Virée en forêt bétonnée. {Pv Byakuya }
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Ven 6 Mar - 0:40

Tu devrais prendre plus d'initiatives, disaient-elles parfois, mais jamais avec autant d'insistances que cette fois-ci. Sans doutes ces exhortations n'étaient-elles pas totalement injustifiées, mais la suzeraine n'était pas complètement passive, non plus. Et tandis que la lune guidait son sempiternelle rayon lumineux à travers les fenêtres étroites de Las Noches, Halibel parcouru une nouvelle fois la salle du trône des yeux et se rendit compte que ses Fraccions étaient parties, la laissant seule dans ses méditations. Elle se dit qu'elle n'en était pas sûre, mais ce n'était que fausses sensations ; son crâne bourdonnant le savait, lui.

Désignée souveraine plusieurs mois auparavant, Halibel en avait presque regretté la disparition de Barragan – mais juste un instant. Non pas que gouverner le Hueco Mundo fut une tâche d'une complexité quelconque, bien au contraire ; elle n'intéressait tout simplement pas la sirène, qui l'aurait volontiers confiée à la première pierre venue en échange de sa quiétude. La nouvelle Espada se formait tout juste, initiative encouragée par les Fraccions d'Halibel pour asseoir l'autorité de la Reine, et encouragée par Halibel dans l'espoir – vain, avait-elle crut comprendre – d'y trouver un remplaçant. Et voilà qu'un nouvel ennemi des plus redoutables venait à son encontre ; Apache, rejointe rapidement par ses alliées Cyan et Mila-Rose, harcelait littéralement la femme requin pour pouvoir faire une virée vite fait à Karakura, selon elle. Bien que la suzeraine ai quelques doutes concernant les arguments de ses vieilles amies, tel que « Tu t'imposeras plus facilement comme ça ! », elle finit par céder. Elle remporta ainsi la paix escomptée, après leur avoir fait promettre de rester le plus discrètes possible.

Une promesse entendue par le trio, et tenue à la lettre par celui-ci ; tant lors de la traversée du Garganta – qu'Halibel tint à assurer tout de même – qu'à leur arrivée, lors de laquelle les trois Arrancars partirent de leur côté, laissant la sirène dans la solitude qu'elle convoitait. Dès lors, prise elle aussi d'une curiosité dévorante, elle s'élança à la conquête de Karakura – la vraie, cette fois-ci.
Bien qu'elle n'ai guère prêté grande attention au paysage lors de sa venue dans la fausse Karakura, certains lieux lui revenait en mémoire. Certaines rues, certaines impasses, étaient rentrés dans cette partie de l'esprit, celle qui s'arrange pour retenir des choses dont il n'aura jamais besoin de se servir. Lorsque la femme requin arriva plus tard aux abords de la rivière Karasu, la nuit n'avait que récemment laissé choir son grand voile étoilé sur la ville ; la lumières des soleils synthétiques envahissait déjà les avenues de Karakura qui en dépit des efforts des spots et des appliques, sombrait dans un sommeil qui durerait, l'espérait-elle au moins, jusqu'au lendemain.
Bientôt, l'inquiétude d'arriver au bout de la rivière - et de n'avoir ainsi plus aucun but à accomplir - se fit sentir, si bien qu'Halibel changea de direction, pour aller se perdre volontairement dans le premier labyrinthe urbain qu'elle trouva. A force de détours, elle finit par atteindre la lisière du parc Tsubakidai, lequel - elle le comprit tout de suite - lui offrirait la retraite dont elle avait besoin.

