là, et lorsqu'il ouvre, que fût l'étonnement du contenue de celui-ci. Il n'y avait quasiment rien, tout comme elle, mais ce qui la choquait, c'était la trace de tout souvenir familial. Elle regarde de droite à gauche cherchant quelque chose, un signe, une photo, mais rien. Il n'avait pas de famille ? Ou s'en était détaché ? Elle trouve cette chambre si sobre, si triste, pourtant, elle s'y sent bien. Même si ce lieux n'avait pas grand chose, il faisait bon, il y'avait des meubles paraissant confortable et fonctionnels.  Le claquement de la porte qui venait de se refermer la fit réagir d'un petit sursaut, oubliant toute réflexion.

- C’est pas l’plus pratique pour inviter des gens mais bon. Tu peux squatter la salle d’eau le temps que j’prépare… des trucs.

Kaola cligne alors des yeux, en effet, un lit une place ça n'allait pas être très pratique, alors Kaola vient poser sa main sur le sol et y sent une chaleur, l'habitant d'en dessous devait chauffer convenablement sa maison, elle allait dormir par terre, ça lui convenait. De toute manière, avec ses cadets ça lui ait déjà arrivé quand leur lit venait de lâcher, le temps que la vieille les répare, Kaola avait toujours la gentillesse de leur céder son lit.

- Pas de soucis, et merci. Après ne t'en fais pas, le sol me convient parfaitement tu sais !

Vous en connaissez vous ,des gens qui apprécient dormir au sol ? Bah vous en connaîtrez quand vous aurez testé le lit de Kaola, parce que son sommier, il a des ressorts qui sont pétés et remonte dans le matelas miteux et quasiment vide de la jeune fille, ayant récupéré ce qu'elle pouvait à la décharge pour donner les meubles un minimum confortable à sa famille. Alors, un sol plat et chaud, c'est bien mieux, vous pouvez me croire. Suite à ça, elle se dirige vers la salle de bain et comme d'habitude, ne ferme pas à clé car les verrous sont aussi morts chez elle, du coup, elle n'y pense pas.

Une fois à l'intérieur, elle remarque qu'il y'a une douche, chance pour elle, chez elle, c'es tau seau qu'on se lave ! Elle se déshabille donc et vient allumer cet engin, tellement pressé de prendre une douche qu'elle en oublie de se détacher sa longue chevelure. Une fois sous l'eau chaude, ce plaisir qu'elle avait oublié depuis la fuite de île refait surface, elle pourrait y rester des heures, mais bien rapidement les souvenirs de sa mère lui lavant les cheveux sous de l'eau chaude coulant le long du corps d'enfant encore bien nourri d'antan... Elle se regarde alors, et ne voit que des os, avec des muscles, pas de graisse, la famine et les sacrifices se lisant sur son corps. Ainsi que ses cicatrices.

Mais ce sont ses bras qui lui font rapidement éteindre la douche et en sortir pour vivement cacher ses bras avec une serviette qui était accrochée au mur. Une fois sèche, elle se rhabille, ne mettant pas tout de suite sa capuche, devant sécher ses cheveux, mais elle fit dos au miroir qu'il y'a avait incrusté dans le mur, hors de question de voir son visage. Une fois entièrement sèche, ne s'étant pas refait de nattes, les cheveux pendaient le long de son cou en passant par l'intérieur de sa capuche et non par les trous du pull fait pour ses nattes habituelles. Sa chevelure était d'une dorure parfaite et d'une brillance divine, ça faisait une éternité qu'elle ne s'était pas lavé sa crinière avec de l'eau chaude et encore moins avec du shampoing.

Sortant de la salle, juste sa tête, elle regarde où peut se trouver son futur partenaire et dit...

- Gaël ? Tu peux venir j'ai finis ! J'ai pas été trop longue ? Je voudrai pas augmenter ta facture de flotte...

En temps, normal, une femme, déjà, ça ne se douche pas plus vite qu'un homme en plus en sachant qu'elle c'est lavée les cheveux ! En suite, l'appeler par son prénom, alors qu'elle vient de le connaître, niveau familiarité c'est pas très poli, m'enfin, elle trouve que Mildred c'est trop long, alors voilà.

HRP:
 
Contenu sponsorisé



posts

Squatte depuis le

piges








Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» On ne change pas une equipe qui gagne
» Chacun son tour...! Bito, à toi de jouer.
» Chacun sa route chacun son chemin ♫ [ Libre 1 Personne ]
» kaola su
» 3 OCTOBRE PROCHAIN UNE RENTREE DIFFICILE ! COMBIEN GAGNE UN ENSEIGNANT HAITIEN