Le lieu semblait lourd en énergie spirituelle, plus encore que le reste de la ville  ; la sirène ne doutait pas d'ailleurs pas qu'un Hollow ou deux puissent s'y cacher, attendant certainement que passe une proie facile - tel que le couple juvénile fugueur au loin, ou le sans-abri dormant sur le banc de droite. Qu'importe, la femme requin ne comptait pas s'en mêler ; c'était là l'affaire des Shinigamis, si tant est qu'ils s'y intéressent. Des Shinigamis qu'elle était toutefois surprise de ne pas avoir croisé jusque là. Ses Fraccions tenaient-elles leur promesse ? Certainement. Elle ne l'avouerai jamais, mais au fond, elles lui manquaient déjà un peu.  
Alors qu'elle venait d'emprunter un chemin de gravillons entourant un petit étang, Halibel se stoppa net ; si elle était porteuse d'un âge certain, il n'était pas encore suffisamment avancé pour que la sénilité ne l'emporte. La sirène avait bel et bien senti la présence d'un individu porteur d'une force respectable, mais  était bien en peine de dire où il se situait. Ne reconnaissant pas là le reaitsu d'un Arrancar, l'évidence de la venue d'un Shinigami s'imposa d'elle même. Apache, Cyan et Mila Rose avaient-elles des ennuis ? Sans perdre plus de temps, la suzeraine usa du sonido pour traverser une partie du parc, et s'arrêta sur le haut d'une balançoire trônant - l'avait-elle choisi, elle ? - au milieu d'une aire de jeux. Le regard pointé vers la lune, Halibel s'appliqua plus que jamais à retrouver ses Fraccions, et ce, avant le supposé Shinigami.
S'il était déjà trop tard...
Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



880 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Mer 11 Mar - 14:49




Depuis Le fameux séjours d'Ichigo au sein de sa demeure, le noble n'avait pour ainsi dire.. rien qui puisse enfreindre sa routine coutumière. Le calme semblait bel et bien revenu, bien que...Byakuya se formait à un entraînement des plus rude depuis les derniers événements, prenant en compte ce que cela aurait pu coûter. Quoi qu'il en soit, le noble Roku Ban Tai Taicho ne se doutait nullement qu'une alerte allait se manifester dans le bureau de surveillance de la Douzième Division. Apparemment une fort reiatsu peu méconnu des services depuis la guerre, venait d’apparaître. Prestement une courte réunion s'organisa et l'on dépêcha quelques volontaires.. enfin en vérité.. un seul... celui qui se devait d 'être le plus diplomate de par sa condition que par sa fonction. En effet la Sixième Division était renommé pour ses enquêtes et sa gestion des négociations. Byakuya voyait bien venir la chose oui..et il ne soupirait de lui même, silencieusement derrière ce visage aussi impassible qu'insondable, bien que plus doux à présent parce changement de coiffure.. et peut être aussi une petit évolution du point de vu.. comportementale.  Le choix fait, le noble Kuchiki se retira sans faire le moindre commentaire. Il était judicieux d'aller voir dans un premier temps le pouquoi de cette intrusion, avant toute forme d'agressivité. Il serait des plus dommage d'entamer ce genre de point en cette période de paix tout juste retrouvé.

Byakuya se présenta devant le passage, une heure plus tard, après avoir informé son Fukutaisho de la situation, ainsi que des choses à faire en son absence. Bien que le noble espérait revenir ici le plus vite possible.  Senbonzakura était à son flanc gauche comme toujours.. tandis qu'il usa d'une impulsion pour franchir le passage, jusqu'à parvenir à l'embouchure qui lui présenta dès lors une ville baigné de la lumière nocturne... La lune se mirait au dessus de lui, alors qu'un vent un peu frais  l’accueillit. Ne portant plus d'écharpe à présent, ce genre de sensation le surprenait toujours un peu, bien qu'il ne se laissa point distraire par cela. Son regard anthracite parcourait les alentours, ne percevant aucun trouble... Au moins cette forte pression n'était point là pour une quelconque chasse.. Mais, mieux valait garder une certaine prudence. Il n'y avait pas qu'une seule présence... mais un mélange... comme s'ils étaient plusieurs.. mais celle qui se démarquait le plus, paraissait plus apaisée.  Perché en haut de son toit, Byakuya devait admettre que ce n'était pas ne restant immobile qu'il parviendrait à quoi que ce fut.. sans parler qu'il avait une balise, l'empêchant de développer de trop son reiatsu.

Sans plus attendre donc... notre Roku ban tai Taisho  quitta son perchoir, pour rejoindre une sorte de grand parc, après avoir longé les abords d'une rivière.. Il y avait là de grands arbres, et par mesure de précaution, le noble abaissa un peu son énergie spirituelle afin d'étudier les lieux avant toute chose. Il n'avait guère l'envie de ne pas avoir au moins le désavantage de ne pas surprendre.. cela pouvait toujours être utile.  Marchant sagement sur les gravillons, une main sur la garde de son zanpakuto en guise de prudence.. cependant rien en sa posture ne démontrait l'hostilité. Cela serait bien mal venu alors que sa mission était de canalisé voir.... de faire partir l’intrus principale de la manière la plus diplomate.  Cependant au fur et à mesure de sa démarche il distingua un peu plus loin une silhouette toute féminine qui soit.. mais point de ce monde pour autant.  Il pouvait entrevoir son habit blanc et sa chevelure blonde.  Jamais encore il ne l’avait croisé pour sa part, mais le noble  s'annonça tout en restant à une distance acceptable.. au cas ou.  


Puis je connaître le pourquoi de votre présence en ce lieu ? La lune est pourtant bien plus présente en votre monde..

Fit il d'une voix des plus atones. Mais il est vrai que c'était un peu ironique comem situation.. il faisait aussi sombre qu'au Hueco Mundo en cette soirée, quand bien même Byakuya couvait une certaine fascination pour les balades nocturnes.. pour un peu, il se demanderait presque si ce n'était pas pour cela que le Sotaicho l'avait désigné … non cela serait bien trop mauvaise langue non ?


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Jeu 7 Mai - 0:23


Du haut de son portique, la sirène avait repéré, avec une précision plus ou moins exacte, la position de ses trois Fraccions ; ce fut assez simple en soi, mais pas suffisamment, à son goût autant qu'au vu de la situation. Pour la Reina, le plus dur restait de décider s'il fallait les féliciter, ou les blâmer, pour avoir tenu leur promesse... Il en était autrement pour l'arrivée presque inopinée d'un Shinigami, envoyé à n'en pas douter par les services internes de la Soul Society, et qui ne semblait guère en inquiéter l'une plus que l'autre. Que leur élèvement au sein de Las Noches leur soit monté à la tête en même temps que de faire grimper leur rang était une chose, mais qu'elles en adopte - ou qu'elles conservent - un comportement aussi insouciant que puéril en était une autre aux yeux de la suzeraine - plus qu'à ceux d'Halibel en elle-même, au demeurant. Mais c'était bien les Arrancars femelles qui s'étaient acharnées à lui faire comprendre qu'il fallait ce qu'il fallait.

Un son lui parvint. Plusieurs, même, aussi fins et légers étaient-ils ; Par ce qu'elle avait l'ouïe fine d'une part, mais surtout par ce que la fluctuation du reiatsu étranger, à l'instant, ne lui avait pas échappée. Tandis que les pas glissants du Shinigami continuaient leur avancé, Halibel jeta un regard par-dessus son épaule.
Elle le voyait déjà. Sa silhouette - à l'allure exagérément spectrale, sous le clair de lune - se découpait progressivement, et rapidement, la sirène distingua les mouvements amples d'un Haori, qu'elle supposa distinctif des capitaines de Division. Après tout, se souvint-elle, le Capitaine au Bankai de Glace, ainsi que certains de ses alliés en portaient des similaires. Il ne lui échappa pas non plus que, quand bien même le Shinigami paraissait à cet instant des plus pacifiques, ses doigts fins ne se privaient pour autant pas de caresser légèrement la garde de son Zanpakutô.  
Une fois qu'il fut plus près - suffisamment pour lui faire part d'une remarque somme toute perspicace, à laquelle il n'obtint aucune réponse -, la Reina pu l'observer de plus près ; curieuse qu'elle était de voir si, à l'instar des ruelles copiées-collées typique des villes de taille acceptable, son visage avait pu se graver dans sa mémoire. La sirène constata rapidement que non, et s'affirma à elle même que cet homme n'était pas présent lors de la bataille de la fausse Karakura. Le Dieu de la Mort n'était toutefois pas sans lui rappeler quelqu'un... Du temps d'Aizen, l'un des Espada - avec lequel la sirène n'avait jamais entretenu de liens particuliers, sans toutefois le détester - possédait la même allure effrayamment calme, le côté noble en moins. A mesure qu'elle prenait conscience que Zomari, grand détracteur des Shinigami, possédait une sorte d'alter-ego chez ces derniers, elle réalisa également qu'elle n'avait aucune idées quant à l'identité de celui qui lui avait ôté la vie.

Et qu'elle s'en fichait un peu.


- J'avais raison au final, commença elle alors, parlant presque autant pour elle même qu'à son interlocuteur, vous êtes un Shinigami.

La Reina faisait désormais face au Capitaine. Sans s'en rendre compte, elle avait à nouveau croisé les bras sous sa poitrine, tel que le luit dictait une habitude désormais aussi vieille qu'elle. Son regard de Jade, imperturbable, se refusait à lâcher celui du Shinigami, comme s'il eu suffit que ses yeux regardent ailleurs pour que cela suffise à la condamner. Trop assagie par le temps, la sirène savait se montrer timorée lorsque cela s'avérait nécessaire ; à son sens, croiser la route d'un haut placé Shinigami, si peu de temps après qu'une bataille féroce les aient conduit à s'entre-tuer, faisait partie de ses situations ou la méfiance étant autant de mise que de la diplomatie, quand bien même il ne s'agissait pas de son point fort. Non qu'elle n'eu pas confiance en ses propres capacités, loin de là. Simplement, la femme requin n'était plus seule. Elle ne l'avait jamais oublié, et ne comptait pas commencer ; Ce n'était simplement pas le bon moment...
C'est cependant pour les mêmes raisons qu'elle était prête à bifurquer brutalement, et à se battre à mort s'il le fallait. Malgré les airs que se donnait le Capitaine, la suzeraine en connaissait trop sur les lois de la nature pour être naïve. Elle se laissa tomber de sa balançoire, son hakama flottant brièvement en compagnie de ses mèches blondes. Après avoir chuté au sol, avec une grâce féminine et ferme intense - dont elle seule avait su conserver le secret -, elle se redressa, et fit un premier pas vers son interlocuteur.
A l'instar de ce dernier, l'index d'Halibel alla frôler la garde de Tiburon, plus dans l'optique d'équilibrer la situation, que dans l'idée de s'en servir.

- Vous serez surpris, continua la femme requin, mais nous n'avons pas d'intentions qui pourraient vous nuire.
"Vous n'avez pas besoin d'être là, donc. Mais je comprendrais que vous voudriez emporter un trophée avec vous.

Halibel se stoppa là, à quelques pas du Capitaine. Son doigts tenait désormais fermement l'un des orifices de son arme - celui qui permettait de dégainer le plus rapidement -, mais avec un peu de chance, croyait-elle, elle pourrait la laisser dans son fourreau.

- Vous pouvez essayer.

Et un pas de plus.




Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



880 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Ven 22 Mai - 16:35




Parfaitement silencieux et maître de lui même, notre Roku Ban Tai Taicho ne sembla  affiché qu'un masque d'impassibilité face à cette ancienne espada, qu'il ne connaissait guère. Jamais encore ils ne s'étaient croisés. Et pour  cause, le noble s'était rendu au Hueco Mundo pour rejoindre Rukia et Ichigo... combattant alors un espada des plus arrogants concernant sa vitesse. Cet impudent avait osé lever la main sur sa sœur et en cela... il l'avait puni chèrement.  Passant cela, le regard insondable et  gris de Byakuya observa l'approche de cette femme à l'apparence si calme. Une allure qui ne trompait aucunement la puissance qui devait y avoir derrière.  Par expérience notre capitaine n'était pas dupe en cela. Bien qu’il ne savait que peu de chose sur sa personne, il savait qu'une personne aussi peu facilement impressionnable, possédait soit une grande stupidité en soit.. ou bien une puissance à ne pas sous-estimer. Byakuya optait pour la seconde option.. sans nul doute, alors que la lune restait seule témoin de cette confrontation.  La position stratégique du doigt d'Hallibel, alerta un peu ses sens, comme sachant pertinemment qu'elle ne faisait que répondre à sa propre position défensive... En effet, le noble possédait encore sa main droite sur la garde de Senbonzakura. Mais ceci étant dit, le capitaine n'avait pas l'intention de commencer les hostilité. Il n'était point là pour ça. Sa mission était d'identifier les ou l'intrus, tout en récupérant pour information, le pourquoi de cette présence.

Le plus amusant fut de voir Hallibel déduire qu'il étai un shinigami.. oui c'était perspicace au point qu'il ne rétorqua nullement qu'en fait .. il n'était qu'une âme.. voyons, Byakuya savait être un peu plus arrogant que cela, tout en étant assez simple. Complexe est sa personnalité ?. Oui mais ça ce n'est pas une surprise.  Son souffle  était lent et profond, imposant le calme tant à son esprit cartésien qu'à ses muscles. Certains demeuraient cependant tendu.. comme s'assurant simplement une réactivité pressante, si toute fois cela devait se faire.  Rien ne bougea en son être, alors que l'ancienne espada se rapprochait de sa personne... offrant simplement un espace plus réduit... et une parole aussi digne et tranquille que cette nuit  qui les englobait tout deux. Il serait donc... surprit... tient donc, c'était assez rare de le surprendre.. mais en effet, elle en vint à simplement lui révéler qu'elle n'était pas ici pour une quelconque violence.  Soit.. mais cela n'expliquait point le pourquoi. Quand Hallibel en vint à l'histoire d'un quelconque trophée, Byakuya  fronça progressivement des sourcils devant ce fait... il avait donc une tête à chercher ce genre de chose ? Ceci le décevait un peu. Sa main ne bougea pas de sa place malgré tout. La prudence était de mise et le Taicho n'était pas là pour tailler bavette.


Je ne crois pas apprécier les trophée.. mais peut être que vous même en êtes une adepte pour songer à cela ? .. ou bien c'est que vous avez une bien piètre image des Shinigamis.  

Ce qui serait réciproque d'ailleurs pour certains soldats du Gotei Treize, mais ce n'était pas tellement le cas de Byakuya. Ce dernier se rappela d'ailleurs la conversation certes brève, avec Zomarie. Ce dernier qui jusqu'à son trépas,  pensait qu'il ne le combattait que pour sa condition d'arrancar.. alors qu'une vérité, c'était en vertu de son geste vis à vis de Rukia. Le noble Kuchiki n'était pas homme à tué  de manière leste.... par contre lorsqu'il combattait il se montrait fortement expéditif.  Faire durer un combat n'était pas dans ses prérogative.. ni un plaisir contrairement à un certain collègue qui .. pour sa part aimerait bien se mesurer à sa propre personne.. Grand bien lui face, mais Byakuya savait s'en défaire.. du moins pour le moment.

Les regards de nos deux protagonistes paraissaient vouloir se jauger.. comme pour tenter de deviner les attentions de l'autre. Pourtant le capitaine se montra fort clair en venant à rompre ce léger silence.Sa voix sonna de manière tout aussi atone que précédemment.  


Je ne suis pas ici pour combattre mais connaître le pourquoi de votre présence, qui n'est pas des plus courantes.


┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



posts

Squatte depuis le

piges







Mer 3 Juin - 18:37


Sans en être une adepte invétérée, Halibel n'en restait pas moins très douée pour les affrontements visuels. D'un regard dominant dépourvu de toute défiance, elle n'avait que rarement trouvé un adversaire à sa mesure.
Ce soir-là, c'était pourtant le cas.

Il s'était exprimé après elle, sans animosité particulière, et Halibel l'avait laissé faire. Tandis qu'elle remarqua que ses paroles avaient effleurées la susceptibilité du Shinigami, elle prit également la mesure de la capacité qu'avait ce dernier à passer au-dessus. Le contrôle de soi était une chose importante à ses yeux, un argument apte à peser lourd pour le noble s'il souhaitait réellement éviter un affrontement inutile.  Le Capitaine prônait en effet continuellement une approche pacifiste, ce qui étonnait fortement la femme requin, mais ne l'empêchait guère de rester extrêmement méfiante ; c'était non seulement dans sa nature première, dans ce que l'ordre des choses lui, prônait, mais aussi dans son propre passé. La sirène avait déjà accordé sa confiance à un Shinigami, et l'avait payé chèrement.
Le payait toujours, peut-être.

Après que son interlocuteur ai à nouveau posé sa question, à sa manière, la Reina resta silencieuse ; D'un air presque hautain, elle jaugeait sous un oeil nouveau la valeur de l'individu qui était venu à sa rencontre.
 
- Les Shinigamis nous ressemblent un peu... reprit-elle, toujours sans daigner détacher son regard de celui du Capitaine.  

Son arme s'était déjà légèrement dégagée de son fourreau, lorsque que le Capitaine avait commencé à prendre la parole. D'un centimètre ou deux, mais c'était suffisamment évocateur.

- Difficile d'en avoir une bonne image.

Mais presque contre sa propre attente, Tiburón retourna à sa place, ré-enfourné dans un clac qui dans le silence de la nuit, paru étonnamment bruyant. La sirène recula du dernier pas qu'elle avait franchi, et, toujours aussi machinalement, croisa à nouveau les bras.

- Je voulais simplement quitter un peu le palais, expliqua t-elle alors, sa voix devenue méfiante recouvrant peu à peu le ton sec qui lui était propre.
" Mes Fraccions sont venues avec moi, mais je suis partie de mon côtéC'est tout.

Et au détail près, c'était vrai. Mais la femme requin ne voyait nullement l'intérêt de rentrer dans le superflu, et supposait bien qu'il en allait de même pour son interlocuteur.
Aussi mordit-elle dans le vif.

- A votre tour, Capitaine. Vous êtes ?

Le vent fort - dû, chose étonnante au vu de la situation, à la nature plus qu'aux protagonistes présent -  qui se leva soudainement ne réussit pas à faire flancher la Reina ; ce n'était cependant le cas ni de son hakama, ni du col de sa veste, plus volatils. Aussi la sirène réajusta-elle ce dernier du bout de deux de ses doigts fins - comme s'il y avait encore, à cet instant, quelque chose à cacher.

Le cerisier Blanc
Le cerisier Blanc
avatar



880 posts

Squatte depuis le 21/07/2014

34 piges


Masculin



Feuille de personnage
Niveau:
75/100  (75/100)
XP:
10700/18000  (10700/18000)
Spécialité: Kidô



Lun 8 Juin - 19:53





Son regard anthracite se contenta de contempler cette femme. Jamais encore ils ne s'étaient croisés et  seule la méfiance  leur imposait d'être prudent, l'un envers l'autre. Le visage de Byakuya paraissait impassible et analyste face à cette femme qui sous entendait alors, que les shinigamis ressemblaient aux arrancars. Il n'en voyait guère l'idée, cependant, il n'était pas venu ici pour parler philosophie mais bien de comprendre le pourquoi de cette visite. Ce monde ne leur appartenait pas. Le noble ne  fit point entendre sa voix cette fois ci, se contentant de garder sa main sur sa garde.. comme une prudence instinctive. Il n'y avait là aucune agressivité, aucune démarche offensive.. une simple défense.  Le Roku Ban Tai Taicho n'était pas de ceux qui frappaient en premier, mais plutôt celui qui va étudier la personne face à lui et optimiser les choix. Ce n'était point, parce qu'il s'agit d'une arrancar, qu'elle est automatiquement une ennemie. De plus le Sotaicho avait été clair.. Il ui fallait établir le contact et comprendre sa présence.. sinon.. pourquoi ne pas avoir envoyé Zaraki je vous le demande..Cela serait vite réglé. Un peu trop sans doute, et cela apporterait  peut être bien des ennuis. Pour le moment le problème restait mineure, autant que cela en reste à ce stade. Quoi qu'il en soit, Byakuya ne bougea pas d'un pouce, alors qu'il constat une forme de détente de la part d'Hallibel dont il ignorait encore le nom. Elle avait laisser son arme au fourreau finalement et croiser les bras. Le noble guerrier savait qu'en se langage, il se devait de lui rendre la pareil, et laissa ses bras retomber le long de son corps. Mais, ce n'est pas pour autant qu'il rompit cette distance qui les séparait. Il serait bien stupide de croire que tout danger est écarté.

D'autant que visiblement, l'intruse des lieux n'était point seule... Autrement dit, Byakuya était un peu en infériorité numérique. Mais qu'a cela ne tienne, ce n'est pas pour autant qu'il se sentait désavantagé par quoi que ce soit.  Ses paupières s'abaissèrent légèrement quand Hallibel aborda le sujet sur sa personne.. Qui était il ? Cela avait une importance ?  Vraiment ?.. Elle même ne lui avait pas même révélé son nom. Enfin soit,  Ses pupilles grises se révélèrent à nouveau et se fixèrent sur le regard d'azur de cette femme, aussi intrigante que puissante, il pouvait le sentir..  Une personne aussi à l'aise ne pouvait que posséder un grand pouvoir.


Vous savez donc reconnaître nos grades. C'est déjà une information sur ce que je suis alors que vous même.. je ne vous connais pas.  Mon nom vous apporterait il quelque chose ?

Hallibel était perspicace et cela lui plaisait, mais ce n'était pas pour autant qu'il lui confirait son nom.. Qu'en ferait elle de sur croix ? Le fait est que ni elle ni ses... fraccions n'avaient  leur place ici .. et Byakuya pouvait aussi parler pour lui même. Inutile de dire aussi pour sa défense, que le monde humain n'était pas son fort. Pourtant il était bel et bien là, en train de converser avec une  Arrancar.. et pas des moindres.. une ancienne Espada..

La curiosité vous pousse à venir en ce lieu ? Je me doute bien que la vu du désert vous apparaisse comme monotone, mais votre place n'est point ici. Aussi je vous demande de repartir. Et j'en ferais de même.

sa voix  restait des plus atones vis à vis de son interlocutrice, mais cela semblait dénudé de froideur pourtant. Byakuya se contentait de poser les conditions, sans que cela ne tourne en rond. Il n'était pas du genre à parler pour ne rien dire et il avait parfaitement saisi que cette femme n'était pas là pour causer des ennuies. Auquel cas.. il y aurait déjà des ravages. Pas une seule fois, le capitaine de la Sixième Division ne porta la main sur son arme. Il restait sagement à sa distance, tout en contemplant les possible gestes ou paroles de celle qui lui faisait face.  Le parc semblait vide à cette heure et pourtant il n'y aura aucun témoin de la scène actuelle. Comme si tout ceci n'était qu'un conciliabule.. Mais que voudrait Hallibel de plus ?... le combattre ?... et pourquoi faire  au juste. Les arrancars n'avaient plus à servir Aizen. Ce dernier d'ailleurs c'était bien moquez d'eux par la suite. Mais en y réfléchissant... cela pouvait aussi attiser la haine et la méfiance envers les Shinigamis.. une excellente raison au final que de vouloir croiser le fer avec lui. Bien que cela ne tienne.. Byakuya était formé pour combattre, et s'il le fallait, il le fera sans hésiter, quand bien même, la diplomatie serait la bienvenue.

Ne bougeant point, Le chef de clan démontra sa non violence et se simple désire, que tout cesse en bon terme. La guerre avait assez coûter aux deux camps...mieux valait en rester là. Du moins de son point de vue. Son apparence paraissait calme et tranquille.. son souffle des plus régulier, n'offrant aucune sensation de tension palpable. Ses traits impassible ne laissait rien entrevoir de ses pensées.. pas même son impatience quand à l'attente d'une quelconque réaction verbale. Tout ce qu'il pu entrevoir, c'est ce léger mouvement envers son habit.. cacherait elle quelque chose ?.. où bien était ce mauvais signe..le noble ne pouvait le dire réellement, et garda cela pour lui même. Ce n'était que peut pertinent que de laisser sa curiosité s'exprimer en un pareil instant.



┉┉┉┉┉┉Ⓑ┉┉┉┉┉┉Ⓝ┉┉┉┉┉┉Ⓓ┉┉┉┉┉┉



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



posts

Squatte depuis le

piges








Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Kaval viré
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt